Mes notes après le Dernier Débat des Primaires L.R.

Pin it!

Sous  l'ombre  et les idées sombre du F.N. "Bleu Marine"

 

Il y avait comme  un  goût de trop. Le débat qu'il  ne  fallait pas faire. 

Un débat qui nous fait apparaître aussi les limites  d'un  tel événement 

à la télévision avec trop de consensuel. 

A mon sens, mais je me trompe peut être ? Qui se met le plus en scène ?

Le journaliste Politique ? L'analyste ? Le Politique lui même ? La  et  les 

préoccupations des gens, de ceux qui dimanche iront voter ? 

 

Tout çà me parait flou après le débat d'hier. 

 

 

 

Toutefois, je retiendrai quelques traits saillants, car il y en eut tout de même. 

 

Premier enseignement : Si François Hollande est jugé trop flou, trop hésitant

trop pas assez, enfin, pas toujours en phase avec ses idées. Il apparaît que les

candidats qui se présentaient devant nous téléspectateurs d'hier, ne semblent

pas plus à l'aise dans ce que sera demain la gestion du pays, nommé France. 

 

Deuxième enseignement : Education et cafouillage total. Les plus à droite vont

retenir les "maisons de redressements", les plus envieux, vont retenir "le retrait

des Allocations Familiales" en cas d'absences répétées, ou d'échecs répétés. 

 

Sanction plutôt que prévention. Tous s'accordent à ne pas vouloir parler de Mr.

Emmanuel Macron, (que je ne défends pas) mais tous sont allés à la pêche au 

Macron. Sur base de "Il faut garantir et obtenir les fondamentaux, savoir lire, 

écrire, et compter en fin de primaire"..... Oui et quoi de neuf sous le soleil ? 

 

Troisième enseignement : J'écrivais il y a quelques semaines que "La réduction 

du Temps de Travail était et EST un enjeux de société". Que la R.d.T.T. est un

des points majeurs pour la relance de l'emploi, pour une société plus juste, pour

une société d'avenir.

 

Hier, Monsieur Fillon, mais aussi les autres, sauf Monsieur Poisson se sont en

choeur accordés pour dire ce qui est évident

"Le passage de 35 à 39 heures semaine dans le fonction publique  équivaut  à

un surplus de 400 à 500 000 emplois"

 

(D'où Réduction dur Temps de Travail égal, emplois à créer ! NDLR) 

C'est bien que la Réduction du temps de travail équivaut à la création d'emplois. 

C'est bien admettre que ce qui va dans un sens va dans l'autre mais avec des ou

un résultat différent.

 

Le curseur se déplaçant vers le - ou le + d'emplois / chômage. 

 

La Droite est contre les 35 heures . Mais elle va créer le plein emploi ! Elle va

recréer la croissance. Rendre à la France son rang. 

 

Comment ? Avec qui ? A quel prix ? Toutes ces questions existentielles pour la

majorité des électeurs de 2017 et de dimanche, sont à mon sens demeurées sans 

réponses claires. Voire, évacuées. 

 

Pire, il n'y a pas eu de relance contradictoire de la part du panel des journalistes

afin d'éclairer les indécis, les non partisans de faire un choix sur des idées qui 

auraient été clairement exprimées.

 

Quatrième enseignement : Consensus pour éviter la déroute. La seule saillie qui

aurait pu être déstabilisatrice pour l'ex Président Nicolas Sarkozy, fut le moment

où les billets de échangés avec l'ex Président Libyen Kadhafi  furent évoqués. 

 

Aucun des autres candidats n'a voulu en savoir plus. Personne n'a relancer. Ou 

bien, ils en savent plus qu'il ne veulent bien le prétendre ? Ou bien cette question

avait été préparée avant le débat afin de poser les jalons d'une entente tacite entre

les candidats à ce sujet. Pas de K.O. en directe !

 

Qui l'emportera ? C'est aux électeurs et aux membres de "Les Républicains" que

revient la haute tâche de choisir "son homme ou sa femme  présidentiable."  

 

Ce qui est certain, c'est que ce ne sera pas un homme ou une femme qui arrondira

les angles. Que les allocataires sociaux ont bien du mouron à se faire. Que 2017,

avec la Droite, sera anti social, pro Décrets. Que les Chambres des représentants 

vont se demander à quoi ils servent encore. Tant les dispositions de passage en 

force ont été en long et en large évoquées. 

 

Un sauve qui peut qui s'apparente plus à de l'improvisation qu'à une réflexion de

fonds à court, moyen et long terme pour le bien être des français et de la France. 

 

Hier, n'importe quel spectateur, à mon avis, de Gauche, de droite ou du Centre, 

ne pouvait ignorer, l'ombre pesante du F.N. qui planait sur le plateau, bleu, flottait

les idées sombres du "Bleu Marine". 

 

Et comme le dit la chanson, "anti social tu perds ton sang froid". Car, sur ce sujet

hier, ils y sont allés gaiement. 

 

Belle et Bonne Journée

Belle(s) et Bonne(s) Lecture(s) 

Aussi 

Commentaires