culture

  • Entre Culture(s) et Génération(s), L'Amitié

    Pin it!

    Extrait de  "La  Musique pour Mémoire" 

    Dany Masson 

     

    You Are the First, the Last, My Everything,

    Barry White …

     

    2727009391_f1dedcfea1.jpgAmbiance. Il est sous les Tropiques, de temps à autres en boite de nuit dans un petit patelin, une  petite commune, une petite boite. Ils sont à cinq.

    Cinq copains.

     

    Crédit Photo : HJARTA / Flick 

     

    Lire la suite

  • LA DECLARATION MUSICALE DES KINPHONIK A STROMAE

    Pin it!

    Bonsoir à toutes et à tous,

     

    Le concert de Stromae a été annulé à Kinshasa….

     

    Nous sommes tous très tristes et nous voulons qu’il sache que nous l’attendions et que nous continuerons à l’attendre….

     

    Et les KINPHONIK de Kinshasa, ont voulu, à leur manière, lui adresser un message musical de réconfort ! 

     

    Si vous partagez le même plaisir et le même sourire, que nous avons eu à le créer, merci de le relayer, à tous vos contacts via mail, facebook ou tout autre réseau social... 

     

    Musicalement vôtre,

     

    Cliquez ici 

     

    https://soundcloud.com/dany-masson/paulauoutai-par-les-kinphonik-de-kinshasa

     

     

    Pour les KINPHONIK

    BRIGITTE CAPON

     

     

     

  • Je suis Charlie, Le jour d'après : De l'Emotion, de la Solidarité aux Actes Factuels

    Pin it!

    Je suis Charlie.jpgHier, avant le Rassemblement Républicain, nous nous posions des questions, ou une question. Combien serons nous ? 

    Et, dès le soir de ce dimanche 11 janvier, comme un échos à un autre 11ème jour d'un autre mois, d'une autre année, de 2001 de l'autre côté de l'Atlantique. Ils étaient des millions. En tout cas, plusieurs millions, en Métropole, dans les DOMTOM, à Bruxelles, à Bujumbura, dans des villes lointaines, et des pays lointains. Ils sont allé dire "Non à la Haine", "Nous n'avons pas peur", "Nous avons besoin d'Art", "Liberté". La Liberté, c'est en ce moment Charlie Hebdo.

    Tout au long de cette journée nous recevions  des échos des différentes villes, et pays, de se rassemblement de plus de 45 chefs d'Etats, qui se tiennent les coudes. Du jamais vu !

    Tout au long de cette journée, donc, une réflexion. L'Emotion, l'Actualité, fait que nous sommes des millions dans les rues et dans les foyers à communier.

    Mais au-delà de cette communion ? Qu'allons nous faire ? Comment va t - ont tenter d'apporter ou apporter des réponses concrètes, autres que celles, radicales des mouvements comme le FN à Beaucaire ?  Comment va -t-ont "actualiser" cet élan en plan réel anti terroriste ? Anti Haine. 

    Il y a une réponse sociétal à apporter. Les politiques vont devoir sortir des plans, des propositions de lois afin de mettre en place des dispositifs qui isolent ceux qui ne respectent pas les fondements de nos Etats de Droits, "Même Droits et Devoirs pour tous". Dire non à la haine, et proposer des applications claires, afin que personnes ne se sente discriminé ou mis à l'index à cause d'agissements extrêmes. 

     « Je suis Charlie » évoque notre émotion, notre indignation et notre incompréhension face à cette haine. Je suis Charlie nous oblige de tenter de comprendre, de décoder ce qui se passe. 

    En terme de questions sociétales, il y a le choc des cultures, le reste du monde qui vit en dehors des pays "dits développés", en dessous du seuil de pauvreté. Une montée des sectes religieuses de confessions multiples. Ces gens jouent sur l'ignorance des gens, d'ici et d'ailleurs. 

