• Les Nokos, la RDC et les autres

    Pin it!

    Chose rare ici, de ne pas commencer  par  la R D C

    Kinshasa. Ses faits de Sociétés les gens, la vie des

    Sociétés  et des affaires.

     

    C'est que chez les 'Nokos" à 6 000 km d'ici il s'en

     passent des choses.

     

    Les Flamands, par la voix de l'Open VLD, Parti

     Libéral Flamand et de son Président le 'fils de'

    Herman De Croo a choisi de faire sauter la mine

    BHV Et avec elle le  Gouvernement.  La Mine Tri-

    Céphales, BHV. Lisez Bruxelles Hall Vilvorde.

     

    Les Nokos du Sud, appelés Wallons ou

    Francophones sont donc devant le fait

    accompli. Celui d'un  Parti qui dicte la

    vie ou la mort d'une Coalition.

     

    Pourquoi est-ce qu'un dossier qui remonte

    à 1963 explose aujoud'hui ?

     

    En 1962, les Flamands demandent à ce q'une

    'Frontière' linguistique soit définie pour éviter

    tout expansionnisme Francophone. C'est de

    la que naissent les communes à "facilités" pas

    si facile que çà. Bruxelles avec 85% de son

    électorat francophone bénéficie d'un statut dit

    spécial. Les personnes peuvent voter dans la

    langue qui est la leur et pour des listes du

    Nord ou du Sud. Flamandes ou Francophones.

    Hall et Vilvorde font partie du "PAQUET".

     

    150 000 personnes qui parlent le français ont

    donc accès à des listes Francophones si on

    oublie pas les 6 communes à facilités. Ouf !

    Pour faire simple. 

     

    Les Nokos du Nord (Flamands) de plus en plus

    nationalistes et peut être revanchards veulent

    leur AUTONOMIE qui pourrait être à ce compte

    la scission pure et simple de la Belgique. Bye Bye

    Belgium.

     

    En sommes nous la ?

     

    Probablement pas en ce mois d'avril de 2010.

    Même si le démineur M. Dehaene, choisit par

    le Roi a échoué dans sa mission. Il n'est pas

    illusoire de penser à un nouvel accord au moins

    sur des principes de négociations irréversibles.

    C'est la condition posée par les Nokos du Nord

    aux Nokos du Sud.

     

    Toujours est - il que de plus en plus, il est difficile

    de vivre sur le sol Flamand pour un Francophone.

    Les Nokos "extrémistes' flamands confondant le 

    Droit du Sol et Droit au Sol.

     

    Comme le disait justement Paul Hermant dans sa

    Chronique du mardi 27 avril 2010. ....'Car le droit

    du Sol ce n'est pas un droit qui ferme l' accès mais

    qui l'ouvre... Le droit du Sol est qui est chez moi

    est de chez moi et pas le contraire. Le contraire ...

    c'est le droit du sang où il faut être de souche

    pour être de quelque part....'

     

    Les Nokos sont en crise d'identité. Elle prend

    le pas sur la crise financière, industrielle et Sociale

    que connaît le pays. Comme on dit, "le cœur

    à ses raisons que la raison ne connait point".

     

    Calcul électoral d'un fils en mal de reconnaissance ?

    Coup de force quitte à couler le bateau ?


    Est-ce la "compromis" à la belge ou le conscensus

    comme vous voulez qui est en péril ?


    Pour la première fois le dialogue est rompu.

    Il s'agit bien de la Démocratie  Belge qui est 

    menacée.

    Un Parti décide sans dialogué. Il s'impose. Sans

    vigilance extrême, la crise est peut  être bien plus

    profonde. 

    A suivre ...


    bhv

     

    En ce même temps, à Kinshasa, une pétition circule

    pour que la Belgique accepte d'accueillir Jean- Pierre

    Bemba sur son sol. Droit d’asile. Ceci en cas de décision

    de  la C.P.I. de La Haye, d'une libération conditionnelle.

     

    Pour rappel, le Chairman du MLC, est retenu à la CPI

    depuis le 24 mai 2008. Arrêté à Bruxelles et ensuite

    remis aux autorités de la Cour Pénale Internationale,

    M. Jean - Pierre Bemba doit répondre de plusieurs

    chefs d'accusations.

