anicet kuzunda

  • Une industrie forte en R.D. Congo

    Pin it!

    industrie congolaise,r.d.c.,anicet kuzunda,ministère de l'industrie,kinshasa,r.d..c,manufacture congolaise,agriculture congolaiseCes cinq dernières années ont vu la F.E.C. (Fédération des Entreprise du Congo),

    plusieurs fois monter aux créneaux pour réclamer l'amélioration du "Climat des

    Affaires en R.D.C." En 2010, le parlement a entériné 13 lois allant dans ce sens.

    La pugnacité de son Président Albert Yuma, son franc parlé, son analyse  ne

    passent pas inaperçus dans le monde des affaires congolaises et non plus

    au Gouvernement. (photo à gauche : Rhum de Kwilu illustration d' initiative basée sur la sucrière de Kwilu Ngongo)

    En dehors du secteur minier, que nous appellerons, secteur primaire dans le

    monde de l'industrie, il  y  a les  entreprises qui se battent pour  que  le pays qui regorge de  tant de ressources,  puisse un jour, avoir son label de qualité congolais.  Pour se faire, il y a du travail sur la planche. Le secteur est très affaiblit. En péril même. Si des actions ne sont pas menées de toute urgence pour devenir à la fois compétitifs et productifs. industrie congolaise,r.d.c.,anicet kuzunda,ministère de l'industrie,kinshasa,r.d..c,manufacture congolaise,agriculture congolaise

     

    Quelques chiffres : En 1980, la R.D.C. comptait plus de 1800 entreprises manufacturières, à ce jour, nous en dénombrons 110. Ce qui engendre un chômage exorbitant, et une situation non propice au Développement durable de la Nation. A côté l' Économie informelle (plus de 60 % du PIB / 11% pour le secteur Industriel formel). Ceci donne un aperçu de la concurrence féroce qui sévit mais  sur des bases tronquées.   De 80 à 1996 le secteur de l'industrie   représentait 17,8 % du P.I.B. (Photo à droite : Dany Masson : Ouvriers en action ....à mentionné si publication)

    Un clic sur l'image pour en savoir plus ....

    En matières fiscales, ce n'est pas mieux. Le taux des impôts des sociétés est en moyenne de 52%  tandis que dans  les  pays  voisins,  Angola  et Congo, le poids        fiscal est de 25%. Ce n'est donc pas un mal africain, ouune fatalité. La  moyenne  des  pays   de   la  C.E.E.A.C.  (Communauté Economique des Etats d'Afrique Centale) est moindre de 22% soit 30 %.

    A l'aune des Cinq  Chantiers du  Chef  de l'Etat, un  renouveau industriel  est  à intégrer et pour celà insuffler le volontarisme politique suffisant pour prendre en compte l'aspect Travail et Développement Durable basés surl'économie.

    Le retard accumulé par la R.D.C. en matière de développement industriel lui est particulièrement préjudiciable, (déficit de la balance des paiements, développement durable, chômage, non transformation de matières premières propres au pays) alors que la R.D.C.dispose de toutes les potentialités pour être une grande nation industrielle Africaine. A cet effet relevons que l'intégration de la R.D. Congo à la CEEAC (Commission Economique des Etats d'Afrique Centrale) ainsi qu'à la CEMAC (Communauté Economique et Monétaire d'Afrique Centrale) serait peut être un paramètre important pour mesurer entre autres et de manière factuelle, la compétitivité des industries et leur progression dans la Région et en Afique en général.

    Les urgences .... Privé - Public

    La F.E.C., par sa nouvelle Commission Natioanle de l'Industrie mise en place, propose,  qu'en collaboration avec le Ministre de l'Industrie, un calendrier et une procédure de  travail afin de, d' ;

    - Etablir  un État des Lieux du secteur  réalisé en toute  objectivité  et avec  la   plus  grande participation possible. Sur base de l'état des lieux et dans sa foulée Convoquer des Etats Généraux du Secteur de l'Industrie secondaire Publier un Livre Blanc avec toutes les  recommandations pour  un  Congo industriel performant.

     

                              Bonne journée et bonnes lectures !