eufor

  • Dimanche calme et pas comme les autres.

    Pin it!

    Ce dimanche matin le calme est revenu. Kinshasa est
    beigné de rayons de soleil, aux allures de
    prinptemps et 13° C de plus.

    La ville est calme. Les patrouilles de l'EUFOR, se
    sont multipliées. Discrètes mais visibles. Aux différents
    points stratégiques, les ronds points, le Bd du 30
    Juin, les Avenues principales.

    Quelques taxis et voitures privées circulent. C'est
    une ambiance de lendemain qui déchante, de gueule
    de bois et d'interdiction de rassemblement, décrèté par
    le Gouvernement

    Quatre morts, lors des événements de samedi, çà en
    assome plus d'un.

    Dimanche matin calme. Dimanhe d'attente de résultats
    officiels. Dimanche d'attente de signaux clairs d'
    appel au calme.

    Un dimanche pas vraiment comme les autres!

  • RDC, nouvelles donnes sous tension perceptibles

    Pin it!

    Elle que personne n'attendait.
    Elle qui supplante toute la communication des appareils
    politiques les mieux rôdés.
    Elle qui galvanise les foules. Elle qui séduit.
    Elle qui convainc, avec la Bible, les mots et le cœur.
    Elle qui écoute le peuple. Elle encore qui visite sans
    se fatiguer ni compter, hôpitaux, dispensaires et écoles.

    Mme Olive Lembe Kabila, l’’épouse du Président sortant,
    M. Joseph Kabila a mené campagne de belle manière.

    Nouvelle donne dans la campagne. Certains diront
    « poeple-lisation » à la française. Mais c’est méconnaître
    le Congo. Le Maréchal eut une épouse très aimée du peuple.

    Olive kabila lembe

    Après le dimanche des votes, autre nouvelle donne ,
    sortie après coup, pendant le décompte des voix.
    Georges W. Bush, (ouie, difficile d’écrire ce nom)
    Président des Etats – Unis vient de faire publier un décret
    sur « le gèle des avoirs bancaires de trois chefs et
    guerre et de quatre hommes d’affaires » impliqués selon la
    Maison Blanche dans le pourrissement militaro armé de
    la RDC. Ce décret est accompagné des mêmes rétorsions
    à l’encontre de quiconque se rendrait coupable de nouveaux
    événementsqui entraverait la paix et le bon déroulement du
    désarmement des forces non conventionnelles en RDC.

    Il aurait peut être pu prendre ses mesures avant, il y a quelques
    années. Mais on est pas en campagne tout les ans. N’est ce pas ?

    Bush

    Opération de charme. Pression manichéenne.

    Des acteurs qui se rejettent la balle continuellement sur
    différents petits incidents survenus dans la foulée
    du second tour. Arrêts des émissions de la chaîne de
    TV de M. Bemba. Problèmes techniques ou véritable
    sabotages ?

    Fuites de chiffres sur les résultats très partiels encore.

    La MONUC et l’EUFOR continuent plus que jamais
    leur travail de pacification et de dissuasion.

    Personne ne croit en une possible flambée armée et pourtant
    tout le monde fait comme s’il s’y préparait.

    Le Congo est il en droit ou tout simplement peut-il,
    se risquer de ne pas négocier sans problèmes majeurs
    ce moment historique à tout points de vues ?

    Que ce soit du fait du Peuple qui est au plus bat en terme
    de pauvreté, que ce soit du côté des dirigeants qui ont
    euxtoutes les cartes en mains pour tourner une page et
    réécrire un Congo nouveaux, et des affaires économiques dans la
    cavedes indices de l’expansion, du point de vue de la
    Communauté Internationale qui a investit énormément
    pour que le processus de régulation de la société puisse
    se faire. Cette même Communauté Internationale attend,
    elle, aussi un retour sur investissements.

    Raisonnement trop rationnel ! Peut - être ?

