democratie

  • 56 Ans

    Pin it!

    C'est le 56ème anniversaire de l'Indépendance du Congo. 

    Une pensée pour la population et l'espoir que cette année

    se passera bien. 

     

     

     

    Lire la suite

  • Liberté - Egalité - Fraternité : Nous Sommes Tous Solidaires

    Pin it!

    Stratégie de la tension. Stratégie de déstabilisation des  fondements

    démocratiques de nos Sociétés, et particulièrement la France, en ce

    vendredi 13 novembre 2015. Vendredi noir. Ne cédons pas !

     

    Ecrit à chaud, après une nuit à suivre, médusé, pris par l'horreur sur

    les écrans, les événements du 11ème Arrondissement de Paris et de

    Saint - Denis. 

     

    Crédit Photo : @DanyMasson / Liberté Egalité Fraternité 

     

     

     

    Lire la suite

  • Incertitudes : Quand R.D.C. rime avec Danger(s)

    Pin it!

    Avis, 

    Cette note part dans tout les sens, peut être parce que l'auteur n'a pas les idées suffisamment claires, qu'il ne sait pas exprimer ce qu'il ressent, et peut être aussi, parce que la situation est tellement fouillée, complexe, manipulée, tendancieuse, qu'il est difficile en une note de tenir un fil rouge. Si ce n'est  celui de  la pacification. Celui du dialogue. Celui de l'abandon des haines ethniques, tribales ou nationales. Revenir à l'essentiel. 

     

    Le cadre actuel, rappel de faits récents 

    Déliquescence : de la Majorité Présidentielle (M.P.), des dissidents regroupés sous la Plate - Forme   "G7" , l'UDPS, (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) de Monsieur Etienne Tshisekedi, enregistre à partir de Bruxelles des décisions de destitution du Président Historique et Charismatique de l'UDPS. Le Parti contre attaque. Il y a cinq semaines une lettre de Bruxelles, à nouveau, mais cette fois du Président. rdc,kinshsa,kivu,kamerhe,kobler,katumbi,kabila,tshisekedi,udps,mp,pprd,katanga,onu,monusco,commissaire,province,kamitatu,ceni,ngoy mulunda,démocratie,démission,défection,trublions,g7,congoUne lettre qui  exclu  certains "trublions" du parti. Chaque semaine amène son lot d'incertitudes quant à la tenue d'élections démocratiques sans heurts et malheurs pour les populations. Monsieur Moïse Katumbi a lui aussi de fait sécession avec le P.P.R.D. (Parti de la Majorité). Chaque jour amène sa nouvelle sensationnelle. Chaque jour, c'est comme si on voulait faire monter la fièvre dans les rues du Pays. 

    Plus que jamais, ou une fois de plus, la R.D.C. est à un des tournants important de son histoire.  

     

    Crédit Photo : @DanyMasson2011 Raïs_Un_Tournant / Mat. iPhone

    Lire la suite

  • Le Monde en Action

    Pin it!

    AVAAZ

    Mon Coup De Coeur du jour,

    "Le Monde en Action", tel est le slogan de l'Association AVAAZ. Avaaz çà veut dire "VOIX" dans plusieurs langues du monde. 

    Avaaz, lancé en janvier 2007 avec une mission démocratique simple:

    Fédérer les citoyen(ne)s de toutes les nations pour réduire l'écart entre le monde que nous avons et le monde voulu par le plus grand nombre et partout.


    La lettre adressée par Email aux membres d'AVAAZ dans le monde : "CARTON PLEIN" 

    Source :  RICKEN PATEL / AVAAZ 

    Chers membres du mouvement Avaaz, 

    Je suis désolé de dire les choses peut-être un peu crûment, mais cela nous arrive à nous autres Canadiens lorsque nous sommes de très bonne humeur. Je sais bien qu'un mouvement comme le nôtre devrait plutôt utiliser des analogies non violentes, mais bon sang, Avaaz a fait carton plein! 

    Vous voulez des preuves? 


