debrouille

  • Ode à Kinshasa

    Pin it!

    Crédit Photos : Debout Kinshasa, La Ruche Production , France TV

     

    La BD "Mbote Kinshasa", dans les rayons des meilleures librairies 

     

    Après deux années d'un travail acharné . Ce ne fut pas un long Fleuve tranquille.

    Ça avait plutôt l'air d'un affrontement avec le relief accidenté du Fleuve Congo approchant des Cataractes.

    Mais le coeur de Sébastien Maitre, y croyait, celui de ses soutiens , de ses ami(e)s de sa famille élargie. Et quelle famille  !  La Ruche Production, et puis France TV,  bien entendu. 

    Il y croyait aussi fort que la poussée phénoménale de ce Fleuve mythique, partant du dessous de l'Equateur, pour passer en boucle au dessus et se jeter dans l'océan dessous lui. Unique n'est-ce pas ? Comme la foi en son oeuvre de Sébastien Maitre. 

     

    L'amour d'une ville , l'Ode à Kinshasa 

    Un projet qui lui trotte dans la tête depuis qu'il posa le premier pied sur la terre kinoise. Pris par le charme de cette ville envoutante et si vivante. C'est ce qu'il a voulu montrer, ce qu'il a voulu écrire et filmer. Régisseur sur des longs métrages à succès "Rebelle", "Kinshasa Kids" et d'autres ... Sébastien Maitre voulait depuis le début créer, et faire vivre à sa manière et avec sa sensibilité à lui, cette ville. 

     

    Le projet cours depuis plus de deux années. Il est devenu réalité. Plus même. Il est décliné sur différents supports. Un film moyen métrage, une Bande Dessinée, un DVD.

    Deux années ont suffit pour que "Debout Kinshasa" de Sébastien Maitre, soit enfin sur les écrans , dans les kiosques à BD et DVD. 

     

     

    "Pas de souliers vernis, pas d’école.

    Dans Kin la belle, Samuel 10 ans,

    va découvrir le royaume de l’embrouille.

    Article 15 Papa !" 

     

     

    Lire la suite

  • Article 15, la débrouille

    Pin it!

    Il faut bien vivre, il faut bien des fois survivre.

    Alors dans ce paysage oû le travail n'est pas

    toujours rémunéré à sa juste valeur ou juste

    à temps, il faut bien trouver une solution.


    Il y en a des sympas et d'autres moins, qui

    pour ce deuxième type consistes à soudoyer

    les usagers de la route (par exemple) si on

    est "roulage", agent de police officiant sur la

    voie public en guise d'agent de la circilation.


    Ce sont pour eux les fins de mois arrondies

    avec les dons, de gré ou forcé par les choses

    des taximan, des automobilistes l' infraction

    n'étant ici que de la mauvaise foi, un moyen 

    de se faure quelques francs congolais.


    Plus sympa, il y a la débrouille policée, nous

    dirons, même ingénieuse, imaginative.


    C'est donc, ce mercredi matin, que l'agent

    "roulage" de mon quartier me faisant un

    signe poli comme chaque matin, me remis

    un petit mot sous enveloppe...


    Je l'ouvre, et tout en lisant, je ne peux me

    retenir de rire, de penser à la méthode, de

    me dire, "beh oui, plutôt que mandier ou

    embêter les gens..." et puis s'ensuit une

    série de flash backs de ce que nous vivons

    au quotiidien, de ce q'ils vivent chaque jour

    sous un soleil de plomb, dès 6 heures du

    matin en poste, ils ont du quitter leur maison

     vers 4 heures du mat.


    Donc je vous livre ici, en dessous de ce

    post, une photo de ce que mon "roulage"

    matinal m'a remis.


     En fait, plutôt que de demander ou faire

    des problèmes, il distribue des "Faire Part"

     

    Lisez....

    "Frères et Soeurs en christ, vu l'opportunité

    et l'enthousiasme,

    Commandant XXXXXX (Evangéliste) à deux

    difficultés de maison (GARANTIE) sur ce

    je sollicite une assisatance financière. Les

    bonne oeuvres que faisient TABITHA, cette

    dernière moura et réssuscita à cause des

    bonne oeuvres, dans ce cas on l'appela

    DORCAS. ( Acte 9 : 36 - 42 ; Hébreux 6

    - 10 "Dieu n'est injustice pour oublier les

    bienfaits".


    Que Dieu vous bénisse !


    Avouez, c'est mignon comme démarche.


    Ce serait comique si tant et tant de gens

    n'étaient pas obligés malgré un labeur de

    chaque jour, à recourir à "l'article 15" pour

    faire vivre, manger, éduquer, loger, soigner

    toute une famille. Garder un peux de dignité

    face aux enfants qui grandissent et qui ne

    comprennent pas toujours ce qui se passe.


    Bonne journée et Bonne lecture !


    IMG_5800