by by belgium

  • Le syndrome de la peur, les chiffres et la politique

    Pin it!

    La N-VA de Bart De Wever avec  30 % des 

    voix des électeurs flamands représente en fait

    numériquement 18 % des belges qui sont pour

    le séparatisme en Flandre. Même si on y ajoute

    les  0, 01 % de ceux qui sont pour une wallonie

    française, çà nous fait 18,01 %.

     

    Graph Elections 2010 13 06

     

    Bart de Wever s'est mis le dos au mur. Il ne fera

    pas les erreurs (concessions) d'Yves Leterme

    qui fort de ses 800 000  voix avait finis par faire

    des concessions et négocié avec les partis de la

    partie francophone du pays. Ceci après plus de

    150 jours de blocages.

     

    L'attitude est ici plus déterminée et claire. Oui on

    négocie pour détricoter l'Etat Fédéral et établir le

    calendrier de cette séparation.

     

    Si 30% de l'électorat flamand, soit + / -1,386 000

    ont votés pour les thèses du N-VA, comme l'a bien

    compris Bart de Wever, 3 234 000 autres ne sont

    pas encore convaincus par ses thèses et par son

    "By by belgium" ou "une étoile jaune flamande" de

    plus sur le drapeau bleu de l'Europe. En effet, il ne

    sera pas passé inaperçu que le drapeau  au  Lion

    Noir sur fonds Or avait laissé plus de place à celui

    de  l'Europe. Des paroles relayéent par des images

    et une communication en adécquation qui marquent

    les esprits. Tout est fait pour imposer un éclatement.

     

    Le PS et son Président vont avoir fort à faire dans

    cet environnement. Une chose est sûre, c'est qu'avec

    le SPA (Socialistes Flamands) second parti à égalité

    avec l'Open VLD, la famille Socialiste est la plus forte

    en voix et en pourcentages.

     

    Face à une percée qui est, certes historique mais

    qui n'est pas encore une idéologie commune pour

    l'ensemble des flamands, des portes restent entre

    baillées pour négocier.

     

    Négocier en dehors du syndrôme de la peur et du

    fatalisme. Si la Belgique de papa est derrière nous.

    Qui dit, que ses funérailles auront lieux de si tôt ?

     

    En politique, que se soit du coté des médias ou

    des Partis, de plus en plus, on  distille ci et là des

     phrases qui prennent très vite des proportions très

    attendues. Et même si,  Arithmétique ne fait pas un

    bon ménage avec Politique, il nous est encore permis

    de faire des analyses qui sortent des sentiers,  des

    battus d'avance.

     

    Et si la politique c'est une question de rapport de

    forces, alors c'est que les chiffres veullent tout de

    même dire quelque chose.

     

    Une percée, oui ! une victoire oui ! Mais est ce

    le tsunami séparatiste d'une Flandre raciste et

    intransigeante ? Non !

     


    Bonne jounée et Bonne lecture !