afdl

  • La Musique pour Mémoire : "The Power Of Love"

    Pin it!

    La Musique pour

    Mémoire

     

    Tout droit(s) réservé(s) ©DanyMasson

    Image : pochette du CD de Céline Dion 

     

    Lire la suite

  • Un livre, un jour ... Brazzaville : Guerre civile

    Pin it!

    1997, alors que Kinshasa se libère. L'AFDL, l'Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération

    du Congo, vient de prendre le pays.


    De l'autre côté du Fleuve, les bombes tonnent, Cobras et Ninjas font la guerre. Cobras et Ninjas

    font couler des larmes et du sang. Horreur ! Des noms venus tout droit des séries Japonaises

    mais aussi d'Afrique du Sud, avec les Zoulous. Tout ceci dure depuis 1993, avec des hauts et

    des bas. On devrait dire des bas, que des bas, du fond du fond de la guerre. Coupe - coupe  !

     

    Une jeunesse en perdition, qui n'en peux plus de vivre dans l'illusion d'un avenir meilleur, depuis

    l'indépendance, qui n'en peux plus de vivre entre les mouvances. Déliquéscence !


    C'est aussi, pour la région le début de la période noire, le génocide Rwandais, les Sans-défaites

    au Burundi, la guerre des rues dans Bujumbura. Les collines qui ruissellent de sang. Ibuka.

     

     

    Du Memling, ou des quartiers de Kin proches des berges on entend dès 22 heures, le bruit des

    bombes,  des obus. Eclats !


    On se doute que dans les quartiers de la ville, dans les campagnes, dans les coins reculés de

    la grande ville, les règlements de comptes, les vengeance, les affres de la guerre touchent les

    petits, les sans armes. Civils.


    Entretien avec Julien Mabiala Bissila, dramaturge et comédien. Auteur notamment de "Crabe Rouge" et de "Au nom du Père et du Fils et de J.M. Weston".


     

    Belle et Bonne journée, Belles lectures aussi !

  • Des dates, le temps et ce qu'on en retiend

    Pin it!

    Ce 17 mai 2010, treize ans que l'AFDL entrait

    à Kinshasa. L'ancien remplaçait le nouveau. L'

    Ancien régime tombait comme un fruit trop mure.

    Le fruit tombait sans bruit, éclatait de sa trop

    longue vie au loin des populations, de l'absence

    de nouveaux rêves à proposer. De trop de tout.

    Sauf de développement.

     

    Ce 17 mai, c'est le symbole de l'Ancien remplacé

    par le nouveau. Une autre vision. Des embuches,

    des déconvenues. Des rêves brisés et d'autres qui

    se réalisent. Des élections et une démocratie jeune,

    en apprentissage. De nouvelles alliances, une autre

    vision du Monde, du Congo et de l'Afrique.

     

    Ce 17 mai 2010, c'est aussi la journée Mondiale

    contre l'Homophobie. Contre le rejet de ceux qui

    ont une autre sexualité. Sujet diificile au Nord. Que

    dire de l'Afrique ? On en parle pas. Il y a d'autres

    priorités, d'autres choses. On en parlera plus tard.

    Le "Coming out" c'est pour plus tard. Quand on ne

    le sait. Le Noir et le Blanc ne sont ils que Noir et

    Blanc ? Il existe des nuances mais laissez. Y a rien

    à voir. On en parlera plus tard.

     

    Cette semaine la communication à balbutié, mais

    ce n'est ni la premier et ni la dernière fois.


    Le Chef des rebelles de Dongo dans l'Equateur,

    Udjani Mangbama, plus connu familièrement par

    la population sous son prénom "Udjani" avait été

    annoncé comme étant capturé avec l'aide de la

    population de la Région de Mbandaka. Après l'

    annonce, une autre information est arrivée pour

    nuancer l'événement. 


    "Udjani s'est rendu aux autorités du Congo de l'

    autre côté du Fleuve, au Congo Brazzaville."


