colette braeckman

  • R.D.C. : Le P.S. muet, André Flahaut joint sa voix à celle de Didier Reynders...

    Pin it!

    Crédit Photo :

    Site du PS (Flickr) André Flahaut lors de "Conférence Débat Belgique - Congo" 

     

    Il est bien difficile d'obtenir une position du parti Socialiste en Belgique sur la situation qui prévaut en République Démocratique du Congo? 

    En tant que Socialiste, je ne comprends pas très bien ce quasi mutisme du Bureau du Parti.

    En fouillant l'actualité, des sites web, des journaux, il y a tout de même une voix ou l'autre qui se prononce et qui donne son avis.  

    Lire la suite

  • RDC : Et d'ici à décembre 2016 ?

    Pin it!

    Pour ceux et celles que la R.D.C. intéresse, pour ceux et celles que l'Afrique 

    est le Continent de l'Avenir mais aussi du coeur. Le moins que l'on  puisse dire les Médias Sociaux, les Mouvements de propagandes occupent le terrain de l'Info et de l'Intox.

    Ca s'énerve en bord du Fleuve Congo. Souvent de Bruxelles, Paris, ou Londres  pour ne citer que ces Capitales qui regroupent une grande majorité active de la  Diaspora congolaise.

    En phase ou non avec les réalités du pays. Loin de ce qui peut arriver. Mais accélérateur du débat. Un débat, qui souvent tourne à la polémique et  qui nuis à une visibilité objective de la situation. 

    Le pays et son peuple est un pays coloré, la parole est haute, le verbe y est cinglant limite vulgaire, mais le tout se passe toujours dans la bonne humeur et le sourire  aux lèvres. Le débat est passionné. Passionnant. Comme ceux et celles qui l'anime.

    Attention toutefois, ce tempérament accueillant, cette joie de vivre à la limite de l'insouciance, ne cache pas et ne doit jamais cacher la souffrance de cette population. Qui sans la débrouille et les arrangements ne peut s'en sortir.

    La vie, et la survie est une lutte de chaque jour. On ne badine pas avec ces  réalités. Les ingrédients d'une explosion sociale terrible sont la. La violence et la vitesse avec laquelle tout pourrait basculer est inimaginable et elle est pourtant perceptible dans les rues, les rassemblements de toutes sortes. Si cette foule devait bouger ? Ce serait cruel et  horrible.

     

    On est donc plus que jamais,  sur le fil du rasoir. La frontière est ténue en ce qui concerne la poursuite des débats verbaux, de la polémique  qui  est somme toutes, bien congolaise et des affrontements incontrôlés. 

     

     

    31 Juillet 2016 : Meeting, Effets de paroles, Préavis :  

    Le Leader charismatique de l'Opposition, Monsieur Etienne Tshisekedi a tenu meeting le 31 juillet dernier à Kinshasa en face du Stade des Martyrs, le long du Boulevard Triomphale. 

    Pour une rentrée, ce fut une rentrée triomphale. De nombreux supporters ou militants de l'UDPS et pas que, ont attendus Etienne Tshisekedi à N'Djili et l' ont aussi suivi lors de son discours de retour dans la Capitale qui longe le Fleuve Congo. Ils étaient selon les sources plus de 10 000 présents. Les images de l'événement ne trompent personne. 

     

    Avec Tshisekedi, ce qui est un paradoxe, une certaine  Jeunesse parie  sur l'Avenir avec de l'ancien. Avec le Passé. Populiste ? Direz - Vous ? 

     

    Autre paradoxe, en rapport avec celui à qui il s'oppose aujourd'hui. Il est UN TRIBUN souvent à la limite du Populisme, comme l'était le Maréchal Mobutu dont on récite encore dans les cités et les Provinces les discours. Tout le contraire du Président Joseph Kabila. Qui sait parler. Mais qui utilise peut le verbe haut. 

    Longtemps soutenu par les Démocrates Occidentaux, à l'époque du Maréchal Mobutu Sese Seko, il accepta même d'être son Premier Ministre. Ce que ne lui pardonnera jamais celui qui renversa la régime en place en 1997, M. Laurent Désiré Kabila, le Président assassiné. 