    Du charme, de la persuasion, des actes de fermeté, la se
    situe peut être la voie à suivre pour guérir un Congo
    hypertendu depuis trop longtemps.

  • Le débat n'aura pas lieu...

    Pin it!

    L'affrontement des idées et des deux candidats face aux caméras
    n'aura pas lieu.

    C'est via Pino et Belga interposé que l'annonce m'est parvenue.
    La "tension" est trop forte et il n'y a aucune
    confiance d'un camp envers l'autre.

    Ce sont donc des élections sur fond de tension, qui se
    dérouleront dimanche. Dimanche, la population ira voter.

    Quid, des reports de voix annoncés ?

    Quid, de la sécurité ?

    Quid, de l'ambiance dans laquelle cette démarche démocratique aura lieu ?

    Décidément, Kinshasa n'est pas tanquille.

    Les Drones de l'EUFOR ont repris leurs survols de la ville
    ce 25 octobre 2006 afin de prévenir des mouvements anormaux.

    Comme dirait un qu'on connaît "Rock'n Roll"...
    sauf qu'ici le swing n'est pas celui que l'on voudrait.

    On préférerait une Rumba réconciliatrice des corps et des esprits.
    Cette gaïté congolaise tant réputée.

  • Au nez et à la barbe de tous

    Pin it!

    Midi, la MONUC et les policiers de la PIR, Police d'Intervention Rapide, sont aux côtés
    des émeutiers, seulement 100 personnes. Toujours les mêmes.

    13,30 heures, le Boulevard du 30 juin est de nouveau bloqué. Les Policiers n'interviennent pas.
    La Monuc poste des blindés au milieu du Boulevard. La Pölice Européenne reste en arrière
    et fait du reporting de ce qui se passe.

    Qu'est ce qui se passe en fait ?
    Des Shegges (enfants des rues) brulent des pneus, jettent des pierres après les policiers qui
    sont postés au coin de la Grand Poste.

    A Forestcom, des jeunes bloquent la route avec de grosses pierres, et trient les voitures
    qui peuvent passer ou pas, selon que vous donnez ou non de l'argent.
    Je suis blanc, un Mundele, comme on dit ici et l'expérience de ce matin me suffit.
    Je fais demi-tour.

    Les leçons du passé n'ont aucun effet.

    L'ONU, est entrain de répéter les mêmes erreurs ici, qui ont été dénoncées ailleurs. D'autres part,
    avec les forces en présence pour garantir la sécurité des gens, je rappel ; EUPOL (Police Européenne)
    MONUC, Mission de lONU au Congo), EUFOR, PIR, (Police d'intervention Rapide), Les FAC , (Forces Armées Congolaises),
    pas une seule force d'interposition réelle n'était présente ce matin près des lieux de l'incident
    d'hier.

    A part la MONUC qui ne peut pas intervenir, les autres ou étaient - ils ?

    Je n'ose imaginer un plus grand nombre d'émeutiers.

    Resteront-ils encore au balcon comme dans tant d'autres pays ?

    C'est comme si le sang n'avait pas encore assez coulé et que quelques morts
    de plus feraient biens au tableaux. Ce matin lorsqu'ils ont voulus s'attaquer à ma voiture
    il y avait quelques spectateurs, 5 blindés de la MONUC et leurs soldats.

    150 Jeunes paralyses la ville depuis ce matin.
    C'est normal. Encore une journée de perdue.
    Cliquer sur les petites images

  • Ce matin devant le siège de la RTKM

    Pin it!

    Vers 8 heures du matin, quelques badeaux se massaient devant le siège de la TV
    qui a subi un incendie en fin d'après midi. La masse des badeaux s'est agrandie
    au fure et à mesure de l'avancement de la matinée. Beaucoup de Shegges, (enfants des rues),
    et d'autres.

    Quatre blindés légers de la MONUC. Vers 9,15 heures, çà se gâte. Les badeaux se transforment
    en manifestants hostiles aux étrangers.