    A l'heure de la Mondialisation, de multiples mondes, des époques différentes co-habitent. Sans être péjoratif ou insultant, le Moyen Âges côtoie l'Industriel, l'Emergence, l'Internet, les Hautes technologies. L'argent côtoie l'extrême pauvreté. Les armes parlent de plus en plus dans les régions du Monde. Des régions trop souvent oubliées. A labris d'une guerre généralisée, nous fermons les yeux sur des guerres sans merci, des mini génocides, des massacres, des viols de femmes, des rapts d'enfants, qui se passent par milliers chaque jours, dans des contrées lointaines. 

    Nous devons répondre politiquement, en familles, Socialement et économiquement aux religions poussées à l’extrême. A l'école aussi.  A une  foi extrême, qui s'appuie avant tout sur l'Ignorance, ce qui peut engendrer des embrigadements  d' hommes et de femmes dans des causes qui somme toutes, sont des fuites en avant. Au nom d'un idéal ou d'une cause qui n'en est pas une. 

    "Refuser l'amalgame et remettre dans leur contexte historique les cultures, les civilisations, les arts, la cultures". Le monde n'est pas et n'a jamais été statique. Il n'a pas toujours été comme il est aujourd'hui. 

    Nous n'étions que des barbares, civilisateurs, colonialistes, conquérants, évangélistes, que les pays, les continents où que nous prenions avaient des cultures bien plus avancés, des arts sublimes. 

    Notre force et notre soif de connaitre l'emporta. Nous avons composé, pris, échangé, appris des autres. Nous sommes passés aussi par des périodes noires, très noires. La Saint - Barthélémy, La Shoah. Le Nazisme et la collaboration. 

    Si nous avons cette force d'analyse, cette faculté de reconnaître nos fautes, nous devons aussi sauvegarder nos principes de justice, d'égalité et de solidarités. De Fraternité disent les français. 

    Nous ne devons pas transiger sur manquements aux lois de nos pays. 

    Cette collision des époques, des cultures, des chocs, de développements  à multiples vitesses, ne peuvent justifier l'injustifiable. Il faut agir. Il faut des actes. 

    Se poser les bonnes questions. Entre autres, pourquoi, de jeunes européens, se croient ils obligés de partir vers ces extrêmes ? Pourquoi donnent ils leur vie si précieuse à des mondes qui ne sont pas leur ? 

    Le bon sens populaire et le Droit. 

    Une question que tout le monde se pose après la tuerie de Charlie Hebdo et les prises d'otages ;

    Comment se fait il que des personnes fichés, repris de justices, surveillés, appartenants à des cellules "dormantes" ou "éveillées", connues aux Etats Unis sont elle en liberté ? 

    Pourquoi ces personnes sont elles dans les quartiers ? Dans les écoles ? Dans des organismes publiques ?

    En tant que Catholique pratiquant, je me dis aujourd'hui. Ne faudrait il pas, revoir à l'école notre manière de dispenser les cours de religions, de morale etc.. ? Par exemple par un Cours de Philosophie, et avec la venue dans les établissements, de savants, de Rabins, de Théologiens, d'Iman, de philosophes Athées, de personnes autorisées à venir dispenser leurs idées, la motivation de leur choix  etc... et aller ainsi vers un décloisonnement des cultures. Tout en respectant l'INDIVIDU et le droit de choisir.  

    Bien des choses vont devoirs changer. Le droit devra être revu. Les questions d'expulsion et de ré insertion devront être revues. En fonction des cas. Pas de généralités. Pas d'amalgames. Sans haine et sans stigmatisation.

    Le monde évolue, le décor change. Ce monde déboussolé abandonne des familles entières dans la marge des Sociétés. Le droit doit aussi évoluer.

    La lutte anti Terroriste, sans prendre la dimension et se mettre dans la peaux des extrémistes et de leur capacités de nuire, de haine, leur jusqu'au boutiste. Si nous ne faisons pas cet effort. Nous risquons gros.

    Aussi, faire savoir, clairement   aux pays qui sont des refuges, des camps de formations idéologiques et armés. Leurs dire. ASSEZ ! 

    Yes we can ! 