     

    Le hic avec l'UDPS sans aucun parti pris, c'est que beaucoup veulent la place. Quand Bruxelles communique et proclame, de Limete on réagit et Vice et Versa. Des communiqués dans lesquelles on peu lire quelquefois, "en tant que belges  et d'origine congolaise ....."

    Le passé à la vie dure et dure la vie pour beaucoup.

     

     

    Lire la suite

  • 56 Ans

    Pin it!

    C'est le 56ème anniversaire de l'Indépendance du Congo. 

    Une pensée pour la population et l'espoir que cette année

    se passera bien. 

     

     

     

    Lire la suite

  • Colette Braeckman : Femme d'exception(s)

    Pin it!

    Hugues Dupriez à écrit : 

    Colette Braeckman a été honorée du titre de Docteur Honoris Causa de la faculté de droit de l'Université de Liège (Belgique) ce 19 mars 2016.

    L'Université reconnaît par là l'importante contribution de la journaliste qu'elle est, aux informations de terrain utiles et nécessaires à la progression des sciences sociales et politiques dans le domaine africain et international.


    Félicitations à Colette.

     

    Lire la suite

  • Parler comme à Kinshasa

    Pin it!

    Une sagesse bantoue dit que la langue ressemble à un cours d'eau, qui s'écoule 

    qui se densifie au fur et à mesure, et qui s'enrichit des alluvions  ramassées  au

    au passage ainsi que de ses confluents et affluents.

    André Yoka Lye Mudala : Préface Le Parler Kinois

    Le Cri / Buku

     

    Et, si parler le lingala ou la swahili est une preuve d'intégration congolaise, il 

    en est tout autant du Parler Kinois, qui authentifie directement de Matonge à 

    Bruxelles, à Matonge Kinshasa , que ceux - ci ou celles- la, sont bien de Kin 

    la Belle et de nulle part ailleurs. Le parler Kinois, c'est en quelques sorte une

    marque de fabrique, un AOC, une Appellation d'Origine Contrôlée. 

     

    Crédit Photo : @DanyMasson / De Matonge à Matonge BCDC Kin.

     

     

    Lire la suite

  • Colette à Anne - Marie Lizin

    Pin it!

    Anne Marie Lizin frappée au coeur .jpgMadame Colette Braeckman, grand reporter au journal Le Soir, spécialiste incontestée de l'Afrique des Grands  Lacs ,  qu'elle  parcours depuis tant d'années nous livre ici au travers d'un petit récapitulatif, de la carrière d'Anne - Marie Lizin. 

    Quelques traits communs et non exhaustifs, entre les deux femmes, la journaliste et la femme politique. Fidélité et Amitiés durables. Ne rien lâcher des causes et de leurs convictions. Une lutte pour l'émancipation de la femme avec un grand "F".

     

    Lire la suite

  • La censure frappe les femmes

    Pin it!

    L'homme qui répare les femmes, Kivu, Thierry Michel, Colette BraeckmanCensurez, c'est ainsi que les mythes se créent. Ce qui est censuré est recherché,

    est lu, est vu, entendu, copié. Visotsky était censuré en URSS, il était le poète -chanteur le plus lu et écouté. Elvis Presley a été censuré pour ses déhanchements

    langoureux évocateurs. Il est devenu le King et un Mythe. Aldous Huxley a étécensuré. Steinbeck, Baudelaire, Vian, Orwell, Flaubert, James Joyce et même Lewis Caroll, et .... la Bible et le Nouveau Testatment sous le Renaissance ......

    Vous connaissez non ? Voltaire disait " C'est le propre de la censure violente d' accréditer les opinions qu'elle attaque"

    Et la liste est tellement longue, ce ne sont que des exemples parmi des milliers d'autres.  

     

    DanyMasson

     

     

     

     

     Lisons plutôt le Docteur Mukwege et sa réaction quant à la censure 

     

    Réaction du docteur Denis MUKWEGE à l’occasion de l’interdiction de diffusion en RDC du film documentaire de Thierry Michel et Colette Braeckman « L’homme qui répare les femmes. La colère d’Hippocrate » 

    C’est avec un grand regret que nous avons été informés de l’interdiction de diffusion en RDC du film documentaire de Thierry Michel et Colette Braeckman. 

