cpi

  • Jean Pierre Bemba et la C.P.I. (suite et pas fin)

    Pin it!

    A force d'annonces venant de part et autres, la C.P.I.,

    les avocats, les médias, on serait très vite perdu dans

    le dédale du procès de Jean - Pierre Bemba, qui doit

    avoir lieu en principes le 27 avril 2010. 

     

    C'est pourtant de clarté dont on a besoin. Les  prises

    de décisions, aussi justifiables soient elles, ne sont

    pas pour calmer les esprits et les ardeurs de ceux qui

    croient en Jean-Pierre Bemba et elle renforce l'idée

    d'une conspiration. Il devrait peut être y avoir un devoir

    de réserves. 

     

    Il y a un dicton qui dit "ne tend pas le bâton pour 

    te faire battre". La justice est complexe. Les procès

    longs, à force de procédures et de contre procédures.

    Une chose est, ce qui se passe dans le prétoire, en

    est une autre, ce qui se passe dans le pays et se qui

    se dit. Le populisme prend sa dimension. 

     


    Une fois annoncée sa sortie prochaine vers un pays qui

    serait dans la capacité de l'accueillir, cette dernière est

    rejetée par la Cour d'Appel.

     

    Le fil des événements. Une demande à candidatures

     de pays qui offriraient les garanties  pour la nécessaire

    surveillance de Mr. Bemba dans le cas de sa mise en

    liberté provisoire avait été lancée. On a cité 4 et puis

    6 pays, dont l'Afrique du Sud.  Force est de constater

    que maintenant, ils ne se pressent plus au portillon. 


    Le rejet de la mise en liberté qui avait été décidée par 

    la Chambre de Première Instance vient d'être invalidée

    par la Cour d'Appel. 


     Les points mis en exergue par la CA de la C.P.I. 


    La Cour d'Appel stipule que la Chambre de Première

    Instancelors de sa séance du 14 août 2009 a commis

    une erreur.


    L'erreur est de ne pas avoir spécifier les conditions et

    identifier le pays d'accueil. 


    En clair, la Cour d'appel prend ses précautions et veut 

    éviter d'avoir affaire à une fuite de M. Jean-Pierre Bemba.

    La condamnation encourue en cas de responsabilité

    avérée dans les chefs d'inculpations retenus contre lui

    serait et pourrait être  la condamnation à vie. 


    Le procès fixé au 27 avril 2010, Monsieur Bemba devra

    attendre dans sa cellule sauf si sa défense obtient un

    nouvel examen de sa situation, ce qui est fort peux

    probable.

     

    JP-Bemba_CPI

     

    Bonne journée et bonne lecture !

  • Jean Pierre Bemba et la C.P.I.

    Pin it!

     

    Jean - Pierre Bemba de retour en prison.


    "La demande d'un effet suspensif de l'appel" de l'accusation  contre

    la libération provisoire de M. Bemba, ordonnée le 14 août "est 

    accordée" a indiqué la Juge Akua N-Kuenyehia dans une décision

    publiée jeudi par la C.P.I.

     

    Une juge de la CPI avait ordonné le 14 août la libération provisoire

    de Monsieur Bemba, accusé de crimes de guerre et crimes contre

    l'humanité.

     

    Elle avait néanmoins ordonné qu'il serait maintenu en détention

    à La Haye tant que la Cour n'aurait pas décidé quel Etat l'accueillerait.

     

    Le Procureur de la CPI, Luis Moreno - Ocampos avait fait immédiatement

    appel.


    La chambre d'appel  a par ailleurs indiqué jeudi que les audience

    destinées à recueillir les "observations" de six Etats (Belgique, 

    France, Portugal, Italie, Allemagne et Afrique du Sud) proposés

    par M. Bemba pour l'accueillir étaient maintenues.


    La date du procès de M. Bemba, 46 ans, accusé de meurtre, viol

    et pillage notamment commis par sa milice, le Mouvement de Libération

    du Congo (MLC), en Centrafrique entre octobre 2002 et mars 2003,

    n’est pas encore fixée. Il avait été arrêté en mai 2008 alors qu’il était

    en exil à Bruxelles.

