Loisirs

  • Un peux d’histoire, de géographie, un peu de tout et de rien

    Pin it!

    Crédit Image : @DanyMasson / Nature Environnement 

     

    Sans vouloir enfoncer le clou, il est peut être bien de rappeler quelques notions historiques en ce qui concerne la religion musulmane, poser des questions aussi. Profitons de cet espace pour faire un brin de géographie aussi. A propos de Molenbeek. Mais aussi les frontières et l’Europe. Pourquoi pas ?

     

     

    Molenbeek - St - Jean est une des 19 communes qui constituent Bruxelles, qui est la Capitale du Royaume de Belgique. Elle est composée d’environ 96 500 habitants, de langue francophone, mais officiellement bilingue comme les autres communes de Bruxelles. C’est une commune belge, cosmopolite. C’est en 1800 que la commune reçoit ses premiers migrants, néerlandophones et francophones mais aussi, déjà, des français. A partir de 1900, des italiens, des espagnols et des portugais viendront s’y installer, y vivre, participer au développement. Plus tard, deuxième moitié du XX ème siècle, arméniens , marocain, turcs, pakistanais, africains mais aussi des pays de l’Est, la Pologne, la Serbie entre autres , s’ajouteront. De nombreux belges célèbres y sont nés. Ecrivains, peintres, footballeurs, pilotes et constructeurs d’avions, musiciens, architectes et nous en passons.

     

     

     

     

    Lire la suite

  • L’Ennemi dans la Glace : Pray for Paris

    Pin it!

    L’Ennemi dans la Glace :

    dehors je croise des Etrangers

    des ombres qui marchent dans le noir

    ce n'est pas d'eux que vient le danger

    mais je reconnais chaque soir

    mon pire ennemi dans ce miroir

     

    Reprendre les paroles d’une très belle chanson d’Alain Chamfort, « L’ennemi dans la Glace », pour répéter qu’en ces temps d’attaques terroristes, d’incertitudes, d’effroi et de stupeur.

     

    Nous sommes peut être notre pire ennemi ?

     

    Crédit Photo : @DanyMasson : Help  

    Lire la suite

  • Karbon Kabaret : "Je suis Cockerillien"

    Pin it!

    Tchanches_mecanique_04022015-241x300.pngLa Place Saint Lambert pour décor, et le Palais des Princes Evêques.La Fête de Wallonie à Liège, célèbre la Tradition. Tchantchès , lui et l'Industrie qui était la. Qui s'en est allée. Symbole du Renouveau et de l'Espoir.  

    Crédit Images : elles sont du site Karbon Cabaret 

    Lire la suite

  • Rallye du Condroz 2015

    Pin it!

    15500059808_3c92824b80_o.jpg

     

    Photo : @DanyMasson  

    Les 7 et 8 Novembre 2015. C'est bientôt le grand rendez-vous des aficionados des moteurs vrombissants, des belles voitures et de la vitesse maîtrise, de l'adresse et de la prouesse technique , mécanique et humaine. Des Mécanos affûtés et des Pilotes aux nerfs d'acier, aux réflexes vifs. 

    Admirer de belles mécaniques, de belles voitures, des équipes à fond dans le guidon et dans la concentration. 

     

    Lire la suite

  • Sans Chichis : Johnny et Joelle

    Pin it!

    Johnny, Joëlle Scoriels, 69 minutes, C'était en "Prime" sur La Deux R.T.B.F. Joëlle Scoriels à reçu Johnny Hallyday    pour sa rentrée 2015. Décor : Monaco. La quatrième saison de « 69 Minutes Sans Chichis » démarre sur les chapeaux de roues. 

    Joëlle Scoriels égale à elle même.

    Sans Chichis, sans complexe. Excellente. ! 

     

    Johnny ;

    Personnellement, j'aurais aimé que Johnny enlève ses lunettes. 

    Mais bon. Avec ou sans lunettes, j'ai passé un bon moment. 

    Vous aussi, j' espère ? 

     

    Peut on parler de "Confidences" ?

    Sur ce point. Un peux. Pas trop. On savait déjà pas mal. Au 

    sujet du "Tôlier" comme l'appellent les autres artistes français.

     

    Johnny en Belgique : YES !  Le Grand Jacques "Rocker" !

    Ce qu'en disait Joelle Scories avant la télédiffusion ... 

     " Johnny Hallyday a pris le temps de parler de cette tournée,

     mais aussi des liens qu’il a avec la Belgique. son admiration

    pour Jacques Brel." 