     

    C'est le député, l' Honorable Kanku et sa plate forme

    "Union pour la Nation" qui sont à l'origine de cet appel

    signé par 120 députés. Resté fidèle à celui dont il

    a été le bras droit lors de la Vice-présidence de M.

    Bemba.  Le député Clément Kanku espère de la

    Belgique, même mise à mal, comme on la vu. Un

    Geste. Une ouverture.

     

    Il spécule  peut être aussi de s'appuyer sur le Jubilé du

    Cinquantenaire et des bonnes relations qu'entretien la

    Belgique avec la RDC depuis la fin de l'année dernière

    Affaire à suivre dans les prochains jours…

     

    Autre annonce celle de la rouverture prochaine des ondes

    de R.F.I. Radio France Internationale, sur Kinshasa et sur

    l'ensemble du territoire congolais. RFI de retour sur les

    ondes dans les familles, après neuf mois d'extinctions

    des voix.

     

    Pendant ce temps, hier, les taxis - bus ont fait la grève.

    Ils ont fortement perturbé la bonne marche des usines et

    entreprises de Kinshasa.

     

    Ils revendiquent moins de pression de la part de la Police,

    moins de tracasseries.

     

    S'il doit y avoir négociation, il est a espérer que ceux

    de la rue seront aussi défendus par l'Etat. S'il est vrai

    que les tracasseries policières se sont multipliées à

    leur endroit, il n'en est pas moins vrai, q'un appel à

    plus de bon sens est de mise. Les Rois de la route

    ne se privent de rien. Ce qui compte. Faire du chiffre !

    Au  mépris  total du respect du  code de  la route, du

    respect à la propriété privée ou publique, et même du

    respect de la vie d'autrui.

     

    Il y a matière à négocier. Moins de tracasseries

    pour plus de sécurité sur les routes kinoises.

     

    La France, elle, se voile de ses difficultés en votant

    une loi contre le port de la Burka. On ne s’en plaint

    pas. Mais tout de même çà concerne moins de 3000

    personnes en France. Si c’est de l’égalité des femmes

    dont il s’agit et du respect des droits de l’homme. Il y 

    avait mieux à faire.

     

    Inégalité des salaires, inégalité des chances, la place

    des femmes à des postes à responsabilité. Ils ont fait

    un choix. Pas le plus difficile. C’est sûre. Les optimistes

    diront que c’est une avancée. Les pessimistes eux s’

    inquiètent des retombées exacerbées par des fanatiques

    à qui on a donné une visibilité totale.

    C’est un groupe de gens d’une religion donnée qui se

    voit montré du doigt jour après jour. Les amalgames

    ont déjà commencé et çà ne dit rien de bon pour l’avenir.

     

    L’interdiction de la Burka aura donné droit de cité aux

    extrémistes sans faire avancer le droit des femmes au

    pays de Voltaire ou chère à  Montaigne.


    Comme si çà ne suffisait pas pour le plat pays, cher

    au Grand Jacques. TF1 a arrangé les choses à sa

    manière. Il faut croire que la chaîne privée est plus

    habile à vendre des salades, "puisqu'elles le valent

    bien ! " que faire de l'info, puisqu'ils n'ont pas hésité

    à mettre le Royaume sans dessus - dessous. Voir

    l'image.

     

    faussecarte



    Et encore, on n'a pas parlé de la faillite de la Grèce et

    des tergiversations européennes, de la rentrée en force

    du F.M.I. longtemps vilipendé et maintenant devenu  le

    sauveur suprême. çà Nicolas Sarkozy ne le savait pas

    lorsqu'il a envoyé loin de Paris DSK, Dominique Strauss

    Kahn. Et puis, le Portugal aussi  dans la tourmente.

     

    A qui le tour ?


    On le voit, les « Nokos », la R.D.C. et les autres, nous

    Sommes englobé dans un monde grand comme  un  

    village qui à une fâcheuse tendance à manquer d’une

    place commune.

     

    Bonne journée et bonne lecture !

  • Le Cinquantenaire de la RDC et nous et nous

    Pin it!