    Nous avons contribué à l'établissement du premier Agenda européen en matière de migration de l'histoire 

    Les migrants et l’UE
    Après la mort de milliers de demandeurs d'asile lors de leur traversée de la Méditerranée, la Commission européenne a finalement proposé un Agenda européen en matière de migration. Ce plan repose sur le principe d'une responsabilité partagée de toute l'Europe en matière de sauvetage, de relocation et de réinstallation des réfugiés. Nous nous sommes tout de suite impliqués pour soutenir cette initiative:
    • Tout d'abord, nous avons collecté et remis 500 000 dollars au MOAS (Migrant Offshore Aid Station), la mission de sauvetage privée la plus efficace opérant en mer Méditerranée. Cette initiative a sauvé 7 000 vies cette année. Nous avons également soutenu une association locale qui aide des enfants réfugiés livrés à eux-mêmes, courant le risque d’être victimes de trafic. Des membres d’Avaaz en Grèce se sont même portés volontaires pour aider sur le terrain.
    • Nous avons mis à profit ces fonds pour organiser une mission humanitaire d'Avaaz dans les Îles grecques où des familles syriennes arrivent quotidiennement sur des embarcations de fortune. Nous avons remis des sacs de couchage et des trousses de toilette par milliers. Jetez donc un coup d'oeil au récit de Mike Baillie, un salarié d'Avaaz: c'est bouleversant!
    • Au même moment, nous avons lancé un Réseau européen de citoyens solidaires pour les réfugiés. Aujourd'hui, plus de 1 600 membres d’Avaaz participent à ce programme en Europe. En Grèce, à Malte et en Italie, ils ont aidé de nombreuses familles à s'intégrer après leur arrivée. En Allemagne et en France, les membres d'Avaaz ouvrent leur porte aux réfugiés. Au Royaume-Uni, ils aident les Syriens à se réinstaller. 
    • Nous travaillons également pour que les lois changent. 450 000 membres européens d'Avaaz ont exigé des actes, et cette pétition a été remise à tous les chefs d'État ainsi qu'au Commissaire européen en charge des migrations. À la suite de cela, nous avons été 65 000 à envoyer des messages personnels aux ministres responsables. Notre campagne a été remarquée au plus haut niveau. Un proche conseiller du Président Juncker nous a écrit pour nous remercier de cette “magnifique initiative”.
    • Et puis pendant des semaines, rien ne bougea. Lorsque nous avons découvert que la Pologne, l'Espagne et l'Autriche bloquaient tout accord, nous avons inondé leurs ministères d'appels téléphoniques et des volontaires d'Avaaz ont réalisé une vidéo où des Syriens demandaient directement un refuge au ministère espagnol. Les médias ont repris cela en boucle.
    Ensemble, nous avons démontré à nos dirigeants que les Européens veulent aider les personnes vulnérables qui fuient les conflits. Nous avons contré les arguments xénophobes ambiants par des gestes de solidarité. Aujourd’hui, un accord a été trouvé: l'Union européenne a triplé le budget des opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée, et accueillera plus de 50 000 personnes qui fuient les conflits. C'est un premier pas, mais l'ampleur de cette crise humanitaire nous oblige à continuer à mettre nos dirigeants sous pression pour qu'ils définissent des moyens sûrs d'entrer en Europe. C'est le meilleur moyen d'aider des familles désespérées et de mettre fin au trafic d'êtres humains.

    Nous avons organisé l'envoi d'une lettre signée par des économistes de renom à la Chancelière Merkel pour la mettre en garde contre l'austérité en Grèce 

    L’austérité en Grèce
    Le peuple grec a dit non à davantage de mesures d'austérité lors d'un référendum et les dirigeants européens ont menacé de faire sortir la Grèce de la zone euro. Après l'envoi d'une pétition signée par 530 000 membres européens d'Avaaz, nous avons coordonné l'envoi d'une lettre ouverte à Angela Merkel signée par 5 économistes de renom dont Thomas Piketty et Jeffrey Sachs. La lettre a été publiée partout dans le monde et a été largement reprise par les médias allemands. Son impact a été tel que l'économiste en chef du ministre allemand des finances a dû y répondre publiquement dans un quotidien national, et le débat n'est pas clos! Nous continuerons à organiser des actions pour faire bouger les lignes du débat économique en Allemagne, car c'est la meilleure stratégie pour libérer la Grèce des politiques d'austérité aussi impitoyables qu'inefficaces.

    Nous avons forcé Benetton à indemniser les victimes de la catastrophe du Rana Plaza au Bangladesh 

    Benetton: victoire!
    Remise de la pétition à Benetton
    Après avoir obstinément refusé pendant deux ans, Benetton a changé d'avis grâce à nous. Voilà comment nous avons fait: 
    • Nous avons lancé et remis une pétition d'un million de signatures à Benetton.
    • Nous avons provoqué un énorme tollé sur les réseaux sociaux. Lorsque Benetton s'est mis à masquer nos commentaires, nous leur en avons envoyé encore plus!
    • Nous avons fait défiler des panneaux publicitaires à l'extérieur du quartier général de Benetton pendant plusieurs jours, jusqu'à ce que la police viennent nous en empêcher. Notre juriste italien a alors décroché le téléphone et s'est entretenu avec les forces de l'ordre, qui nous ont finalement laissé poursuivre notre action.
    • Nous avons encouragé des leaders d'opinion à contacter directement le PDG de Benetton.
    • Nous avons publié un appel au personnel de Benetton à travers des annonces postées sur Facebook.
    • Et enfin, nous nous sommes lancés dans une négociation directe et constructive avec des responsables de l'entreprise.
    Benetton a répondu et finalement accepté, et ils ont même remercié Avaaz pour un “rôle positif de premier plan dans le processus”! Aujourd'hui, le fonds d'indemnisation est prêt et les ouvriers et leurs familles vont être complètement indemnisés. Cette histoire est un exemple qui pourrait changer la donne pour les droits de tous les ouvriers partout dans le monde.