    Nous avons assisté aux premières du film à La Haye, à Bruxelles, à Paris, et nous avions hâte que nos compatriotes puissent le voir dans leur pays. Ce film a été fait pour eux. Ce film leur appartient. 
    Sa censure met en évidence la volonté du gouvernement de refuser au peuple congolais son droit d’accès à l’information. Son histoire et son droit à la mémoire collective et à la vérité lui sont niés dans le but de mieux le manipuler et le contrôler. 

    En effet, nous vivons en RD Congo dans un climat d’oppression, de dégradation de la situation des droits humains et de rétrécissement de l’espace des libertés fondamentales. 

    Cette énième censure vient allonger la liste d’autres censures dont nous avons été victimes. 
    En 2008, alors que les Nations Unies venaient de décerner au peuple congolais, par notre entremise, le Prix des Droits de l’Homme en reconnaissance de sa lutte contre les violations de ses droits, il n’a jamais été informé de cette récompense. Les radios et les télévisions congolaises n’avaient pas été autorisées à présenter ni le prix, ni son lauréat. 

    Tout récemment, plus de 700 députés du Parlement européen et représentant les 28 Etats membres de l’Union Européenne ont, par un vote unanime, décerné le Prix Sakharov, par notre truchement, aux femmes congolaises victimes de violences sexuelles et basées sur le genre. Ce prix a reçu une résonance médiatique importante dans le monde entier, à l’exception de la RD Congo, où seules quelques personnes avisées en étaient informées. 
    Chacun garde également le souvenir des évènements de janvier 2015 qui avaient suivi les manifestations populaires contre la révision constitutionnelle, où une répression sanglante s’accompagnait du musèlement de la presse libre, de la coupure délibérée de l’Internet, du blocage des réseaux sociaux, du brouillage des faisceaux des radios et des télévisions tels que RFI. 

    Ces mesures liberticides n’honorent en rien les responsables qui les ont prises, pas plus qu’elles ne contribuent à l’amélioration de l’image du pays. 

    Aujourd’hui, il nous apparait incompréhensible que les témoignages des femmes et des acteurs de la société civile retraçant dans ce film documentaire la dure réalité vécue par des dizaines de milliers de femmes ces vingt dernières années, mais aussi leur faculté à retrouver la force de vivre avec dignité, puissent inquiéter outre mesure les autorités qui ont pris la décision de l’interdire. 

    Jésus a dit : « Vous connaitrez la vérité et la vérité vous rendra libres. » Gageons que cette mesure d’interdiction soit temporaire, car la vérité, même si elle dérange certains, a toujours vocation à voir le jour. 

    Docteur Denis MUKWEGE

     

     

    Belle et Bonne Journée

    Belle(s) et Bonne(s) Lecture(s)

    Aussi !

     

     

     

  • La vérité rien que la vérité ! De la sérénité aussi !

    Pin it!

    Rare,  mais  l'exception  confirme  la règle,  la publication

    en  entier  d'un  article à propos de la Région des Grands

    Lacs  Africains.  Cet article de Colette Braeckman auquel

    ce  blog et l'auteur souscrivent. Les mêmes questions, les

    même  inquiétudes.  Pourquoi maintenant ?  La fuite,  ses

    origines ne  devraient pas trop étonner ceux et celles  qui

    suivent assiduments la situation de cette région.Qui mieux

    que Colette Braeckman pour faire une synthèse, avoir une

    lecture de terrain ? Nous avons eu la chance de nous croisé

    sur certains. Ici, la tension monte. C'est regrettable. Rien ne

    sert aux uns et aux autres de surenchérir.

     

    Cette actualité,  est à suivre  de  près. Ce  qui  est ou sera

     publié et avalisé par l'ONU ne sera pas ce rapport tel quel.

    Quoi qu'il en soit, il  ne  doit pas laisser une  porte ouverte

     supplémentaire aux négationniste du Génocide de 1994.