    (belga)

    Article repris in extenso du journal Le Soir du 3 /09/2009

     


    Alors qu'à Kinshasa, il y aurait eu des menaces de mort

    proférées envers des Ministres de la République et

    anciens compagnons du du M.L.C.  de Jean Pierre Bemba.

    La C.P.I. prend une décision de suspendre la mise en

    liberté provisoire  de l'ex Chairman.

     

    Pour rappel :

    Fin de semaine dernière, durant le week-end, dans la

    nuit de samedi à dimanche, deux  ministres ont reçus

    des visiteurs armés qui ont, après avoir tirés quelques

    coups de feux, laissé un message  de menaces avec

    une balle. 

     

    Il s'agit de Messieurs Tambwe Mwamba, José Endundo

    Respectivement, ministres des Aff. Etrangères, de

    l'environnement.

     

    Le Bureau du M.L.C. Parti de Monsieur Bemba aurait

    demandé pour sa part, une enquête en ce qui concerne

    cette attaque et ces menaces contre les résidences des 

    Ministres en fonction.

     

    Il est à noter :

    Que dans l'affaire de mise en liberté conditionnelle, les

    pays choisis par Monsieur J.P. Bemba n'ont pas donnés

    leur accord d'accueil. La Belgique, la France, pas plus

    que l'Afrique du Sud d'ailleurs.  Cela reste incertain en 

    tout cas.


    La C.P.I. doit se prononcer sur le fond.

     

    Bonne journée et bonne lecture !


     

  • Chassé croisé entre La Haye, Bruxelles et la R.D.C.

    Pin it!

    Ce jeudi, la presse locale parle des arbres de la Gombe

    et du 30 juin, des déplacés du Kivu, de la lecture des

    signaux politiques, de FARDC et des rebelles rwandais,

    du Libéria, des casques bleus  et des nouvelles forces qui

    vont s'engager en R.D.C. dans les mois à venir, des bourses

    d'études dans le cadre des programme ERASMUS MUNDUS.

    Et aussi des obsèques de Monsieur Jeannot Saolona Bemba.

     

    Alors que Monsieur le Procureur de la C.P.I, Mr. Luis Moreno-

    Ocampo est en visite depuis mercredi 8 juillet en R.D.C., Mr.

    Jean Pierre Bemba était à Bruxelles pour assister à la messe

    donnée en la mémoire de son père en la Cathédrale des St.

    Michel et Gudule à Bruxelles.

    ALeqM5htg4c36NhXE0Jwa3A2mwi11EIcRA

    Le Procureur Luis Moreno- Ocampo : Photo AFP


    C'est comme si les paris étaient lancés. Certaines sources

    donnent la destination d'accueil de Monsieur Bemba, en

    Afrique du Sud.


    Rappel : quatre pays ont analysés la demande de libération

    conditionnelle de Monsieur JP Bemba, à sa requête. Il s'agit

    de la France, de la Belgique, des Pays Bas et du Portugal.


    Trois pays sont venus s'ajouter à la liste, la R.F.A., l'Italie et

    l'Afrique du Sud suite à une nouvelle requête de la défense.


    Pourquoi solliciter autant de pays ? Les pays cités doivent

    donner à la Cour des garanties d'accueil. Plus il y a de pays et

    plus les chances que l'un d'eux puisse répondre aux attentes

    et aux conditions de la Cour. 


    Hier, à Bruxelles, les personnes venues assister à la cérémonie

    ont fait connaître leur soutien à Monsieur Bemba. Ils voulaient

    aussi marquer leur appui à la demande de la défense et de M.

    Bemba de pouvoir préparer son jugement, s'il y en a un, dans

    des conditions autres, que celle de l'incarcération.

     

    RTBF_2009-07-08-bemba
    Mr. JP Bemba à Brixelles / Crédit Photo : RTBF


    Rendez-vous demain, vendredi 10 juillet 2009 pour connaître

    la suite qui sera donnée à ce dossier à La Haye.