    Nous avons collecté 2,6 millions de dollars pour les victimes du tremblement de terre au Népal. Impressionnant! 

    Catastrophe au Népal
    Quand nous avons appris la nouvelle de cette terrible catastrophe, nous nous sommes immédiatement mobilisés. Pour nous, il était fondamental de ne pas se laisser retarder par des formalités administratives afin de pouvoir apporter de l’aide rapidement à ceux qui en avaient le plus besoin. Grâce à des partenariats noués avec plus d’une douzaine des meilleures organisations humanitaires népalaises, les 

     

     

    Belle et Bonne Journée , Belle(s) et Bonne(s) Lecture(s)

    Aussi !

     

     

  • Je suis Charlie, Le jour d'après : De l'Emotion, de la Solidarité aux Actes Factuels

    Pin it!

    Je suis Charlie.jpgHier, avant le Rassemblement Républicain, nous nous posions des questions, ou une question. Combien serons nous ? 

    Et, dès le soir de ce dimanche 11 janvier, comme un échos à un autre 11ème jour d'un autre mois, d'une autre année, de 2001 de l'autre côté de l'Atlantique. Ils étaient des millions. En tout cas, plusieurs millions, en Métropole, dans les DOMTOM, à Bruxelles, à Bujumbura, dans des villes lointaines, et des pays lointains. Ils sont allé dire "Non à la Haine", "Nous n'avons pas peur", "Nous avons besoin d'Art", "Liberté". La Liberté, c'est en ce moment Charlie Hebdo.

    Tout au long de cette journée nous recevions  des échos des différentes villes, et pays, de se rassemblement de plus de 45 chefs d'Etats, qui se tiennent les coudes. Du jamais vu !

    Tout au long de cette journée, donc, une réflexion. L'Emotion, l'Actualité, fait que nous sommes des millions dans les rues et dans les foyers à communier.

    Mais au-delà de cette communion ? Qu'allons nous faire ? Comment va t - ont tenter d'apporter ou apporter des réponses concrètes, autres que celles, radicales des mouvements comme le FN à Beaucaire ?  Comment va -t-ont "actualiser" cet élan en plan réel anti terroriste ? Anti Haine. 

    Il y a une réponse sociétal à apporter. Les politiques vont devoir sortir des plans, des propositions de lois afin de mettre en place des dispositifs qui isolent ceux qui ne respectent pas les fondements de nos Etats de Droits, "Même Droits et Devoirs pour tous". Dire non à la haine, et proposer des applications claires, afin que personnes ne se sente discriminé ou mis à l'index à cause d'agissements extrêmes. 

     « Je suis Charlie » évoque notre émotion, notre indignation et notre incompréhension face à cette haine. Je suis Charlie nous oblige de tenter de comprendre, de décoder ce qui se passe. 

    En terme de questions sociétales, il y a le choc des cultures, le reste du monde qui vit en dehors des pays "dits développés", en dessous du seuil de pauvreté. Une montée des sectes religieuses de confessions multiples. Ces gens jouent sur l'ignorance des gens, d'ici et d'ailleurs. 

    A l'heure de la Mondialisation, de multiples mondes, des époques différentes co-habitent. Sans être péjoratif ou insultant, le Moyen Âges côtoie l'Industriel, l'Emergence, l'Internet, les Hautes technologies. L'argent côtoie l'extrême pauvreté. Les armes parlent de plus en plus dans les régions du Monde. Des régions trop souvent oubliées. A labris d'une guerre généralisée, nous fermons les yeux sur des guerres sans merci, des mini génocides, des massacres, des viols de femmes, des rapts d'enfants, qui se passent par milliers chaque jours, dans des contrées lointaines. 

    Nous devons répondre politiquement, en familles, Socialement et économiquement aux religions poussées à l’extrême. A l'école aussi.  A une  foi extrême, qui s'appuie avant tout sur l'Ignorance, ce qui peut engendrer des embrigadements  d' hommes et de femmes dans des causes qui somme toutes, sont des fuites en avant. Au nom d'un idéal ou d'une cause qui n'en est pas une. 