     

    Une critique

    La partie la plus faible à mon sens , fut le témoignage des amis

    du King Français du Rock'n Roll. Sauf, celui de France Brel.

     

    "Les Yeux d'Elsa avaient vu Juste". 

    Alors, je vous donne en copie un témoignage écrit en 1964, dans  

    " Les Lettres Françaises" excusez du peu, par Elsa Triolet, qui n'

    autre que la femme et égérie de Louis Aragon. 

     

    2gqslqqz.png

     Voici le texte HISTORIQUE 

    "Je voudrais déjà être à demain pour savoir ce qui va sortir de ce magnifique phénomène...

    "Elsa Triolet"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     



    ELSA TRIOLET fut la première écrivain à défendre "Johnny". Elle s’en expliquait dans un texte écrit pour les "Lettres françaises" (le 13 février 1964), à l’issue d’un concert de la star naissante à l’Olympia :

    "Il ne laissait pas le temps à la salle d’applaudir, il excitait ses musiciens comme un cocher ses chevaux : "Plus fort ! Plus fort !..." C’est le galop à mort, le délire de la vitesse, de la musique, de la danse... Il semblait connaître chaque spectateur dans la salle, s’amuser avec elle, follement et, soudain, confier son désespoir à tout ce monde, comme mortellement blessé, souffrant à la mesure de sa taille, de sa force et non pas à celle des mauviettes qu’il avait devant lui : "Pas cette chanson..." ou "Serre la main d’un fou..." du récital précédent, cette main que personne ne veut serrer. Un tigre souffre, lui aussi, et un adolescent donc !

    "Un métier à se demander s’il y a pour lui une coupure entre la vie quotidienne et la scène, tant il est chez lui dans la lumière des projecteurs, le public, comme des convives qu’il veut combler, l’exhibition comme un amusement délirant. Pour l’acquérir, ce métier, il faut qu’il ne l’abandonne jamais, qu’il s’exerce sans arrêt, que ce qu’il fait en scène, il le continue dans la rue et en mangeant, et en dormant... Une image que cela, car à ce rythme, et aussi jeune animal joueur que l’on soit, il y aurait de quoi mourir cent fois d’une rupture du coeur !

    "Il fait un de ces potins, un tintamarre, un fracas énorme ! On se trouve à l’Olympia comme à l’intérieur d’une cloche qu’on est en train de sonner... Insoutenable, insupportable, on en a le tympan enfoncé, la tête vous en éclate. Pourquoi je m’extasie, dans ces conditions ? Mais parce que c’est une question de réglage des moyens de Johnny autant que de la sonorisation excessive de la salle Ä il faut bien dire que les autres, avant lui, semblaient hurler, eux aussi ! Ä et qu’il suffirait après tout de baisser le son pour que cela soit gagné.

    "A cause de ce fortissimo ininterrompu, vous êtes assourdis au point que le meilleur se perd, et pas seulement de Johnny : il a avec lui un batteur sensationnel dont il est difficile d’apprécier les prouesses folles, les crescendo et l’accélération étant rendus inaudibles dans ce perpétuel bruit de Niagara qui s’abat sur vous dès le premier moment de l’apparition de Johnny. Fureur ! fureur de vivre, ô James Dean...

    "Le malheur d’être trop bien servi par les dieux... De quoi lui en veut-on à ce splendide garçon, la santé, la gaieté, la jeunesse mêmes ? De sa splendeur ? De la qualité de ses dons et de son métier acquis, de sa sottise de jeune poulain ? Des foules qui le suivent irrésistiblement ? C’est la même haine que pour Brigitte Bardot. Et lorsqu’on leur tombe dessus, je reconnais en moi cette colère qui me prenait au temps où l’on essayait d’abattre Maïakovski, et d’autres fois, d’autres poètes... comme le soir où l’on a sifflé "Hernani" au Français, en 1952, pour le cent cinquantenaire de Victor Hugo. Cette volonté de détruire ce qui est trop bien, trop beau, trop gigantesque... La réputation que l’on fait à ceux que l’on veut détruire, Dieu sait pourquoi !
    "Je suis tombée l’autre jour au beau milieu d’une émission du Mouvement des jeunesses agricoles catholiques. Le moniteur, ou cela peut-il bien s’appeler ?, s’expliquait... "Et si, demande l’interviewer, un voyou voulait adhérer au mouvement ?" (Je cite, bien sûr, de mémoire.) "Eh bien, dit le moniteur, c’est surtout sur ceux-là que nous espérons agir." "Et si un gars aime Johnny Hallyday ?" Je dois dire à l’honneur du moniteur qu’il ne comprit même pas que, pour l’interviewer, cela semblait être aussi grave que la voyoucratie et qu’il répondit simplement que là où le mouvement avait un local les jeunes catholiques agricoles formaient des orchestres pour twister...

