kabila

  • R.D.C. : Le P.S. muet, André Flahaut joint sa voix à celle de Didier Reynders...

    Pin it!

    Crédit Photo :

    Site du PS (Flickr) André Flahaut lors de "Conférence Débat Belgique - Congo" 

     

    Il est bien difficile d'obtenir une position du parti Socialiste en Belgique sur la situation qui prévaut en République Démocratique du Congo? 

    En tant que Socialiste, je ne comprends pas très bien ce quasi mutisme du Bureau du Parti.

    En fouillant l'actualité, des sites web, des journaux, il y a tout de même une voix ou l'autre qui se prononce et qui donne son avis.  

    Lire la suite

  • RDC : Une nouvelle date pour les élections à condition de .....

    Pin it!

    Crédit Photo : © JOHN THYS - BELGAIMAGE

     

    Balais diplomatique, condamnations, demandes d'enquêtes et APPELS au calme 

    Depuis les événements tragiques de ces derniers jours, la RDC retient l'attention toute particulière des chancelleries du Monde et en particulier des pays qui depuis toujours avec la Belgique en tête, ont tenus des affaires très proches avec le Congo. 

     

     

    Lire la suite

  • Réflexions autour d’un Coquelicot

    Pin it!

    Bruxelles, Paris, Texas, le rouge est mis et pas que dans les près d été. Meme maussade. Des vitres qui pleurent des larmes de pluie et de sang chaque semaine. L’une après l’autre les grandes villes et les capitales écrivent des plages de notre histoires commune, des plus terribles de ce début de siècle.

     

    Crédit Photo : @DanyMasson (à mentionné si utilisé)

     

    Lire la suite

  • La Musique Pour Mémoire : Manuscrit complet

    Pin it!

    Alors que le soleil se couche sur le Fleuve au dessus du  Pool. Qu’il n’est ni tard, ni tôt. Alors que les paons chantent leur symphonie avant et en s’envolant  dans les arbres qui les abritent, mais aussi,  l’art des artistes, sculpteurs, peintres, potiers, céramistes qui viennent ici, dans ce havre de Paix au milieu de la ville, se ressourcer, méditer, élever leur esprit à l’œuvre qu’ils veulent modeler, peindre, tailler.

     

    Alors que les restaurants de la ville se remplissent de vie. Les fourneaux pré chauffés à blanc, les plats préparés pour la cuisson attendent le coup de feu.

     

    Dans quelques minutes, le ballet des gens de salles commencera. Les vas et viens entre les tables et les cuisines  reprendra comme à l’habitude. Ici, ou ailleurs, dans cette ville, ou dans une autre, il en est de même. Au centre de l’Afrique, au bords des rives du fleuve Congo. En bord de Meuse ou à l’embouchure de l’Escaut. Entre les gratte-ciels de San – Francisco, ou à la sortie d’une usine ou du Conservatoire  de Saint – Petersburg, dans un quartier populaire de Paris ou dans une des rues de l’île Saint-Louis. Partout, même sur un sampan flottant sur  les eaux du Yang Sée Qiang. A la lumière couchante, les tables se font l’endroit de rencontre. L’endroit du repos et des rites. Rituel humain. Rites sociaux.

     

     

    ....... voir la suite dans le PDF associé 

     

    Laissez des commentaires svp.... 

    Si vous aimez, n'aimez pas,

    ce que vous pensez,

    sans pudeur, sans retenue, ... 

    Lire la suite

  • Things We Said Today The Beatles

    Pin it!

    La Musique pour

    Mémoire

     

    Tout droit(s) réservé(s) ©DanyMasson

    Crédit Photo(s) : @DanyMasson / Fanny Trop Loin (Things We Said Today)

    Lire la suite

  • Alors on danse ! : Stromae.

    Pin it!

    La Musique pour

    Mémoire

     

    Tout droit(s) réservé(s) ©DanyMasson

    Crédit Photo : @DanyMasson / Alors On Danse (Ibiza Bar Kin)

    Lire la suite

  • L’Ennemi dans la Glace : Pray for Paris

    Pin it!

    L’Ennemi dans la Glace :

    dehors je croise des Etrangers

    des ombres qui marchent dans le noir

    ce n'est pas d'eux que vient le danger

    mais je reconnais chaque soir

    mon pire ennemi dans ce miroir

     

    Reprendre les paroles d’une très belle chanson d’Alain Chamfort, « L’ennemi dans la Glace », pour répéter qu’en ces temps d’attaques terroristes, d’incertitudes, d’effroi et de stupeur.

     

    Nous sommes peut être notre pire ennemi ?

     

    Crédit Photo : @DanyMasson : Help  

    Lire la suite

  • Un dimanche presque comme les autres

    Pin it!

    Il est des jours ainsi qui éclairent la semaine finissante entre

    celle-ci et celle qui s'annonce le commencement d'une autre. 

    Jour entre deux. Jour entre nous.  Nos pensées  à Gégé  qui

    fête son anniversaire. Un message laissé sur Facebook. 

     

    Des jours pour dire , que demain , il fera beau ! 

     

     

    Lire la suite

  • Incertitudes : Quand R.D.C. rime avec Danger(s)

    Pin it!

    Avis, 

    Cette note part dans tout les sens, peut être parce que l'auteur n'a pas les idées suffisamment claires, qu'il ne sait pas exprimer ce qu'il ressent, et peut être aussi, parce que la situation est tellement fouillée, complexe, manipulée, tendancieuse, qu'il est difficile en une note de tenir un fil rouge. Si ce n'est  celui de  la pacification. Celui du dialogue. Celui de l'abandon des haines ethniques, tribales ou nationales. Revenir à l'essentiel. 

     

    Le cadre actuel, rappel de faits récents 

    Déliquescence : de la Majorité Présidentielle (M.P.), des dissidents regroupés sous la Plate - Forme   "G7" , l'UDPS, (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) de Monsieur Etienne Tshisekedi, enregistre à partir de Bruxelles des décisions de destitution du Président Historique et Charismatique de l'UDPS. Le Parti contre attaque. Il y a cinq semaines une lettre de Bruxelles, à nouveau, mais cette fois du Président. rdc,kinshsa,kivu,kamerhe,kobler,katumbi,kabila,tshisekedi,udps,mp,pprd,katanga,onu,monusco,commissaire,province,kamitatu,ceni,ngoy mulunda,démocratie,démission,défection,trublions,g7,congoUne lettre qui  exclu  certains "trublions" du parti. Chaque semaine amène son lot d'incertitudes quant à la tenue d'élections démocratiques sans heurts et malheurs pour les populations. Monsieur Moïse Katumbi a lui aussi de fait sécession avec le P.P.R.D. (Parti de la Majorité). Chaque jour amène sa nouvelle sensationnelle. Chaque jour, c'est comme si on voulait faire monter la fièvre dans les rues du Pays. 

    Plus que jamais, ou une fois de plus, la R.D.C. est à un des tournants important de son histoire.  

     

    Crédit Photo : @DanyMasson2011 Raïs_Un_Tournant / Mat. iPhone

    Lire la suite

  • En Quatre Langues, A Quatre Voix

    Pin it!

    Exclusif, le groupe KINPHONIK de Kinshasa vient de sortir sa

    version en Quatre Langues et a Quatre Voix de l'Hymne de la

    R.D.C. "Debout Congolais". 

     

    C'est une première et vous pouvez l'écouter via ces liens ci -

    dessous, sur Facebook sur le Drapeau  ou via Soudcloud d'un

    clic ICI 

     

    Debout congolais, Hymne, RDC,

     

     

     

     

     

    Vous aimez ? Dites le. Partagez, sinon donnez votre impression

    positif ou négatif. Qu'en pensez vous ? 

     

    Pour vous aussi voici le texte intégral en français. Texte écrit par 

    le Révérend Père Simon-Pierre Boka, composition Joseph Lutumba

     

    Debout Congolais,
    Unis par le sort
    Unis dans l'effort pour l'indépendance.
    Dressons nos fronts, longtemps courbés
    Et pour de bon prenons le plus bel élan,
    Dans la paix

    Ô peuple ardent
    Par le labeur
    Nous bâtirons un pays plus beau qu'avant
    Dans la paix

    Citoyens
    Entonnez l'hymne sacré de votre solidarité
    Fièrement
    Saluez l'emblème d'or de votre souveraineté

    Don béni, Congo !
    Des aïeux, Congo !
    Ô pays, Congo !
    Bien aimé, Congo !

    Nous peuplerons ton sol
    et nous assurerons ta grandeur

    Trente juin, ô doux soleil
    Trente juin, du trente juin
    Jour sacré, soit le témoin,
    Jour sacré, de l'immortel
    Serment de liberté
    Que nous léguons
    À notre postérité
    Pour toujours

     

    Pour la "Petite" et la "Grande Histoire" de la R.D.C. 

     

    Cet hymne été validé en 1960 lors de l'Indépendance de l'

    Indépendance. Il fut remplacé par "La Zaïroise" en 1971, 

    aussi écrite par Boka.

     

    C'est en 1997, que "Debout Congolais" redevient l'Hymne

    Nationale du Pays. 

     

     

    Belle et Bonne Journée, Belle(s) et Bonne(s) Lecture(s), 

    Aussi !

     

     

     

  • Un Plan "Marshall" pour la R.D.C. et l'Afrique Centrale

    Pin it!