    Cette année, personne ne peut l'ignorer, surtout pas

    les fidèles lecteurs de cette page, cette année donc

    est bien celle du jubilé. Comme 16 autres pays du

    continent, la République Démocratique du Congo, Ex

    Congo Belge, célébrera  la cinquantième  année de

    son indépendance, le 30 Juin de cette année. 

     

    Afrique indépendance _2010

    Afrique et Indépendances !

     

    Le Commissariat Général du Cinquantenaire a, à cet

    effet lancé un sondage dans la population pour savoir

    ce que nous devions retenir de cette indépendance et

    dégager les "attitudes" positives et négatives, pour n'en

    garder que celles qui permettront d'aller de l'avant et de

    progresser ensemble, revenir à une certaine éthique de

    la vie. Pour un  Congo meilleur, tourné vers l'avenir.

     

    L'éthique revient dans les discours depuis plus de deux

    années. Pèle mêle, Tolérance Zéro, les discutions et

    les prises de résolutions des différents séminaires, les

    interventions des dirigeants lors des conférences qui 

    sont données à la presse.

     

    L'histoire d'un pays est moins la volonté d'une seule

    personne que celui de l'enchaînement  d'événements

    et d'interactions avec des conflits d'intérêts. Le fait de

    dire "plus d'éthique" dans les séminaires, si titrés soient

    ils, ne va pas changer grandement les choses. c'est ce

    que je pense. Sinon çà se saurait. A Kinshasa depuis 

    le début des années 2000, il serait intéressant de faire

    le relevé du nombre de séminaires en tout genres, de

    faire le relevé des résolutions et d'établir un tableau de

    réalisation de ces résolutions. 

     

    Est-ce à dire, que les résolutions, sans contraintes, çà ne

    marche pas ? 

     

    Ce n'est pas le propos. Mais s'il n'y a pas de Comité de

    suivi. Un vrai. Pas un nouveau pour chaque réunion, ou

    chaque rencontre. Les résolutions ont tendances à rester

    lettres mortes même écrites et signées sous le sceaux de la

    confiance et de la ferme intention d'y arriver. 

     

    Des moyens et des outils. Une politique d'éveil des 

    consciences et de proximité. Ecouter, analyser, pour

    comprendre. Ne pas s'imposer des objectifs qui ne sont

    pas accessibles par les populations. 

     

    C'est comme demander, une ville propre, sans mettre

    en place des moyens pour que celle - ci soit propre.

    Si vous n'avez pas de poubelles, les gens jetteront les

    papiers sur la voie publique. Si les quartiers sont sans

    vides ordures ménagères organisés, elles seront jettées

    dans le caniveaux. Et ainsi de suite, jusqu'à la création

    d'inondations de quartiers entiers, provoquant la mort d'

    enfants électrocutés par l'enchevêtrement des fils de

    courant allant en tout sens à même le sol, dénudés,  

    (souvent des détournements des lignes de la SNEL), et

    l'eau conductrice. 

     

    A partir de quelle justification, allez vous sanctionner ?

    Sur quelle base ? Celle du manque d'éthique ? Comme

    si l'éthique était un bien privé des nantis à appliquer par

    ceux qui sont en bas de l'échelle sociale. 

     

    Demander plus d'éthique sans prévention de sanctions

    possibles et sanctionner s'il le faut après sommations.

    La démocratie participative est-ce juste pour les autres ?

     

    Prenons l'exemple de la circulation. Prendre en ôtage

    le chauffeur de la voiture qui est en double file, parce 

    qu'il a une belle voiture ou l'apparence d'être à l'aise.

    Alors que des centaines de voitures circulent sur les

    bas côtés normalement réservés aux piétons. C'est

    aller contre l'éthique. C'est injuste. Les acteurs de ce

    désordre, chauffeurs, policiers, et autres, devraient être

    mis devant leurs responsabilités et user de moyens qui 

    au départ sont de prévention et ensuite de sanctions.

     

    Pourquoi ne pas utiliser les chevaux de frise pour barrer

    les à côtés des routes asphaltées ? Pourquoi laisser aller

    cette dégradation de biens publiques et privés ? Pourquoi

    cette  anarchie dans les actes ? 