    Je passait par le Rond Point Forestcom, et j'ai du foncer dans la foule qui jettait
    des pierres et qui voulait arrêter le véhicule. C'est certain, l'EUFOR, la Police, la MONUC vont
    intervenir. C'est très confiné à quelques 150 personnes pour le moment. Il est mieux d'intervenir
    rapidement et d'étouffer dans l'oeuf toute véléités suppémentaires et une amplification du phénomène.

    Excusez moi, mais je continue de penser que derrière tout çà il y a des calculs
    malsaints qui sont faits pour hatiser la haine envers les autres.

    Et je repose la question. A qui profite cette situation ?

    Photos : situation calme vers 8 heures.

  • Fermeture des magasins...

    Pin it!

    Les informations diverses faisant état du début cet après midi du désarmement des différentes milices, entre autres celle de M. JP Bemba et celle de la garde présidentielle, en dehors de FARDC (Forces de l'Armée de la République Démocratique du Congo),comme le prévoient les accords signés hier, incitent les sociétés à fermer, dont la mienne. Je prends cette mesure après avoir pris le pouls de la situation et au regard des personnes qui sont employées chez moi et qui résident dans la périférie lointaine de la ville. En cas de rupture de transports de passagers, du manque de taxis bus et de taxis, c'est l'horreur d'un retour de plusieurs heures à pieds qui les attendent.Certains grands magasins d'alimentation restent ouverts plus longtemps. Les Sociétés de comunications, Celtel, Oasis, et autres banques ont décidés de renvoyé chez eux leur personnel déjà à partir de midi pour certains d'entre eux et à 14 heures pour les autres.Le Rond Point Mandela proche de la villa assiégée ces derniers jours est quadrillé par des blindés légers de la MONUC. Il y a comme une tension qui se sent. A tord peut être, mais ne dit-ont pas, "un homme avertit en vaut deux", et plutôt que subir il est préférable de s'en tenir à queques peux de prudence.

  • Reprise des activités sur fond de ciel gris et odeur de poudre

    Pin it!

    L'activité a repris, Kinshasa s'active mais sous surveillance des forces armées, FARDC, Forces Armées Congolaises, Police, ONU, EUFO. Aux abords du théâtre des activités de ces deux derniers jours, ont peut voir des chars de la MONUC en face de VODACOM et à l'intersection Boulevard du 30 juin et de la route menant au Cercle de Kinshasa. Un cadavre est resté la, à 50 mètres de l'entrée du Cercle. Avenue de la Justice à l'intersection menant au "Petit Baobab" des blindés légers de l'EUFOR, des militaires de la garde de M. JP Bemba non loin, puisqu'on se trouve derrière la Villa assiégée. Ils se regardent, c'est même comme s'ils se surveillent. Des dizaines de personnes se servent sous les yeux de ces différentes forces. ON voit des gens, repartir avec des splits de climatisation sur la tète, des portes, des chambranles de portes, des cadres, des tables, tout se qui peut être pris dans les maisons qui ont été détruites aux abords des événements. L’odeur de la poudre à envahit la ville et pas seulement dans ce périmètre mais bien plus loin. Chacun y va de son commentaire et de son vécu durant les événements. La Pâtisserie Nouvelle est bondée, les commentaires vont bon train autour d’un café et d’un croissant chaud. Cet après midi devrait commencer le désarment des milices y compris des forces proches de JP Bemba. Ambiance de nouveau pas très nette et tendue. Les différents magasins et bureaux d’affaires devraient stopper les activités dès 13, 14 heures.Photos . immeuble Vodacom saccagé, Chars de l'ONU.

  • Les troupes de JP Bemba ont quittés Maluku

    Pin it!