    Plaidoyer, pour "Un Plan Marshall pour la R.D.C." qui peut être la seule porte de sortie pour consolider la Démocratie africaine, diminuer le chômage, aller vers le développement durable, avec une éducation en point de mire, des infrastructures routières, ferroviaires, aéréo portuaires modernes, des entreprises qui produisent en amont et en aval de ce qui existe aujourd'hui. Production des intrants nécessaires à l'industrie Agro Alimentaire, (engrais, semences..), construction des barrages de Inga 3 et 4, transformation des minerais en produits semis finis et finis. 

    Le débat actuel qui prévaut en ce moment et qui coute des vies, en République Démocratique du Congo, les manifestations de cette dernière semaine, le déficit de l'action du Président Joseph Kabila, ou jugé comme tel par l'opposition et par la population, ne peuvent occulter la problématique de développement durable en Afrique Centrale et en particulier en République Démocratique du Congo.

    Sans polémique aucune, certains s'émeuvent du coût engendré par un recensement éventuel et de plus non planifié. Un coût évalué à plus de 400 millions de dollars selon certains. Il y a moyen de faire bien et moins cher, mais çà c'est une autre histoire. Si je le mentionne, c'est parce que j'ai été appelé, à un moment donné à faire une proposition de travail de recensement, justement,  en 2010, et que j'y ai présenté une méthode, des moyens nécessaire, humains, technologiques, un calendrier. 

    Avec ou sans le président actuel ....

    Avec ou sans le président actuel, les ressources budgétaires de la R.D.C. ne permettent pas d'aller vers un Développement Durable et comme certains l'ont annoncés,  vers l'émergence du pays. Le poids de l'impôt repose sur à peine dans le domaine industriel 109 entreprises de production pour l'ensemble de ce pays qui a compté en 1982, au moment du déclin du Zaïre  et 10 années avant les pillages qui restent dans toutes les mémoires. Le pays comptait donc à cette époque, 1782 entreprises sur l'ensemble du pays. Contre 109 à ce jour. 

    A part le secteur minier qui se porte plus ou moins bien, ce n'est pas évident non plus, que reste - il ? Parce qu'il faut des moyens financiers pour investir et moderniser, les Infrastructures (Multimodales, chemins de fer, ports,), les Hôpitaux, l'Education, la production agro-alimentaire, et l'industrie, pour ne citer que ceux -ci.

    Un patron et industriel Polonais me disait au mois de décembre 2014, "avant que je ne puisse intervenir dans ce pays avec notre haute technologie pour les Chemins de Fer et l'entretien des machines, nous serons si tout va bien en 2018, 2020. Que font ils donc ?"

    Le projet Multimodale qui est évalué à 645 millions de dollars, et qui a débuté en 2009, à seulement vu à ce jour décaisser 245 millions. Soit le tiers du projet et nous sommes à deux années du terme de ce dernier. 

    A titre d'exemple, les pays émergents actuels, les pays qui voient leur taux de croissance augmenter et quelquefois s'affichent à deux chiffres, ont bien entendu planifier à court, moyen et long terme leur progression, mais,  ils ont bénéficié d'investissements dans le domaine de la production et la création d'entreprises de production. Pour rappel, les délocalisations des outils de productions de l'Europe Occidentale, vers l'Asie, la Chine, Taiwan. Des investissements de capitaux et d'entreprises d'Europe et du monde dans de nouvelles unités de productions au Brésil, je pense à Prayon - Rupel qui produit son NPK et y a développé en amont des plantations, la production d'intrants nécessaires à des productions intensives d'auto suffisance alimentaire d'abord, et ensuite pour l'exportation.

    Pourquoi un Plan Marshall ? Je ne vais pas rappeler, l'aide à la reconstruction de l'Europe de l'après  guerre 39 - 45, par les Etats - Unis, le Plan Marshall. Il fallait relancer la machine économique américaine, avoir un marché captif, l'Europe,  faire face au Communisme, faire face à une extrême pauvreté et créer des emplois. Il fallait relancer la machine. 

    Après la seconde guerre mondiale, le coût du Plan Marshall est évalué pour 16 pays, à 230 MILLIARDS de Dollars Américains. 

    Revenons en République Démocratique du Congo, et c'est bien de dire comme çà en terme d'annonce, que, je cite, "Ce grand pays continent ....et tralala et tralala.... " Encore faut - il dépasser ce clicher et le matérialiser dans l'information et le conscient de ceux qui reçoivent l'info.  Parce que, qu'est ce que çà veut dire "Pays continent" ? 

    Simplement rappeler, que la R.D.C. c'est 6 fois la France, plus de 80 fois la Belgique, que sa superficie est

    de 2 345 409 Km carrés. 

    Graphique : Bénélux + 7 autres pays européens 

    plan marshall,terres,fertile,fertilité,terres arables,chine,océan indien,océan atlantique,kabila,monshengwo.

    A l'inverse, la densité de la population est très faible puisque la R.D.C. ne compte (ce sont les derniers chiffres utilisés) que 62 millions d'habitants. Peut être 77 millions dont 1/7 se trouve dans la seule Région de Kinshasa, ville et Province. Sans recensement précis on évalue la ville à plus ou moins 8 millions d'habitants et 2 millions dans les faubourgs qui vont de la frontière avec le Bas Congo, à celle du Bandundu. Dont un centre extrêmement populeux, que l'on surnomme la "Chine kinoise" qui se situe entre Masina et N'Djili. 

    Il est très difficile à ce jour de définir et de dire, combien d'habitants compte le Congo, l'estimation de base est un nombre de plus ou moins  30 habitants par Km2.

    A titre de comparaison, le Belgique 349 Hb / Km2 et la France Métropolitaine 112 Hab/ Km2, le Rwanda voisin est à 320 habt / Km avec une superficie 90 fois plus petite. 

    Un vrai manque et pourtant

    Un vrai manque et pourtant dans cette région de l'Afrique à peu près 200 millions d'Ha de terres arables sur 445,6 millions d'Ha disponibles dans le Monde 

    L'Afrique et la RDC en particulier manquent de cette "Générosité Intéressée", de cette aide formelle, planifiée, orchestrée par les Nations et les pays qui reçoivent les fonds. 

    L'appel à un tel "Plan" ne constitue pas suffisamment un préalable sans les discutions de relances et de développement de l'Afrique.

    L'argent versé par les Coopérations diverses, par les bailleurs de fonds, les plans et re-plans, l'argent qui vient de l'Etranger, (Solidarité, Charité, ONG, Humanitaire, ..), se perd dans les eaux, les forêts, et sur les comptes en banques du fait de la corruption à grande échelle, qu'elle soit du Sud ou du Nord, de l'arbitraire de la distribution, de l'absence d'infrastructures nécessaires, et le poids des traditions, qui ont bon dos, elles aussi.

    L'Afrique s'essouffle, le Nord aussi 

    A défaut de prendre des mesures responsables et d'investir en Afrique et en R.D.C en particulier, que çà soit avec les équipes actuelles, ou avec d'autres personnes, ils ne peuvent que saupoudrer, mettre un plâtre sur une jambe de bois, négocier au mieux et jouer avec les antagonismes Géo-Politiques pour s'en sortir tant bien que mal. C'est entre autres, ce qu'à fait la RDC avec la Chine, les Cinq Chantiers et le reste du monde. Mais le résultat est là. Sans cette audace, où serait le pays actuellement ? 

    Si nous regardons du côté de l'Afrique du Nord, le Projet PARAN, prévu sur une durée d'investissements de 10 années à hauteur de 100 milliards d'Euro, environ à ce jour, 120 milliards de dollars US, pour une population de 167 millions d'habitants pour les  pays que sont la,  Tunisie, l' Egypte, le  Maroc, l' Algérie et la Libye. Ses prévisions, jeter un pont entre les pays du Maghreb et l'Occident, et réaliser en dix années un Chiffre d'Affaires de plus de  800 milliards d'euro en Cinq ans. 

     

    RDC Afrique Sub Saharienne: Un espace vierge économique engendre un espace aux multiples dangers

    Les tentatives d'immigration, les foyers de guerres, des pauvres de plus en plus pauvres, la création d'espaces nouveaux pour les apprentis terroristes, a ce propos, on parle depuis un an et demi maintenant de groupe Islamistes dans l'Est du Congo (tout nouveau), ceci dans la foulée des événements de Bangui. 

    Continuer de dire que l'on veut le Développement Durable et, en même temps, ne rien faire de concret à très grande échelle pour créer de nouveaux espaces de production en Afrique et en RDC en particulier est tout simplement du niveau des conversations au Café du Commerce entre potes. 

    La R.D.C. regorge de richesses, humaines et dans ses sous - sols. Tout le monde se sert comme dans un Hyper Marché. Se sert, rempli son sac et donne un pourboire au caissier, sort sans payer la facture. Pillage interne, pillage externe.

     

    Un Plan "Marshall" ou autre mais qui reprend les mêmes objectifs à atteindre, les mêmes indicateurs de résultats, les mêmes critères adaptés au pays, à la situation qui prévaut actuellement. Ce n'est pas une UTOPIE, c'est une nécessité, un devoir. 

    Afrique Terre fertile, et mère du monde... 