    "Refuser l'amalgame et remettre dans leur contexte historique les cultures, les civilisations, les arts, la cultures". Le monde n'est pas et n'a jamais été statique. Il n'a pas toujours été comme il est aujourd'hui. 

    Nous n'étions que des barbares, civilisateurs, colonialistes, conquérants, évangélistes, que les pays, les continents où que nous prenions avaient des cultures bien plus avancés, des arts sublimes. 

    Notre force et notre soif de connaitre l'emporta. Nous avons composé, pris, échangé, appris des autres. Nous sommes passés aussi par des périodes noires, très noires. La Saint - Barthélémy, La Shoah. Le Nazisme et la collaboration. 

    Si nous avons cette force d'analyse, cette faculté de reconnaître nos fautes, nous devons aussi sauvegarder nos principes de justice, d'égalité et de solidarités. De Fraternité disent les français. 

    Nous ne devons pas transiger sur manquements aux lois de nos pays. 

    Cette collision des époques, des cultures, des chocs, de développements  à multiples vitesses, ne peuvent justifier l'injustifiable. Il faut agir. Il faut des actes. 

    Se poser les bonnes questions. Entre autres, pourquoi, de jeunes européens, se croient ils obligés de partir vers ces extrêmes ? Pourquoi donnent ils leur vie si précieuse à des mondes qui ne sont pas leur ? 

    Le bon sens populaire et le Droit. 

    Une question que tout le monde se pose après la tuerie de Charlie Hebdo et les prises d'otages ;

    Comment se fait il que des personnes fichés, repris de justices, surveillés, appartenants à des cellules "dormantes" ou "éveillées", connues aux Etats Unis sont elle en liberté ? 

    Pourquoi ces personnes sont elles dans les quartiers ? Dans les écoles ? Dans des organismes publiques ?

    En tant que Catholique pratiquant, je me dis aujourd'hui. Ne faudrait il pas, revoir à l'école notre manière de dispenser les cours de religions, de morale etc.. ? Par exemple par un Cours de Philosophie, et avec la venue dans les établissements, de savants, de Rabins, de Théologiens, d'Iman, de philosophes Athées, de personnes autorisées à venir dispenser leurs idées, la motivation de leur choix  etc... et aller ainsi vers un décloisonnement des cultures. Tout en respectant l'INDIVIDU et le droit de choisir.  

    Bien des choses vont devoirs changer. Le droit devra être revu. Les questions d'expulsion et de ré insertion devront être revues. En fonction des cas. Pas de généralités. Pas d'amalgames. Sans haine et sans stigmatisation.

    Le monde évolue, le décor change. Ce monde déboussolé abandonne des familles entières dans la marge des Sociétés. Le droit doit aussi évoluer.

    La lutte anti Terroriste, sans prendre la dimension et se mettre dans la peaux des extrémistes et de leur capacités de nuire, de haine, leur jusqu'au boutiste. Si nous ne faisons pas cet effort. Nous risquons gros.

    Aussi, faire savoir, clairement   aux pays qui sont des refuges, des camps de formations idéologiques et armés. Leurs dire. ASSEZ ! 

    Yes we can ! 

    Pour une fois, François Hollande avait il, une longueur d'avance sur les autres nations, ter les Etats-Unis et Barack Obama ? Ils l'ont rejeté, défait, presque insulté lorsqu'il s'est agir de la Syrie. 

    Peut être vont ils avoir le courage de revoir leur copie ? 

    Nous sommes le jour d'après. Nous sommes à la révision de nos actes passés. Pour en définir de nouveaux.

    Très belle et Bonne journée, Belles et Bonnes Lectures aussi ! 

  • Parler de la Belgique depuis Kinshasa.

    Pin it!

    Parler du pays de raison, de celui dans lequel on a grandit

    à  l'abri des catastrophes,  celui de l'après guerre, celui de

    Brel,  de Louka ou de Beaucarne, celui des  compromis qui

     sentaient  la frite mais pas  la compromission de bas étage,

    celui des  revendications, celui de la crise de '70 de la crise

      pétrolière qui préfigurait les délocalisations, celui qui voulait

     résister en vers  et contre tout, contre tous, avec ses hauts

     fourneaux, ses  hommes et  ses femmes pour qui gauche et

     droite ce n'était  pas  blancs bonnets et bonnets blancs. 


    La citoyenneté manifeste et dit son désaccord, la citoyenneté

    "s'indigne" de la lenteur, de la longueur,  de la  langueur. Une

    citoyenneté qui revendique et se veut en dehors du politique

    "des politiques". Il est urgent, c'est maintenant ou jamais.