     

    Une petite fille de 7 ans, vient encore d'en faire les

    frais de sa courte vie à Lemba, ce jeudi. Son frère

    est à l'hôpital et les parents sont désemparés, ils 

    sont anéantis. Qui ne le serait pas ?  Personne ne 

    leur rendra leur fille, leur enfant  chéri. Ils étaient sur

    le bas côté de la route, celui réservé aux piétons. Ils

    allaient faire des courses avec le gardien. Ils n'ont

    pas demandé à être la, à ce moment. Ils étaient sur

    le bas côté de la route, insouciants.  

     

    Qui va payer ? Vous direz rien ne paye la perte d'un

    enfant. Et vous avez raison. Le Taxi bus qui lui a ôté

    la vie, n'est pas assuré, pas en ordre technique, il est

    en flagrant délit d'infraction au code de la route. Il va

    prendre quelques jours de cachots. Et la vie reprendra

    pour lui. La vie passe. Sur les Taxis - bus, il est écrit

    en lettres majuscules , "Jésus est vie", "Don du Christ"

      et  autres références bibliques. Bon, pourquoi pas ?

    Qu'en est - il vraiment de tout ce charabia ?

     

    Un pardon et puis c'est tout ?  

     

    Alors, oui, plus d'éthique, de discipline, mais avec

    de la méthode et des vues à moyens et long terme

    une éducation reprise en main. L'éducation est un 

    droit humain, elle donne l'accès à plus de justice, plus

    d'égalité des chances. 

     

    Bonne journée et bonne lecture !

     

  • Internet et communications qui va payer ?

    Pin it!

    La R.D.C. (ses dirigeants) sont tournés vers les technologies

    de la communication. C'est devenu une volonté politique.


    La volonté politique suffit-elle ? Les dirigeants, comme la

    population, et les entreprises sont conscients qu'une partie

    du boum économique dans les cinq à dix ans se jouera sur

    le net et via les technologies des télécommunication. C'est

    déjà le cas mais cette situation va encore s'accroître. 


    L'état des lieux n'est pas vraiment catastrophique mais il

    n'est pas non plus encourageant en ce moment.


    Tout le monde sait que les retombées de la crise financière

    du dernier trimestre de l'année 2008 à fait du mal à tous. Le

    secteur des télécom dans les pays en voie de développement

    à fermé les robinets aux investissements, partout et dans les

     pays les moins bien dotés, ont même réduits leur taux de 

     couverture.


    La RDC, à l'heure du passage du 3G au 4G n'en est encore

    qu'à un balbutiement. Si les opérateurs GSM ont affichés

    tous ensembles environ 6,5 millions d'abonnés, environ,

    Il faut dire que le départ des sociétés minières dans les

    régions d'exploitations en plus des secousses dans chez

    les autres acteurs actifs au niveau de l'économies et des

    emplois dans le pays ont vus ralentir le rythme des affaires

    à fortement, mis à mal cette statistique. Mais laissons ce

    chiffre, qui à lui seul donne une perspective des capacités

    du pouvoir  financier des familles d'une part, et de l'autre, le

    taux de progression qui est devant nous.


    Les conditions sont elles remplies pour aller de l'avant ?

    On est tenté de dire non. Tout le monde sait que les

    opérateurs dans le monde, refusent de payer la facture

    du développement des réseaux. Ceci se passe sur des

    continents et dans des pays qui ont des structures de

    bases fiables ou réputées pour l'être.


    La R.D. Congo est en panne de ses structures de bases.

    La  SNEL ne  parvient  pas, faute de moyens à donner du

    courant aux ménages  de la Capitale. Ne  parlons pas de

    ce qui se passe à l'intérieur, hormis Lubumbashi, Matadi,

    Boma et quelques autres villes.


    Sans courant et sans réseau de câblage associé, oublions

    de tirer des lignes à fibres optiques, nécessaire pour avoir

    accès aux connections à grande vitesse et à haut débit.


    Sans un pouvoir d'achat plus élevé, il  est illusoire de se

    dire que les ménages vont se tourner demain vers la haute

    technologie. D'autres priorités s'imposent même s'il est une

    évidence  que l'on  sacrifie souvent l'essentiel pour être à la

     mode ou à la page et avoir son Mobile cellulaire.

     

    Des chiffres qui glacent l'atmosphère des professionnels

    du secteur.

