• Kinshasa, Jour J

    Pin it!

    Très tôt ce matin, nous avons quitté la maison

    pour aller en ville et remonter l'Avenue Kasa -

    Vubu et nous rendre à l'endroit du défilé.

     

    vcm_s_kf_repr_884x587

     

    vcm_s_kf_repr_884x587

     

    Défilé civile et mililtaire. Défilé sous le soleil,

    devant une tribune de chefs d'Etats très bien

    fournie. Outre la présence du Couple Royal, il

    y  avait une autre symbolique .  La Présence

    du Président Paul Kagamé et du Président  de

    l'Ouganda, M. Museveni.

     

    La foule était dense, des gens venus à pieds

    des communes et des quartiers lointains.

     

    vcm_s_kf_repr_884x587

     

    vcm_s_kf_repr_884x587

     

    Le défilé militaire a marqué et marquera encore

    les  esprits. Démonstration de force.  Sortie  des

    nouveaux     engins, des   chars, des avions,  les

    troupes en force et en ordre. Défilé des forces de

    la MONUC aussi.

     

    Défilé civile. Présence massive des chinois, sur

    les engins de génie civile, parmi la foule.

     

    vcm_s_kf_repr_884x587

     

    vcm_s_kf_repr_884x587

     

    Présence   chinoise  importante dans   tout  les

    secteurs. De la Provenance des nouvelles armes

    et matériel militaire, dans les engins destinés

    aux Cinq Chantiers.

     

    vcm_s_kf_repr_884x587

     

    Le    discours Présidentiel   résolument tourné

    vers l'avenir. Plus de détails quant au ressenti

    des populations dans les joursà venir.

     

    Ce soir le Bd du 30 juin est rempli de monde,

    la nouvelle Place du 30 juin et sa Fontaine font

    le plein. Place à la griserie de la fête. On a pas

    tout les jours cinquante ans.   Et puis, un  jour

    comme celui-ci çà se fête.

     

    vcm_s_kf_repr_884x587

     

    Demain sera un autre jour, un autre départ.

    Le réveil du géant, RDC, paradis terrestre.

    C'est ce qu'on pouvait lire sur la banderole

    placée en devant de la tribune officielle.

     

    vcm_s_kf_repr_884x587


    Bonne soirée et bonne lecture !

     

     

     

  • Jour J - 1, Le Roi Albert II à l'Ecole Belge

    Pin it!

    Cette journée fut très chérgée en émotions diverses.

    Tout  d'abord  la  visite  Royale  au Lycée Prince  de

    Liège (Ecole Belge) et ensuite l'invitation aux belges

    à la Résidence de l'Ambassadeur de Belgique pour

    et à l'occasion de la présence du Roi et de la Reine

    en R.D.C.

     

    Ci-dessous,   Le Roi,   la Reine Paola et    M. Yves

    Leterme pendant le spectacle joué en leur honneur

    par les élèves de l'Ecole Belge de Kisnhasa.


    vcm_s_kf_repr_884x587
    Photo : Dany Masson

     

    Le  Premier  Ministre  Yves  Leterme est aussi du

    voyage. Il s'est déplacé avec le couple Royal et il

    s'est engagé dans sa différence en signant le livre

    de condoléances adressé à M. Floribert Chebeya.


    vcm_s_kf_repr_884x587

    Photo : Dany Masson

     

    D'autres images demain, des En-Chanteurs entre

    autres, lors de la réception à la Résidence.

     

    Madame Brigitte Capon devant la chorale avec

    S.M. Le Roi et SE l'Ambassadeur.

     

    vcm_s_kf_repr_884x587

    Photo: Dany Masson

     

    Bonne journée et Bonne Lecture !


  • Kinshasa Jour J - 2

    Pin it!

    Désormais un porte folio du Cinquantenaire est en

    ligne.

    http://portfolio.lesoir.be/main.php?g2_itemId=519351

     

     

    main

    Une des images du porte folio. Bravo !

     

    Le Boulevard du 30 juin à ses lampadaires, pour

    des nuits de conduite dans la lumière.