     

    Les affaires courantes courent d'un pas averti. Bon éléve de

    la  Communauté Européenne, en  tête du  peloton  contre un

    accroissement de la dette  exagéré, donc maîtrisée. Le danger

    n'est peut être pas là ou l'on veut nous le montrer.

     

    Vitesse et précipitation ne font pas bon ménage.  

     

    215 jours que çà dure, mais çà ne doit plus durer. Comme 

    si la fin du monde était pour demain. L'heure à sonné, plus 

    de conciliateurs, de négociateurs, de formateurs... 

     

    Pourtant,  c'est peut être  maintenant que  çà se joue. Que

    l'après deviendra présent. Que la Belgique sera ou ne sera.

    C'est maintenant,  qu'on est au milieu  du guêt, qu'il faut ou

    pas  se  jeter dans les chiffres de l'avenir. Passer sur l'autre

    rive sans trop dériver, dévisser, se rater quoi.

     

    Ce qui gêne, c'est que les vainqueurs des élections sont

    jetés  en pâture,  dans la fosse aux lions. On s'en fou on 

    est des lions. Des lions d'un jour, d'une semaine. Ce que 

    l'on  réclame chez les  autres  est vilipendé la bas. 


    A la lecture de certains billets ou pages de journaux, le 

    plat  pays serait géré par des  incompétents  avides  de

    pouvoir et d'argent. Le peuple à ce qu'il mérite. Dit on ! 

    Et les belges ont des hommes et des femmes politiques

    qui sont dignes d'eux. Qu'on le veuille ou non, c'est dans 

    les jours, les semaines, les mois à venir que l'avenir sera

    uni ou désuni.

     

    N'en déplaise aux citoyens "apolitiques", l'avenir ne se joue

    pas comme dans un Feydeau juste avant  de tirer le rideau.

    Même si  les  moments vécus sont  fait de situations cocasses,

    oscillent entre farce et comédie, réalisme et caricature. Ce n'est pas

     un vaudeville. 

     

    Parler de la Belgique depuis Kinshasa, parler avec  le coeur et  la  

    raison. Du pays de raison à partir du pays de  coeur. Ne pas  renier

    le passé, ne pas ignorer le présent , s'inquiéter pour l'avenir. Se dire

    qu'ils ont de la chance, la haut, de pouvoir palabrer en paix le verbe

    haut, sans que les balles siffles autrement qu'en  noms  d'oiseaux

    vers l'un(e)  ou l'autre,  les bavures  seront absorbées,  l'encre qui

    coule évite de répandre le sang. 

     

    Alors profitez, profitons en. Le temps de savourer, prendre le temps.

    Car il est bien court le temps  où l'on se parle pour mûrir des accords

    majeurs que l'on soit de Kin, de Bruxelles ou d'ailleurs.

     

    Bonne journée et Bonnes lectures ! 


  • Floribert Chebeya un homme une voix

    Pin it!

     

    Dimanche en fin de journée, un débat très intéressant avait

    lieu sur la chaine de radio et de télévision RTGE. Des jeunes

    avec  élocence débataient sur la Démocratie en RDC à partir

    de la phrase prononccée par le chef de l'Etat .      ..."en RDC

    et en démocratie, il y a de la place pour tout le monde...".


    Y a t'il vraiment de la place pour tout le monde ? C'est ce

    que posait comme question centrale l'animateur, aux  six

    jeunes` gens sur le plateau. Les jeunes filles ont été, il faut

    le dire, plus convaincantes que leurs contradicteurs du genre

    opposé. Elles étaient moins en démonstration, et plus dans

    le sujet. Moins partisanes et plus en phase avec le vécu, elles

    étaient des politiques au  sens propre du terme.


    C'est donc après avoir été téléspectateur de ce débat que des

    réflexions ont muris et que ce post est dédié à cette affaire qui

    est devenue au fil des jours, des heures, plutôt,  et très vite,

    très rapidement, une affaire d'Etat. Floribert Chebeya une

    voix éteinte et qui résonne.


    Les personnes incriminées dans la présumée responsabilité

    de cet acte contre la liberté de parole ne sont pas n'importe

    qui. Des sanction tombent, des langues se délient.


    A qui profite le crime ?


    Des hommes du pouvoir en place  sont à ce jour au banc

    des accusés et, ou,  sont en liberté surveillée, démis de leurs

    fonctions. Les présumés coupables sont comme on dit

    ici, des intouchables.



    Des Jacqueries à une destabilisation plus grande ?