    Cette région, qui va de l'Océan Atlantique à l'Océan Indien, est une des dernières zones agraires à développer. Une zone fertile qui alimentera une grande partie du monde. La chine ne s'y trompe pas. Elle est présente et bien présente sur cette langue de territoires de l'Afrique Centrale Sub Saharienne. Les besoins en intrants pour nourrir les populations, l'amidon, les céréales, sans parler d'autres matières précieuses, l'électricité. Il suffit de suivre le court des céréales dans le monde pour se rendre compte qu'il faut d'autres terres, d'autres espaces, sinon nous allons à la catastrophe. 

    Terres fertiles d'Afrique Centrales et Ha acquits

     

    A partir de ce pays, la R.D.C., la possibilité existe d'électrifier une grande partie de l'Afrique sur uniquement la force hydraulique. Donc, une force et une énergie qui ne coute rien, qui est naturelle et verte. Il suffit pour cela d'aller voir les projet de Inga 3 et 4 pour s'en rendre compte. a partir de cette exportation, créer un plus value pour le pays, permettre une redistribution des richesses de manière plus équitable entre toutes les couches de la population. 

     

    Acquérir des terres pour en faire du Bio carburant :  des Rien qu'en RDC, la Chine demande a acheter 1 million d'hectares et une autre Société italienne voudrait acquérir 70 000 hectares pour la plantation de paliers et produire de l'huile de palme, ces deux projets d'acquisitions ne visent pas à nourrir les populations de la RDC ou du Monde, mais à faire du Bio Carburant. 

    C'est dire si de nombreux enjeux, économiques, géo-politiques,  sont à des niveaux et des intérêts différents entrain de se dessiner.  

    Qu'attend t-on pour agir ? 

    C'est une nécessité, car, ni Kabila, ni un autre dans la situation dans laquelle se trouve le pays, ne pourra guère changer que le décor, mais le fond restera. La pauvreté grandira. L'assistanat se perpétuera et les populations des pays donateurs continueront à payer ou donner leur argent,  pour des Projets sans impact réel sur le devenir des populations, et de tout ce  sous continent. 

    Le Développement Durable c'est le travail. Des entreprises qui créent de la plus value. Des impôts prélevés normalement, la lutte contre la corruption et l'économie informelle.

    Il n'existe pas, que je sache,  dans le monde, un pays qui se soit développer sans une industrie forte et en concurrence sur le Marché mondial. Sauf, peut être trois ou quatre paradis fiscaux. Lorsque les ateliers et l'industrie belge et française ont été délocalisées en Chine, début des années "70".  Quelle était  la croissance de la Chine ? 

    Quant à la R.D.C. et à l'Afrique Centrale, c'est l'avenir du monde qui se joue la, devant nous en ce moment. 

     

    Belle et Bonne Journée, Belles et Bonnes Lectures aussi !

     

     

  • Discours du Président Yuma de la FEC... pour ses voeux 2013

    Pin it!

    Le 28 janvier 2013, le Président de la Fédération des Entreprises du Congo (F.E.C.), s'adressait à l'ensemble de la population et des corps constitués. Remise des voeux, occasion de faire un bilan. Nous épinglons ici quelques moments forts de ce discours. Un complément à cet article est à la rédaction. Il reprendra la problématique entre autres, des PME, de l'industrie en général et de l'économie informelle. ....

     

    Albert Yuma, Président de la FECAlbert Yuma, Président de la FEC. Comme vous le savez, notre pays est en proie à une guerre injustifiée qui nous est imposée dans sa partie Est. Devant les pertes en vies humaines, les indicibles souffrances endurées par nos frères et sœurs ainsi que l’héroïsme de nos forces combattantes pour que la paix règne à nouveau dans cette partie du territoire national, l’heure n’est donc pas aux discours ni aux réjouissances. Cependant, en dépit de ces épreuves et de la gravité du moment, j’ai foi en l’avenir. Oui, j’ai foi en l’avenir de la RDC sous le leadership de Son Excellence Monsieur Joseph KABILA, Président de la République... .... Plusieurs personnes qui nous étaient chères ont été arrachées à notre affection en 2012. Je pense d’abord, avec un énorme pincement au cœur à mon frère et meilleur ami, Augustin KATUMBA MWANKE. Sa disparition a été une perte inestimable pour notre pays et aujourd’hui encore les congolais s’en rendent amèrement compte. Je pense aussi particulièrement à notre regretté Administrateur Délégué, feu Jean KALALA MUKONGO, aux opérateurs économiques de notre pays lâchement assassinés à l’Est et aux nombreux membres de notre Fédération qui sont décédés l’année passée...

    Il retrace ensuite les faits saillants de l'année 2012...

    Ainsi, notre propos de ce jour sera centré autour de quatre axes principaux suivants :

     l’analyse de la situation socio-économique de la RDC en 2012 ;

    l’état de nos relations avec le Gouvernement et nos principaux partenaires ;

     un rapide survol des principales activités de notre Fédération et enfin

     quelques perspectives pour cette année 2013.

    Les données de la Banque Centrale du Congo de fin décembre 2012 indiquent que le cadrage macroéconomique tel que prévu dans le Programme Economique du Gouvernement pour l’année 2012 a été réalisé voire parfois dépassé. En effet : le taux de croissance du PIB a été de 7,2% alors que les prévisions l’estimaient à 6%. Pour rappel, ce taux a été de 7% en 2011 ; l’inflation s’est située à 2,73% c’est-à-dire bien en dessous de la projection initiale de 9,9%. Ce taux a été de 15,4% en 2011 ; le taux moyen de change s’est fixé à 918,18 francs congolais par rapport au dollar américain alors qu’il était de 910.64 fin 2011 ; le niveau des réserves de change de la Banque Centrale a atteint 1,68 milliard de dollars, fin décembre 2012, soit 9,4 semaines d’importations des biens et services ....

    Un bémol ....

    Cependant, comme nous ne cessons de le faire remarquer, cette croissance économique n’est soutenue que par l’industrie extractive, le bâtiment, les travaux publics et les télécommunications; secteurs dominés par des capitaux étrangers et ne valorisant pas l’industrie manufacturière locale et la formation d’une classe moyenne congolaise, vecteurs les plus puissants pour créer et diffuser une valeur ajoutée locale....

    Le Climat des Affaires : Le Président de la FEC poursuit -,

    A ce sujet, nous ne pouvons nous empêcher d’épingler l’augmentation des prix de certains produits de base et de la pression fiscale consécutive respectivement à l’entrée en vigueur de la TVA et à l’augmentation des droits d’accises. Et que l’on me comprenne bien, nous le disons, non par esprit de contradiction mais par la volonté réelle de chercher ensemble avec le Gouvernement une solution pour le pouvoir d’achat et donc le bien-être de nos populations qui sont nos clients sans lesquels nos affaires ne peuvent prospérer, et en conséquence, pas non plus les recettes de l’Etat pour réaliser ses actions de développement économique et social. Nous avions prédit cette situation et proposé des pistes de solution mais, notre voix n’avait pas été entendue. Nous y reviendrons car je sais heureusement qu’aujourd’hui le Gouvernement a couvert la porte au dialogue avec la FEC. Pour clore ce chapitre, revenons un peu sur les efforts pour l’amélioration du climat des affaires, pour déplorer le fait que l’élan positif pris en 2011 avec la prise d’au moins dix mesures, se soit estompé en 2012. En effet, deux mesures seulement ont été prises l’année dernière relatives notamment au dépôt des instruments de ratification du traité OHADA et à l’institution du guichet unique pour la création des entreprises.

    La FEC avait mis beaucoup d’espoir dans le travail du Comité pour l’amélioration du climat des affaires, dont elle attend plus de fermeté dans le suivi de l’application de mesures sur le terrain par les administrations concernées. En tout état de cause, beaucoup de choses restent encore à faire. Nous pensons notamment à la création de la centrale des risques, aux réformes indispensables dans le domaine foncier et de l’urbanisme, à la simplification des procédures de paiement de l’impôt etc....

    A ce sujet, nous exhortons le Gouvernement à poursuivre la mise en œuvre des mesures figurant dans sa feuille de route. L’année passée, le pays a perdu 4 places dans le rapport Doing Business chutant de la 176 à la 181ème place sur 185 pays. Ces chiffres ne font pas plaisir à la FEC et elle ne les utilise pas pour stigmatiser le Gouvernement.

    Nous sommes les premiers pénalisés par les pertes de partenaires, investisseurs potentiels et par de plus grandes difficultés d’accès aux financements bancaires.

    Le Gouvernement et la FEC doivent mener ensemble le combat pour l’amélioration du climat des affaires. Il y va du bien-être de nos populations.

    Et de poursuivre au sujet du partenariat accru entre la FEC et les institutions ... entre autres le Président dit ;

    Par ailleurs nous avons renforcé notre partenariat avec les autres institutions du pays notamment l’Assemblée Nationale en 2012. Au cours d’une audience que l’Honorable Président de l’Assemblée Nationale a bien voulu nous accorder, nous lui avons suggéré l’inscription à l’ordre du jour de la session de la Chambre basse du Parlement de plusieurs préoccupations de la Fédération en matière législative. Il s’agit notamment :

    1) du projet de loi fixant les règles relatives aux conditions et modalités de sauvetage de l’industrie nationale vitale en péril, déposée à l’Assemblée Nationale le 26 novembre 2009 pour examen et adoption ainsi que la prise d’une loi spécifique pour encourager la création de micro, petites et moyennes industries nationales, la promotion de la classe moyenne congolaise ainsi que de la femme entrepreneur. A ce propos, le plaidoyer de la FEC a consisté à demander le renforcement des capacités des industries locales, l’assignation des contrats programmes par des lois sectorielles, la prise des mesures incitatives, particulièrement en faveur de l’entrepreneuriat féminin et l’allègement de la fiscalité pour le PME congolaises.