     

    Plus ou mois 12 000 familles connectées à la TV sattelitaire.

    Plus ou moins 18 500 connections à Internet.

    14 % d'abonnés aux opérateurs GSM. Ces chiffres sont ceux

    pour l'ensemble de la République. 

     

    Un  chantier immense qui donne le tournis à plus d'un homme

    d'affaires avisé. 

     

    Mettre en place les structures de bases.

    Contrôler le flux réel des communications.

    Avancer sur le chantier électrique et le câblage.

    Investir dans le matériel de relais. 

    Accès aux bornes de connexions de la fibre

    optique du côté Ouest (Muanda) 

    Maillage du réseaux.

     

    Qui va investir ?

     

    Le territoire à couvrir est six fois plus grand que la

    France. C'est à comparer à l'Europe Occidentale.

     

    Même si la priorité n'est pas la en ce moment, elle

    se fera sentir. Comment expliquer qu'une partie de

    la Nation à accès et que l'autre en est privée ?

     

    La Chine peut elle résoudre se problème seule ?

    C'est une autre question qu'il ne faut pas éluder.

    Mais lorsque l'on sait que les principaux acteurs de

    ce secteur sont américains, il faudra s'entendre.

    Les acteurs du secteur de l'internet, sont entre autres

    les moteurs de recherches, les bases de données qui

    donnent accès à l'information universelle. En plus les

    satellites de communications. Il y en a d'autres.

     

    Peut ont aller de l'avant sans un Plan Global de Relance

    des pays de l'Afrique des Grands Lacs ?

    Un Plan Marshall ? Ou appelez le comme vous voulez !

     

    Difficile d'y croire sans se dire qu'on prend patience encore

    durant 15 à 20 ans pour reconstruire sur base de subsides

    éclatés provenants de différents bailleurs et donc qui vont

    continuer de perdre en Valeur Ajoutée. La coordination est

    souvent mise à mal ce qui implique un déficit de résultats

    sur le terrain.

     

     


     



     

     

     

  • Kin Label, ne pas confondre ...

    Pin it!

    Microsoft vient de révéler son nouveau téléphone

    mobile, le "KIN". Et oui. Kin-La-Belle, devient un

    "Label" de cellulaire pour adolescents. Les "Kin"

    One and Two, sont le résultat de la synergie entre

     Verizon Wireless et Sharp, respectivement et dans

    l'ordre, Opérateur Mobile et Fabricant.

     

    Sharp n'en est pas à son coup d'essais, il avait

    séduit avec le "DANGER" et son clavier super 

    intuitif et facile d'utilisation. 



    Sur le marché pour concurrencer l'iPhone d'Apple,

    le KIN, est un petit bijoux de technologies pour que

    les ados et les autres, restent connectés et gèrent

    "leur" vie.

     

    575x385_1561868_0_76da_ill-1332557-5754-kin

     Le voici Photo : In Le Monde de  Microsoft

     

    Plus proche de l'interface et du design des "BB"

    Blackberry que du iPhone, le "Kin" aura t-il assez

    d'atouts pour se nicher sur le marché ?


    Autre question. Le prix ? Celui-ci sera l'argument

    qui positionnera ou non le KIN en bonne place face

    aux autres smartphones. iPhone coûteux mais il a

    son histoire, et d'autres moins chers qui sont déjà

    dans le segment des Mobiles Connectés et qui de

    plus sont abordables.


    C'est Vodafone  qui devrait le commercialisé sous sa

     licence  en Europe.   Ce qui   donne des  chances aux

    opérateurs connus de le proposer en package plus ou

     moins avantageux, en France, Belgique ...


    Résolument tournés vers les réseaux sociaux tels

    que Facebook, Twytter et autre MySpace, les Kin

    1 et 2 s'adressent à la génération des personnes

    en lignes.


    Et pour les amoureux de l'étymologie des mots, 

    sachez   que  "Kin",  en Anglais veut dire, et oui, 

    simplement  "Parent" . Les ados à défaut de voir

    papa ou maman, vont tchater à partir d'un Mobile

    qui fait en quelque sorte partie de la famille.


    Kin Label, Kin-La-Belle, Kin à ne pas confondre.

    Mais Kin qui se décline sur les continents et dans

    toutes les langues .  


