angolaa

  • Passer à autre chose

    Pin it!

    Un rêve, un voeux, un souhait. Le monde avance, il 

    change. Il change au niveau des technologies. çà

    change aussi chaque 31 décembre de l'année. On fête,

    on chante, on souhaite l'an nouveau, comme si tout 

    le monde était content.  Non,  étonné d'être encore la, 

    pour cet an neuf. Pour cette Bonana. 

     

    Que l'on passe donc à autre chose et vite. Que cette

    année 2009, année noire dans les affaires, pour les

    familles, pour l'avancée de l'humanité. Que cette année

    fasse vite place à la nouvelle année et que l'on en parle

    plus. Ce sera difficile tant les plaies ouvertes auront du

    mal à se cicatriser. Dans les pays du Sud comme dans

    ceux dits, ouverts, démocratiques, industrialisés.

     

    La question de l'Identité Nationale en France me vient

    à l'esprit et avec elle, l'horreur de cette haine qui se répend

    dans le pays de Rousseaux, Camus, Hugo, Moulin. Oui 

    ce pèle mêle de personnalités dont peux s'enorgueillir  la

    France. Il y en à tant. Et le flux de sans abris qui continue

    de s'agrandir dans une indifférence de plus en plus grande

    puisque faisant partie de plus en plus du paysage publique.



    Flash Back. Léopold II. Le 100ème anniversiare de sa

    mort est passé presque inaperçu et pour cause. Le Roi

    homme d'affaires qui céda le Congo à la Belgique en

    ces temps de préparatifs du cinquantième anniversaire

    de l'indépendance du Congo prête à la controverse.

    Celui qui se rendait fréquemment à l'Opéra Garnier de

    Paris, aimait y rencontrer Cléo de Méraude, pendant que

    le sang  coulait des hévéas et que le caoutchouc faisait

    naître la colonie (Merci Paul).  


    Pèle-mêle, vous aller dire que d'autres s'arrangent pour

    lancer la polémique. Il ne suffit pas d'avoir en héritage

    ce poids de l'histoire. KDG, l'ancien Ministre des Affaires

    Etrangères belge à encore fait une de ses sorties dont

    on se passerait volontier. Tant dans la forme que sur le

    fond. Tout simplement parce que la forme discrédite le

    fond. C'est comme une revanche personnelle qu'il aurait

    à prendre contre les congolais et leur Président. Si ce 

    n'était aussi sérieux on pourrait en rire. 


    2009, aura été ici comme ailleurs une année à oublier,

    vive 2010, avec ses incertitudes, ses servitudes. 2009

    est venue avec une crise Financière, la plus grande que

    le monde ait certainement connue. 2009 s'en va avec

    la Finance qui se redresse mais avec une crise économique

    qui persiste et ne parlons pas de la crise sociale que tout

    ceci engendre. 2010 devra franchir les obstacles de la 

    pauvreté mondiale grandissante et faire preuve d'imagination

    pour favoriser de nouveaux les investissements, dans

    la production de biens.  


    Comme dit l'autre, "avant de crier victoire, attendons la

    suite, l'économique et le Social". La crise est encore la.

    Mais pour combien de temps ?


    A écouter Sarkozy et Lagarde c'est du passé. Le problème

    avec Sarkozy, c'est que, pas plus que la "gauche" il n'a de

    programme. Son seul programme, c'est son "Pouvoir", la

    pêche à l'audimat et  parler, parler, parler. Il pousse à 

    gauche, revient au Centre, pique vers la droite et plonge

    à l'extrême droite sans états d'âmes. Ce  Président à la

    bougeotte dans les idées. C'est un populiste.


    Décembre a tout de même respecté sa renommée du mois

    des cadeaux, des dons, des actes inattendus. Le F.M.I. et

    la R.D. Congo ont un accord triennal de l'ordre de  551, 45

    millions de dollars plus 72,68 millions USD dans le cadre 

    de l'aide aux Pays Pauvres très endettés (PPTE). Disons 

    les choses clairement, personne n'aurait compris que ce

    soit le contraire qui ait été décidé. Chinois ou pas ? 


    C'est dire l'avancée qu'il y a eu ces trois dern!ères années.

    Le but étant que ces aides, soient à terme visibles au sein

    des populations dans les quartiers défavorisés, les régions

    tout aussi défavorisées du Congo d'aujourd'hui. Ce sont des

    résultats qui sont donc attendus par tous. Le Président de 

    la République, ne s'y est pas trompé dans son annonce à la

    Nation le 7 décembre dernier. Que ceci ne soit pas qu'un 

    rêve mais puisse devenir réalité. 

     

    Un long chemin reste à parcourir. Ensemble. Peut être.

    Il n'est de sauveur suprême sans le soutient de ce qui est

    appelé aujourd'hui, "la Société Civile", "le corps Social"

    de la société. Une politique éloignée de ces piliers est à

    terme vouée à l'échec. Mais à contrario, "l'engagement

    citoyen est prépondérant pour les années à venir". Sinon

    l'éternelle ritournelle des "autres" reviendra et les solutions

    aux problèmes ne seront pas trouvées. L'avenir c'est du

    long terme. Rétablir l'Etat de Droits, l'accès à l'éducation,

    aux soins de santé, améliorer le panier de la ménagère,

    diminuer les tracasseries administratives, éradiquer les

    structures de certains escrocs qui se font passer pour ce

    qu'ils ne sont pas ou plus, qui utilisent des noms de

    structures d'Etat mortes avec le Zaïre par exemple, ne

    se fera pas en quelques mois. Dissiper le ou les mal 

    entendus non plus. 