     

     

    Bonne journée et bonne lecture !


  • Une réflexion en amnène ...

    Pin it!

    Une réflexion en amène une autre. Celle qui est sur

    le blog de ce matin confirme ce proverbe.


    Quand la loi redevient celle de la jungle,; c'est

    un honneur que d'être déclaré hors-la-loi. "

    Hervé Bazin


    Cette réflexion ramène à tord ou à raison

    à la déclaration de Goma, faites par le Chef

    de l'Etat dans la soirée du 30 juin 2009.

     

    PtJKabila_image_file_1526

    Le Présidant J. Kabila à Goma / Source Radio Okapi

     

     

    Que disait il entre autres ? ....


    "Il est temps que les opérateurs judiciaires

    choisissent leur camp ; celui de servir ou de

    martyriser davantage un peuple déjà meurtri

    et éprouver par plusieurs années de conflits

    et de violences. je ne doute pas du reste

    de tout le soutien  que la population apportera

     à ces mesures qui, dans le plus bref délai,

    contribueront à coup sure à garantir la justice et

    la sécurité judiciaire pour tous..."


    Depuis cette allocution et ce passage les gens

    parlent les journaux écrivent. Ca fait couler beaucoup

    de salive. Des actes sont demandés, un modèle,

    des suites.


    Ce jour la, un ami, me disait, "vous savez ici

    nous sommes dans la jungle"... et de rétorquer

    à son endroit, "n'avez vous pas, n'avons nous

    pas, de temps à autres, le devoir de sortir de

    cette prétendue jungle et de faire triompher le

    bon droit lorsque nous l'avons avec nous,

    rétablir  la vérité quand elle est la, criante à nos

    yeux et pas seulement  ?"


    Merci Hervé Bazin, de m'avoir permis de croire

    ne fut ce qu'un instant encore que cette idée n'

    est pas veine.


    Bonne journée et bonne lecture !

     

  • 21 août 2006, il est 21 heures à Kinshasa

    Pin it!

    Je viens d'avoir des nouvelles des amis qui sont bloqués au Cercle de Kinshasa. Les soldats de l'EUFOR, Force Européenne, viennent d'arriver auprès d'eux. Les choses se sont acalmées mais j'attends le rapport de ce qui s'est dit entre les militaires européens et les amis bloqués à cet endroit. Les blindés de l'armées ont remontés le boulevard vers Kintambo Magasin vers 19 heures, certainement, pour regagner soit, le camp Tshatshi soit, le camp Luano. Pas d'autres nouvelles pour le moment, sinon, qu'après l'acalmie de 18,30 heures, des tirs ont repris vers 19,30 au Rond Point Mandela, intersection entre le Boulevard du 30 juin et le Boulevard du 24 novembre qui mène vers Lingwala et Bandale. Un autre contact me fait savoir que çà chauffe toujours entre ce point et les bâtiments de l'INSS. J'attends des nouvelles des amis. Il y a déjà plusieurs rumeurs qui circulent. "tentative de prendre M. JP Bemba et de le faire prisonnier", "attaque des gardes présidentielles et interposition des FAC, Forces Armées Congolaise". Ce qui est certain c'est que les ambassadeurs des USA, Belgique, de l'ONU, de la France étaient dans les bureaux de M. JP Bemba au moment de l'attaque qui s'est déclanchée vers 16 heures. Que se passe t'il ? quels sont les motivations de cette attaque ? Quel avenir pour demain au congo ? Est-ce la peur du retour à des pratiques d'autrefois? Est-ce que les problèmes de congolanité ont exacerbés certains des bélligérants ? La campagne s'est déroullée sur fond de xhénophobie et de racisme larvé. M. JP Bemba à la Coure Pénale Internationale (CPI) à sa poursuite, est-ce qu'il y a un lien de cause à effets ? Autant de questions qui restent sans réponses mais que se posent la population, et que seuls les jours et les heures à venir nous révélerons.