    Pour une fois, François Hollande avait il, une longueur d'avance sur les autres nations, ter les Etats-Unis et Barack Obama ? Ils l'ont rejeté, défait, presque insulté lorsqu'il s'est agir de la Syrie. 

    Peut être vont ils avoir le courage de revoir leur copie ? 

    Nous sommes le jour d'après. Nous sommes à la révision de nos actes passés. Pour en définir de nouveaux.

    Très belle et Bonne journée, Belles et Bonnes Lectures aussi ! 

  • De Belgique : Editions Luc Pire

    Pin it!

    Les Editions Luc Pire, un nom, un label. Même

    rachetées  depuis peux  par  RTL - TVI  qui en

    détenait déjà   plus de 75%   des parts  et  ce,

    depuis 2005. Le nom reste.

     

    Une  aventure qui  débuta en 1994, des  idées

    et  de l'audace. Celle de publier des noms pas

    toujours connus ou et quelquefois engagés. La

    niche  commerciale  existait, il suffisait de s'y

    investir.

     

    Les   Editions Luc  Pire. D'abord politique, du

    sociale, du culturel, font tir groupé  ensuite et

    pour  se diversifier  avec "Le Grand Miroir" et

    la Renaissance du Livre,  ce croisement  des

    lettres, de la tradition "littéraire"  et  d'autres

    "publications thématiques",  donne  vie à  RTL

    Edition. Rien de moins.

     

    Luc Pire revient sur la scène, pourrait on dire

    avec une acivité éditoriale.

     

    Quand on a le virus !

     

    Luc Pire Nouvelle Edition.jpg

     

    Si vous avez des talents d'écrivain(e)s, une idée de

    nouvelle, vous pouvez envoyer un résumé de 15 à

    20 lignes, une table des matières,  10  à 15 pages

    ou un Chapitre.  Uniquement   dans les domaines

    suivants ..

    Non-fiction : Investigation, Histoire, Politique, humour


    Beaux-livres :  lyfe-style, patrimoine et touristique

     

    à projet@lucpire.eu

     

    Laissons lui le derniers mot... "A force de lire, on

    finit par comprendre qu'à force de lire on finit par

    comprendre"...

     

    Bonne journée et bonne lecture !

    Bonne pige aussi.


  • Bonne Année 2010

    Pin it!

    Les heures s'égrènes et la fin de 2009 est la.

    Soyez heureux. JFK a dit, "Il ne faut pas

    chercher à rajouter des années à sa vie-mais

    plutôt essayer de rajouter de la vie à ses

    années."



    2010 est arrivé. Vive 2010 et Bonne Année.

    Bonana 2010 !

    Ayez l'envie d'avoir envie, n'oubliez pas les

    rêves et les merci. Parce que la vie a un prix.


    Soyez vous en toute choses et que l'année

    nouvelle soit une année d'amour et que les

     haines du passé et celles du présent ne soit

    plus que souvenir et disparaissent.


    Une année de Paix !


    Que la personne soit au centre des préoccupations

    de chacun(e) d' entre nous. 

     

    2010, Année du cinquantenaire de l'Indépendance

    de la RDC. Un jubilé d'or çà se prépare. La mise en

    place du Commissariat Général du Cinquantenaire

    par le Président de la République ne laisse aucune

    équivoque à ce sujet.

     

    C'est le moment propice pour uniformiser les vues

    de l'histoire, de faire de cette date du 30 juin 2010

    une date de mémoire du peuple congolais, digne 

    de ce nom. Mais pas seulement. Dépasser  sans

    oublier les écueils du passé. S'en souvenir sans

    se figer à elles. Lâcher cette bouée paralysante et

    nager droit devant. 

     

    Que 2010, Année du Cinquantenaire, année du

    jubilé d'Or, soit une année qui jette les ponts vers

    le futur, vers le développement, vers un espace d'

    entreprises privées et publiques viables avec des

    structures de plus en plus performantes. Que cette

    année 2010 soit l'année d'un Congo ouvert au

    monde, comme le coeur de son peuple toujours

    remplis d'espoirs, et épris de justice sociale. Une

    année de respect des droits humains et des genres.