    Effet d'annonce avorté. Dans ce cas ci, on peut

    même parler d'annonce "contre productive".


    L'élan démocratique et national avait été mis en

    avant. Ce qui est certainement exact  mais  qui

    n'a pas  joué de manière directe  sur la capture

    d'Udjani, qui avait tenté  à la  tête des  Enyeles,

    le 4 avril 2010 de prendre Mbandaka. Il n'a donc

    pas été arrêté à Dongo comme annoncé.


    Ceci ne retire en rien ses méfaits subis par les

    populations depuis la fin 2009 dans cette région

    du pays. La lutte menée par les Enyelés contre

    les Bobas, a entraîné à ce jour le déplacement

    de plusieurs milliers de personnes et précarisé

    les déplacements sur le Fleuve Congo, cette voie

    naturelle de mobilité et de transport  qui est si 

     nécessaire  à  la  vie  de tout   les  jours  et aux 

     échanges commerciaux. 

     

    Ce 17 mai 2010, journée comme les autres ? Et

    pourtant. On a marché à Bruxelles pour que vive

    la Belgique. Ils étaient seulement 1850. Ah est

    il loin le temps où Bruxelles brusselais et que le 

    jet de Mannequenpis unissait flamands et ceux

    du Sud, les Wallons ?

     

    Bonne journée et bonne lecture !

     

  • 17 mai à Kinshasa....

    Pin it!

     

    Le 17 mai est jour férié en R.D. Congo. C'est la

    commémoration du jour de la chute du pouvoir

    du Maréchal Mobutu et de son renversement par

    l'entrée de M'zée Laurent Désiré Kabila et des

    forces qui composaient l'Alliance des Forces

    Démocratiques pour la Libérartion (A.F.D.L.).


    Huit mois ont suffit pour prendre ce "pays -

    continent". Huit mois de marche, de négociations

    avec les hommes en place pour limiter la casse

    et éviter des pertes en vies humaines jugées

    inutiles. Ce qui fut fait.


    La veille de cette journée du 17, furent lancés les

     travaux d'agrandissement et de modernisation de

    l'Aéroport de N'Djili, par Monsieur le Président

    de la République, Monsieur Joseph Kabila,

    entouré des ses Ministres et de l'Administrateur

    Délégué Général de la R.V.A. mais aussi des

    représentants, et non des moindres, des chambres

    "haute" et "basse", Messieurs Kengo Wa Dondo,

    Evariste Boshab, présidents desdites assemblées.

    Ndjili_DanyMasson_4193

     

    Moment choisi, pour réaffirmer que les cinq chantiers

    ne sont pas seulement une vue de l'esprit. Histoire

    de rappeler aussi que l'aéroport après 50 années

    d'indépendance,  n'a pas subis de changement.

     

     

    Douze  années ont passés et Kinshasa se souvient,

    Kinshasa se pose des questions aussi. Les journaux,

    (pas tous), se font l'écho de la victoire du peuple

    congolais et des questions du changement.


    Douze années après, les choses ont elles changés ?

    se posent quelques tabloïdes et par delà la grande

    masse que constitue la population.

     

    Comme toute actions, ou sondages, il y a ceux qui

    se posent en détracteurs et ceux qui pensent que çà

    a changé. Les élections, la coopération institutionnelle

    qui a repris, alors qu'elle s'était arrêtée en 1992, les

    nouvelles oportunités, Communauté Internationale,

    chinois compris... 


    Est ce que çà a changé le quotidien des congolais

    dans leur vie de tout les jours ?  C'est un autre débat

    "il faut donner le temps au temps", phrase de François

    Mittérand, reprise en différentes circonstances.


    Chine_RDC
    Dessin de Springs, Financial Time :

    Source Le Courrier International

     

    Et justement, le 18 mai 2009, jour de récupération pour

    certains, le jour férié tombé un dimanche, d'autres

    sont au travail pendant que d'autres  sont en grêve.