    2) de la promotion de l’agriculture par l’amendement de la loi n°11/022 portant principes fondamentaux relatifs à l’agriculture, notamment en ses articles 16, 21, 82 et 84 qui ne sécurisent pas les investissements étrangers dans le secteur ;Les propositions de révision de cette loi devraient prendre en compte les impératifs d’attrait des investissements étrangers par la sécurisation des capitaux, la distinction entre les exploitations agricoles existantes et nouvelles, la réduction de la fiscalité qui frappe le secteur, car toutes les plus values sont taxées à 40%.En outre, la loi actuelle ne prévoit aucune mesure de facilitation pour les petites exploitations agricoles détenues par les opérateurs économiques congolais et crée plusieurs cadastres autonomes au lieu d’en garder un seul avec des sous secteurs intégrés. Je voudrais rappeler au Législateur que l’agriculture, plus que les mines, sera demain le facteur de développement de la RDC. Il faut donc des textes qui attirent le plus d’investisseurs car il s’agit d’investissements lourds pour des rendements à long terme.

    3) La loi sur la libéralisation du secteur des assurances dont le projet a pourtant été finalisé depuis 2005;La libéralisation des assurances offre plusieurs avantages pour le développement économique car les assureurs peuvent sécuriser les capitaux investis. Ce qui va avoir des effets d’entraînement dans tous les secteurs économiques. Le législateur a tout intérêt à examiner ce projet de loi dont les travaux d’harmonisation avaient été faits par tous les partenaires

    4) La promotion de nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC);Le secteur des télécommunications est un secteur multidimensionnel. La promotion de ce secteur permettra un meilleur développement de nouvelles technologies de l’information et de communication avec effets d’entraînement à tous les autres secteurs (médecine, éducation, mines, médias etc...). La RDC avec sa faible densité d’une ligne pour 10.000 habitants est encore loin d’atteindre l’objectif d’accès universel aux TIC qui se situe à une ligne pour 1.000 habitants. L’Etat doit renforcer son caractère de facilitateur et assouplir la fiscalité qui grève le secteur ; il est à noter que 40% du chiffre d’affaires des entreprises de télécommunications sont payés à l’Etat.

    5) La mauvaise application de la loi portant code de la navigation maritime par la mise à la chaîne des navires par le Ministère des Transports et Voies de Communication ;Il s’agit principalement de l’exigence faite par le Ministère de Transport et Voies de communication aux navires battant pavillon étranger de détenir une « Lettre de mer » délivrée par la RDC. Or la lettre de mer c’est l’identité du navire qui est délivrée par son pays d’origine. Cette tracasserie, qui entraîne des frais énormes aux armateurs, fait détourner les navires vers Pointe Noire ou d’autres ports environnants en Afrique et expose le pays à une pénurie des produits importés.Un second dossier à charge de ce Ministère, c’est le monopole qu’il vient d’accorder à AMI Congo à traiter tous les navires pétroliers en violation de la loi sur la libéralisation économique dans le secteur. Heureusement, nous espérons une issue heureuse à ce dossier dans le cadre des ateliers qui ont commencé avec le Gouvernement depuis le 24 de ce mois.

    6) La nécessité d’amender la loi portant réforme des entreprises publiques ; le moratoire de 36 mois accordé à ces dernières ayant expiré le 07 juillet 2011, il nécessite d’être prorogé jusqu’à 72 mois, faute de quoi elles seront toutes déclarées en faillite dès l’entrée en vigueur du Traité de l’OHADA ;

    7) La préparation d’un projet de loi sur le fonctionnement de la Banque Centrale du Congo afin de l’engager à la réalisation des objectifs de croissance et de financement de l’économie, en mettant l’accent sur l’émergence d’une classe moyenne congolaise, en plus de sa mission première de conduite de la politique monétaire.

    Des exemples réussis existent dans d’autres pays aujourd’hui appelés émergeants.Les avantages qu’offrirait la promulgation de cette loi vont de pair avec la libéralisation des assurances car elle offre aux banques commerciales la possibilité de mobiliser les dépôts.

    8) La révision des recommandations n°003 et 006/CAB/P/AN/EB/2010 de l’Assemblée Nationale concernant les dossiers des travailleurs licenciés à la suite des pillages de 1991 et 1993 et d’autres subséquents, la position de la FEC étant de faire respecter les procédures légales en matière de différends de travail, car les pillages ou les différentes crises qui ont émaillé l’économie congolaise, à la base des décisions des licenciements, ne relèvent pas de la responsabilité des entreprises, mais plutôt de celle de l’Etat congolais ........

    Après avoir fait le point sur d'autres relations bilatérales avec des partenaires Nationaux et Internationaux, le Président poursuit ..

    C’est l’occasion de saluer la bonne collaboration des syndicats des travailleurs qui se sont montrés disponibles à partager avec notre Fédération leurs points de vue sur les problèmes économiques et sociaux du monde du travail. C’est le cas des concertations que nous avons eues ensemble pour harmoniser nos positions à l’occasion de la tenue de la 30ème session du Conseil National du Travail qui a été consacrée essentiellement à l’examen du projet de loi portant révision du Code de sécurité sociale.

    Toutefois, la FEC a continué à déplorer l’acharnement de certains services du Ministère de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale et du Ministère de la Justice, ainsi que certains services de sécurité sur les entreprises aux fins de chercher à imposer aux employeurs des décisions sur les conflits de travail au mépris des dispositions légales et règlementaires.

    Parmi ces cas de tracasseries, nous pouvons citer le dossier des anciens travailleurs licenciés des entreprises pour cas de force majeure à la suite des pillages de 1991 et 1993 et autres dossiers subséquents. La position de notre Fédération reconfirmée auprès de toutes les autorités du pays consiste à respecter strictement les lois et règlements du pays en la matière.

    Nous ne cesserons de le répéter, l’Assemblée Nationale devrait se dessaisir de cette question dont la procédure de règlement est définie par la loi 015/2002 du 16 octobre 2002 portant Code du Travail.

    Nous espérons que l’acte posé par le Premier Ministre en juin 2012 en prenant un décret portant dissolution du Cadre Permanent de Dialogue Social (CPDS), qui s’était détourné de sa mission, constitue le retour définitif à légalité.

    ....

    2013 et croissance ; Des questions

    Par ailleurs, notre Fédération recommande qu’après l’es élections présidentielles et législatives le processus électoral aille à son terme en mettant en place toutes les autres institutions tant provinciales que nationales. Quant aux prévisions du cadre macroéconomique pour l’année 2013, les estimations de la Banque Centrale du Congo font état de ce que : la croissance économique de la RDC devrait s’accélérer pour s’établir à 8,2% cette année ; le taux d’inflation sera maintenu à un chiffre et se situera autour de 5,8% ; le taux moyen de change du franc congolais est projeté à 930,03 pour un dollar américain.

    Toutefois, l’autorité monétaire prévient que ces chiffres encourageants réclament au préalable une politique budgétaire et monétaire orthodoxe.Ici,

    Distingués Invités, je suis obligé de m’interroger sur nos statistiques comparées à celles que donnent d’autres sources, notamment le FMI encore, qui publie des statistiques où les projections de croissance des pays africains de 2011 à 2015 reprennent l’Ethiopie avec 8,1%, le Mozambique 7,7%, la Tanzanie 7,2%, le Congo Brazza 7,0%, le Ghana 7,0%, la Zambie 6,9%.

    Je me demande où se situe donc la RDC dans les projections du FMI. Conformément aux instructions du Chef de l’Etat et fidèle à sa ligne de conduite, notre Fédération se tient à la disposition du Gouvernement pour lui apporter la contribution nécessaire en vue du développement économique et social de la RDC.

    Aussi et à cette fin, la FEC met-elle la dernière main à son Livre Blanc ; document qui fait un état des lieux succinct tant sur l’environnement institutionnel et règlementaire des affaires que sur les secteurs prioritaires, relève les contraintes majeures à l’activité économique et propose des solutions pour la relance des différents secteurs d’activités économiques.

    Hommages ...

    C’est le moment maintenant pour moi de rendre hommage, mais alors un hommage vibrant, à l’homme qui symbolise à lui tout seul la FEC, la réussite dans les affaires dans le respect de l’éthique, et une contribution exemplaire au développement du pays. C’est dans le bureau de cet homme, qu’en 2005, un groupe d’administrateurs m’avait proposé la présidence de la FEC, en succession à Pascal KINDUELO. Cet homme qui est à la FEC depuis sa création en 1960, a décidé aujourd’hui de se retirer des affaires et de céder le commandement à son fils, cet homme pour qui la RDC est son seul et vrai pays, cet homme qui a mérité 100 fois la nationalité congolaise, cet homme qui a gardé la FEC debout au moment de la turbulence de l’arrivée de l’AFDL à Kinshasa, cet homme que je vous demande d’applaudir debout, Mesdames et Messieurs, cet homme, c’est WILLIAM DAMSEAUX. Mr. William Damseaux, Dirigeant de Orgaman. Mr. William Damseaux, Dirigeant de Orgaman. William, comme nous avons eu à te le dire, tu ne quitteras jamais le Comité de Direction et le Conseil d’Administration de la FEC tant que Dieu te gardera en vie. La RDC et la FEC ont besoin d’un modèle comme toi devant eux. William, si nous avons fait cette fois une cérémonie de vœux accompagné d’un diner, c’est pour te rendre à toi, devant tous tes amis du monde des affaires et du monde politique, tous les honneurs que tu mérites pour les bons et loyaux services rendus à la FEC, mais je crois surtout à la RDC. Qui sait, par exemple, que c’est toi qui es le promoteur touristique du parc de VIRUNGA dès 1963 que tu as décidé de garder comme seule activité sous ton contrôle ? Merci William, merci pour tout.

