• Ils ont votés...suite

    Pin it!

    Ils ont votés et puis, légalement, ils se sont chargé de
    faire savoir que la Démocratie reste un outils terrible,
    Léon Kengo wa Dondo, 71 ans, a été élu à la présidence du Sénat.
    Il est le second personnage du pays, avec une majorité
    absolue de 55 voix sur 106 votants, contre à 49 à Léonard
    She Okitundu, le candidat présenté par la majorité présidentielle.
    Les bulletins blancs et un nul ont fait le reste. Le premier
    vice-président de la Haute Assemblée,Edouard Mokolo wa Pombo
    est l’ancien chef de la sécurité de feu le Maréchal Mobutu
    et le second vice président Mike Losembe est un homme
    d’affaires proche de Jean-Pierre Bemba.

    Tout çà se passe dans une Kin-La-Belle souffrante dans
    ses affaires, dans son peuple
    dans sa pauvreté. Le pain
    s’achète à crédit dans les cités populaires et les gens
    marchentbcomme jamais, l’économie du taxi aussi compte. La
    population marche matin et soir.

    Rien ne bouge. Sinon
    ce renversement de situation auquel plus personne ne pouvait
    réellement penser.

    Kengo Wa Dondo au Sénat

  • Ils ont votés...

    Pin it!

    « Et puis après » chantait Léo Ferré. Mais par les temps qui
    courent c’est un salut respectueux vis-à-vis des citoyens
    qui s’impose. Un taux de participation record dans un pays
    qui n’oblige pas la population de voter, c’est magnifique.

    Pourtant, dans ce carnet de notes, c’est plutôt à la candidate
    Ségolène Royal qu’allait la sympathie voire plus. Donc, vous
    pouvez être surpris de ce « magnifique citoyens ».

    Reste à tenter de comprendre ce qui s’est passé. Ce qui a fonctionné
    et n’a pas fonctionné dans la campagne « La France Présidente.

    C’est peut être un des éléments de réponses d’ailleurs que le
    leitmotiv de cette campagne.

    Qui de cette participation record ? Acte citoyen ou rejet de la
    politique participative ? Acte de responsabilisation ou vote
    massif pour quelqu’un qui a les réponses sur tout, pour le Chef.

    C’est un peux de çà et d’autre choses aussi, certainement. La
    Position ambiguë des « ténor » socialistes, Fabius, le NON à
    L’Europe, Dominique Strauss Khan le OUI à l’Europe, le OUI
    au Centre, les pieds lourds des deux en tout cas dans la campagne.

    Pas facile d’être candidate d’un parti contre le Parti. Pas évident de
    donner un coup de pied dans la fourmilière et de faire sauter ainsi
    les « baronnies » des dits « Eléphants.

    S. Royal aura eu le mérite et l’a encore d’ailleurs d’avoir fait le
    ménage dans les idées véhiculées et faites de passé certes glorieux
    mais l’avenir est l’avenir.

    Faire le ménage ne veut pas nécessairement dire renier. Mais çà,
    c’est encore à comprendre par quelques uns et unes.

    Cette campagne du fait de la qualité de ces deux derniers concurrents
    fut probablement une des campagnes les plus captivante en tout sens.

    Il n’est pas moins vrai que le clavier sous mes doigts se demande encore
    Quid du grand écart que M. le Président Nicolas Sarkozy devra faire pour
    à la fois satisfaire ses amis, ceux de la France profonde et ceux de chez
    Lepen qui croient dure comme fer qu’il fera le ménage contre l’immigration,
    dans les banlieues, dans les entreprises contre les délocalisations économiques
    ou encore de faire travailler plus les français… Il y a eu de son côté, il faut le
    quelques propos poujadistes ou populistes en dessous de la ceinture pour un
    homme d’une telle envergure, (ne voyez la aucune ironie de notre part.) Mais
    les voies çà se pêchent. N’est pas ?

    Ils ont votés et puis… d’autres voteront dans un autre contexte plus au nord,
    donc plus froid dans les débats, non plus sobres. Plus loin de la belle parole
    bien prononcée dans un français policé, moins grandiloquent et surtout moins
    nombriliste que celui d’outre Quiévrain. Il s’agit des élections belges qui se
    profilent au 10 juin de cette année.

    Le débat est lancé depuis un certain temps déjà. Quid du futur Premier Ministre ?
    francophone ou néerlandophone ? Ouf quelle chute ! Mais pour les belges c’est
    aussi important. Le dernier francophone qui fut Premier en Belgique remonte à
    1961 avec Edmond Leburton. Le temps de l’indépendance du Congo.

    Trèves de plaisanteries, il ne s’agira pas que de çà mais ce sera un des enjeux de
    ce scrutin belge, avec comme partout ailleurs, le travail, l’immigration, les
    impôts…

    On ne se soucie pas trop sur la participation puisque le vote est obligatoire mais,
    les votes blancs, les votes vers l’extrême droite qui avait connu un recul et qui
    repointe le bout de ses idées faciles et démagogiques.

    p>Ils voteront avec toutefois des échos et des relents de la campagne victorieuse de
    M. Sarkozy, il suffit d’écouter la radio et lire les journaux pour s’en apercevoir.
    Ils ont votés et ils feront sans doute des petits au nord ou alors les belges ont une
    idée de la politique. Comme par exemple la main mise par les français sur la
    Constitution européenne par Giscard, alors que Dehaene, et je n’ai pas d’affinité
    spéciales avec ce Monsieur en est la cheville ouvrière. Mais bon c’est une autre
    histoire et je mélange tout. Un carnet de notes n’est pas fait pour çà ? Tout mélanger
    et puis trier, relire, élaguer, jeter, garder. Acteur et spectateur au sens propre du terme
    sans calculs ni prétentions que celle de partager.