     

    Que cette année 2010, puisse être l'année de la

    venue à Kinshasa du Roi des belges. Avec toute

    sa symbolique. Celle de nouvelles générations

    qui se rencontrent sur des bases communes.  


    Bonne et Heureuse année.

    Bonana 2010 !


  • Ce blog s'arrête

    Pin it!

    Bonjour à ceux et celles qui lisent cet espace depuis 

    juillet 2007 et merci pour cette aventure.


    La décision d'arrêter de publier des posts sur ce blog

    vient d'un constat. Ceci n'est d'un intérêt que pour 

    celui qui écrit. Il est suivi lorsque les événements se

    précipitent au Congo et lorsque la R.D.C est sous les

    feux de la rampe des "News" télévisées.


    La tentative, avortée, était de poser des questions, d'

    attirer l'attention du lecteur, de la lectrice, sur la vie

    quotidienne du pays, de sa population, de sa culture,

    de ses cultures, de sa vie culturelle.


    Choses ardues que tout çà. Difficiles pour un néophyte

    de la communication, même si le Carnet ne faisait que

    relater des notes prises, ci et là au gré des humeurs et

    du temps.


    Je vous souhaite une bonne continuation dans votre vie

    d'internautes et de recherches sur la R.D.C., sur ce Congo

    magnifique. Riche des ses différences culturelles, riche 

    pour son accueil et son sens de l'humour.


    Pauvre jusqu'aux os. Pauvre en infrastructures, héritage

    des temps passés. Héritage d'une trahison et de la, des 

    compromissions.


    Espoir. L'espoir de quelque chose de neuf. D'une évolution

    des mentalités et de l'adéquation  entre les paroles et les

    actes.


    La route est longue mais un tournant est entrain de se

    négocier. Il y aura des embûches, des retards, des attentes

    plus longues que prévues, mais l'espoir du renouveau est la.


    Comme à l'habitude, je vous souhaite, une bonne journée

    et de bonnes lectures.

     

    Dany

     

  • Et le fil conducteur la dedans ?

    Pin it!

    Envie de dire autre chose, de parler d'un coup de coeur.
    Changer d'univers, l'espace d'un post.

    Pendant que les rumeurs continuent de circuler. Que les gens
    cherchent à s'extirper de Kinshasa. Qui vers Brazza. Qui vers
    Nairobi ou ailleurs.

    Kinshasa attend toujours la proclamation des résultats.

    Kisnhasa attend de savoir si oui ou non,
    il y a accord entre Gouvernement, Monsieur Jean - Pierre Bemba
    et la MONUC pour le déplacement des 600 militaires attachés à
    M. Bemba vers Maluku.

    Kinshasa est sous une tension extrême.

    Alors, oui, envie de quitter le fil rouge de ce carnet
    de notes et de donner à voir et à lire
    quelque chose de beaux. Nous avons tous besoin de
    quelque chose de beaux. Ce superflux qui fait du
    bien au sens et à notre âme. La culture
    en fait partie.

    Photos de Monica Belluci et extrait de son interview sur
    Evene, par Mélanie Carpentier.

    Avant cet extrait un proverbe de la culture africaine, si
    dense et si belle.

    "le soleil n'oublie jamais un village, même s'il est petit".

    Extrait choisi, interview de Monica Belluci.

    Malraux a dit “La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert”…

    C’est vrai qu’il faut conquérir la culture. C’est un
    engagement humain personnel. Quand on aborde un livre religieux,
    par exemple, il faut toujours avoir une base culturelle
    solide derrière pour ne pas prendre la chose au premier degré.
    C’est très dangereux et risqué. La culture fait de nous
    des humains. Personnellement, parce que je suis comédienne, j’ai facilement
    accès à la culture mais je ne me considère pas comme
    une intellectuelle. Je suis quelqu’un de très lié à la vie.
    J’aime les leçons de la vie. J’adore ce que
    m’apporte l’existence. La vie est un livre merveilleux.