    "Dans quel piège pourrait-il tomber. Ce Johnny, cette "bête de music-hall" comme on a coutume de s’exprimer, sur son chemin ascendant ? Que, devenu homme mûr, il s’alourdisse, se vulgarise ? Qu’il continue sans changer, se mettre à piétiner ? Qu’à la caserne on le fasse trop baver, or baver est une gymnastique malsaine ; qu’on y veuille lui faire les pieds, le briser ? Qu’il se détruise lui-même comme James Dean, adorant la fureur plus que son métier ?

    "Je voudrais déjà être à demain pour savoir ce qui va sortir de ce magnifique phénomène... Saura-t-il se prendre par la main lui-même ? Ne lui faudrait-il pas un guide sagace, quelqu’un comme Maurice Chevalier peut-être, ou comme l’a été pour tant d’artistes Jean Cocteau ? Pour donner toute sa mesure, à l’échelle de son talent, de son physique, de son emprise actuelle sur les salles. S’il continuait sans encombres, cela ferait un autre Chevalier, un autre celui-ci ou celui-là et, surtout, un autre lui-même. Il lui est tant donné, il a déjà tant fait dans le domaine du music-hall qu’on n’imagine guère pour lui autre chose qu’un développement extraordinaire de ses facultés de chanteur, danseur et, étrangement, de tragédien.

    "Le soir de la première, l’Olympia était bourrée à ras bord, bien entendu. Je me demandais tout d’abord pourquoi tous les hommes étaient si petits, on aurait dit une race humaine particulière : c’est que ces hommes n’avaient pas fini de grandir, des gosses ! D’ailleurs, ils se ressemblaient étonnamment, comme se ressemblent pour nous des Chinois. La salle était agitée, le rideau tardait à s’ouvrir d’en haut, de tout en haut venaient des sifflets stridents, des cris, un tapage qui montait, pieds, mains... Mais à peine sur la scène apparut l’orchestre avec la silhouette familière de son chef, Daniel Janin, se trémoussant dans son costume gris, que le bruit s’arrêta net, comme s’arrête de brailler un nourrisson à qui on a fourré dans la bouche son biberon... Enfin !

    "Ensuite, ils ont été sages, et même, me semble-t-il, dépassés par le bruit de Johnny qui ne leur laissait pas le temps de s’exprimer... Il se peut qu’un soir de première, Johnny soit lui-même dépassé par sa propre furie.

    "Je suis, comme vous le voyez, des "fans" de Johnny Hallyday. Vous trouvez cela grotesque ? Vous avez tort, je suis à l’âge où, si on n’est pas un monstre, on aime ce qui est en devenir. Je ne peux pas attendre l’an 2000 quand on invitera un Johnny de cinquante-six ans, si mon compte est bon, à la Maison-Blanche..."

    ELSA TRIOLET.

     

     

    Belle et Bonne Journée 

    Belle(s) et Bonn(s) Lecture(s)

    Aussi ! 

     

     

  • Journée du Patrimoine à Vierset - Barse

    Pin it!

    Je vous livre ici quelques images prisent au Chateau

    de Vierset - Barse en cette Journée du Patrimoine de

    ce cru 2015. 

     

    Le Chateau de Vierset - Barse (Modave 4577)

     

    Le bâtiment actuel, de style classique, date du 18e siècle.

    De larges douves baignent trois côtés du château du côté

    sud.

    Le corps principal a été construit après 1775 par Charles

    Albert de Billehé, général major aux armées impériales.

     

     

    IMG_0427.jpg

     

     

    Belle et Bonne Journée 

    Belle(s) et Bonne(s) Lecture(s)

    Aussi !

     

     

     

  • D'Aymeric à Yann

    Pin it!

    Aymeric Caron, ONPC, Yann Moix,

    On l'aime. Il Irrite. Il va se faire tirer dessus à chacune de ses citations.  

