Un peux d’histoire, de géographie, un peu de tout et de rien

Pin it!

Crédit Image : @DanyMasson / Nature Environnement 

 

Sans vouloir enfoncer le clou, il est peut être bien de rappeler quelques notions historiques en ce qui concerne la religion musulmane, poser des questions aussi. Profitons de cet espace pour faire un brin de géographie aussi. A propos de Molenbeek. Mais aussi les frontières et l’Europe. Pourquoi pas ?

 

 

Molenbeek - St - Jean est une des 19 communes qui constituent Bruxelles, qui est la Capitale du Royaume de Belgique. Elle est composée d’environ 96 500 habitants, de langue francophone, mais officiellement bilingue comme les autres communes de Bruxelles. C’est une commune belge, cosmopolite. C’est en 1800 que la commune reçoit ses premiers migrants, néerlandophones et francophones mais aussi, déjà, des français. A partir de 1900, des italiens, des espagnols et des portugais viendront s’y installer, y vivre, participer au développement. Plus tard, deuxième moitié du XX ème siècle, arméniens , marocain, turcs, pakistanais, africains mais aussi des pays de l’Est, la Pologne, la Serbie entre autres , s’ajouteront. De nombreux belges célèbres y sont nés. Ecrivains, peintres, footballeurs, pilotes et constructeurs d’avions, musiciens, architectes et nous en passons.

 

 

 

 

 

 

 A Condamner 

Avec les passions du moment les tensions montent vites, et conduisent à des propos légers sur cette belle commune, et ont, ou elles pourraient avoir de lourdes conséquences.

Appeler à « Bombarder » Molenbeek peut être assimilé à un appel à un acte terroriste de masse visant à éliminer des personnes et un espace.

Un appel à un solution « Finale » qui n’a rien de final que la bêtise de ceux qui profèrent de tels propos.

 

Les Musulmans, un nouveau Schisme est – il possible ?

Ci-dessous, un récapitulatif des schismes de la religion musulmane. Et d’emblée une question après avoir entendu différentes interventions sur les ondes du monde entier, de France et de Belgique en particulier.

 

Déclaration(s) de nombreux Imam, voir de tous … « nous sommes choqués, c’est de la barbarie, nous sommes de France, de Belgique, … et …. « Ce sont des gens de notre religion qui commettent de tels crimes »

 

A ce sujet il y a peut être un travail à faire et qui se fait peut être déjà d’ailleurs ?

Les musulmans, ne devraient ils pas une bonne fois pour toutes, déclarer que le terrorisme n’est pas Musulman, que toute personne qui commet de tels actes est répudié , ex communié, et n’ira pas comme le prétendent les « Gouroux » faux Imam , vrais dictateurs politiciens et calculateurs qui servent une cause, Mais laquelle ?

Elle reste à déterminer en ce qui me concerne.

 

En une phrase simple,

les Iman au niveau mondial devraient peut être dire unanimement que Tout acte Terroriste est contraire à l'Islam et a Allah. Et que plus jamais ils ne diront que ces gens sont de LEUR RELIGION ! 

 

Ce nihilisme, cette négation de la vie de l’humanité et de sa culture ancestrale diversifiée et multiple, cette volonté de mort pour tout ce qui n’est pas eux. Cette volonté est conduite par une volonté politique de certains Etats peut être ? Il est nécessaire de tenter d’aller dans cette question facile  mais nécessaire : A qui profitent ces crimes ? A Qui profiterait la chute de nos démocraties et de nos cultures ? A qui servirait notre disparition en tant qu’êtres humains et nos bâtiments, nos monuments, notre patrimoine ?

 

A qui ? A ceux qui sont embrigadés et endoctrinés ? Non ! A ceux qui les entraînent et les recrutent ? Non ! Qui tire les ficelles ?

 

Qui vend des armes ? Qui achète le pétrole au marché noir de la mort ? Qui finance ?

Qui est le logisticien de ces armées sans âmes et sans visages ?

 

La religions Islamique : Pourquoi pas un peu d’histoire ?

Le Schisme : Les causes de la division dans la religion musulmane

Comme c’est le cas pour d’autres religions, comme le christianisme, l’Islam ne forme pas un tout monolithique, et connait une pluralité d’interprétations et de dénominations. Ces branches sont nombreuses, mais ont toutes pour socle commun le Coran. Nous nous limiterons aux trois plus grands courants : Le Sunnisme, le Chiisme et le Soufisme.

