bizet

  • Boussole : On s'accroche pour ne pas se perdre

    Pin it!

    Crédit Compo Image : @DanyMasson

     

    C'est en lisant le quatrième de couverture que ma nièce, choisit de m'offrir l'ouvrage que je viens de lire et dont je vous confie ma critique ou plutôt mon enthousiasme. Merci à Soph. de si bien me connaître, et de m'avoir fait découvrir Mathias Enard que je ne connaissais pas avant ce livre. Merci de m'avoir fait redécouvrir le Nord en passant par le Grand Est. 

    Boussole, de Mathias Enard, paru aux Editions "Acte Sud" et "Prix Goncourt 2015", est un livre riche, gourmand et qui dévore le lecteur. Certains, diront que ce roman est une thèse, un essais, que sais - je encore ? Je l'ai lu, en écoutant la musique de Lizst, de Brahm, Beethoven, ou Mozart pour ne citer qu'eux, le long du récit du Docteur Franz Ritter. 

     

    Boussole, va au travers de la musique, nous ramener à l'Orient. Quel Orient ? La est la question. Boussole ne perd pas le nord de l'histoire selon Matthias Enard, ou Franz Ritter, qui nous emmène dans  son univers maladif et d'opiomane, durant une nuit. La musique et les compositeurs, les poètes, les orientalistes, les professeurs se croisent, s'entre choquent dans leurs idées, leurs théorie. Nazisme, antisémitisme, génie, abandon de l'humanité, création du Jihadisme en Allemagne pré - nazie,  de cette prédétermination qu'ont les allemands (relire les rapports pré - coloniaux et coloniaux dans les différents continents),  à mesurer les crânes des espèces qu'ils rencontrent ... 

    Un cocktail dont on ne sort pas indemne. Et puis il y a  Sarah ! 

     

    Je le conseille à lire. Deux fois plutôt qu'une. 

     

    Lire la suite