equateur

  • Jean Pierre Bemba et la C.P.I. (suite et pas fin)

    Pin it!

    A force d'annonces venant de part et autres, la C.P.I.,

    les avocats, les médias, on serait très vite perdu dans

    le dédale du procès de Jean - Pierre Bemba, qui doit

    avoir lieu en principes le 27 avril 2010. 

     

    C'est pourtant de clarté dont on a besoin. Les  prises

    de décisions, aussi justifiables soient elles, ne sont

    pas pour calmer les esprits et les ardeurs de ceux qui

    croient en Jean-Pierre Bemba et elle renforce l'idée

    d'une conspiration. Il devrait peut être y avoir un devoir

    de réserves. 

     

    Il y a un dicton qui dit "ne tend pas le bâton pour 

    te faire battre". La justice est complexe. Les procès

    longs, à force de procédures et de contre procédures.

    Une chose est, ce qui se passe dans le prétoire, en

    est une autre, ce qui se passe dans le pays et se qui

    se dit. Le populisme prend sa dimension. 

     


    Une fois annoncée sa sortie prochaine vers un pays qui

    serait dans la capacité de l'accueillir, cette dernière est

    rejetée par la Cour d'Appel.

     

    Le fil des événements. Une demande à candidatures

     de pays qui offriraient les garanties  pour la nécessaire

    surveillance de Mr. Bemba dans le cas de sa mise en

    liberté provisoire avait été lancée. On a cité 4 et puis

    6 pays, dont l'Afrique du Sud.  Force est de constater

    que maintenant, ils ne se pressent plus au portillon. 


    Le rejet de la mise en liberté qui avait été décidée par 

    la Chambre de Première Instance vient d'être invalidée

    par la Cour d'Appel. 


     Les points mis en exergue par la CA de la C.P.I. 


    La Cour d'Appel stipule que la Chambre de Première

    Instancelors de sa séance du 14 août 2009 a commis

    une erreur.


    L'erreur est de ne pas avoir spécifier les conditions et

    identifier le pays d'accueil. 


    En clair, la Cour d'appel prend ses précautions et veut 

    éviter d'avoir affaire à une fuite de M. Jean-Pierre Bemba.

    La condamnation encourue en cas de responsabilité

    avérée dans les chefs d'inculpations retenus contre lui

    serait et pourrait être  la condamnation à vie. 


    Le procès fixé au 27 avril 2010, Monsieur Bemba devra

    attendre dans sa cellule sauf si sa défense obtient un

    nouvel examen de sa situation, ce qui est fort peux

    probable.

     

    JP-Bemba_CPI

     

    Bonne journée et bonne lecture !