     

    Les  journalistes  sont arrivés de partout. Dès  ce

    matin,  la RTBF donnait  le trafic routier des deux

    capitales.  Le  cinquantenaire de la RDC s' inscrit

    en  lettres capitales aussi bien en  Belgique qu'en

    R.D.C.

     

    Les tribunes sur le Bd Triomphale devant  le Palais

    du Peuple sont prêtent pour acceuillir les invités de

    marque, et voir le défilé.

     

    Mardi, Mercredi et Jeudi sont décrêtés chômés. Les

    terrasses,  les Nganda  comme on  dit ici,  sont elles

    aussi décorées et belles pour participer à la fête.

     

     

    Demain, Jour J - 1

     

    Bonne journée et Bonne Lecture !


  • Kinshasa, Jour J - 3

    Pin it!

    Ce   dimanche la place de la Gare, ex place du

    Marché des Arts (dit populairement marché des

    voleurs) a été inaugurée par le Président de  la 

    République,    M. Joseph Kabila.   Elle s'appelle

    désormais  Place du 30 Juin.

     

    La fontaine de l'ex Marche des Arts dit aux voleurs  on Twitpic

    Photo D Masson sur Bllackberry

     

    Drapeaux sur Colonel Mondjiba Kinshasa  on Twitpic

    Photo D Masson sur Blackberry

     

    Photo   prise samedi  vers 14,30 heures sur le

    Bd   Colonel   Mondjiba,  alors  que  le  cortège

    funéraire de Floribert Chebeya venant de Notre

    Dame de Lingwala vient de passer.

     

    Les drapeaux du Cinquantenaire lui font à lui

    aussi une haie d'honneur.

     


     

     

  • Le Soir à Kinshasa

    Pin it!

    Lundi, le Roi Albert arrive à l'Aéroport de N'Djili, à Kinshasa.

    Depuis le début de la semaine dernière, des journalistes de

    plusieurs pays sont arrivés.

     

    Alors que la modernité a pris les palmiers du Bd du 30 Juin

    ainsi que les manguiers. Alors que la modernité s'affiche par

    de grands  immeubles, alors que nous sommes à J - 4.   La 

    Belgique met les petits plats dans les grands, elle aussi.

     

    Le Soir a décidé de faire dès mardi une édition spéciale à

    partir de Kinshasa, en collaboration avec Le Potentiel et le

    Journal du Citoyen.

     

    Gageure, défier la loi des ondes et des gigabytes pour l'envoi

    de fichiers photos et textes à partir d'un pays connecté par le

    satelite uniquement. Mais aux bonnes volontés impossible n'

    est pas français.

     

    Cliquer sur l'image pour atteindre le journal.

    Lesoirdekinshasa

    Crédit image : Le Soir

     

    Bonne journée et bonne lecture !

  • Quatre jours du Roi Albert II

    Pin it!

    Les quatre jours que passera le Roi Albert II marqueront dans

    l'histoire des deux pays et des deux peuples. Deux hommes

    ont un rendez-vous avec l'histoire. Le Roi Albert II et Joseph

    Kabila, Président de la République. Deux peuples revisitent

    leur histoire à travers et avec eux.


    Albert II, méconnu des congolais mais un symbole. Il hérite

    la succession du Roi Baudoin (Bwana Kitoko) pour les gens

    d'ici (Beau, bon garçon). Le symbole de l'Ex-colonie et de la

    passation de pouvoir. Cette passation si controversée et très

    certainement baclée. Mais l'histoire c'est l'histoire. On ne la

    refait pas. Mais on peut, on doit en tirer des leçons.

     

    Cinquantenaire-RDC

    Joseph Kabila, le Premier Président de la R.D.C., héritier de

    la prise du pouvoir en 1997 par l'AFDL et du renversement de

    feu le Maréchal Mobutu. Il hérite du pouvoir de son père Mzée

    Laurent Désiré Kabila, et des années de paupérisation accrue

    du pays par un pouvoir de 30 ans exercé d'une main de fer 

    dans un gant de velour par le Parti Unique entre autres aidé

    des prédateurs externes.


    Deux hommes, deux peuples qui revisitent avec tous, l'histoire.