    William Damseaux, Orgaman

    Belle et bonne journée, bonnes lectures aussi.

  • On ne sait pas tout, on ne sait rien...

    Pin it!

    kinshasa,rdc,kabila,tshisekedi,peur,tension,calme,police,industrie congolaise,développement durable au congoLa rumeur, laissez parler les gens, comme dit la chanson, sauf qu'ici çà fait monter la tension. La rumeur c'est comme qui dirait, "on joue à se faire peur et ça fait monter l’adrénaline". On nous promet des lendemains qui chantent ou qui déchantent. On nous promet des jours de bonheur et des malheurs, la tension monte, c'est tout. La CENI dévoile les résultats, de part et d'autres on fête la victoire, la pluie continue de tomber, Kinshasa vit au ralenti mais elle vit. Les bars ferment tôt, les restaurants ferment tôt, les entreprises vivent au ralentit pour ne pas dire moins encore.

    La R.D.C. à un nouveau tournant ? Il faudra attendre le 6 décembre 2011 et l'annonce des résulltats quasis définitifs pour savoir enfin comment se passeront les choses. Il sera difficile aux candidats de dénoncer le déroulement du scrutin. Plus d'un démi million d'observateurs d'ici et d'ailleurs ont suivi les déroulement des votes. Ils ont fait des rapports, ils ont écrit les manquements, ils ont dénoncé ci et la des irrégularités mais il n'ont pas parlé de scrutin raté, ou à invalider. Les Observateurs de la SADEC (Communauté de Développement de l'Afrique Australe)  ont d'ailleurs parlé les premiers, lundi de la semaine dernière.

    On ne sait pas tout, on ne nous dit peut être pas tout, donc on ne sait rien. Si on allait prendre un verre entre potes et refaire le monde sans casser, sans se déchirer, sans se haïre. 

    Belle et bonne journée et bonnes lectures !

  • Des dates, le temps et ce qu'on en retiend

    Pin it!

    Ce 17 mai 2010, treize ans que l'AFDL entrait

    à Kinshasa. L'ancien remplaçait le nouveau. L'

    Ancien régime tombait comme un fruit trop mure.

    Le fruit tombait sans bruit, éclatait de sa trop

    longue vie au loin des populations, de l'absence

    de nouveaux rêves à proposer. De trop de tout.

    Sauf de développement.

     

    Ce 17 mai, c'est le symbole de l'Ancien remplacé

    par le nouveau. Une autre vision. Des embuches,

    des déconvenues. Des rêves brisés et d'autres qui

    se réalisent. Des élections et une démocratie jeune,

    en apprentissage. De nouvelles alliances, une autre

    vision du Monde, du Congo et de l'Afrique.

     

    Ce 17 mai 2010, c'est aussi la journée Mondiale

    contre l'Homophobie. Contre le rejet de ceux qui

    ont une autre sexualité. Sujet diificile au Nord. Que

    dire de l'Afrique ? On en parle pas. Il y a d'autres

    priorités, d'autres choses. On en parlera plus tard.

    Le "Coming out" c'est pour plus tard. Quand on ne

    le sait. Le Noir et le Blanc ne sont ils que Noir et

    Blanc ? Il existe des nuances mais laissez. Y a rien

    à voir. On en parlera plus tard.

     

    Cette semaine la communication à balbutié, mais

    ce n'est ni la premier et ni la dernière fois.


    Le Chef des rebelles de Dongo dans l'Equateur,

    Udjani Mangbama, plus connu familièrement par

    la population sous son prénom "Udjani" avait été

    annoncé comme étant capturé avec l'aide de la

    population de la Région de Mbandaka. Après l'

    annonce, une autre information est arrivée pour

    nuancer l'événement. 


    "Udjani s'est rendu aux autorités du Congo de l'

    autre côté du Fleuve, au Congo Brazzaville."


    Effet d'annonce avorté. Dans ce cas ci, on peut

    même parler d'annonce "contre productive".


    L'élan démocratique et national avait été mis en

    avant. Ce qui est certainement exact  mais  qui

    n'a pas  joué de manière directe  sur la capture

    d'Udjani, qui avait tenté  à la  tête des  Enyeles,

    le 4 avril 2010 de prendre Mbandaka. Il n'a donc

    pas été arrêté à Dongo comme annoncé.


    Ceci ne retire en rien ses méfaits subis par les

    populations depuis la fin 2009 dans cette région

    du pays. La lutte menée par les Enyelés contre

    les Bobas, a entraîné à ce jour le déplacement

    de plusieurs milliers de personnes et précarisé

    les déplacements sur le Fleuve Congo, cette voie

    naturelle de mobilité et de transport  qui est si 

     nécessaire  à  la  vie  de tout   les  jours  et aux 

     échanges commerciaux. 

     

    Ce 17 mai 2010, journée comme les autres ? Et

    pourtant. On a marché à Bruxelles pour que vive

    la Belgique. Ils étaient seulement 1850. Ah est

    il loin le temps où Bruxelles brusselais et que le 

    jet de Mannequenpis unissait flamands et ceux

    du Sud, les Wallons ?

     

    Bonne journée et bonne lecture !

     

  • Comme chiens et chats

    Pin it!

    Après la visite du Ministre des Affaires Etrangères

    belge, Mr. ST. Vanackere. Mme Laurette Onkelinx

    Vice-Première Ministre, Ministre de la Santé  et des

    Affaires Sociales, est venue à Kinshasa et dans le

    Kivu. 


    Laurette  Onkelinx en visite ce n'est jamais inaperçu.

    Des projets, des prises de positions "personnelles",

    bref, c'est direct et çà ne laisse pas indifférent.


    Après le départ de la Ministre, de la Capitale, et du

    pays, nous avons un  débat d'idées (de personnes)

    sur Radio Okapi. La visite ministérielle, les actes, les

    déclarations, les faits et gestes étaient bien au centre

    bien entendu, de l'émission contradictoire que

    Radio Okapi nous proposait.


    Un débat recentré de  belle manière par la journaliste

    laisse les auditeurs (un en tout cas) perplexes. Qui dit

    débat, dit des divergences de vues exprimées. Naturel.

    Ce qui fut dit, prononcé, ces mots qui décrivent encore

    tant de maux, et qui quelquefois sont prononcés avec

    tant de passion ne dépassionnent pas les tensions qui

    pourraient l'être.  

     

    "Honte", "à la botte", "comme toujours les intérêts belges

    d'abord"... arrêtons la.

     

    Honte de quoi ? De parler d'égal à égal avec un pays qui

    a une histoire longue et commune avec la RDC.

     

    A la botte de qui ? Traiter des mutuelles. Echanger sur le

    sort de millions de personnes et à l'accès aux soins de

    santé. Est - ce recevoir des leçons de qui que ce soit ?

    Ou échanger, plutôt.

     

    En matière de mutuelles et de couverture de soins de

    santé, la Belgique échange beaucoup son expérience.

     

    Exemple, les Etats - Unis, lors de la confection du projet

    de refonte du système de Santé, cher au Président Barack

    Obama, remis en cause par la Droite Républicaine depuis

    tant d'années. Le Projet "Médicare" a fait l'objet de travaux

    entre spécialistes américains et belges.  Et bien d'autres

    pays s'inspirent de ce modèle basé sur la solidarité inter

    professionnelle entre autres.

     

    Bref, y a pas de pétrole, mais il y a un vaste champ de

    politiques solidaires en Belgique, qui ont fait écoles et

    qui peuvent servir ailleurs. Qui servent ailleurs. 

     

    En quoi les intérêts belges sont ils privilégiés, lorsque

    les Etats congolais et belges parlent en faveur d'une

    santé accessible au plus grand nombre ?

     

    Bref ! Quelques peux perdu dans les interventions de

    ce soir. De plus sur fond de la célébration du 50 ème

    anniversaire de l'Indépendance. Et, de la venue de plus

    en plus  avérée et souhaitée du Roi des belges. 

     

    Cette question fait aussi parler. Pose questions.

     

    "Folklorique" peut on entendre. 

     

    Les visites de chefs d'Etats se font de plus en plus

    nombreuses en République Démocratique du Congo.

    Sont elle des cérémonies folkloriques ? 

     

    On peut se réjouir ces derniers temps d'un regain d'

    intérêts pour la Capitale congolaise. On parle ici de

    visites d'Etat à Etat dans des relations saines. Des

    visites pouvant déboucher sur des investissements 

    créateurs d'emplois. La note de la FEC et l'intérêt

    porté par l'Exécutif et le  Législatif   en  matière de

    régulation du milieu des Affaires est un signe très

    encourageant parmi d'autres, quant à la feuille de

    route des dirigeants du pays et de ceux qui sont

    les élus, majorité et opposition confondus. 

     

    Et, puis, il y a le hors débat d'idées et médiatique,

    les causeries de la cause de nos maux de têtes au

    quotidien. 