     

    A tout prendre il sera peut être une monnaie d'échange qu'

    utilisera la France qui est de nouveau devant le dilemme de

    faire ou ne pas faire de commission sur le Rwanda et les

    événements de 1994.

     

     

    Bonne lecture et Bonne journée !

     

    colette.jpg

    Colette Braeckman : Crédit Photo Le Soir


     

    La  vérité due  aux  morts  et  les  intérêts  des   vivants


    Il n’y a pas de bonnes et de mauvaises victimes. Si l’on  veut

    que   la région des Grands  Lacs connaisse  un jour une  paix

    durable,  il faudrait que la lumière soit faite sur tous les crimes

    qui y ont été perpétrés, par les uns et par les autres,   que tous

    les morts, quel que soit leur groupe ethnique ou leur nationalité,

    puissent être pleurés sans contrainte et reposer en paix.   Mais

    il n’y a pas non plus de bonne et de mauvaise vérité et si l’ONU

    entend prendre la tête de l’exercice, elle doit aussi rappeler ses

    propres responsabilités :   l’abandon du   Rwanda, la protection

    humanitaire accordée à   des génocidaires en armes confondus

    avec les réfugiés,  l’incapacité de régler le  problème sécuritaire

    que leur présence représentait tant pour le Rwanda que pour les

    populations congolaises. Et, de nos jours encore, il faut déplorer

      l’incurie  des Casques bleus qui,   à Luvungi, n’ont pas  réussi, et

    peut-être pas tenté, de protéger 200 femmes congolaises violées

    systématiquement par des rebelles dont  la présence,   il importe

    de s’en souvenir, découle directement des évènements  de 1994

    et de la guerre de 1996-1998…


    Cela étant, à condition qu’elle aborde les causes autant que les

     conséquences, l’investigation menée au Congo est légitime, car

    elle  rend justice à ces millions de  Congolais qui ont été, à des

     titres  divers, victimes d’une guerre qui n’était pas la leur.  Mais

    elle est aussi explosive, car la publication du rapport risque de

     bousculer plusieurs gouvernements de la région : des éléments

    des forces armées rwandaises sont directement visés, mais des

     Burundais, des Ougandais, ainsi que des officiers congolais, hier

      membres des groupes rebelles, pourraient également être mis

    en cause.


    Pour être complet, le rapport devrait aussi mentionner les appuis

     internationaux dont bénéficièrent à l’époque les forces de l’AFDL

    ainsi que leurs adversaires. En effet, au moment des massacres

    de Tingi Tingi, des mercenaires serbes se trouvaient à Kisangani,

    recrutés  par  les Français et ils s’apprêtaient à faire leur jonction

    avec  les  combattants hutus qui   se servaient des  réfugiés civils

    comme de boucliers humains.


    En  outre,  les attaques  sur les  camps et la traque  des réfugiés à

    travers le Congo furent rendues possibles par des photos aériennes

     fournies par les Américains, tandis que les Canadiens faisaient tout

    pour décourager, au début de la guerre,  une intervention plus vaste

    de l’ONU.


    Autrement dit, il serait totalement injuste de charger uniquement

    les  gouvernements africains de la région, comme si  les Nations

    Unies et surtout les grandes puissances membres du Conseil de

    sécurité   n’avaient   pas été   activement  impliquées   dans   ces

    événements,   évènements   dont les peuples   de   la région des

    Grands Lacs allaient payer le prix durant des décennies.


    Après  quinze  années de  silence  obligé et   de  triomphe de la

    raison d’Etat, ce rapport, dont la fuite, inévitable mais   peut-être

    pas   fortuite,  apparaît  comme un pavé dans la mare, alors que

    les  gouvernements de la région commençaient enfin à se parler,

    à collaborer, à s’engager dans la reconstruction. Les intérêts des

    vivants, qui   aspirent à  la paix,   au développement,   pourraient

     entrer en collision avec la vérité due aux morts…


  • Le Soir à Kinshasa

    Pin it!

    Lundi, le Roi Albert arrive à l'Aéroport de N'Djili, à Kinshasa.