    Qui l'imprègnent de leur statut d'aujourd'hui. Malgré des procés

    malgré les bavures du passé. Deux hommes, deux peuples qui

    sont tournés vers l'avenir. Le Roi Albert avec des affaires belgos

    belges plus Républicaines que royalistes, mais pas impossibles

    à régler en son Royaume. Le Président avec un défis à tous les

    étages de la fusée Congo. Les 5 chantiers et puis le reste.


    Une visite controversée, une visite qui se fera pour la grande 

    satisfaction de ceux qui vivent leur expatriation au Congo et

    de ceux qui y sont nés et qui sont congolais de souche, ces

    gens que l'on exhibaient en 1958 à l'Expo Internationale dans

    des vllages de brousse reconstitués. Pour ceux et celles qui

    sont les héritiers des politiques antérieurs, internationales

    et locales.

     

    Cette visite, cette commémoration, sera précédée ce 26

    juin, des obsèques de Floribert Chebeya, assassiné. Et

    puis, la relance du dosssier Lumumba et un dossier qui

    est introduit en justice pour réparation, contre des crimes

    de guerre. Une visite en dehors du olé - olé que l'on veut

    bien le dire, trop souvent. Pas si folklorique que çà, à vrai

    dire.

     

    logo-du-50-ans-RDC
    Crédit image : Radio Okapi


    Que d'autres pays n'aient pas eu le courage ou l'audace de

    commémorer cet instant de l'indépendance comme la R.D.C

    le fait, c'est leur affaire. 


    Ceux qui fêteront le 50tenaire ici en RDC, regarderont avec

    ces deux hommes, devant eux et pas uniquement dans des

    retroviseurs de l'histoire qui troublent trop souvent une vision

    de l'avenir pas très clair mais pas seulement obscure.

     

    Quatre jours du Roi Albert II pour marquer l'histoire.


    Bonne journée et bonne lecture !


  • Les Bleus, chronique d'un scandale... mais pour qui ?

    Pin it!

    Une fois n'est pas coutume. Allez les bleus, allez

    les bleus.

     

    TF1, Canal+, l'ensembles des envoyés spéciaux

    les spécialistes, les publicistes, les sponsors et

    les satelites qui surfs sur le résultat des bleus aux

    abois.

     

    Que le projet sportif ne soit pas clair depuis la fin

    de la dernière coupe d'Europe, tout le monde est

    d'accord. Moins sure que l'ensemble des gens qui

    supportent les joueurs, soient tous prêts à lyncher

    ce qu'il ont adoré et adorent. A moins d'une grosse

    campagne de presse, que dis je de propagande

    anti bleus.

     

    Faire de Ribery un petit "caïd", de Domenech un

    gauchiste pareil à un terroriste, c'est tout  juste si

    on ne le traite pas de "Carlos du foot français" ou

    de J. Gourcuff le Gay (présumé)  dont les autres

    ne veulent pas parce qu'ils n'en sont pas, eux. Une

    France qui se dresse contre une autre France.

     

    Les spécialsites se moquent de se qui les nourrit,

    depuis quelques jours on se gausse du niveau de

    l'intélect des joueurs, "qui n'écrivent pas tous papa

    avec trois p" ... si on demandait un diplôme issu de

    l'ENA pour jouer au foot çà se saurait. Alors arrêtez

    svp.

     

    Le clash de ce dimanche est un clash annoncé. Il

    est le résultat d'une presse anti-bleus, défaitiste,

    aigrie, en mal de sensation. Hier, ou ce dimanche

    ils ont eu ce qu'ils aiment de la sensation. L'audimat

    des chaînes à augmenter, ils ont leur TV réalité. Pas

    besoin d'une ferme ou d'une piscine.

     

    Le problème ici, c'est qu'un homme a été bafoué par

    la FFF, Fédération Française de Football, dans ses

    droits. Ils n'avaient pas le droit de renvoyer Anelka de

    la Coupe de Monde comme ils l'ont fait. Vous direz,

    mais ces gars gagnent énormément d'argent. Oui, et

    ils sont des salariés et ils rapportent autant sinon plus

    qu'ils ne gagnent. Ils sont à la fois, profiteurs et victimes

    d'un systhème qui vit peut être d'ailleurs ses derniers

    beaux jours et ses grandes gabegies. Je ne les plaint

    pas, je veux juste m'arrêter et prendre du recul. Il y a

    d'aileurs des voix dissonantes et pas des moindres,

    pas des gauchistes. Des puristes. Gerets, Fernandes,

    Courbis... même  avec un   bracelet aux bras  on peux

    encore donner un avis.