    Le Bd du 30 juin, fait parler. De nids de poules, sur les

    routes hier, recouvertes de bitume. De ces voies d'accès

    au  passé goudronnées, devenues des pistes stabilisées,

     (le temps d'un chantier), mais  qui déstabilisent, essieux,

    freins, carrosseries, rotules des mécaniques même les

    plus robustes.  Déboussolent la vie et la montre, où être à

    l'heure devient une gageure sur laquelle les sociétés de

    jeux devraient se pencher. De cette circulation anarchique

    aux difficultés qu'elle engendre. Des policiers qui sont

    passés maîtres en racket jovial, histoire de rappeler que la

    maréchaussée est bien la, même si, elle,  la chaussée elle

    manque   à l'appel  du drapeau à 7,30 H du mat. , de cette

     ville en pleine reconstruction, de ce vaste chantier. Des cinq

    chantiers, ont parlent.

     

    La critique, le débat seront toujours présents.  Ici et

    ailleurs c'est un des facteurs  de la vie démocratique,

    cela montre l'intérêt porté à tel ou tel autre point de la

    vie en société. N'en faisons pas une cour de disputes,

    une cour on l'ont se battraient comme "chien et chats".

     

    Bonne journée et Bonne lecture ! 

  • Comme annoncé hier

    Pin it!

    Le Président Kabila et le Ministre belge des Affaires

    Etrangères M. Vanackere se sont rencontrés à  plus

    de 2 000 km de la capitale, à Lubumbashi dans le

    Katanga.


    L'invitation au Roi Albert a été évoquée ainsi que 

    le réchauffement  des relations belgo - congolaises

    tout ceci alors que le ciel de la R. D. C. faisait grise

    mine. Ce n'est pas parce que le ciel tonne que les 

    hommes ne peuvent pas s'entendre. 


    A suivre !


    Bonne journée et Bonne lecture !

     

  • Quand pourrons nous savoir que le Roi des Belges

    Pin it!

    Quand pourrons nous savoir que la Roi Albert II sera

    à Kinshasa le 30 juin 2010 ? 


    Le Ministre des Affaires Etrangères belge, Monsieur

    Steven Vanackere  est à Kinshasa ce soir. Il serait très

    peux probable que le 50 ème anniversaire de la R.D.C.

    ne soit pas évoqué et entre autres le carnet d'invitations 

    des chefs d'Etats pour le 30 juin.

     

    On parle même d'une rencontre entre le Ministre et le

    Président Kabila. Ce qui n'était pas prévu au programme

    officiel.


    Le sujet n'est pas nouveaux. il a été évoqué. On en 

    parle, on se tait, on en reparle ...


    Le Ministre des Affaires Etrangères, Monsieur Alexis

    Tambwe Mwamba  avait parlé avec son homologue

    belge qui était à cette époque, M.  Yves Leterme le

    24 septembre 2009 à New-York (Sources RTL Info)

    de l'invitation possible du Roi Albert II pour le 30 juin

    en affirmant même "que le Roi était le premier de la 

    liste..."


    Depuis, c'est tout juste s'il est encore possible d'évoquer

    cette visite sans, soit baisser le ton, ou se faire tancer

    du regard par ceux qui savent ou pourraient savoir du

    côté de la Belgique. C'est comme si ce sujet ne nous

    regarde pas. 


    La venue de S.A.R. Albert II serait un événement. Elle

    est autant souhaitée par les congolais que par les belges

    qui vivent en R.D.C. qui y travaillent, qui ont fait du 

    Congo leur pays de vie, d'établissement. Leur patrie de

    coeur et de raison.


    L'Ecole Belge de Kinshasa, par exemple porte le nom

    Lycée Prince de Liège, (S.A.R. Albert II était Prince de 

    Liège à l'époque de la création de l'établissement), et

     Albert II aurait posé la première pierre en 1969. Pas

    sure de cette information. Lors de l'avènement de Mzée

    Laurent Désiré Kabila et de l'AFDL (1997), il était dit 

    que le Roi (1993 prestation de serment) n'était jamais

    venu au Congo. Peut être avez vous des informations

    qui peuvent contredire cette affirmation ?

     


    La visite du Roi au Président Kabila et au Peuple de 

    l'ex. Colonie ce serait en quelques sortes le symbole 

    "du vivre ensemble" avec une histoire commune certes

    mais avec des vues communes pour le futur des deux

    peuples.

     

    Faut il rappeler que le Roi Albert II, alors qu'il était le

    Prince de Liège, fut un des grands représentants de la

    Belgique dans les missions économiques à travers le

    monde. "Le Commis voyageur" comme il le disait lui

    même, s'était fait une réputation de négociateur ayant

    le sens de la conciliation et du compromis.

     

    Le monarque de Belgique, dans cet exercice n'a donc

    pas taris  la renommée du "compromis à la belge". 


    Alors, quand pourrons nous savoir si le Roi des belges

    viendra à Kinshasa ?


    D'accords ou pas d'accords ? Vous êtes invités à vous

    exprimer sur le sujet dans les commentaires. Favorable

    ou non, le but est que les avis soient exprimés  dans le

    respect des deux pays, des cultures, des peuples, de 

    toute façon nous ne referons pas l'histoire, les dates et

    les faits parlent d'eux mêmes. L'avenir ! Oui l'avenir, pas

    simple, mais tellement excitant ! Que les "Noko" (Oncles)

    d'hier et d'aujourd'hui deviennent les "Ndeko" (cousins,

    frères). Mpo na nini te ? Pourquoi pas ? 



    Bonne journée et bonne lecture !

     

  • RDC - Union Européenne

    Pin it!

    De plus en plus difficile de s'y retrouver dans cette

    escalade de propos tenus entre la RDC et l'UE, sur

    base encore une fois, de propos tenus par Monsieur

    Karel de Gucht (KDK) actuel Commissaire européen

    au Développement et ex. Ministre belge des Affaires

    Etrangères.

     

    AFP-karel-degucht

    Karel De Gucht : Ph. AFP, Georges Gobet. 

     

    Plus on en dit et moins la sérénité nécessaire sera

    trouvée pour une solution. A partir de Kinshasa, les

    Affaires Etrangères avaient directement répondus à

    Karel De Gucht par voie diplomatique. La Commision

    de l'Union Européenne faisant bloc derrière KDG, on

    assiste alors à une montée en puissance. Dans les 

    actes comme dans les propos ou la manière de se

    communiquer entre Etat. Le Ministre Lambert Mende,

    Ministre de la Communication allant jusqu'à désigner

    KDG, "persona non grata à Kinshasa".


    Convocation de l"Ambassadeur Congolais à Bruxelles,

    Mr. Mova, par Mme Cath. Ashton Haute Représentante

    aux Affaire Etrangères de l'UE. Motif ? Accusation de

    Kinshasa de propos racistes tenus par Monsieur de

    Gucht.


    A ce propos, l'ex. Ministre belge a encore fait monter

    la sauce en annonçant à la télévision flamande cette

    convocation alors que la note verbale n'était pas encore

    parvenue chez l'Ambassadeur.


    Pourquoi et à quelles fins un tel désamour entre Karel

    De Gucht et la Congo ?


    Qui peut répondre à cette question, sinon l'homme lui

    même ?


    Cet incident, cette incompréhension, n'est pas nouvelle

    on se souvient du long froid diplomatique et de la crise

    entre la Belgique et la RDC.


    Un Ombudsman ?

    Pourquoi pas une personne neutre pour tenter de concilier

    les points de vues ?


    En tant que belge francophone, wallon, vivant au Congo,

    si je puis me permettre une petite fin sur un ton, allez

    disons goguenard ?

     

    23-gucht

    Karel De Gucht : "Difficile de ne pas voir la culture du Scandale au P.S." 

     

    Y a t'il vraiment une grande différence de jugement de

    Monsieur De Gucht lorsqu'il parle du Congo ou du Sud 

    de la Belgique, la Wallonie ?


    Les wallons mauvais gestionnaires, fainéants, ayant

    la culture du scandale et des affaires foireuses, il faut

    entendre pas la, les dessous de tables que toucheraient

    les élus wallons. 


    Alors, Congo - Wallonie exutoires de Monsieur De Gucht ?

    On se console avec ce que l'on peut et calmer le jeux est

    peut être la meilleur des choses. 


    Bonne journée et Bonne lecture ! 

  • La question du moment

    Pin it!

    Nombre de personnes passent par Kinshasa. Hommes

    d'affaires, onusiens, ONGiens, touristes, volontaires en

    milieux sociaux etc...


    Une question revient à chaque fois : "Que pensez vous

    de l'évolution du pays ?"


    Afrique Magazine ne s'y est pas trompé avec un slogan

    fort. Il s'affirme comme le magazine pluraliste et ouvert

    celui qui ouvre l'espace de la réflexion. "Une autre Afrique"

    Une autre Afrique, pas que guerre et désolation !

    C'est un peux la logique et le fil rouge de la réponse.

     


    Que dites vous, que répondez vous à cette question ?


    Tout d'abord qu'il est difficile de balayer d'un tour de main

    l'objet même de la question et qu'il y a tant à dire.


    D'emblée, çà va mieux. Il existe des indices qui nous

    laissent à penser que nous sommes dans la bonne voie.


    Impensable, il y a moins d'un an, de voir des opérations

    conjointes militaires en vue de pacifier le Kivu et l'Est du

    pays entre  l'A.P.R., (armée rwandaise) et les FARDC, Force

    Armée de la République Démocratique du Congo.  FARDC

    et APR ensemble à la chasse des FDLR et autres renégats

    qui sévissent dans la région. 


