a2

  • Bruno Masure... Journalistes à la niche ?

    Pin it!

    Un caractère, une belle tronche et un large sourire,

    un regard clair et perçant, Bruno Masure, s'il nous

    a abandonné lors des JT du 20 heures n'en reste

    pas moins journaliste - écrivain et faiseur de beaux

    mots. Une plume aiguisée à l'impudeur politicienne

    dont il a fait les frais, il y a quelques années. Pour

    rappel, il reçu trois fois le  7 d'Or du journalisme.


    Quelquefois, n'est pas coutume. parler d'ailleurs et

    de quelqu'un d'autres que le Congo, le Carnet se le

    permet de temps à autres.


    "Journalistes à la niche ?" met les pieds dans le plat,

    égratigne le monde des médias en commençant par

    lui même. Les connivences entre le(s) pouvoir(s) et

    le monde journalistique se lis page après page.


    Pas tendre, "les journalistes sont fait pour aboyer"

    aime t'il dire.


    Ce déballage ne plait pas à tout le monde, surtout

    que dans ce monde là, on ne pense pas, on hurle,

    (NDLR) à la mort des autres, aux méfaits des autres

    mais jamais, on ne crache dans l'assiette.


    Il y en a tout de même des bons. Non ?

     

    Ne résistons pas à l'une ou l'autre citation de celui

    qui fut l'homme du vingt heures, bien avant PPDA.

     

    "Les dictateurs exigent toujours d'être reçus avec les

    horreurs duent à leur sang"


    "La flatterie est, comme le stationnement, une pratique

    de plus en plus payante"


    "Méthode bien connue : dite  de  l'hélicoptère, remuer

    beaucoup de vent, pour s'élever".


     

     

    Bonne journée et bonne lecture !


    Journalistes à la Niche_Bruno Mazure


     

  • Anthony Kavanagh et le Liban

    Pin it!

    Envie en ce jour si important pour la République Démocratique du Congo de revenir au jeudi 27 juillet 2006 et à l’émission « Dancing Show » présentée par Anthony Kavanagh, présentateur, humoriste et chanteur imitateur. Lorsque le présentateur de France 2 et "humoriste" (Anthony Kavanagh) lance sa blague à "deux sous", sur le Liban, je me dis, "Qu'est ce qu'il fait ce con...".Durant l'émission, on voit la gêne, il y a des appels c'est sure, au standard téléphonique de l’A2. Il s'excuse d'ailleurs par trois fois au moins durant l'émission, son regard fuit, il y a un problème, son oreillette doit lui faire mal aux tympans.Je penses qu'il a dérapé, mais lui prêter les mêmes sentiments ou intentions que Dieudonné me paraît excessif. Il y a quelques années, je serais peut être monté aux créneaux comme certains le font aujourd’hui, mais non, l’erreur est tout de même humaine. Contrairement à certains « intellectuels », je ne crois pas que cette émission est faite pour "des ménagères de 65 ans...." et même si c’était vrai, qu’ils aient au moins du respect pour ce public aussi.Si loin des possibilités de fêtes et de moyens culturels dont dispose les pays du nord, en Afrique, dans un pays difficile, qui connaît aussi ses problèmes, moi qui suit expatrié et installé ici, je peux vous dire sans rougir (sic), « j'aime regarder cette émission ». Laissez donc vivre les gens, ici à part la parabole et les émissions qui nous viennent de l’Europe, l’Afrique du Sud, et autres Inde, les sorties culturelles se comptes sur les cinq doigts des deux mains l’année. L'erreur étant humaine, je pense q’un peux de mansuétude envers Kavanagh serait de mise, tout en lui disant de "FAIRE ATTENTION" il y a certaines limites à ne pas dépasser.Je pense à ceux qui souffrent, et à ceux qui ont des proches au Liban, en Israël et en Palestine, aux nombreuses victimes de ces atrocités qui nous dépassent tous. Une erreur n'est pas encore une faute.