    Le 30 juin, la célébration de l'avénement du Congo à son

    indépendance ne plait pas à tout le monde. Décorum,

    falbala, folklore, que de mots entendus et prononcés pour

    dénigrer ici au Congo ou ailleurs, en Belgique entre autres.

    La destabilisation en marche, la stratégie de la peur.


    Nous avons vécus la rébellion avortée de Mbandaka, des

    sursauts et des vélléités dans d'autres régions. De plus

    en plus de voix se prononçant contre l'état festif de ce

    jubilé. L'assassinat de Floribert Chebeya, les auteurs de

    l'acte devaient le savoir, allait avoir (c'est ce qui se passe)

    une toute autre envergure que les tentatives armées et

    désorganisées qui ont eu lieu. L'impact national mais

    surtout international était certain.


    L'impact national ?

    Difficile de se faire une opinion. Si l'on ne parle qu'

    avec des personnes de la population, de ceux qui

    vivent au jour le jour, de ceux qui se battent pour une

    bouchée de foufou ou de chikuang par jour. C'est trop

    loin, trop haut. La Voix des Sans Voix, l'action de Floribert

    n'est pas connue, ou plus axactement elle est IGNOREE.

    C'est pour la grande majorité un autre politicien, un autre

    parleur. L'émoi n'est pas à ce niveau. Il est dans les ONG,

    dans ceux et celles qui sont au niveau local ou national en

    rapport avec d'autres organisations et d'autres acteurs,

    politiques, ONG, nationaux et internationaux. La vraie

    dimension de Floribert Chebeya est  à ce niveau bien

    connu et reconnu. Mal perçu par la masse des gens dont

    il prenait la défense malgré eux. Eux, les sans voix, ceux

    pour qui tout les droits sont bafoués.


    Il avait raison. Il était en avance. Ce n'est pas toujours

    simple d'être en accord avec ses idées, au bon moment.

     

    Avoir raison au bon moment, c'est ce qui est  important

    pour un  impact direct et  immédiat, en phase avec les

    autres. Son combat noble et courgeux, audacieux même

    bon nombre de congolais(es) ne savent pas ou n'en

    connaissent pas la portée. Sauf, par ce qui en est dit

    et se passe maintenant. Par la tournure des choses.

    Floribert est  devenu  un "héro"  un  symbole. "Héro 

    malgré lui", diront d'autres qui écriront.

     

    Au niveau politique, le principal parti de l'opposition

    déclare ne pas vouloir faire partie des fastes prévus

    pour la célébration de l'indépendance.


    L'impact international ?

    Direct ! L'ONU, la Belgique, la France, les USA, tous

    ont pris la parole. Ils ont condamnés et ils ont sommés.

    Condamnés l'acte barbare. Sommés de faire la lumière

    toute la lumière et vite sur cette affaire. Sous peine de...


    La Réaction ?

    Les journaux sont montés aux barricades, c'est leur rôle.

    La classe politique est sortie de suite et a réagit directement

    par la voix du Ministre de la Justice. Ce n'est pas un porte

    parole, pas le Ministre de la Communication. Non, c'est la

    Justice qui communique et qui déplore, qui rassure et qui

    assure la population qu'elle fera ce qu'il faut pour débusquer

    le ou les coupables.


    Dans ce même temps...

    Au large des côtes en eaux internationales des bateaux 

    sont arraisonnés et l'assaut est donné.


    Gaza se meurt et fait mourir avec elle les soutiens que

    peut encore avoir une négocaiation entre les parties pour

    un règlement pacifique (le N ème) de cette situation et

    plus peut être.


    L'action menée, chacun en pense se qu'il veut, était

    plus politique qu'humanitaire. Gaza utilisée pour faire

    la part belle au Hamas. Instrumentalisation des bonnes

    volontés et d'hommes et de femmes épris de justice.

    Gaza est une honte pour le monde. Gaza ne doit pas

    pour cette raison, servir l'extrémisme.


    Gaza, Floribert Chebeya ?

    La Communauté internationale a réagit à deux vitesses.

    Sommations pour la RDC. Recommandations pour Israël.

    Injonction &  Diplomatie.


    Gaza se meurt et Les droits de l'homme ont été tués ici.

    Gaza asphyxiée, la RDC baillonée.

     

     

    Comme un malaise, qui plane.

    Trop de nons dits,  et trop de pressions. Pas asssez

    de temps, pas assez de recul pour se faire une opinion

    dépourvue de colère, ou d'émotions. Les annonces

    de ce week - end tombant chaque heure, donnaient

    à penser que quelque chose ne tourne pas rond.

    Trop vite. Trop simple. Trop évident. Comme un amas

    de carte sur lequel on souffle et qui s'écroule.