    Yann Moix a fait sa première , officiant en tant que Chroniqueur pour #ONPC "On N'Est Pas Couché"

  • Standard de Liège, suite après Molde

    Pin it!

    gerets,van buyten,buels,trebel,knockaert,enoh,yattara,standard,molde,muslin,lawarée,bruges,lion,rouches,rouges,supporters,fan coaching,ultrasDifficile de ne pas reprendre le clavier, c'est la  première fois  que j'écris à propos du Standard, après le match contre Molde et une des conséquences, le Départ de Slavo Muslin annoncé ce 28/08.

    La Direction a décidé. Et après ? 

    Slavo Muslin fait les frais d'une première improvisation, à mon très humble avis, de décisions prisent dans la précipitation dès le début du Mercato d'Eté.

     

     

    Exit José Riga, il fallait un T1 chez les "Rouches" et on ne sait

    pas trop pourquoi, effet d'annonce comme un pétard mouillé 

    par le déception, Muslin arrive mais on pouvait avoir Gerets ! 

     

    Des noms circulent, Eric Gerets, bien entendu, mais  il aurait

    fait savoir que c'est NON Définitivement ! Aussi un ancien et 

    talentueux du Standard, Daniel Van Buyten, avec un rôle qui

    n' est pas encore bien défini. Qu'en sera-t-il ? Bras droit du

    Manager ? Direction Technique ? Un Monument  de  notre

    football national et International.  

     

    Et sur le terrain ?

    Quid du sort de Mujangi Bia ? Va t - on se permettre de le

    laisser encore en dehors de l'équipe. On se prive d'un des

    atouts majeurs du Standard. Et le laisser en dehors de la

    compétition n'est pas le meilleur moyen de la vendre. 

     

    Contre Molde, des joueurs ont prouvés qu'ils montaient 

    en puissance et qu'il faudra compter avec eux. 

     

    J'ai envie de dire les noms de ceux à qui je pense. Il y a

    bien entendu Adrien Trebel, avec Anthony  Knokaert, un 

    bon feeling pour Breuls, pour Yattara aussi. Il lui reste de

    nous prouver qu'il peut concrétiser dans les 16 mètres. Et, 

    au milieu, la tour de défense, Enoh

     

    Rayon déception dans ma vision des choses et comme un

    prophane, Santini. Difficile à se retourner dans le sens 

    du jeu et du but. 

     

    Défensivement, avec la rentrée de l'axe central et ce que

    nous ont montré les remplaçants, il y a de quoi se dire , 

    Ouf ! 

     

    Dans les buts ? Vous avez dit dans les Buts ? Il y a peut

    être une perle en devenir , derrière Thuram. Le Standard

    a toujours eu de bons gardiens de buts, et des gardiens 

    du cru. formés au Club. faisons confiance à Christian Piot.

     

    Voilà, ce que j'avais à dire ce vendredi 28 aout, après la 

    sortie précoce du Standard de Liège de la Coupe d'Europe. 

     

    A suivre ... 

     

    Dimanche, Bruges qui va vouloir se venger de ses dernières

    défaite et mauvaises prestations. Bruges et le Standard, c'

    est un peux la même chose. Des clubs similaires, avec leurs

    hauts et leurs travers. Des Clubs qui vivent avec des gradins

    de supporters comme elle part ailleurs en Belgique. 

     

    Will see ... 

     

    Belle et Bonne fin de journée

    Belle(s) et Bonne(s) Lecture(s)

    Aussi !

      

     

  • Standard de Liège, La Direction doit choisir

    Pin it!

    Gerets, Lawarée, Mulin, Standard, LiègeChoisir c'est renoncer. Mais enfin choisir. Faire le bon choix.

    Comme dans la précipitation, Slavo Muslin a été confirmé en tant que T1 à Sclessin. Eric Gerets (Voir déclaration de  A. Lawarée) ne sera pas prêt avant un mois. 

    Pendant que l'équipe patauge entre "mauvaises" et "moins mauvaises" prestations, la tension monte en bord de Meuse à l'ombre des Anciens Hauts Fourneaux éteins eux. 

     

     

     

    On joue 15 minutes et puis on lève le pied 

    Pour celui et celle qui suit l'équipe , c'est évident, on peut 

    mieux. Mais seulement durant les quinze premières min-

    utes de la partie. Ensuite, les mauvais choix se multiplient,

    les passes sont imprécises, et devant, il n'y a rien. Pas un 

    ballon n'arrive. 

     

    Dans les tribunes, on s'impatiente. On attend peut être 

    encore la rencontre contre Molde ce jeudi. Mais on crie,

    on scande un nom. GERETS ! 

     

    Carcela, Hezékiel, Bia,

    Difficile de remplacer ces'avants au dessus de la moyenne

    belge. 

