gouvernement congolais

  • D'un bout à l'autre ...

    Pin it!

    Gizenga I, s'est réuni pour la première fois à Kinshasa.
    les commentaires vont encore bon train, mais après tout
    c'est le travail et les réalisations qui comptent.

    Le monde économique du pays attend beaucoup du Gouvernement.
    les conditions dans lesquelles pourront se développer de
    nouveaux investissements, le dialogue avec les entreprises
    qui ont traversé le désert sans jamais renoncer, la mise
    en route des trois P, (PPP, Participation Publique Privé),
    on ne parle pas ici de privatisation des secteurs, mais de
    prises de participations du privé dans le publique), mais
    aussi, la façon d'aborder le secteur de l'économie informelle,
    (qui représente plus de 80% de l'économie),sont très attendues.

    Les attentes de la populations sont très grandes, en fait,
    et la tâche immense.

    Nous avons tout !Des institutions qui se mettent en place, des ressources,
    de l'ingéniosité, des partenaires internationaux qui y croient,
    et une volonté politique affichée de rompre avec les vieux
    démons, la corruption entre autres, et une justice qui
    garanti les droits de tous, économiques et individuels.

    Du Nord, de France plus exactement, on a pu entendre, hier,
    un discours différent, un discours rassembleur autour du
    µsocial et de l'économique. Hier, Ségolène Royal dévoilait
    son programme Présidentiel.

    Différent, dans ce qu'il est un discours de resspect des
    des autres et de tolérance. Différent, dans sa volonté de
    rompre avec les vieux démons que sont entre autres, l'immobilisme,
    et le non respect des promesses tenues, vers tout les français.

    On la disait vide, presque à la dérive, prête de l'abandon,
    ce n'est pas ce que nous avons pus voir et entendre hier.

    Le discours vers les jeunes et l'Afrique, notamment, sont
    un mélange subtile de main tendue et de mise en demeure de
    respecter le pacte proposé, sur base des droits et devoirs
    de chancuns.

    Ségolène Royale à la Présidence, pourrait vouloir dire, que
    la France ferait son examen de consciences tout au moins,
    vis-à-vis, du Génocide Rwandais. C'est ce qui transparrait
    dans sa manière d'aborder le sujet.

    On la disait aussi, mauvaise oratrice.

    Au moment, oû les loups, de la xénophobie, du racisme, du
    refu de l'autre, l' étranger ou le sans emploi, rentrent au pays
    de Voltaire, je ne l'ais pas trouvé si mauvaise que çà.

    d'un bout à l'autre de la planète, "il n'est de pire sourd,
    que celui que ne veut pas entendre..."

    Ségolène Royale_12 février 07

    gizenga_primature