     

    Un géant aux pieds d'argile. Un amas d'étoiles qui

    éclatent de leur galaxye.


    Il n'y a que ceux qui se posent des questions qui ont

    tords. En ce moment, la question qui hante.


    A qui profite le crime ?

     

    Une autre peut être. Et si c'était une bavure ?

    De celles qui se font chaque jour sur cette planète

    et qui restent sans échos, sans voix pour les mettre

    à jour.

     

    Une métaphore, elle n'est pas de moi, "c'est comme

    lors d'un grand match de coupe du  monde,  t'as  le

    défenseur qui marque contre son camp. T'as joué, t'as

    perdu."

     

     

    Est - ce  à force de lire des San Antonio ou des Bob

    Moranne ou d' avoir lu Simenon et suivi l'inspecteur

    Maigret. Quoi qu'il en soit ce n'est que par ric hochet

    que la vérité se fera.

     

    Floribert Chebeya n'est pas mort pour rien. Lui ne

    le sait pas. Hélas ! Du temps de ses intempestives

    déclarations et des ses réclamations au nom de ceux

    qu'ils defendaient et de la cause qu'il servait. De sa

    vie, menée au rythme de celle des droits, épris de la

    justice pour tous et de la liberté de parole. De son

    vivant, Floribert Chebeya n'aura donc pas su, qu'il

    était un homme fait d'un autre moule. Il n'aura pas

    su qu'il était aimé. Lui qui s'entendait souvent dire,

    "encore". Oui inlassablement, il répétait son chapelet

    au nom de la liberté et des droits. Il agaçait ses amis,

    ses ennemis. Mais lui c'était son monde.

     

    Retrouvé sans vie dans sa voiture. Il rejoint les Martyrs

    de la République. Un homme, une voix, au dessus des

    autres voix.

     

    Qui sait une voie pour aller plus avant dans un Etat

    démocratique ? Où le droit de vote, n'est pas seulement

    retenu comme critère du système mais comme un moyen,

    un des éléments qui font qu'en démocratie il y a de la place

    pour tout le monde et que çà se gagne chaque jour par de

    la vigilence et de l'intérêt. Ici et partout. Le fil est ténu.

     

     

    Rien n'est jamais acquis à l'homme Ni sa force

    Ni sa faiblesse Ni son coeur Et quand il croit

    Ouvrir ses bras son ombre est celle d'une croix

    Et quand il croit serrer son bonheur il broie

    Sa vie est un étrange et douloureux divorce...

     

    "Louis Aragon : Il n'y a pas d'amour heureux".

     

     

     

    Bonne journée et Bonne lecture.

     

  • Le temps des comptes.

    Pin it!

    « Le temps mûrit toute choses ; par le temps toutes
    choses viennent en évidence ; le temps est père de
    la vérité. » François Rabelais.

    Après le vote, les bureaux ont clôturés quelquefois tard
    dans la nuit. C’est que les procès verbaux devaient être
    signés par l’ensemble des témoins des partis et être
    envoyés ensuite vers les 62 centres de liaison et de
    compilation des résultats répartis dans tout le pays.

    La CEI (Commission Electorale Indépendante) ne
    pourra annoncer les résultas définitifs avant deux
    ou trois semaines.

    Des spéculations vont bon train et chacun(e) s’essayent
    a des projections hâtives, sur base de chiffres qu’on
    ne peut même pas qualifiés de partiels.

    Seule évidence, c’est que les 75% de votants
    du premier tour ne sera pas atteint. Sauf peut
    être avec la mobilisation des abstentionnistes du
    premier tour des deux Kasaï qui se sont mobilisés
    tant à Mbuji-Maï qu’à Kananga. Que pèseront-ils ?

    Aux dires de certaines agences, Kinshasa dévoile
    une progression du Président sortant M. Kabila
    avec un report des voix de M.Antoine Gizenga
    qui jouerait à plein. Mais pas seulement, ce matin
    encore des personnes me disaient avoir vu plus
    claire dans l’intervalle qui séparé le premier et
    second tour.

    Qu’en est il que cette progression ne renverserait
    pas la vapeur, « toute », dans le capital oû 1/3 seraient
    acquits à M. Kabila et 2/3 à son rival, M. Bemba.

    Boma dans le Bas – Congo, serait acquise aussi à
    M. bemba comme Kananga et Mbuji-Maï dans les
    Kasaï. Mais attention aux conclusions hâtives. Les
    résultats des localités avoisinantes des villes ne
    sont pas connus, loin de la.

    Il suffit de voir, les militants des deux camps
    qui restent postés devant les QG des partis
    en attente de nouvelles de leurs états majors.