    La rencontre de Goma des présidents congolais et rwandais

    est un autre signe. Les "deux K", M. Kabila et Kagamé se

    sont vus en terre congolaise. Les "deux K". Cà nous rappelle

    la rencontre Kennedy - Kroutchev. Autres "deux K", autre lieux

    autre problème à résoudre. L'enjeux, à y regarder de plus

    prêt, n'est pas aussi différent. Une rencontre pour apaiser

    une région et le monde. 


    Cette rencontre sonne comme un cri. Ou plutôt l'échos à un

    cri de désespoir. Celui  des réfugiés, de ceux qui sont privés

    de leur terre, des ventres des femmes meurtris, des enfants

    sans repères, des hommes aux regards errants comme le

    lot de leur vie.

     

    Dans les ventre des gens de l'Est,  comme de ceux des

    autres régions congolaises, qui subissent la guerre.

    Il y a un cri. Il y a l'attente. Il y a un Lac qui s'assèche, les

    tam - tam qui appellent à la paix. Dans le ventre des gens

    de l'Est et des autres régions, le long du Fleuve Congo,

    il y à l'espoir !

     

    VéloTransport
    Photo : Luc Toussaint (à mentionner)


    Les travaux, les rencontres, les réunions internationales sont

    autant de signes positifs qui font croire, qui donnent à croire

    que le pays peut s'en sortir.

     

    L'opération "Tolérance Zéro" annoncée le 30 juin 2009

    par le Chef de l'Etat et ses effets au coeur d' un des piliers

    de l'Etat de droit, qui reste l'objectif clé,  "l'appareil juridique"

    mais ailleurs aussi  dans les fonctions des entreprises de

    l'Etat. 


    La crise financière d'octobre 2008, tombe mal.  Et dès le

    mois de novembre de cette année là, les entreprises minières

    ferment leurs portes. Et pour causes. Le cours des minérais

    s'effondrent, la Chine elle même est déboussolée. Dans les

    régions minières, la désolation. Une de plus.  L'offre devient

    plus importante que la demande. Le monde paye les pots

    cassés des spéculateurs. L'Afrique et la RDC n'y échappent

    pas.  


    En ce mois de septembre 2009, si on ne peut encore dire 

    que les voyants sont au vert. Les cours du cuivre et du

    nickel sont entrain de remonter. Une embellie sur les

    cours, qui se prolongerait équivaudrait à une plus grande

    accalmie financière dont le Congo à grandement besoin.

    Des  sources de revenus assurées pour l'Etat. Rappelons

    que la RDC compte 10% des réserves mondiales de cuivre

    et quasi 40% de Cobalt. 

     

    Vu sous cet angle, vous direz c'est très optimiste !

     

    N'occultons pas les problèmes rencontrés chaque 

    jour par les congolais. La lutte pour la vie, comme on

    dit ici. On continue de chercher la vie ! Sa propre vie,

    ses propres ressources pour le ménage, pour les études,

    pour la formation. 

     

    L'indice qui pose problème, en ce moment et qui ne fait

    que croître au fil des années. Le manque de formation.

    Les manques de l'éducation. Le manque au niveau de la

    recherche. Il y a eu déperdition ces 20 dernières années.

    Un gouffre à combler au plus vite.

     

    Cette question du moment reste tout de même avec

    un grand point d'interrogation et l'espoir.

     

    Bonne journée et bonne lecture !

     


  • 17 mai à Kinshasa....

    Pin it!

     

    Le 17 mai est jour férié en R.D. Congo. C'est la

    commémoration du jour de la chute du pouvoir

    du Maréchal Mobutu et de son renversement par

    l'entrée de M'zée Laurent Désiré Kabila et des

    forces qui composaient l'Alliance des Forces

    Démocratiques pour la Libérartion (A.F.D.L.).


    Huit mois ont suffit pour prendre ce "pays -

    continent". Huit mois de marche, de négociations

    avec les hommes en place pour limiter la casse

    et éviter des pertes en vies humaines jugées

    inutiles. Ce qui fut fait.


    La veille de cette journée du 17, furent lancés les

     travaux d'agrandissement et de modernisation de

    l'Aéroport de N'Djili, par Monsieur le Président

    de la République, Monsieur Joseph Kabila,

    entouré des ses Ministres et de l'Administrateur

    Délégué Général de la R.V.A. mais aussi des

    représentants, et non des moindres, des chambres

    "haute" et "basse", Messieurs Kengo Wa Dondo,

    Evariste Boshab, présidents desdites assemblées.

    Ndjili_DanyMasson_4193

     

    Moment choisi, pour réaffirmer que les cinq chantiers

    ne sont pas seulement une vue de l'esprit. Histoire

    de rappeler aussi que l'aéroport après 50 années

    d'indépendance,  n'a pas subis de changement.

     

     

    Douze  années ont passés et Kinshasa se souvient,

    Kinshasa se pose des questions aussi. Les journaux,

    (pas tous), se font l'écho de la victoire du peuple

    congolais et des questions du changement.


    Douze années après, les choses ont elles changés ?

    se posent quelques tabloïdes et par delà la grande

    masse que constitue la population.

     

    Comme toute actions, ou sondages, il y a ceux qui

    se posent en détracteurs et ceux qui pensent que çà

    a changé. Les élections, la coopération institutionnelle

    qui a repris, alors qu'elle s'était arrêtée en 1992, les

    nouvelles oportunités, Communauté Internationale,

    chinois compris... 


    Est ce que çà a changé le quotidien des congolais

    dans leur vie de tout les jours ?  C'est un autre débat

    "il faut donner le temps au temps", phrase de François

    Mittérand, reprise en différentes circonstances.


    Chine_RDC
    Dessin de Springs, Financial Time :

    Source Le Courrier International

     

    Et justement, le 18 mai 2009, jour de récupération pour

    certains, le jour férié tombé un dimanche, d'autres

    sont au travail pendant que d'autres  sont en grêve.


    Les transporteurs sont mécontents du sort qui leur

    est réservé. Ils ont bloqué la capitale en privant de

    leur service les habitants des quartiers qui voulaient

    se rendre en ville et vice-et-versa.


    C'est que ces derniers se font bastonner par des

    policiers zèlés ce qui ne fait pas avancer les choses

    sinon animé la rue toujours demanderesse d'une

    petite rixe ci et la. Les taximans sont, il est vrai peux

    disciplinés mais de la, les passer à tabac. N 'y a t'il

    pas un "boulevard" de moyens autres à mobiliser ?


    MiniBus_30 Juin_Dany Masson5551

     

    Le Boulevard du 30 juin, lui, n'a pas eu de repos,

    les travaux ont malgré le jour férié et la grêve été

    poursuivis tout le weekend par des creusements

    sur les bas côtés de la chaussée.

     

    Fin et début de semaine mouvementés et très

    commentés aussi, puisque plus de 11 826 armes

    pouvants êtres utilisées à des fins militaires, ont

    été saisies dans la Capitale. L'opération 100 USD

    contre des armes aura plutôt bien fonctionné. Ces

    armes saisies sont elles le fait de vrais caches d'

    armes ou simplement d'oublis de certains de rendre

    à l'armée ce qui lui appartient ? Le PAREC avec

    des moyens peut faire oeuvre utile.

     

    Pendant ce temps, la vendeuse de pain au coin

    de la rue, continue à vendre ses pains, mais dit

    constater une diminution de ses ventes. Le franc

    congolais qui fait le yoyo par rapport au dollars çà

    n'arange pas son businness. Et puis y a la SNEL,

    Société Nationale d'Electricité qui augmente ses

    facturations mais qui n'améliore pas ses services.


    SnelBaLeki_Caricature_Baleki

    Source et crédit photo : Congo Blog Ba leki

    http://www.congoblog.net/la-snel-revoit-a-la-hausse-sa-tarification/

     

    Elle est loin, comme nus tous,  de ce qui se discute

    et se discutera surtout à partir du 24 mai, date de

    la visite du Dr. du F.M.I., Mr. Dominique Strauss

    Kahn à Kinshasa, et après çà, la réunion du Club

    de Paris qui se prononcera sur l'annulation ou non

    de la dette de la R.D. Congo. Pas gagné. Les contrats

    chinois étant de plus en plus un point de blocage

    du côté de la C.I. occidentale, et de l'autre côté

    d'un sentiment de plus en plus exacerbé par rapport à

    des leçons qu'ils n'ont à recevoir de personne. Il

    suffisait de lire la première page du journal le PALMARES

    ce lundi 18 mai 2009, qui titrait en "UNE" et en grand,

    "Voici la réponse des Chinois aux Occidentaux", et

    de développer en trois points ce qu'ils pensent de l'

    appel d'offres auquels ils ont répondus.... et de dire

    que les occidentaux "doivent apprendre  à se taire

    désormais"... Bon pas tous pourraient ont dire, sur

    la dette, la Belgique joue les pompiers avec ses

    talents du compromis, les français tentent aussi d'

    être souple, quant aux américains .....

    DSK_FMI

     

    La marchande de pains au coin de la rue, elle ne

    pense pas  que c'est Dominique ni les autres qui

    vont règler ses problèmes et ceux des autres .

    "C'est tous les mêmes" ! Et puis c'est qui ce

    Dominique ?