    Depuis le début de la semaine dernière, des journalistes de

    plusieurs pays sont arrivés.

     

    Alors que la modernité a pris les palmiers du Bd du 30 Juin

    ainsi que les manguiers. Alors que la modernité s'affiche par

    de grands  immeubles, alors que nous sommes à J - 4.   La 

    Belgique met les petits plats dans les grands, elle aussi.

     

    Le Soir a décidé de faire dès mardi une édition spéciale à

    partir de Kinshasa, en collaboration avec Le Potentiel et le

    Journal du Citoyen.

     

    Gageure, défier la loi des ondes et des gigabytes pour l'envoi

    de fichiers photos et textes à partir d'un pays connecté par le

    satelite uniquement. Mais aux bonnes volontés impossible n'

    est pas français.

     

    Cliquer sur l'image pour atteindre le journal.

    Lesoirdekinshasa

    Crédit image : Le Soir

     

    Bonne journée et bonne lecture !

  • Demain le 30 juin, 49ème anniversaire

    Pin it!

    C'est demain que l'on fêtera le 49ème anniversaire de

    l'indépendance du Congo.

     

    C'est donc l'an prochain que se fêtera le jubilé du 50

    ème anniversaire. Nous pouvons nous attendre à de

    nombreux ouvrages, des témoignages, qu'ils soient

    de l'étranger, de la diaspora ou de l'intérieur, de simple

    citoyens, de journalistes, de professeurs, et...


    C'est à Goma, dans le Nord Kivu, que le Président J.

    Kabila, Chef de l'Etat,  a tenu avec des membres du

    gouvernement a fêter cette date cette année.

     

    rdc_goma_430

    Carte du Congo : Goma


    Décentralisation donc, et présence, ô combien symbolique

    dans la région de toutes les discordes et intrusions.


    En ce jour, il est difficile voir impossible de ne pas 

    se remémorer le discours de Patrice Emery Lumumba,

    au Palais de la Nation, devant le Roi des belges. Soit

    dit en passant, dommage que cet endroit ne soit pas

    acessible au public. Il est historique, rester en l'état de

    ce jour de 1960. Impressionnant à voir.


    Difficile de ne pas se rappeler que cet homme, le

    premier, "Premier Ministre" du Congo, n'aura pas pu

    être au pouvoir plus de "Six mois" après 6 ans de

    militantisme éclairé, fédérateur, nationaliste et ouvert

    à l'Afrique et à un monde nouveau qui s'ouvrait alors,

    en façade. il ne pouvait prévoir la suite des choses

    de la vie politique, les dessous et les méandres de

    celle-ci.

     

    lumumba_e

    Mr. Patrice Emery Lumumba


    Ce 49ème anniveraire est marqué aussi par le fait

    que les tensions restent vivent dans le Nord Kivu

    et que malgré des opératrions conjointes menées

    pour traquer les bandes rebelles, la situation est

    pénible pour les habitants de la région. C'est le

    moins que l'on puisse dire.


    En ce 49ème anniveraire, l'opposition sera privée

    de son leader charismatique. Monsieur JP Bemba

    est en effet confirmé par la C.P.I. de cinq chefs

    d'inculpations contre lui. Le principal parti de l'

    opposition qui en est certes, meurtri, ne se voit

    pas pour autant abattut. C'est aussi une autre

    leçon, peut être à retenir des dernières éections

    et de la vie démocratique qui fait son chemin.

     

    Ce n'est pas parce que "le chef" "le leader" ou

    encore comme M. Bemba est appeler au MLC, "le

    Chairman" est momentanément éloigné, que la vie

    politique s'arrête, que le groupe éclate, que les idées

    se sont étiolées.

     

    bemba

    Mr. Jean - Pierre Bemba


    Nous sommes bien à la veille du jubilé, à l'aube

    des 50 ans de l'indépendance. Des ouvrages, des

    remises en causes, des questionnements vont

    s'intensifier dans les mois à venir.


    Le livre de Madame Colette Braeckman, et son

    titre évoque le prologue de cette réflexion. Titre

    jugé provocateur, à dessein, plus que certainement.