    543_bellucci

    Monica beluci 1

  • Petites phrases et autres citations enrichissantes, venues du Congo

    Pin it!

    Nous avions vu une expression « insolite » s’il en est, parmi d’autres.
    Alors, lançons-nous dans cet enrichissement de la langue française, fait de
    phrases et de mots tous plus expressifs les uns que les autres.

    Allez, commençons par la grivoiserie...

    « Le deuxième bureaux »

    c’est avoir une seconde femme, une maîtresse. « oh, il a plusieurs bureaux
    c’est un boss », ou « celle la c’est pas sa femme,
    il est avec son deuxième bureaux ».

    « Londoniennes »

    Mot utilisé pour désigner au Zaïre, plus tellement de ce jour, les prostituées
    qui sont le long du boulevard du 30 juin ou dans les
    bars. Je n’ai pas trouvé d’où vient cette appellation. Peut être du fait
    que nombre de leurs clients sont des expatriés.
    Je ne sais pas. Mais si vous savez … commentez svp.

    « Bon aller »

    qui veut dire littéralement « Kende Malamu » en lingala une langue du pays.
    Ce qui veut dire : « bon retour » ou « bon voyage ».

    « Faire les pieds »

    du lingala « Kota Mbola na makolo » qui veut dire « faire la route à pied ».
    C’est donc « marcher, être piéton» dans le sens d’aller à pieds d’un point à un autre.

    Une expression magnifique qui me fut dite à une terrasse de bar,
    « Le Saupic » pour ne pas le citer, qui a disparu depuis.
    Dommage, l’ambiance y était bonne avec un très bon orchestre du mardi
    au dimanche soir.
    Je ne résiste pas à transcrire la conversation.

    Une serveuse s’avance et me dit « que désirez-vous », je lui réponds
    « une Primus stp ». elle « avec un verre ou la bouteille seule »,
    moi, « si vous n’avez plus de verres je boirai à la bouteille
    sans problème ». Elle, « ah, vous allez « FAIRE CLAIRON » alors ». Elle, pourquoi
    tu ris…. Moi, non c’est joli comme expression…. Elle, en faisant le
    geste, «ce n’est pas comme çà … J’ai trouvé çà magnifique
    de précision, imagé à souhait et juste. Votre bouteille à la bouche
    et la tête légèrement en arrière.

    Aïe, les puristes vont gronder. Mais avouez que c’est mignon et juste.

    « Bon service »

    pour « bonne journée de ou à votre travail ». Expression qui ne s’emploie
    plus beaucoup ailleurs qu’ici et c’est dommage.

    « Beaux frère »

    du lingala « Bokilo » si vous êtes marié à une femmes congolaise, vous
    êtes le « bokilo » de tous les autres congolais.

    « Oncle »

    du lingala « Noko » même signification, pour les personnes d’origine belge.
    « vous êtes belge, hé c’est notre noko ». Référence à la période du
    Congo belge, à la colonisation et donc la filiation qui s’ensuit.

    « Sango, Sango »

    qui veut dire, prêtre, prêtre. Si vous allez dans les coins reculés
    dans les villages, et que vous êtes blanc, vous êtes assimilé directement
    à un prêtre. C’est dire la prédominance de l’église catholique dans le pays.
    Avant les ONG, les missions de coopérations etc… les blancs qui passaient
    «étaient des prêtres ».

    « Ma tête à dormi »

    Veut dire avoir une panne intellectuelle.

    « J’ai fait une erreur de vitesse »

    veut dire « avoir fait une étourderie » parlé trop vite. Equivalent de « tourner
    sept fois sa langue ».

    « Il ou elle, a les yeux virgules »

    d’une personne qui est atteinte d’un strabisme divergent ou convergent.
    Pas à Kinshasa mais dans les Kivu.

    « Honorable »

    d’une personne qui est député ou Sénateur. Vous dites honorable… Nous n’utilisons
    plus cette expression non plus. C’est à la fois une expression qui
    positionne socialement la personne et de politesse, de reconnaissance.