     

    Honte ! Honte de quoi en fait ? D'avoir perdu contre

    des équipes plus motivées ?

     

    Ou honte de n'avoir pas ramener la Coupe à Sarkozy ?

    Honte d'avoir fait perdre des millions de télespectateurs

    au chaînes qui courent derrière l'audimat comme un

    chien derrière un os?

    Honte d'avoir fait perdre des millions aux sponsors ?

    Peugeot et Addidas perdrraient tant que çà ? Qu'on

    soit prêts à mettre des têtes sur le bihot et restaurer la

    peine de mort.


    Voulez vous connaître mon équipe type ? Non ! Nous en

    avons une par individu mordu de foot, une par afinité de

    jeux et ou de personnes. Alors ?

     

    Quelqu'un à même dit ce dimanche qu' Evra faisait de

    la Politique pendant que les autres jouent au foot. Et si

    les politiques balayaient devant leur porte ? Rama Yade,

    Roseline Bachelot qui convoque demain lundi, Evra, et les

    responsables de staff.  Sarko qui se prononce sur les mots

    d'Anelka en pleine conférence de presse. Des mots vendus,

    des mots de corbeaux, des mots volés.

     

    Si çà ce n'est pas de la politique ? Alors je m'y perd.

     

    La France à peur. La France semble malade des ses

    rêves brisés. Si vous lisez Eric Zeimmour vous devenez

    accros aux Lexotans et aux tranquilisants, ou vous allez

    boire aux seins de Marine Lepen.


    Le scandale n'est peut être pas du côté vers lequel on

    nous demande de regarder ?

     

    Bonne journée et bonne lecture !

     

  • Kinshasa prend des couleurs

    Pin it!

    Hier, en rentrant, on pouvait voir des drapeaux

    aux couleurs   du  Congo  floter au  vent calme

    des deux côtés du Boulevard Colonel Mondjiba.

     

    Le  30  juin  se rapproche  et le décompte  des

    jours. La tension est de plus en plus perceptible.

    Une tension saine. Une tension, de celles qui

    précèdent les fêtes.

     

    On  parle,  on écrit, on éditorialise.  La RDC

    fait parler d'elle, de Kin à Bruxelles.


    On dénigre, on encence, on critique, on débat,

    on analyse, on promet, on ordonne, on boit, on

    danse, on crie, on s'organise.

     

    La République Démocratique va  fêter,  et  oui,

    son 50 ème anniveraire et elle le fait savoir. Elle

    se montre. Kiin-La-Belle, devenue sombre au fil 

    d'années d'incurie, Kin-La-Poubelle. Kin change

    de visage, se drappe, s'ouvre, se montre.

     

    La tension monte et les files d'embouteillages s'

    alllongent. Il faut être prêt. On ferme les Avenues,

    on bloque les routes de partout. Il faut être prêt. Le

    Bd du 30 juin, le Bd Lumumba, les éclairages, et

    à Sendwe, et le Bd Triomphal et les ronds points

    qui mènent à Victoire. La Route de l'UPN vers la

    Commune de Selembao. Il faut être prêt. Même

    improvisé, même désorganisé, même. Il faut être

    prêt.

     

    Jours et nuits, les hommes et les machines sont

    en mouvement. Jours et nuits des tranchées, des

    poteaux  électriques, du bitume, des gravas  sont

    creusées, érigés, coulé, répendus. Réglé, ou dans

    le désodre, peux importe la ville se transforme.

    La femme sera le moteur de l'économie. Il faut

    être prêt.

     

    Kinshasa se veut à la hauteur de l'événement.

    Kinshasa veut affirmer son indépendance et son

    virage à 180° par rapport à  un héritage qui est si

    lourd encore. Kinshasa se veut l'hôte de ses pairs

    et de ceux qui reviennent ou qui y viennent.