    Bonne journée et Bonne lecture !

     

  • L'échevin des produits wallons dans les ananas

    Pin it!

    Luc Toussaint, c'est une personnalité, des slogans,

    des idées qui font mouches et des projets qui se

    concrétisent.


    clip_image001

    Crédit Photo : Luc Toussaint.


    C'est peut être une aubaine qu'il jette son dévolu

    sur ce coin de terre, à l'Est de la R.D.C. en bordure

    du Lac Kivu ? Parce qu'il s'installe notre Luc. 


    clip_image003

    Crédit Photo : Luc Toussaint.

     


    L'homme des slogans... "Je fais du Liège vitrine", 

    "Je vais au marché" ou "Passe par Liège on à le

    coeur sur la Meuse", le rendent populaire mais au

    delà, il capte les initiatives et les entreprises qui

    veulent investir dans le renouveau de la région de

    Liège. Un des ses hauts faits, l'abattoir public de

    Liège et la création de 700 emplois et la réalisation

    de plus de 200 millions d'Euros de chiffre d'affaires.


    clip_image004

    Crédit Photo : Luc Toussaint.

     


    Affaires économiques et culture ont toujours été ses

    moteurs de vie. "Du Rock et du boulot". Et il s'y

    tiendra à ses promesses.


    Il ne serait pas inattendu qu'il nous sorte un de

    ses jours, un beau mot pour la culture des ananas,

    du manioc, ou de la patate douce.


    Luc Toussaint, un type à l'air de Dandy, la barbe

    grise au menton, un chapeau à la Indiana Jones, 

    ne vous fiez pas à son look, écoutez le plutôt.


    clip_image005

    Crédit Photo : Luc Toussaint.

     


    En une année, il fait parler de 3Tamis, de l'agence

    Espérance, de la vie des villageois, de la vie des

    petites gens et des communautés de pêcheurs, d'

    agriculteurs, d'éleveurs. Du commerce équitable, 

    de l'Ecotourisme. Un regard neuf, mais pas naïf,

    il donne à voir une autre réalité dans les Kivu que

    celle qu'on nous donne à voir dans les médias.


    Il positive sans transfigurer la réalité. Pas dupe

    il sait qu'il ne suffit pas d'avoir du bagout et un

    beau chapeau pour réussir. il sait que l'exotique,

    c'est lui,ici, dans cette région, dans ce pays.  

    Il donne un coup de main à une association de 

    plus de 250 cultivateurs, qui travaillent sur 150 Ha

    de terre. S'il s'investit ce sera ... 

     

    A Suivre ! 

     

    Ananas_image002

    Crédit Photo : Luc Toussaint.

     


    Bonne journée et Bonne lecture. 

     

  • Le Petit Futé R.D.C., seconde livraison...

    Pin it!

    Samedi dernier, les deux co-auteurs de la dernière

    livraison du Petit Futé donnaient une conférence de

    presse en la Salle Brel du Centre de la Francophonie

    Belge, Wallonie - Bruxelles International.


    Messieurs Philippe  Wyvekens et  Médard Tambwe 

    Mangala, Directeur de Publication et Auteur du livre

    ont expliqué leur démarche pour  ce  deuxième  livre

    touristique sur la République Démocratique du Congo.


    Le mot qui reflète probablement le mieux le Congo 

    c'est "DIVERSITE". Diversité du patrimoine naturel,

    diversité du climat de la faune et de la flore, diversité

    territoriale, avec onze Provinces qui deviendront très

    prochainement Vingt six, diversité des ressources et

    des sources d'énergies, diversité des terroirs, diversité

    des langues et celle de la Culture et des Arts.


    Ils tracent les perspectives du Tourisme en RDC, et

    ils relèvent le potentiel énorme dans ce domaine.


    Les Congolais et le tourisme.


    Il fut relevé durant la séance de questions et d'avis

    échangés entre la salle et les orateurs, que la notion

    de tourisme reste encore très nébuleuse dans l'esprit

    des gens et que le fait de se rendre à Maluku, Boma,

    Le Lac Ma Vallée ou les Chutes de Zongo n'est pas

    pour les congolais "faire du tourisme". Alors que c'

    en est. Font entendre deux intervenants de la salle.