    Attendre les vrais chiffres et rien d’autre !.

    Rester calme et serein. Ne pas confondre vitesse
    et précipitation. Faire en sorte que les accords de
    pacification entre les deux camps soit respectés
    dans les jours à venir.

    Relativiser encore et encore ce qui se passe en
    République Démocratique du Congo.

    S’en tenir au fait historique de ce grand jour,
    pour un Congo avec plus de démocratie, de
    sécurité et de bien être.

    « Laissons le temps au temps » disait, Le Président
    Mitterrand.

    Prenons donc le temps ! Le temps des comptes !

  • L'Assemblée Nationale à siègé

    Pin it!

    La nouvelle Assemblé Nationale issue des élections du 30 juillet 2006, s'est
    réunie cet après-midi. Les Partis de Messieurs Gizenga (Lumumbistes) et Nzanga
    Mobutu, (fils du Maréchal Mobutu Sese Seko) ont rejoints avec d'autres, les rangs
    de la coalition de M. Joseph Kabila.

    Avec ces nouveaux apports de députés, la coalition de M. Joseph Kabila
    à la majorité dans le nouvel émicicle. Certaines rumeurs venant des régions
    font état de mécontentement par rapport aux décisions prises par M. Gizenga
    et M. Mobutu. L'apport de ces voix et de ces mouvements donne
    à M. Joseph Kabila, une plus grande marge de manoeuvre tant à l'Ouest qu'à Kinshasa
    et laisse augurer d'une victoire probable du Président sortant lors du second
    tour présidentiel qui l'opposera à M. JP Bemba.

  • Après les votes et les tirs, les résultats

    Pin it!

    La CEI, Commission Electorale Indépendante, mise en place pour le bon déroulement des élections législatives
    et présidentielles, les premières élections démocratoques et pluraliste que connaît le Congo Kinshasa, a son site internet.

    Pour ceux et celles que çà interresse, ce site, très bien conçu et très fonctionnel, donne
    les résultats. Je me dis qu'il est utile de donner l'adresse de ce site sur mon blog et
    de l'inscrire dans mon carnet de notes.

    http://www.cei-rdc.cd

    On clic (que) sur Présidentielles ou sur Législatives et on a les résultats obtenus par les différents
    partis et candidats dans les différentes circonscriptions du pays. Pas eu le courage d'aller ouvrir l'ensemble des
    tableaux en PDF pour analyser. Je laisse à chacun(e) le loisir de faire les comptes.

    Prenez vos bouliers et ne vous trompez pas. Non plus sérieusement, c'est intéressant de savoir si tel
    ou tel candidat est passé, le nombre de voix réalisés par les partis dans une
    région, et autres quotient de participation. Enfin, c'est mon avis, pas forcément celui de tout le monde.

    Je m'imagine, être un(e) congolais(e) de la diaspora, un(e) ancien(ne) du pays, que çà doit être sympa d'avoir des onformations
    fiables et contrôlées en dehors de toute propagande et de parti pris.

    Alors bon surf sur le site de la CEI.

  • Ils sont chez eux.

    Pin it!

    Enfin des nouvelles, il est 22 heures, le téléphone sonne, "nous sommes à la maison, ce sont les militaires tunisiens de la MONUC qui nous ont raccompagnés". Les amis qui étaient bloqués au Cercle de Kinshasa sont chez eux, environ 30 personnes adultes et enfants. L'EUFOR aurait pris position à cet endroit afin de sécuriser d'avantage le périmètre. 22,10 heures, autre coup de fil, "les tirs ont repris, est-ce que vos amis sont toujours la ou non " ? Je donne les infos que je possède et je reprends le fil de ma rédaction. Rien de certain donc. Mardi ne s'annonce pas être très différent. L'EUFOR tente pourtant de faire prendre conscience aux uns et aux autres que la force déployée n'est pas au Congo pour faire de la figuration mais bien pour assurer coute que coute le processus entamé qui devrait mené vers l'élection au second tour du futur Président de la République Démocratique du Congo. Pourtant, les événements de ces dernières heures ne laissent pas pointer un optilisme béat quant à cet objectif, c'est comme si quelque chose devait se passer avant le 29 octobre 2006. Kinshasa fait la fière, elle ne se laisse pas conquérir comme la première venue. Il faut la séduire, la convaincre, l'amadouer. Kin-la-Belle, se rappelle au bon souvenir de tous et fait rejaillir sa réputation de difficile et d'exigente. A quel prix ? Je lisait ce matin, "grande victoire pour la démoctaie" etc. oui, 70 % des inscrits ont votés mais force est de constater que la démocratie est encore à gagner.