     

    On rentre tard, très tard. Qui sait çà en vaut peut

    être la chandelle de rentrer avec 4 heures de plus

    de retard à la maison, si c'est pour  changer aussi

    le quotidien de tous  ?

     

    Le 26, une voix qui s'est tue sera ensevelie

    dans la terre des ses ancètres.


    Le deuil et la fête. Le Congo des ambiances

    à double clés.

     

    En attendant le 30 juin, on marche le long des

    avenues pour aller plus vite. On patiente dans

    les autos avec la radio pour seule compagne et

    on se dit, que çà ira mieux demain.

     

    Après le 30 Juin.

     

    Bonne journée et bonne lecture !


  • Le syndrome de la peur, les chiffres et la politique

    Pin it!

    La N-VA de Bart De Wever avec  30 % des 

    voix des électeurs flamands représente en fait

    numériquement 18 % des belges qui sont pour

    le séparatisme en Flandre. Même si on y ajoute

    les  0, 01 % de ceux qui sont pour une wallonie

    française, çà nous fait 18,01 %.

     

    Graph Elections 2010 13 06

     

    Bart de Wever s'est mis le dos au mur. Il ne fera

    pas les erreurs (concessions) d'Yves Leterme

    qui fort de ses 800 000  voix avait finis par faire

    des concessions et négocié avec les partis de la

    partie francophone du pays. Ceci après plus de

    150 jours de blocages.

     

    L'attitude est ici plus déterminée et claire. Oui on

    négocie pour détricoter l'Etat Fédéral et établir le

    calendrier de cette séparation.

     

    Si 30% de l'électorat flamand, soit + / -1,386 000

    ont votés pour les thèses du N-VA, comme l'a bien

    compris Bart de Wever, 3 234 000 autres ne sont

    pas encore convaincus par ses thèses et par son

    "By by belgium" ou "une étoile jaune flamande" de

    plus sur le drapeau bleu de l'Europe. En effet, il ne

    sera pas passé inaperçu que le drapeau  au  Lion

    Noir sur fonds Or avait laissé plus de place à celui

    de  l'Europe. Des paroles relayéent par des images

    et une communication en adécquation qui marquent

    les esprits. Tout est fait pour imposer un éclatement.

     

    Le PS et son Président vont avoir fort à faire dans

    cet environnement. Une chose est sûre, c'est qu'avec

    le SPA (Socialistes Flamands) second parti à égalité

    avec l'Open VLD, la famille Socialiste est la plus forte

    en voix et en pourcentages.

     

    Face à une percée qui est, certes historique mais

    qui n'est pas encore une idéologie commune pour

    l'ensemble des flamands, des portes restent entre

    baillées pour négocier.

     

    Négocier en dehors du syndrôme de la peur et du

    fatalisme. Si la Belgique de papa est derrière nous.

    Qui dit, que ses funérailles auront lieux de si tôt ?

     

    En politique, que se soit du coté des médias ou

    des Partis, de plus en plus, on  distille ci et là des

     phrases qui prennent très vite des proportions très

    attendues. Et même si,  Arithmétique ne fait pas un

    bon ménage avec Politique, il nous est encore permis

    de faire des analyses qui sortent des sentiers,  des

    battus d'avance.

     

    Et si la politique c'est une question de rapport de

    forces, alors c'est que les chiffres veullent tout de

    même dire quelque chose.

     

    Une percée, oui ! une victoire oui ! Mais est ce

    le tsunami séparatiste d'une Flandre raciste et

    intransigeante ? Non !

     


    Bonne jounée et Bonne lecture !


     

  • Floribert Chebeya un homme une voix

    Pin it!

     

    Dimanche en fin de journée, un débat très intéressant avait

    lieu sur la chaine de radio et de télévision RTGE. Des jeunes

    avec  élocence débataient sur la Démocratie en RDC à partir

    de la phrase prononccée par le chef de l'Etat .      ..."en RDC

    et en démocratie, il y a de la place pour tout le monde...".


    Y a t'il vraiment de la place pour tout le monde ? C'est ce

    que posait comme question centrale l'animateur, aux  six

    jeunes` gens sur le plateau. Les jeunes filles ont été, il faut

    le dire, plus convaincantes que leurs contradicteurs du genre

    opposé. Elles étaient moins en démonstration, et plus dans

    le sujet. Moins partisanes et plus en phase avec le vécu, elles

    étaient des politiques au  sens propre du terme.