    Les infos se bousculent sur mon téléphone, par sms et appels de partout. Les militaires bloquent les personnes qui veulent aller en ville à partir du Quartier de Matonge et de la place Victoire, le carrefour le plus important de la ville de Kinshasa. D'autres parts, les troupes de militaires attachées à M. JP Bemba font mouvement vers Kinshasa depuis hier, ils ont quittés Maluku, commune au Nord-Est ce Kinshasa et base des troupes attachées au Vice-Président sortant M. JP Bemba. A Masina, commune proche de l'aéroport de N'Djili, des tirs sont entendus mais sans localisation exacte. "lorsque les militaires passent dans les rues ils tirent" me dit un de mes contact. Je reste en contact avec les membres de la pyramide de sécurité et nous attendons d'en savoir plus. La nuit, des tirs ont commencés du côté du Palais de Marbre et Binza Ozone vers 4,30 heures du matin.Dans pareil cas que devez vous faire ? C'est ce que disent les lecteurs et ceux qui m'appellent. Les consignes de sécurité sont claires, rester dans sa maison, écouter la fréquence 98.8 FM. Si les choses tournent mals et que des évacuations sont nécessaires, il faudrait tenir 48 heures confiné à la maison. Exemple, hier, pour les amis qui étaient pris en tenaille en plein centre des combats au Cercle de Kinshasa, c'était, repli de tous dans le bâtiment fermer les portes et fenêtres et attendre. Le self-contrôl est prédominant pour pouvoir analyser et prendre les bonnes décisions au bon moment. Mais ceci n'est que la pire de situations que nous ne souhaitons aucun de vivre.

  • Ils sont chez eux.

    Pin it!

    Enfin des nouvelles, il est 22 heures, le téléphone sonne, "nous sommes à la maison, ce sont les militaires tunisiens de la MONUC qui nous ont raccompagnés". Les amis qui étaient bloqués au Cercle de Kinshasa sont chez eux, environ 30 personnes adultes et enfants. L'EUFOR aurait pris position à cet endroit afin de sécuriser d'avantage le périmètre. 22,10 heures, autre coup de fil, "les tirs ont repris, est-ce que vos amis sont toujours la ou non " ? Je donne les infos que je possède et je reprends le fil de ma rédaction. Rien de certain donc. Mardi ne s'annonce pas être très différent. L'EUFOR tente pourtant de faire prendre conscience aux uns et aux autres que la force déployée n'est pas au Congo pour faire de la figuration mais bien pour assurer coute que coute le processus entamé qui devrait mené vers l'élection au second tour du futur Président de la République Démocratique du Congo. Pourtant, les événements de ces dernières heures ne laissent pas pointer un optilisme béat quant à cet objectif, c'est comme si quelque chose devait se passer avant le 29 octobre 2006. Kinshasa fait la fière, elle ne se laisse pas conquérir comme la première venue. Il faut la séduire, la convaincre, l'amadouer. Kin-la-Belle, se rappelle au bon souvenir de tous et fait rejaillir sa réputation de difficile et d'exigente. A quel prix ? Je lisait ce matin, "grande victoire pour la démoctaie" etc. oui, 70 % des inscrits ont votés mais force est de constater que la démocratie est encore à gagner.

  • 21 août 2006, il est 21 heures à Kinshasa

    Pin it!