     

    arton18620-7532e

    Cliquer sur l'image : Lien vers le site

     

     

    "Le tourisme ce ne sont pas uniquement des blancs 

    qui se baladent avec un appareil photo, c'est aussi

    la population qui va avec les enfants au Zoo, au Centre

    de Kinshasa, ou ailleurs dans le pays et qui va à la

    rencontre d'un nouvel espace de vies, de cultures

    différentes, de paysages différents."


    Autre point relevé durant la présentation, la difficulté

    rencontrée ainsi que les tracasseries  en  matière  de

    prises de vues PHOTOGRAPHIQUES.


    La photographie devrait être réglementée ouverte et

    ne plus être un motif de longues palabres.


    Ouvrir la photographie aux personnes qui aiment garder

    des souvenirs de leur passage c'est aussi donner une 

    chance à une autre visibilité du Congo. Un autre oeil

    que celui rendu si souvent par les médias, parce qu'on

    ne parle du Congo, que lorsque çà va mal.


    Le permis de  Photographier c'est un nouveau zoom sur

    le Congo un angle de vues différent, un prisme humain qui

    est   dénué   de   sensationnalisme   à tout  prix   ou   de  

    voyeurisme. 


    La diversité et les richesses ont été abordées, elles le

    seront toujours dans ce pays merveilleux et si grand. 


    La principale richesse vient tout de même de la diversité

    des populations et de la gentillesse qui en émanent.


    Bonne journée et Bonne lecture !


  • Mbandaka, Province de l'Equateur sous les balles

    Pin it!

    Mbandaka en Province de l'Equateur, à plus de 600

    Km de Kinshasa, subit des combats à l'arme lourde

    et légère entre des "Insurgés", et les FARDC (Forces

    Armées Congolaises) et la MONUC.


    Difficile d'obtenir des renseignements fiables à cette

    heures, quant à l'ampleur du mouvement.


    Combats entre une faction rebelle et la République ? 

    Combats d'un mouvement plus organisé contre la 

    République Démocratique du Congo et ses représen-

    tants ? Tentative de déstabilisation de l'Etat Congolais

    avant le 30 Juin, date anniversaire de l'accession à l'

    indépendance ? Autant de questions qui sont ouvertes

    et de supputations et autres spéculations quant aux

    réelles motivations d'un tel regain de tension dans la

    Région à l'Ouest de la R.D.C. 


    Je viens de parler avec une dame qui vit la-bas. Elle

    est en sécurité chez des amis. "A 9,30 heures ce lundi

    de Pâcques, les tirs viennent de se calmer" dit elle. "Il

    est difficile pour nous de savoir exactement ce qui se

    passe vraiment."... "La Monuc prend part aux combats"

    .."La MONUC déplore d'ailleurs un de ses militaires tué

    et plusieurs blessés." 


    Ce qui aurait commencé avec 30 personnes venus par 

    le Fleuve, dimanche, aurait gagné et grandit en intensité.

    Ces événements se passent alors que le Gouverneur de 

    la Région est en séance de travail à Kinshasa. Des biens

    privés auraient été pris pour servir à la logistique, ou pour

    servir de remparts.  


    Les "Enyele" tribu de l'Equateur, les partisans de Jean-

    Pierre Bemba, ou encore les partisans de "Bundu Dia

    Kongo" secte d'obédience religieuse et anti-gouverne-

    mentale sont ils mêlés  plus largement aux combats 

    qui ont débuté en ce dimanche de Pâcques ?

     

    En publiant "A Kinshasa, dimanche c'est Pacques"

    je ne me doutais pas un instant que les obus et les 

    balles remplaceraient les oeufs venus du ciel. On a

    beau vouloir de la poésie, voir le monde de manière

    rêveuse ou en couleurs, les événements de la vie

     ramènent  toujours ou souvent à  d'autres réalités. 

     

    Autre petite question qui fâche ou embête? D'où 

    peuvent provenir les armes et l'argent  qui servent à

    des troupes "Rebelles"  pour qu'elles osent et puissent

    s'attaquer aux institutions de manière récurrente à l'Est

    ou à l'Ouest de la République ?



    A Suivre....


    Bonne journée et bonne lecture !