    C'est donc après avoir été téléspectateur de ce débat que des

    réflexions ont muris et que ce post est dédié à cette affaire qui

    est devenue au fil des jours, des heures, plutôt,  et très vite,

    très rapidement, une affaire d'Etat. Floribert Chebeya une

    voix éteinte et qui résonne.


    Les personnes incriminées dans la présumée responsabilité

    de cet acte contre la liberté de parole ne sont pas n'importe

    qui. Des sanction tombent, des langues se délient.


    A qui profite le crime ?


    Des hommes du pouvoir en place  sont à ce jour au banc

    des accusés et, ou,  sont en liberté surveillée, démis de leurs

    fonctions. Les présumés coupables sont comme on dit

    ici, des intouchables.



    Des Jacqueries à une destabilisation plus grande ?


    Le 30 juin, la célébration de l'avénement du Congo à son

    indépendance ne plait pas à tout le monde. Décorum,

    falbala, folklore, que de mots entendus et prononcés pour

    dénigrer ici au Congo ou ailleurs, en Belgique entre autres.

    La destabilisation en marche, la stratégie de la peur.


    Nous avons vécus la rébellion avortée de Mbandaka, des

    sursauts et des vélléités dans d'autres régions. De plus

    en plus de voix se prononçant contre l'état festif de ce

    jubilé. L'assassinat de Floribert Chebeya, les auteurs de

    l'acte devaient le savoir, allait avoir (c'est ce qui se passe)

    une toute autre envergure que les tentatives armées et

    désorganisées qui ont eu lieu. L'impact national mais

    surtout international était certain.


    L'impact national ?

    Difficile de se faire une opinion. Si l'on ne parle qu'

    avec des personnes de la population, de ceux qui

    vivent au jour le jour, de ceux qui se battent pour une

    bouchée de foufou ou de chikuang par jour. C'est trop

    loin, trop haut. La Voix des Sans Voix, l'action de Floribert

    n'est pas connue, ou plus axactement elle est IGNOREE.

    C'est pour la grande majorité un autre politicien, un autre

    parleur. L'émoi n'est pas à ce niveau. Il est dans les ONG,

    dans ceux et celles qui sont au niveau local ou national en

    rapport avec d'autres organisations et d'autres acteurs,

    politiques, ONG, nationaux et internationaux. La vraie

    dimension de Floribert Chebeya est  à ce niveau bien

    connu et reconnu. Mal perçu par la masse des gens dont

    il prenait la défense malgré eux. Eux, les sans voix, ceux

    pour qui tout les droits sont bafoués.


    Il avait raison. Il était en avance. Ce n'est pas toujours

    simple d'être en accord avec ses idées, au bon moment.

     

    Avoir raison au bon moment, c'est ce qui est  important

    pour un  impact direct et  immédiat, en phase avec les

    autres. Son combat noble et courgeux, audacieux même

    bon nombre de congolais(es) ne savent pas ou n'en

    connaissent pas la portée. Sauf, par ce qui en est dit

    et se passe maintenant. Par la tournure des choses.

    Floribert est  devenu  un "héro"  un  symbole. "Héro 

    malgré lui", diront d'autres qui écriront.

     

    Au niveau politique, le principal parti de l'opposition

    déclare ne pas vouloir faire partie des fastes prévus

    pour la célébration de l'indépendance.


    L'impact international ?

    Direct ! L'ONU, la Belgique, la France, les USA, tous

    ont pris la parole. Ils ont condamnés et ils ont sommés.

    Condamnés l'acte barbare. Sommés de faire la lumière

    toute la lumière et vite sur cette affaire. Sous peine de...


    La Réaction ?

    Les journaux sont montés aux barricades, c'est leur rôle.

    La classe politique est sortie de suite et a réagit directement

    par la voix du Ministre de la Justice. Ce n'est pas un porte

    parole, pas le Ministre de la Communication. Non, c'est la

    Justice qui communique et qui déplore, qui rassure et qui

    assure la population qu'elle fera ce qu'il faut pour débusquer

    le ou les coupables.