    Je viens d'avoir des nouvelles des amis qui sont bloqués au Cercle de Kinshasa. Les soldats de l'EUFOR, Force Européenne, viennent d'arriver auprès d'eux. Les choses se sont acalmées mais j'attends le rapport de ce qui s'est dit entre les militaires européens et les amis bloqués à cet endroit. Les blindés de l'armées ont remontés le boulevard vers Kintambo Magasin vers 19 heures, certainement, pour regagner soit, le camp Tshatshi soit, le camp Luano. Pas d'autres nouvelles pour le moment, sinon, qu'après l'acalmie de 18,30 heures, des tirs ont repris vers 19,30 au Rond Point Mandela, intersection entre le Boulevard du 30 juin et le Boulevard du 24 novembre qui mène vers Lingwala et Bandale. Un autre contact me fait savoir que çà chauffe toujours entre ce point et les bâtiments de l'INSS. J'attends des nouvelles des amis. Il y a déjà plusieurs rumeurs qui circulent. "tentative de prendre M. JP Bemba et de le faire prisonnier", "attaque des gardes présidentielles et interposition des FAC, Forces Armées Congolaise". Ce qui est certain c'est que les ambassadeurs des USA, Belgique, de l'ONU, de la France étaient dans les bureaux de M. JP Bemba au moment de l'attaque qui s'est déclanchée vers 16 heures. Que se passe t'il ? quels sont les motivations de cette attaque ? Quel avenir pour demain au congo ? Est-ce la peur du retour à des pratiques d'autrefois? Est-ce que les problèmes de congolanité ont exacerbés certains des bélligérants ? La campagne s'est déroullée sur fond de xhénophobie et de racisme larvé. M. JP Bemba à la Coure Pénale Internationale (CPI) à sa poursuite, est-ce qu'il y a un lien de cause à effets ? Autant de questions qui restent sans réponses mais que se posent la population, et que seuls les jours et les heures à venir nous révélerons.

  • Attente des résultats et moments de tensions en tout genre

    Pin it!

    Selon des chiffres radiodifusés sur des radios locales mais encore très partiels, le Président sortant, M. Joseph Kabila est crédité de plus de 55 % des votes dans plusieurs régions du pays (sur base de moins de 30 % des dépouillements). M. JP Bemba viendrait ensuite avec moins de 30 %. Sont troisème et quatrème, Messieurs Pay Pay ex Gouverneur de la Banque Centrale du Congo et Kashala, Médecin, avec tout deux moins de 3 % des votes. Petit rappel, pour être élu au premier tour, il faut réunir plus de 50 % des votes sur l'ensemble du territoire. Un candidat semble se déttacher et aller vers cet objectif pour éviter un second tour. Et les commentaires d'aller bon train et dans tout les sens. C'est comme au café du commerce, tout le monde y va de sa petite version, de la rumeur qui est, semble t'il la bonne. Des agents de sécurité de certaines agences privées de protections parlent à voix assez haute dans un endroit public de restauration, pour qu'ont les entendent. Ce qu'ils se disent, "les cibles, la CEI en premier (Commission Electorale Indépendante), les Ambassades européennes et surtout belges, françaises, les expatriés isolés et les gens de l'est" (qui ont votés massivement pour le Président sortant)... "Nous avons des hommes pour protéger d'abord les ambassade..."La presse de cette semaine n'y allait pas de mains mortes non plus, dans ses manchettes, en "Une", on pouvait lire, "L'Union Européenne prépare le massacre des congolais", "Complot d'assassinat contre JP Bemba" etc... Le 20 août des résultats encore partiels mais reflétant la tendance du pays tout entier doivent être publiés par la CEI. Kinshasa n'a pas voté comme le reste du pays, M. JP Bemba y remporeraient les suffrages de plus de 60 %, et celà laisse à d'aucun, le loisir de spéculer sur ce qui pourrait se passer dans la capitale du pays à la suite de la communication officielle. Des mécontents voudraient alors s'en prendre à ceux qui sont identifiés comme étant, ceux qui ont manigancés la victoire plus que probable au vu des chiffres, de M. Joseph Kabila. Will see ! On verra. C'est comme si un cataclisme se préparait. La vie continue pourtant pour ceux qui n'ont ni les moyens, ni le temps de pronostiquer, les commerçants font leur commerce, les taxis transportent leurs clients, les shegges (enfants des rues) vendent ce qu'ils peuvents, les pauvres dans les cités sont toujours aussi pauvres, L'EUFOR (Forces européennes), la MONUC (Mission onusienne au Congo) patrouillent en blindés, jeeps avec fusils mitrailleurs, la vie continue. On the road again, in Kinshasa.