discours du roi des belges

  • Discours du Roi des belges à l'occasion des fêtes

    Pin it!

    N.D.L.R. (note de la rédaction) Je pense qu'en ces temps de
    fin d'année, de celle du début de la Troisième
    République au Congo, qu'il est de bon ton de publier
    ici, le discours prononcé par Albert II
    .Il y est question de plusieurs points sensibles du moment
    de la paix, des guerre, mais aussi et surtout du Congo et
    de la coopération entre les deux pays.
    Le propos n'est pas ici de commenter, mais de donner à lire
    et à la connaissance cette information qui vient de chez
    le "Grand Noko"

    Bonne lecture. Peut être une visite du Roi en 2007 au Congo ?

    Le Discours

    Je voudrais d'abord dire aux travailleurs de Volkswagen Forest
    et à leurs familles, ainsi qu'à ceux des firmes sous-traitantes,
    combien je partage leur profonde déception à la suite
    de la très importante restructuration de l'usine VW.

    Je sais que les autorités font tout pour trouver des solutions.

    Par ailleurs, il est souvent question ces temps-ci d'abus
    de biens sociaux et de ressources publiques. Je voudrais
    faire deux remarques à ce sujet.

    1.Aucune personne n'est au-dessus de la loi et la Justice
    doit pouvoir faire son travail en toute indépendance.

    2.Lorsque la justice établit des détournements, il me semble
    équitable que la réparation concerne tous ceux qui en ont tiré avantage.

    Mesdames et Messieurs, Le temps de Noël et du Nouvel An
    est une période qui nous prédispose à une réflexion sur la paix.
    Que faisons-nous, que pouvons-nous faire, pour être des artisans
    de paix dans notre famille, dans notre pays et même au-delà.
    Nous savons fort bien que l'absence de conflit ne signifie
    pas nécessairement la paix. La paix implique bien plus.
    Elle demande surtout que chacun cultive une attitude
    de respect et de bienveillance vis-à-vis de l'autre,
    quelle que puisse être sa différence.

    Dans notre monde, les grands comme les petits foyers de
    violence sont malheureusement très nombreux. Des antagonismes
    raciaux, ethniques ou religieux sont souvent exacerbés.
    Notre pays n'est pas indifférent à ces situations
    douloureuses. En effet, il joue un rôle actif en faveur de
    la paix et s'y emploie de différentes manières.

    Tout d'abord, par le dynamisme et la créativité de notre

    diplomatie. Cette année, par exemple, la Belgique a assumé
    la Présidence de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération
    en Europe. Cette Organisation est active notamment
    en Europe de l'Est et dans le Caucase. Au-delà de son mandat
    de base, l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération
    en Europe joue un rôle important dans le domaine des
    droits de l'homme, dans la protection des minorités,
    dans la liberté de la presse, dans l'observation
    d'élections libres et plus généralement, dans le
    développement de la démocratie.

    J'ai eu l'occasion de rendre visite à cette Organisation et
    à ses dirigeants en septembre, à Vienne. J'ai été frappé d'entendre
    ses responsables me dire combien la Belgique multiculturelle
    donnait à notre diplomatie une aptitude toute spéciale
    à rapprocher les points de vue, à trouver des terrains
    d'entente, et à promouvoir la paix.

    Ce sont ces mêmes qualités qui ont contribué au fait que
    180 pays ont choisi la Belgique pour devenir, à partir du
    1er janvier prochain, et pendant deux années, membre du
    Conseil de Sécurité des Nations Unies. C'est un beau défi
    pour nous.

    La diplomatie, hélas, n'est pas toujours en mesure de prévenir
    ou de résoudre des conflits. Il arrive même souvent
    qu'une force militaire soit nécessaire pour maintenir
    une paix fragile ou pour la rétablir. Aujourd'hui,
    plus de 1.100 de nos soldats sont déployés à travers le
    monde, principalement dans les Balkans, au Liban, au Congo
    et en Afghanistan.
    L'objectif de leur mission varie.
    Au Kosovo et en Bosnie notre présence consiste à
    prévenir une nouvelle guerre civile dans les Balkans.
    Au Liban nous participons au rétablissement de la paix. Au Congo
    nous contribuons à protéger la démocratie.
    Nous sommes
    présents en Afghanistan pour éviter le retour des Talibans.

    Fin septembre, j'ai rencontré à la base de Beauvechain, des
    unités en partance pour le Liban, et le Kosovo. J'ai été
    frappé par la motivation, l'engagement et la bonne préparation
    des hommes et des femmes qui en faisaient partie.

    Je saisis cette occasion pour dire à tous ceux qui participent
    à ces opérations que nous sommes fiers du travail qu'ils accomplissent
    et qu'en cette période de fin d'année, le pays tout
    entier pense spécialement à eux et à leurs familles.

    Il est encore un troisième moyen par lequel la Belgique
    contribue à la paix : il s'agit de la Coopération au
    Développement. La grande pauvreté, les privations et les maladies qui
    sévissent dans beaucoup de parties du tiers monde
    constituent une injustice sociale majeure, et il est vrai que
    sans justice il n'y aura pas de véritable paix. Le développement
    ne serait-il pas alors une définition moderne de la paix ?

    Notre pays contribue activement à des projets de développement
    dans 18 pays partenaires. De nombreux coopérants
    belges y travaillent et je veux aujourd'hui leur
    rendre un hommage particulier.

    J'espère aussi très vivement qu'un nouveau partenariat puisse
    se développer avec le Congo, où les populations ont tellement
    souffert ces dernières années, mais où des perspectives
    nouvelles s'ouvrent à présent.

    Voilà, Mesdames, Messieurs, quelques réflexions que je voulais
    partager avec vous à propos de la paix.

    Il est évident que notre pays, dans ses actions en faveur
    de la paix, partout dans le monde, ne sera vraiment crédible
    que si à l'intérieur même de nos propres frontières
    le respect mutuel, l'entente et la cohésion seront la
    réalité et pas la fiction. C'est le voeu que la Reine et
    moi et toute notre famille formons pour cette nouvelle année.

    A chacun et à chacune de vous nous souhaitons de chaleureuses
    fêtes de Noël et un heureux Nouvel An.

    Die Königin und ich, sowie unsere ganze Familie, wünschen
    Ihnen ein frohes Weihnachtsfest und ein glückliches neues
    Jahr."

    D'après BELGA