    Dans ce même temps...

    Au large des côtes en eaux internationales des bateaux 

    sont arraisonnés et l'assaut est donné.


    Gaza se meurt et fait mourir avec elle les soutiens que

    peut encore avoir une négocaiation entre les parties pour

    un règlement pacifique (le N ème) de cette situation et

    plus peut être.


    L'action menée, chacun en pense se qu'il veut, était

    plus politique qu'humanitaire. Gaza utilisée pour faire

    la part belle au Hamas. Instrumentalisation des bonnes

    volontés et d'hommes et de femmes épris de justice.

    Gaza est une honte pour le monde. Gaza ne doit pas

    pour cette raison, servir l'extrémisme.


    Gaza, Floribert Chebeya ?

    La Communauté internationale a réagit à deux vitesses.

    Sommations pour la RDC. Recommandations pour Israël.

    Injonction &  Diplomatie.


    Gaza se meurt et Les droits de l'homme ont été tués ici.

    Gaza asphyxiée, la RDC baillonée.

     

     

    Comme un malaise, qui plane.

    Trop de nons dits,  et trop de pressions. Pas asssez

    de temps, pas assez de recul pour se faire une opinion

    dépourvue de colère, ou d'émotions. Les annonces

    de ce week - end tombant chaque heure, donnaient

    à penser que quelque chose ne tourne pas rond.

    Trop vite. Trop simple. Trop évident. Comme un amas

    de carte sur lequel on souffle et qui s'écroule.

     

    Un géant aux pieds d'argile. Un amas d'étoiles qui

    éclatent de leur galaxye.


    Il n'y a que ceux qui se posent des questions qui ont

    tords. En ce moment, la question qui hante.


    A qui profite le crime ?

     

    Une autre peut être. Et si c'était une bavure ?

    De celles qui se font chaque jour sur cette planète

    et qui restent sans échos, sans voix pour les mettre

    à jour.

     

    Une métaphore, elle n'est pas de moi, "c'est comme

    lors d'un grand match de coupe du  monde,  t'as  le

    défenseur qui marque contre son camp. T'as joué, t'as

    perdu."

     

     

    Est - ce  à force de lire des San Antonio ou des Bob

    Moranne ou d' avoir lu Simenon et suivi l'inspecteur

    Maigret. Quoi qu'il en soit ce n'est que par ric hochet

    que la vérité se fera.

     

    Floribert Chebeya n'est pas mort pour rien. Lui ne

    le sait pas. Hélas ! Du temps de ses intempestives

    déclarations et des ses réclamations au nom de ceux

    qu'ils defendaient et de la cause qu'il servait. De sa

    vie, menée au rythme de celle des droits, épris de la

    justice pour tous et de la liberté de parole. De son

    vivant, Floribert Chebeya n'aura donc pas su, qu'il

    était un homme fait d'un autre moule. Il n'aura pas

    su qu'il était aimé. Lui qui s'entendait souvent dire,

    "encore". Oui inlassablement, il répétait son chapelet

    au nom de la liberté et des droits. Il agaçait ses amis,

    ses ennemis. Mais lui c'était son monde.

     

    Retrouvé sans vie dans sa voiture. Il rejoint les Martyrs

    de la République. Un homme, une voix, au dessus des

    autres voix.

     

    Qui sait une voie pour aller plus avant dans un Etat

    démocratique ? Où le droit de vote, n'est pas seulement

    retenu comme critère du système mais comme un moyen,

    un des éléments qui font qu'en démocratie il y a de la place

    pour tout le monde et que çà se gagne chaque jour par de

    la vigilence et de l'intérêt. Ici et partout. Le fil est ténu.

     

     

    Rien n'est jamais acquis à l'homme Ni sa force

    Ni sa faiblesse Ni son coeur Et quand il croit

    Ouvrir ses bras son ombre est celle d'une croix

    Et quand il croit serrer son bonheur il broie

    Sa vie est un étrange et douloureux divorce...

     

    "Louis Aragon : Il n'y a pas d'amour heureux".

     

     

     

    Bonne journée et Bonne lecture.