armee congolaise

  • Kin sous ambiance électrique...

    Pin it!

    Depuis quelques jours, voir le carnet de notes, l'ambiance
    se tend. Les militaires de JP Bemba campent devant l'état
    major de leur chef. Les FARDC (Forces Armés Congolaises), se
    rapprochent du périmètre en question, devenu chasse gardée
    de la MONUC et des militaires non intégrés.

    Il y aurait même eu, un accord signé du Président garantissant
    la non violabilité de ce périmètre.

    Dans une ville, un pays, où, Etat et opposition ont des forces
    armées respectives, il ne faut pas s'attendre à autre chose
    qu'une ambiance électrique, insécurisante, et déstabilisante.
    Pour les personnes, les famille et les affaires.

    Ce matin, les choses se sont corsées avec des déplacements de
    militaires en grand nombre, vers la Résidence gardée sur le
    Boulevard du 30 juin face au cimetière de La Gombe.

    Des gens en armes, ont rejoints ceux qui refusent de se
    soumettre à l'armée congolaise.

    Panique en ville. Désertion de la plus part des bureaux dès
    11 heures du matin et plus tôt. La rumeur va vite. La population
    prend très vite peur.

    Vers midi, récupérartion des enfants à l'école belge et l'école
    française, derrière le Cour Suprême, dans le fameux périmètre.

    A cette heure, c'est encore calme, puis vers 12,40 heures,
    les premiers tirs à l'arme lourde se font entendre.

    L'ensemble des bureaux de la ville ferment. Plus rien à
    attendre de cette journée, sinon un dénouement de la situation
    dans un sens ou un autre.

    Monsieur le Président de la République, Monsieur, Joseph
    Kabila devrait s'adresser à la Nation dimanche prochain.

    Cette annonce préfigure que les événements de ce jour seront
    déterminants.

    Beaucoup de lourdeurs à Kinshasa, venant de plusieurs fronts
    diront nous. Le refus d'intégration des militaires dans les
    FARDC, les événements de KAHEMBA, et autres problèmes frontaliers.

    Ambiance électrique à Kinshasa et odeur de poudre, c'est le
    temps des explications armées qui prend le pas sur la sagesse
    des négociations à table.

    De telles situations ne peuvent pas se produirent ailleurs.

    Parce qu'il est dificile d'admettre, un Président, un exécutifs,
    un législatif et... plusieurs armées.

    On ne joue pas la même partition, pour un Congo unifié.

    C'est pour demain ou plus tard encore, l'avenir le dira.