  • A Kinshasa, dimanche ce sera Pâcque

    Pin it!

    Il est des jours où écrire est difficile et on se dit à quoi

    bon. De plus en ce vendredi Saint, pour un Athée. Les 

    mots ont ils la juste signification, sont ils à propos ? A

    pic ?


    C'est tout de même le vendredi du Supplice, celui de la

    Passion du Christ. Et je me dis, qu'en ce jour d'exécution

    il y a tant à dire des persécutions qui continuent dans le

    Monde et en Afrique en particulier. Tant de gens vont se

    forcer à manger maigre ou ne pas manger alors qu'ici le

    repas n'est jamais gagné et le pain quotidien est loin de

    l'enseigne des "petits déjeuners luxes", il doit se mériter

    au bout d'un labeur sans heures. Il se mangera sans beurre

    avec un peux de chance il y aura tartiné dedans du Blue

    Band.


    Et pourtant, la ferveur croyante est la. Les églises seront

    pleines, (elles le sont toujours), les nouvelles surtout.


    Parce qu'il y a celles qui réveillent, elle font du bruit la

    nuit comme le jour. Sans doute pour mieux se faire en-

    tendre la haut ? Et puis les autres. Les classiques, qui

    sont de moins en moins fréquentées, mais qui gardent

    bien hauts les clochers pointés vers le ciel. Si on est pas

    croyant on est pas un homme. Est-ce le legs des pays

    riches aux pays pauvres ? Le legs de l'humanité bien

    pensante à l'autre qui sois disant, ne pense pas ?  


    On parlait du pain. Mais que dire des "cocognes" et autres

    gâteries et friandises avec les classiques oeufs de Pâques

    dont la chasse sera ouverte dimanche ?  Tout le monde

    hélas n'aura pas la même fête.

     

    Il est des enfants à qui l'on ment afin de les protéger de la

    vie et de sa réalité si dure. Et donc les parents, oui les

    parents mentent et ils perpétuent la tradition "des cloches"

    qui quittent Rome,  pour venir dans les parcs et jardins

    disséminer les oeufs dont elles ont fait le plein avant de

    quitter la ville Sainte.


    Il est des enfants qui ont la vie dure dans le ventre des

    mères encore rondes dans leur attente de celui ou celle

    qui a été désiré ou pas. Pour ceux là, les nids de poules

    n'auront pas la même signification que pour les autres

    et ce sera peut être pour la vie.


    Pour les mères non plus d'ailleurs. Parce qu'on préfère

    leur parler d'Abstinence  que du Préservatif ou de la

    Messe pour filles seules, veuves, mariées etc. Plutôt

    que de programmes de planning familiale ou de moyens

    contraceptifs.


    Le Monde tourne à tout berzingue. Les cybers cafés sont

    remplis d'accès en gigabits et de modernité alors que la

    rue, dehors, sur le trottoir, la pauvreté semble être une

    fatalité. Tellement elle est, grande, envahissante. Les 

    marchands de rêves divins, eux,  prennent les billets à

    ceux qui en ont si peux et le monde continue de tourner.

    Ils ou elles ont jeté leur costumes de fonctionnaires ou

    de travailleurs privés pour celui de "Pasteur". 

     

    La bonne parole est répandue, et l'explication est en

    tout cas imparable "Dieu l'a voulu". Le débat est clos

    la cause identifiée, on fait le deuil et n'en parlons plus.  


    Il est des vendredis, où on se dit qu'il aurait mieux été

    d'être aveugle et sourd. Mais non ! Suis je con ? On ne

    dit pas ces choses là. 


    C'est l'indifférence qui tue. L'indifférence c'est le clou

    qui crucifie sur la croix les hordes des sans voix, de ceux

    qui sont en bas. Quand on vit au soleil, on sait que la

    misère n'y est pas moins pénible. Le sourire des gens

    du Sud ne dit pas tout. Il est vie et espoir c'est tout. La

    misère souriante ça reste la misère. Point trait, comme 

    on dit ici. 


    Que vous soyez pauvres ou riches, croyants ou pas, 

    pratiquants ou athées, ivoires ou ébènes, en ce week-

    end Pascal, je vous souhaite, 


    Bonne journée et bonne lecture !