    D’autres me viendrons encore à l’esprit. Mais si vous en connaissez n’hésitez
    pas à les glisser au travers de vos commentaires. Intéressant, non, de
    pourvoir échanger en général et sur des cultures différentes en particulier.

    Ces mots, ces bouts de phrases, enrichissent le français, c’est à ce
    niveaux aussi que se situe l’élargissement de la francophonie. Des expressions nouvelles,
    imagées, des raccourcis, souvent populaires. Mais n’en est –il pas de même en
    métropole (France) lors de la sortie des nouveaux dictionnaires, nous voyons apparaître
    de nouveaux mots. Ces mots viennent, soit de dérivés de l’anglais ou
    plus souvent de mots utilisés dans la rue, les écoles, certains
    milieux sociaux différents et qui deviennent tellement communs qu’ils sont intégrés
    à la langue officiellement via le dico.

    Ici le langage prend toute sa quintessence. Il permet de communiquer facilement,
    rapidement. Le Québec est un autre exemple que nous connaissons tous.

    Rassurez-vous. Le propos ici n’est pas de mettre à sac la
    langue de Molière. Quoi de plus merveilleux de lire ou assister à
    une pièce de théâtre ou écouter un bon disque avec un phrasé
    recherché, en vers ou en prose, des choses dites rondement, avec des
    mots savoureux.

    La diversité. C’est çà qui nous fait grandir. Audiard avec Gabin, Girardot
    ou Blier nous ont appris cette diversité à leur manière et bien
    d’autres encore.

    Les petites phrases et autres mots du Congo et des congolais(es), participent
    à cette ouverture et enrichissent notre patrimoine commun, la francophonie.

    Illustration :

    Chéri Samba, Peintre congolais (RDC). Observateur de la société dont il aime
    bien soumettre les séquences à la critique, Chéri Samba peint des sujets
    ou des thèmes puisés dans la vie quotidienne.

    cheri_sagessecheri211Celle-ci n'est pas de lui, mais je voulais illustrer aussi les
    citations de façon différente.

    images dents longues

  • Evasion bucolique au centre de Kinshasa

    Pin it!

    Le dimanche matin, j'aime me promener seul ou en famillle dans le parc
    de l'Ecole des Beaux Arts de Kinshasa. Le cadre se prète à merveille
    à la réflexion, la lecture, la méditation ou encore la conversation. L'atelier
    des sculpteurs en est le centre et envoi ses ondes monumemtales de
    tant de travail et d'études. Les pièces qui y sont réalisées seront
    présentées soit , au juri central soit, dans la salle d'exposition de l'école
    ou dans une galerie.

    L'Ecole des Beaux Arts de Kinshasa mériterait plus d'échanges avec d'autres écoles
    d'arts du monde et de plus de moyens. Mme Gopfert de la
    Symphonie des Arts est d'un soutien incalculable pour la plus part des
    artistes qui passent par cet institut. L'école même lui doit beaucoup.
    Mais mon propos n'est pas la aujourd'hui.

    Je me sent bien dans cet environnement. Des gamins jouent ou foot
    sur un terrain stabilisé en terre. Des statues ornent les jardins sans
    beaucoup d'ordre mais donne un caractère historique au lieu. Une ambiance de
    quiétude m'ennivre. Mais que je sois ici ou au Musée Rodin de
    Paris, ou encore au Musée Granet d'Aix en Provence ou dans les
    combles du Musée des Augustins de Toulouse, j'ai toujours cette impression envahissente
    de bien être et d'être si peux de chose face à tant
    de génie que referment ces murs ou ces parcs. Les deux heures
    passées à cet endroit, le dimanche matin,

    rechargent mes batteries et me réconcilie avec l'humanité.

    A mon entendenment, culture et humanité sont inséparables. Je me sent bien.

    Je rentre. Demain une nouvelle semaine, de nouveaux marchés, de nombreux coups
    de fils, le rythme des affaires reprendra ses droits et devoirs. Alors,
    quelques images pour vous donner une idée et peut être des envies.