    "Vers la deuxième inépendsance du Congo", pouvait

    ont trouver plus audacieux ? Il est dans la lignée de

    la pensée de Pierre Mulele entre autres.

     

    DevlinCIA

    Larry Devlin : Agent de la C.I.A. à Léopoldville


    Comme on peut le lire ce jour dans le quotidien

    "Le Potentiel";

     

    RD Congo, 49 ans après. Indépendance nominale

    ou esclavage mental ? Tout aussi fort et anonciateur

    d'une année riche en débats.

     

    Bonne journée et bonne lecture !

  • Vers la deuxième indépendance du Congo.

    Pin it!

    Présentation du livre de Mme Colette Braeckman en

    la salle Jacques Brel, du Centre Wallonie Bruxelles,

    à Kinshasa.


    C'est devant une salle comble et de nombreuses

    personnalités de la politique, des institutions de l'

    Etat, que Mr le Professeur Yoka, et Mme Colette

    Braeckman ont présenté le livre qui retrace entre autres

    le pari de la transition vers la démocratie en R.D.C.

    et la détermination des acteurs politiques congolais

    avec l'appui de la Communauté Internationale.

     

    Ce fut une étape pour à aller encore puiser d'avantage

    dans la volonté d' une autre ou d'une nouvelle

    autodétermination du congo, sur base de sa propre

    histoire et des perspectives qui s'offrent à lui.

     

    Lors de la présentation, Monsieur Louis Michel fut pris

    en exemple d'une Communauté Internationale positive

    et agissante. Référence au derniers événements dans

    le Nord Kivu.


    Le livre est publié aux presses d'Afrique Edition et

    Le Cri, à Kinshasa. Un signe vers la population congolaise

    qui connait Mme Braekman mais n'a pas souvent eu la

    chance de pouvoir la lire faute de livraison au pays.

    La chose est réparée. Les lecteurs congolais ont accès

    en primeur à un livre sur leur histoire, les quelques

    pistes de perspectives qui s'offrent à eux et les embuches

    qui pour elle restent encore du domaine du possible mais

    de moins en moins.

     

    Lors de la séance de présentation et après avoir pu

    entendre les orateurs expliquer le contenu, de nombreux

    intervenants ont posés des questions, content(e)s de

    pouvoir dialoguer avec l'écrivain - journaliste si connue

    ici.


    Après le débat s'en est suivie une séance de dédicaces.

    Le livre est vendu au prix de 25 dollars américains et il

    devrait faire partie de votre bibliothèque dans les tout

    prochains jours.

     

    Un titre qui interpel, qui questionne, qui dérange, et

    un dessin de couverture qui s' inspire largement d'une

    des dernières visite du Ministre De Gugt à Kinshasa.


    Bonne journée et bonne lecture !

     

    Colette_002_DanayMassonWEB

    Le Professeur Yoka et Mme C. Braeckman

    ColetteB_Dédicaces_001_DanyMassonWEB

    Séance de dédicaces

    p14_kroll-colette__600_x_600_

    Couverture du livre

     

  • Colette Braeckman, entretien exclusif avec le Président Kabila.

    Pin it!

    Entretien exclusif realise au Palais de la Nation

    Monsieur le Président, au lendemain de la proclamation des
    résultats provisoires qui annoncent votre victoire,
    avez vous le sentiment d’avoir tenu les promesses faites lors
    de votre accession au pouvoir en 2001 ?

    A l’époque, je m’étais engagé à réunifier ce pays,
    c’est chose faite. J’avais promis la pacification,
    c’est chose faite même si des petits problèmes subsistent à
    l’Est du pays. La plus grande promesse, c’était
    l’organisation des élections. C’était là le socle de la
    nouvelle république, le point de départ du décollage du
    pays. Ce processus vient de se terminer et la transition,
    ouverte en 1990, s’achève enfin. Maintenant on va pouvoir
    redémarrer la reconstruction et le développement sur base
    d’un nouveau consensus.

    Lire la suite sur ce lien ...

    http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/?p=184#more-184