    Les transporteurs sont mécontents du sort qui leur

    est réservé. Ils ont bloqué la capitale en privant de

    leur service les habitants des quartiers qui voulaient

    se rendre en ville et vice-et-versa.


    C'est que ces derniers se font bastonner par des

    policiers zèlés ce qui ne fait pas avancer les choses

    sinon animé la rue toujours demanderesse d'une

    petite rixe ci et la. Les taximans sont, il est vrai peux

    disciplinés mais de la, les passer à tabac. N 'y a t'il

    pas un "boulevard" de moyens autres à mobiliser ?


    MiniBus_30 Juin_Dany Masson5551

     

    Le Boulevard du 30 juin, lui, n'a pas eu de repos,

    les travaux ont malgré le jour férié et la grêve été

    poursuivis tout le weekend par des creusements

    sur les bas côtés de la chaussée.

     

    Fin et début de semaine mouvementés et très

    commentés aussi, puisque plus de 11 826 armes

    pouvants êtres utilisées à des fins militaires, ont

    été saisies dans la Capitale. L'opération 100 USD

    contre des armes aura plutôt bien fonctionné. Ces

    armes saisies sont elles le fait de vrais caches d'

    armes ou simplement d'oublis de certains de rendre

    à l'armée ce qui lui appartient ? Le PAREC avec

    des moyens peut faire oeuvre utile.

     

    Pendant ce temps, la vendeuse de pain au coin

    de la rue, continue à vendre ses pains, mais dit

    constater une diminution de ses ventes. Le franc

    congolais qui fait le yoyo par rapport au dollars çà

    n'arange pas son businness. Et puis y a la SNEL,

    Société Nationale d'Electricité qui augmente ses

    facturations mais qui n'améliore pas ses services.


    SnelBaLeki_Caricature_Baleki

    Source et crédit photo : Congo Blog Ba leki

    http://www.congoblog.net/la-snel-revoit-a-la-hausse-sa-tarification/

     

    Elle est loin, comme nus tous,  de ce qui se discute

    et se discutera surtout à partir du 24 mai, date de

    la visite du Dr. du F.M.I., Mr. Dominique Strauss

    Kahn à Kinshasa, et après çà, la réunion du Club

    de Paris qui se prononcera sur l'annulation ou non

    de la dette de la R.D. Congo. Pas gagné. Les contrats

    chinois étant de plus en plus un point de blocage

    du côté de la C.I. occidentale, et de l'autre côté

    d'un sentiment de plus en plus exacerbé par rapport à

    des leçons qu'ils n'ont à recevoir de personne. Il

    suffisait de lire la première page du journal le PALMARES

    ce lundi 18 mai 2009, qui titrait en "UNE" et en grand,

    "Voici la réponse des Chinois aux Occidentaux", et

    de développer en trois points ce qu'ils pensent de l'

    appel d'offres auquels ils ont répondus.... et de dire

    que les occidentaux "doivent apprendre  à se taire

    désormais"... Bon pas tous pourraient ont dire, sur

    la dette, la Belgique joue les pompiers avec ses

    talents du compromis, les français tentent aussi d'

    être souple, quant aux américains .....

    DSK_FMI

     

    La marchande de pains au coin de la rue, elle ne

    pense pas  que c'est Dominique ni les autres qui

    vont règler ses problèmes et ceux des autres .

    "C'est tous les mêmes" ! Et puis c'est qui ce

    Dominique ?


    Non, dieu seul pourra l'en sortir. S'il le veut.

    Et elle l'implore souvent "nzambe" (Dieu, le créateur

    en lingala), pour qu'il lui vienne en aide.

     

    Quand on vous dit qu'il se passe toujours quelque chose

    à Kinshasa.

     

    Dany Masson_Palmares0001

    Bonne journée et bonne lecture.