 

Le Schisme : Les causes de la division

Le Schisme qui s’opéra entre les sunnites et les chiites prend son origine dès les toutes premières années de l’Islam révélé. Après avoir porté son message dans toute l’Arabie, le prophète organisa les musulmans en un Etat islamique, il était devenu leur chef spirituel mais aussi politique. A sa mort, Mohammed n’avait laissé aucun fils, tous étaient morts en bas âge. Sa succession restait donc une question en suspens. Alors que la majorité des compagnons du Prophète voyaient son successeur en la personne d’Abu Bakr, un de ses fideles amis ; une minorité lui préféraient Ali, le gendre et cousin de Mohammed.
Ceux qui soutenaient Abu Bakr avait pour argument que le Prophète l’aurait choisi comme futur chef politique des musulmans. A l’inverse, ceux qui soutenaient Ali mettaient en avant le fait que de tous temps, Mohammed aurait fait de Ali son successeur spirituel (il est connu comme le premier imam).
Au final, Abu Bakr eut gain de cause et devint le premier Calife (leader politico-religieux). Ceux qui le suivirent ont donc été appelés les sunnites (ceux qui suivent la Sunna, c'est-à-dire ce que le prophète a dit, ordonné et fait), et ceux qui suivirent Ali ont été appelés les Chiites (Chi’a étant en arabe le terme qui signifie partisan, sous entendu ceux d’Ali).

Par la suite, Ali prêta finalement serment d’allégeance à Abu Bakr, et devint le quatrième Calife. S’en suivirent des guerres intestines qui menèrent à l’assassinat d’Ali, et à la division définitive au sein de l’Islam.

Ce qui au départ n’était qu’une division d’ordre politique prit par la suite une teinte théologique. Les Chiites et les sunnites gardèrent le Coran comme fondation commune de leur foi, mais prirent des chemins différents en ce qui concerne la pratique, les coutumes et l’organisation du culte.

Le Sunnisme

Il est aujourd’hui le courant majoritaire de l’Islam, représentant entre 85 et 90% des musulmans du monde. Le terme de sunnite vient du mot Sunna, qui signifie « la voie », et qui fait référence à la tradition prophétique. Les sunnites placent celle-ci comme source secondaire des règles à suivre directement après le Coran. Ils complètent ces sources divine et prophétique par des sources humaines qui sont le consensus des jurisconsultes musulmans, et finalement la déduction éclairée du jurisconsulte. Cette hiérarchie stricte des normes connait néanmoins des variantes selon les écoles jurisprudentielles du Sunnisme qui sont au nombre de quatre et qui se reconnaissent mutuellement. Il s’agit des écoles hanafite, malékite, chaféite et hanbalite. Ces quatre écoles forment le Fiqh, la Jurisprudence islamique, une source de règles permettant de faire face aux questions d’ordre moral et religieux qui se poseraient aux musulmans partout dans le monde. Si leurs rites sont soumis à l’étude et à la lumière des docteurs de l’islam, les sunnites n’ont pas en revanche de clergé ni de chefs spirituels attitrés. Dans le même esprit, ils réfutent toute forme de culte aux saints et aux sahaba ou tout autre honneur que celui de vouer un respect profond à leur mémoire.

 

Le Chiisme

Le Chiisme est le second courant de l’Islam en termes d’adeptes, représentant entre 10 et 15% des musulmans, dont 90% d’iraniens. Le terme de Chiite vient de l’arabe Chi’a qui signifie partisans. Le Chiisme se forme sur trois fondements théologiques : l’unicité d’Allah, la justice, et l’imamat. En effet, à l’inverse des sunnites, les chiites sont organisés en clergé ! Si les dénominations diffèrent selon les courants internes au chiisme, l’idée reste la même : la foi s’organise autour d’un ou plusieurs hommes qui dirigent la vie spirituelle des croyants car il est, ou ils sont, la preuve de la véracité du message d’Allah. Les chiites suivent eux aussi la Sunna, mais en ont une acception différente, et limitent l’acceptation des hadiths à des sources plus réduites.

 

Les rapports entre sunnites et chiites

Les persécutions perpétrées à l’encontre de la famille du Prophète et des premiers chiites ont placé le Chiisme dans un paradigme de martyre répété tout au long de l’histoire des chiites. Les rapports entre chiites et sunnites ont été forgés par le paysage politique de l’époque du Schisme. Alors que l’Empire Ottoman sunnite s’étendait vers les Balkans et que la dynastie Safavide chiite prenait place dans tout l’Empire Perse depuis le 16e siècle, les tensions grandissaient entre les deux communautés.
Aujourd’hui néanmoins, la majorité des chiites et des sunnites ne laissent pas leurs divergences les diviser et ce malgré les tensions qui surviennent parfois à cause de la situation politique globale.