     

    Le politique et l'Etat ont leurs responsabilités au même 

    titre que le citoyen. Des droits et des devoirs. Chacun 

    dans sa sphère d'influence. Le pouvoir pour les premiers,

    le corps social pour les seconds. Dans les notes jamais

    parues, une question à ce propos me taraude. Quid du

    plan urbanistique de la ville de Kinshasa ? Je l'ai peut

    être raté. Mais je ne le connais pas. pourquoi parler de

    çà ? Je repense aux expropriés de la Première Rue de

    Limete pour la construction du nouvelle hôpital. Tout ce

    qui a été fait aurait pu, aurait du se faire sous d'autres

    formes. Des gens ont tout perdu. Leur maison, le mobilier

    pillé, peux ou pas de primes d'expropriations. Jetés à la

    rue comme des mal propres. Une vie, des vies s'en sont

    allées en quelques minutes devant l'indifférence générale.

     

    ........

    L'indifférence, elle te tue à petits coups,

    L'indifférence, tu es l'agneau elle est le loup

    L'indifférence, un peux de haine un peux d'amour

    mais quelque chose.....

     

    L'indifférence, avant qu'on ne soit tous crevés

    D'indifférence,

     

    je voudrais la voir crucifiée...  

    Qu'elle serait belle écartelée l'indifférence.

     

    (Gilbert Bécaud) fait partie du spectacle des En-

    Chanteurs, "Je vous souhaite la pluie".

    ...........

     

     

     

    Un peux d'air et de musique : Les En-Chanteurs ont été 

    à la hauteur des attentes. Celle du public, celle de l'

    organisation, celles des sponsors et celle de l'auteur

    du livre dont a été inspiré le dernier spectacle, "Je vous

    souhaite la pluie". Livre écrit par la journaliste et écrivain

    Elizabeth Tchoungui. 

     

    Elizabeth est venue à Kinshasa. Se fut une rencontre

    magique. Jusqu'ici nous n'avions d'autres contacts

    que par les courriers électroniques et le téléphone.

     

    Ce fut un honneur de l'avoir parmi nous, une joie. Ce

    furent des émotions partagées. Des souvenirs. Une

    amitiés nouvelle.  

     

    Le public lors des séances de dédicaces lui fit un

    accueil à la hauteur du geste. "Merci d'être venue

    nous rendre visite à Kinshasa".

     

     L'adaptation du roman en tableaux chantés était une

    évidence.


    L'idée m'en est venue, tellement il était évident que ce

    roman est porteur de valeurs et qu'il passe en revue une

    série de clichés en les remettant à leur place. Tolérance,

    Droit à la différence, Croire en ses idées, la force de la  

    (des) femme(s). Un "Yes we can", écrit avant que Barack

    Obama ne soit élu. Un "Yes we can"  africain. 

     

    Cette collaboration triangulaire, Sud - Sud et Sud-Nord

    au niveau culturel fut un des moments phares de cette

    année 2009. Une expérience humaine enrichissante.

     

    Un livre écrit sur les réalités Camerounaises, visitées par

    des congolais aidés par une synergie vieille de plusieurs

    années, venue de Belgique au niveau musical. Quoi de 

    plus merveilleux. Que ceci ait plu  au public et à l'auteur,

    tout y est, la cerise sur le gâteaux est posée.

     

    L'aventure de ce spectacle devrait se poursuivre en 

    2010 avec des tournées de minis spectacles dans les

    écoles avec des livres en support. Lier le spectacle et

    la musique à l'éveil du Français dans les

    écoles. Quel projet.

     

    Mais il y aura une nouvelle date au Tarmac des Auteurs

    le 29 janvier 2010. Qui sait Yambi ? Peut être ?

     

    Le projet Yambi en 2007,  a transporté plus de 150 artistes

     en Belgique des troupes d'artistes congolais, des peintres,

    des sculpteurs, des   écrivains. Ce fut un réel succès. 

     

    Cette année, Yambi ce sera à Kinshasa. Pourquoi pas

    avec les En-Chanteurs ? 

     

    Que dire d'autres ? Plein de choses. Il y a tellement à

    dire. Tellement à communiquer. Tellement de réserve

    aussi à avoir par rapport à ce qui se passe ici et ailleurs.

     

    L'humilité. Voilà. Rester humble devant la vie et ce qu'elle

    nous réserve ou ce qu'on n'en fait nous même. 

     

    "Positiver" les choses, les regarder avec critique mais

    positiver. Rien ne sert de ressasser les mêmes rengaines

    qui ne font rien bouger. Détruire, nuire est si facile. Créer,

    aimer, accepter, comprendre, l'est moins.

     

    Meilleurs Voeux pour l'année 2010. 

    Bonne fête de Noël.

    Bonne fête de fin d'année. 

    Passer à autre chose

    Passer à une autre année

    Passer à de nouvelles bonnes intentions

     

    Bonne journée et Bonne lecture !