film

  • Regarde avec tes oreilles !

    Pin it!

     

    Sébastien Maitre sur TV5 en interview à propos de la BD réalisée avec Kash, dessinateur de bandes dessinées congolais vivant à Kinshasa. 

    Mbote Kinshasa, Samuel, ses chaussures trouées, papa sans le sous, devant la réalité , "Ecole Te" et la nécessité de se débrouiller. 

     

    https://youtu.be/7a-aCXGtFd4

     

     

     

      

     

    Dessin : Kash

    Scénario :
    MAITRE Sébastien

    Pages : 56
    Cartonné, couleurs
    Prix : 14 €
    Collection : Hors champ

    EAN : 9782849532683
    ISBN : 978-2-84953-268-3
    NUART : 3142755

     

    Lire la suite

  • Un coup de Coeur : Open Season

    Pin it!

    Open Season_Josef salvat.jpgBon Vendredi à toutes et tous,

    J'ai envie de partager ce coup de Coeur. 

    Lire la suite

  • Indigènes bien plus qu'un film...

    Pin it!

    Malheureusement, je ne suis pas en Europe et je ne le verrai
    donc pas à sa sortie dans les salles obscures.
    De ces salles c'est la lumière et le réveil qui jailli.
    Le Réveil des consciences et celui de la justice. Liberté, Egalité, Fraternité.
    La sortie coïncide, non, provoque, la revalorisation de la solde des anciens
    combattants des colonies françaises.

    A chaque débat sur le film, nous en apprenons de plus en plus.
    De quoi remuer les gens de la génération de l'après guerre
    et les autres.

    Je pense entre autres, aux 2ème générations d'immigrés et à leurs enfants.
    Je ne suis pas francçais, mais la France est dans mon coeur.
    J'y ais vécu, et je suis proche de ce qui se passe.
    c'est ma culture, Molière, Racine, Hugo, Ferré, Bruel ou Godman,
    font partie de ma vie d'homme.
    Ne sommes nous pas des citoyens du monde ? La suite va venir.
    Avec son train d'atrocités commises au nom de quoi, on se le
    demande encore. Jamel Debbouze peux en iriter quelques un(e)s lors de ses
    sketchs mais ici, il est encore plus vrai, plus crédible parce qu'il
    croit en cette cause.Celà va permettre aussi de remettre les pendules
    à l'heure avec le rappel de l'étymologie du mot lui même "INDIGENES".

    J'ai 52 ans, et rappelez-vous, lorsqu'on nous parlaient des "indigènes",
    il s'agissait dans la têtes des gens, de sauvages vivants dans des
    pays lointains, en Afrique du Nord ou Noire. Des indiens dans les
    films de cow-boys et des peaux rouges.

    "Indigène, ORIGINAIRE, du pays ou il vit".

    Voilà. Cela vaut pour les hommes, pour les plantes, pour les animaux
    et les productions indigènes. Et puis les "indigènes recrutés dans les colonies
    pour combattre auprès pour la mère patrie. De la, cet amalgame et ce
    dérivé du mot. Les indigènes pour beaucoups (hélas encore maintenant) sont ceux
    d'ailleurs, les autres, mais pas nous.

    Alors, oui rien que pour ces raisons différentes, et à mon avis,
    Indigènes est bien plus qu'un film. Allez le voir et parlez moi de lui.