 

La voie des ascètes : le soufisme

Le soufisme est un mouvement spirituel faisant partie de l’Islam mais qui peut se rattacher tant au Sunnisme qu’au Chiisme. Il  s’agit d’une forme d’ascétisme dont l’objet est de tendre vers le rapprochement de Dieu. Ainsi, l’idée principale sur laquelle se fonde le soufisme est celle selon laquelle le croyant doit toujours se remémorer Dieu. Pour ce faire, en plus des pratiques communes aux autres branches de l’Islam, les soufis pratiquent des rites de méditation, seuls ou en communauté, par la récitation des 99 noms d’Allah, ou encore la récitation de poèmes louant le prophète Mohammed. Ils s’organisent en tariqa (méthode, en arabe), sorte de confréries dirigées par un guide spirituel dont l’ascendance serait liée à celle d’Ali.

 

Le Salafisme : La branche dure mais pas que …

Le salafisme vient du mot salaf, qui signifie "ancêtre" et qui désigne les premiers musulmans. Le salafisme, ce sont plusieurs mouvements qui veulent un retour à l’islam tel qu’il était pratiqué, selon eux, à l’époque du prophète, au XIIe siècle.

Le salafisme est une doctrine idéologique à la fois médiatisée et méconnue. Le salafisme est un islam fondamentaliste qui rejette l’influence occidentale, et s’interroge sur ses évolutions récentes, au lendemain des révolutions arabes, alors qu’un nouvel espace politique s’est ouvert au Maghreb. Il n’est pas composé uniquement de fondamentalistes « Violents », il y a parmi cette mouvance des « Quietistes » qui recherches des voies pacifiques. Non violents, on en parle moins puisqu’ils ne cause de mal à personne, qu’aux autres salafistes « djihadistes », violents ceux-ci, de l’Etat islamique, entre autres et fortement médiatisés. Il y a parmi cette mouvance minoritaire, les nébuleuses comme Al Qaida, Boko Aram ou Daech…

 

Contre les idées faciles : Et le Yaka (Il n'y a qu'à !)

Les Frontières : 78,6 millions de morts et deux grandes guerres

A en croire certain(e)s, les frontières nous manquent, elles sont ouvertes donc poreuses, pourries, elles ne nous protègent plus. Elles diluent nos nations, nos drapeaux, nos patriotismes, nos spécialités. Les frontières ouvertes sont des entrées libres à la barbarie, à l’insécurité.

 

N’y a avait il pas de frontières en 14 – 18 et en 1940 – 1945 ?

Combien çà nous fait de morts, pour ces deux guerres déjà ? Lors de la Première 18,6 millions plus les blessés graves (Gaz dans les tranchées et autres ) , durant la seconde guerre mondiale, 60 millions.

 

Les deux guerres avec des frontières bordant nos pays fleurs bleus ont donnés la mort à 78,6 millions d’êtres humains.

 

L’Europe est cause de l’ensemble de nos maux : La Paix plus sans la Guerre

Sans être un défenseur naïf de l’Europe d’aujourd’hui, de ses idéaux, et de ses valeurs. Il n’en est pas moins vrai, que outre les moyens mis à disposition des Etats pour régler des différents économiques, agricoles, environnementaux, justice, monétaire, et bien d’autres, et bien l’Europe c’est la PAIX depuis la fin de la guerre 40 – 45. Si l’on excepte celle qui fit éclater l’Ex – Yougoslavie et qui fit éclore de nouveaux états. De nouveaux espaces de libertés.

 

L’Europe c’est la plus longue durée de paix et donc sans guerre(s) sur le sol européen depuis plus de 60 ans.

Du jamais vu !

 

Vous direz, notre paix, (enfin vous direz peut être ?), notre Paix, nous la préservons par procuration. Les guerres que nous ne menons plus sur nos sols remplis de sang innocent, cette paix, nous l’avons par procuration. Ayant déplacé celles – ci ailleurs. Exploitant des sols et des populations loin de nous.

 

C’est à examiner. A analyser. A combattre si c’est le cas.

 

Ces quelques lignes sont juste un petit rappel de ce que sont des pays sans ou avec des frontières, avec ou sans Europe.

 

Juste pour dire, que le monde est bien malade. Et qu’il n’existe aucune solution magique, simpliste à cette complexité. Qu’aller à reculons, dans ce que prône entre autres le Front National et Les Le Pen. C’est aller dans le sens de plus de violence, moins de tolérance, plus d’inégalités, sociales, économiques, ethniques, juridiques, scientifiques, environnementales, de développement. Moins de vivre ensemble. Induire la méfiance plutôt que l’accueil.

Je vous le disais, un peu de tout et de rien .. 

 

Belle et Bonne Journée

Belle(s) et Bonne(s) Lecture(s)

Aussi !

Commentaires