    Santini manque de punch. Le jeune Yattara plus accrocheur

    manque encore de justesse et d'adresse devant le but, il n'

    est pas décisif dans les 15 mètres. 

     

    Bruls - Yattara la solution ou une des solution

    La tendem aligné dimanche contre Ostende donnait à voir

    plus de possibilités qu'avec Santini

    Ne pas vendre Bia. Si le Standard a besoin d'argent, et 

    que la vente de Bia ou la qualification en Coupe est la 

    solution dans les caisses. 

     

    Bia est une solution sur le terrain. à lui et à son agent de

    se prononcer aussi. Au moins jusqu'au Mercato d'Hiver. 

    Un joueur qui marque 15 fois et vous fait plus de 13 passes

    décisives, çà ne se trouve pas souvent à Sclessin. 

     

    Eric Gerets 

    Si Slavo Muslin n'est pas sur le terrain, s'il se voit critiqué

    c'est que dans le Coeur des Supporters, un Homme et pas

    le moindre est attendu. 

     

    C'est aussi, que la Direction du Standard n'est pas claire. 

    C'est le moins que l'on puisse dire. Pendant que le bateau 

    prend l'eau, que Muslin s'inquiète du terrain, il a dans son

    dos, la Direction du Standard avec l'Homme Providentiel

    invité semble t-il chaque dimanche en tribune d'honneur. 

    Eric Gerets. Il vient de refuser l'appel des Fosséens de l'OM

    où les supporters des Bleus et Blancs ne l'oublient pas eux,

    non plus. 

     

    Gerets, l'homme qui va sauver le Standard. Beaucoup y 

    croient, beaucoup en rêvent et le souhaitent. 

     

    C'est à la Directions des "Rouches de trancher" !

     

    Belle et Bonne Soirée,

    Belle(s) et Bonne(s) Lecture(s)

    Aussi !

     

     

  • Le Karaté en RDC, pour ceux et celles

    Pin it!

    Pour ceux et celles que çà intéresse nous
    vous livrons ci-dessous l'adresse du tout
    nouveaux site web officiel de la Fédération
    de Karaté , reprise  de main de maître, par
    Monsieur Armand Kitenge.
     
     
    Nous vous invitons à vous y rendre. 
     
    Bonne lecture.
     
    Fed Karate RDC

  • Anthony Kavanagh et le Liban

    Pin it!

    Envie en ce jour si important pour la République Démocratique du Congo de revenir au jeudi 27 juillet 2006 et à l’émission « Dancing Show » présentée par Anthony Kavanagh, présentateur, humoriste et chanteur imitateur. Lorsque le présentateur de France 2 et "humoriste" (Anthony Kavanagh) lance sa blague à "deux sous", sur le Liban, je me dis, "Qu'est ce qu'il fait ce con...".Durant l'émission, on voit la gêne, il y a des appels c'est sure, au standard téléphonique de l’A2. Il s'excuse d'ailleurs par trois fois au moins durant l'émission, son regard fuit, il y a un problème, son oreillette doit lui faire mal aux tympans.Je penses qu'il a dérapé, mais lui prêter les mêmes sentiments ou intentions que Dieudonné me paraît excessif. Il y a quelques années, je serais peut être monté aux créneaux comme certains le font aujourd’hui, mais non, l’erreur est tout de même humaine. Contrairement à certains « intellectuels », je ne crois pas que cette émission est faite pour "des ménagères de 65 ans...." et même si c’était vrai, qu’ils aient au moins du respect pour ce public aussi.Si loin des possibilités de fêtes et de moyens culturels dont dispose les pays du nord, en Afrique, dans un pays difficile, qui connaît aussi ses problèmes, moi qui suit expatrié et installé ici, je peux vous dire sans rougir (sic), « j'aime regarder cette émission ». Laissez donc vivre les gens, ici à part la parabole et les émissions qui nous viennent de l’Europe, l’Afrique du Sud, et autres Inde, les sorties culturelles se comptes sur les cinq doigts des deux mains l’année. L'erreur étant humaine, je pense q’un peux de mansuétude envers Kavanagh serait de mise, tout en lui disant de "FAIRE ATTENTION" il y a certaines limites à ne pas dépasser.Je pense à ceux qui souffrent, et à ceux qui ont des proches au Liban, en Israël et en Palestine, aux nombreuses victimes de ces atrocités qui nous dépassent tous. Une erreur n'est pas encore une faute.