    A vous de dire ce que vous pensez !

    Segosphère

    Sarkozy de biais

  • Opérateurs économiques belges en R.D.C.

    Pin it!

    Depuis le 29 avril un délégation d’opérateurs économiques
    belges est en visite en R.D.C.

    La mission se terminera le 13 mai 200 , après avoir fait
    la visites des provinces(Régions), pour mieux se rendre
    compte des potentialités du pays et de ses
    entreprises.

    L’objectif affiché est de détecter des opportunités
    d'affaires en RDC et de nouer des contacts avec les
    opérateurs économiques congolais et de donner aux
    participants une vision globale du potentiel de la RDC
    dans les secteurs de l'agriculture, du tourisme,de l'énergie,
    de l'eau et du transport.

    Lundi 30 avril se déroulait la première table ronde au
    Grand Hôtel de Kinshasa, sous la présidence de Mr.
    Jérôme Roux, Conseiller Economique de l’Ambassade de
    Belgique à Kinshasa. Son Excellence Olivier Kamitatu,
    Ministre du Plan, Mr. Albert Yuma Président de la F.E.C.
    (Fédération des Entreprises du Congo), les Gouverneurs des
    Provinces du
    Bandundu, de l’Equateur et de Kinshasa.
    étaient présents aussi des Sénateurs, et de nombreuses
    personnalités de différentes entreprises congolaises, Mme
    la Représentante des Congolais de l’Etranger.

    Première escale, mercredi 2 mai à Kisangani pour continué
    les tables rondes d’échanges et de dialogues entres
    opérateurs économiques, politiques et techniciens.

    L’échange et le dialogue sont centrés sur le thème « Potentialités
    et opportunités d'affaires dans les secteurs de l'agriculture,
    de l'énergie, de l'eau, du transport et du tourisme
    en RD. Congo dans les provinces de Kinshasa, Bandundu et
    Equateur ».

    La R.D.C pays au potentiel phénoménal

    Mr. Jérôme Roux, insiste sur le cadre de la mission qui est
    plurisectorielle qui concerne des entreprises des régions
    bruxelloise, flamande et wallonne actives dans le
    développement rural et en particulier: en agriculture (les
    semences, les cultures in vitro,les machines de
    transformation agricole, séchage du poisson et mise en
    valeur des produits de la pêche, pisciculture), en énergie
    (hydroélectricité, micro et mini centrales hydroélectriques,
    panneaux solaires, biocarburants, sociétés de distribution
    et commercialisation de l'énergie), en eau et assainissement
    (sociétés de purification d'eau spécialisées dans la
    production d'eau et la mise en bouteille, distribution et
    commercialisation de l'eau, sociétés d'assainissement et de
    traitement des déchets), le transport (des sociétés de
    construction de ponts, de pistes d'aéroport et balisage, de
    construction de routes, celles de desserte agricole, de
    transport public, de signalisation routière et fluviale,
    d'aménagement des voies d'eau, et celles actives dans le
    transport ferroviaire), en construction (briqueteries, logements
    sociaux), en tourisme (agences de voyage et professionnels
    du tourisme spécialisés dans l'écotourisme et dans le
    tourisme équitable).

    Quelques chiffres

    Sous exploitée et donc sous-développée, (un PIB / habitant =
    110 USD), la R.D.C. est un pays qui regorge d'immenses
    ressources naturelles avec un taux de pauvreté des plus
    importants au monde.

    Ces dix dernières années, on note un accroissement des
    investissements dans les secteurs minier, des télécommunications
    et dans l'espace audiovisuel. Cependant, des gros
    investissements sont nécessaires dans l'agriculture, les
    infrastructures routières, les chemins de fer, les voies
    navigables, l'industrie manufacturière, l'agroforesterie,
    le tourisme, l'hôtellerie, les banques, les logements.

    A ce jour si la croissance est de plus ou moins 6,5 % l’an.
    Des études ont révélé qu'avec un taux de croissance de 8%
    l'an, la RDC pourra atteindre le premier des OMD (Objectifs
    du Développement du Millénaire) vers l'an 2015-2016. Avec un
    taux de croissance de l'ordre de 10% l'an, la RDC
    pourrait atteindre cet objectif vers l'an 2011-2013. Tandis
    qu'avec un taux de croissance de l'ordre de 12% l'an, cet
    objectif pourrait être atteint vers l'an 2011. Réf. Mr.
    Paul Luwansangu Assistant/Unikin (Université de Kinshasa).

    Dans ce contexte, les entrepreneurs belges ont reçus un
    appel clair de la part du Président de la FEC, Mr. Albert
    Yuma. « Allez dans les Provinces, rencontrez des gens qui
    comme vous veulent faire des affaires et ne faites pas
    seulement du Tourisme »… « Nous avons confiance en vous
    ».

    poignee2

    Beltrade petit