    Non, dieu seul pourra l'en sortir. S'il le veut.

    Et elle l'implore souvent "nzambe" (Dieu, le créateur

    en lingala), pour qu'il lui vienne en aide.

     

    Quand on vous dit qu'il se passe toujours quelque chose

    à Kinshasa.

     

    Dany Masson_Palmares0001

    Bonne journée et bonne lecture.

     

  • Il y a longtemps. Que dis-je ? Un bail.

    Pin it!

    Le week-end dernier c’était la fête de l’indépendance, 47ème du nom
    et d’âge pardi. 47 années d'indépendance congolaise et de nombreuses questions
    qui restent en suspend ou qui reviennent plus qu'à l'habitude.
    Des raisons à cela?

    Plusieurs certainement, les élections démocratiques, les trois "P"
    Participation Publique Privé, soit la mise sous gestions des
    entreprises publiques par le privé par le biais d'appels d'offres
    contrôlés par la Banque Mondiale, le malaise social persistant,
    les lenteurs du Gouvernements à mettre en oeuvre les 5 chantiers
    du Président, la prise en main du Sénat par les anciens avec
    les voix du Camp Kabila, entre autres, pourraient êtres épinglées.

    Envie de livrer ici quelques morceaux choisis d'une interview
    du Président Kabila par l'hebdomadaire international "Jeune
    Afrique" en son n° 2424 et d'un article de Bob Tumba, déjà
    cité ici, pour ses publications et réflexions, d'un homme
    engagé pour un Congo élitiste, un Congo qui va de l'avant.

    Morceaux choisis : interview du Président:

    A propos de la Présidence de Mr. Kengo Wa Dondo au Sénat,"Notre
    combat était dirigé contre un régime et un système, le mobutisme.
    Aujourd'hui, le mobutisme a disparu. Tout ceux qui ont travaillé
    avec Mobutu sont désormais des citoyens comme les autres, avec
    les mêmes droits, dont celui de faire partie de l'élite politique
    de ce pays..." ou encore, "Quand on est parvenu à travailler
    difficilement, j'en conviens avec quatre vice-présidents, dont
    deux anciens rebelles, et à organiser les premières élections
    générales libres dans l'histoire du Congo, je crois que l'on
    travailler avec tout le monde. Moi en tout cas je travaille
    avec tout le monde sauf avec le diable. Et Kengo n'est pas le
    pas le diable."....

    Et bob Tumba de son côté de s'interroger sur le contenu de
    la fête de l'indépendance.

    Le 30 juin de chaque année est une journée chômée et payée
    en République démocratique du Congo, en souvenir de l’indépendance
    politique du pays intervenue à cette date dans l’année civile1960.

    Mais la fête est-elle au rendez-vous dans les cœurs et dans
    les rues ? L’évènement commémoré est-t-il perçu par le Congolais
    ordinaire comme un exploit héroïque ou plutôt comme un regrettable
    accident sur le chemin du destin? La question vaut bien la chandelle,
    au regard du bilan des cinq décennies de gestion autonome congolaise!

    L’hypothèse d’un accident malheureux est à écarter de toute
    évidence, car on ne peut pas regretter l’arrivée à terme d’une
    tutelle étrangère imposée sur le pays, peu importe la suite des
    évènements. C’est le prix non négociable que l’on attache à la
    valeur intrinsèque de l’être humain, partant à son identité et
    à son indépendance inaliénable. Et c’est par égard à ce même prix
    que, une fois l’indépendance officielle proclamée, des générations
    d’hommes continueront le combat afin que cette indépendance soit
    vécue dans les cœurs comme un état de grâce et de dignité méritées,
    ensuite traduite dans les faits, notamment dans l’enveloppe de paie
    de chaque travailleur, comme un pouvoir d’achat valorisant, ou encore
    sur la table familiale pour chaque parent soucieux du bonheur de sa
    progéniture, comme un geste d’amour.

    Mais, cela étant dit, l’on ne peut feindre de rester sourd
    face à quelques avis contraires qui fusent dans certains
    milieux hyper-défavorisés et en proie à une sévère précarité
    matérielle. Ventre affamé …

    Du côté des entreprises et du commerce ce n'est pas vraiment
    le beaux fixe. Les magasins de détails sont obligés de fermer
    à 16 heures du lundi au vendredi et à 13,30 le samedi.

    Ce n'est même pas une directive ni une loi en soit mais un
    communiqué du Ministère du Travail qui est compris et forcé
    d'application par des petits malins toujours à l'affut de la
    première brêche pouvant augmenter leur argent de poche et
    arrondir les fins de mois par le racket et des menaces.

    La population jeune a pu, elle, de son côté fêté le 30 juin
    avec Sean Paul, sur le Parking du Grand Hôtel de Kinshasa.

    La danse et le rythme étaient au rendez-vous.

    Dans les gandas c'est l'ineffaçable "Indépendance cha-cha
    qui avait encore la côte.


    Quelle musique, 47 ans après, c'est toujours aussi swingant
    et beaux à entendre sous la chaleur des Tropiques.

    pecheurs_wagenya

    Indépendance cha cha

    Pochette du disque de Jeff Kabasele : Indépendance cha cha

  • Un mercredi pas comme les autres

    Pin it!

    Monsieur Karel de Gucht est reçu chez le Chef de l’Etat.

    Rapidité, efficacité et souplesse.

    Un mercredi pas si banal en fait.

  • Kinshasa, mercredi 11 avril 2007

    Pin it!

    L’ex Vice-président et Sénateur, Monsieur Jean –Pierre Bemba
    a quitté ce matin très tôt le sol congolais avec sa famille pour le
    Portugal, où il doit recevoir des soins.

    Hier, le Ministre des Affaires Etrangères belge est arrivé à Kinshasa.
    L’arrivée de Monsieur De Gucht ne fut pas inaperçue. En effet, la
    route qui mène de l’aéroport au centre ville était arborée de feuilles
    de palmiers en guise de bienvenue.

    Chose bizarre s’il en est, que cet accueil, les visites précédentes du
    Ministre des Affaires Etrangères, s’étant souvent soldée par des
    « fâcheries » entre Bruxelles et Kinshasa.

    Faut – il voir des causes à effets entre les deux événements ?

    Pas évident et probablement que non. Les négociations pour
    le départ de Monsieur Bemba ayant commencées lors des
    événements des 22 et 23 mars derniers entre toutes les parties congolaises et internationales.

    Hier, se tenait d’ailleurs une séance à la Chambre A ce sujet.

    D’autant, que la rencontre du Chef de la Diplomatie Belge avec
    Le Président M. Joseph Kabila ne se fera probablement pas.

    Si c’est le cas, il s’agit de la seconde fois que le Chef de l’Etat, refuse
    de rencontrer M. De Gucht.

    Lors de son passage en R.D.C., le Ministre a plaidé entre autres, pour
    la mise en place d’un nouveaux Comité d’accompagnement, calqué
    sur celui de la transition mais assouplie, rapide et efficace.

    C’est que les événements armés derniers ont laissés des traces et
    que cet outil permettrait selon M. De Gucht de rétablir le dialogue
    politique entre la R.D.C. et la Communauté Internationale.

    L’idée n’est pas vue d’un bon œil à Kinshasa. La souveraineté en serait
    mise à mal, disent certains.

    Un mercredi chaud sous les tropiques. Un mercredi de plus qui voit le
    temps passer mais qui, comme sœur Anne, ne voit rien venir.

  • Kinshasa, la vie reprend ses droits

    Pin it!

    Kinshasa reprend vie, la tête et les pieds lourds et plein
    de questions.

    Quid de l'opposition ? Le gouvernement vire t-il vraiment à
    la dictature ? Ne pouvait - ont pas faire autrement ? Que veut
    dire la position des Ambassades des pays européens ? Quid
    du Sénateur et Ex-Vice Président Bemba ?

    A ce propos, 14 ambassadeurs des pays de l'Union européenne
    se sont prononcés mardi.

    Ils ont jugé prématuré et inadapté le recours à la force
    et estimé le bilan de 200 à 500 morts.

    C'est dire en peux de mots le fossé qui s'est creusés ces
    dernières heures entre la Communauté Internationale et le
    pouvoir en place. Vous pouvez vous rendre à vos tabloïdes
    préférés pour avoir le contenu complet de se qui s'est dit
    lors de cette conférence de presse.

    D'autres parts, le Président Kabila a tenu lui aissi un point
    de presse.

    Le message est clair..."assez de rumeurs et de discours, les
    congolais doivent se mettre au travail."

    Pour l'heure, Kinshasa est encore groggy de ces deux jours
    violents.

    Un journal titrait ce jeudi "Kabila sur les traces de Mobutu"

    Kinshasa où la vie reprend malgré tout ses droits, l'ambiance
    est plombée par un goüt amert et des questions plein les têtes.

    L'avenir. Il faut penser à l'avenir... l'espoir comme toujours
    ici, fera le reste, fait le reste.

    Ci-dessous : La BIAC et l'Ambassade d'Espagne à Kinshasa.

    24 mars BIAC

  • Cardinal Etsou est décédé

    Pin it!
    Samedi 6 janvier 2007, le Cardinal Etsou est décédé à
    Bruxelles, (Leuven clinique Universitaire) des suites
    d'une très longue maladie. C'est ce jeudi que la dépouille
    sera transférée de Belgique, vers Kinshasa, pour être
    exposée dans la cathédrale, Notre-Dame du Congo à Lingwala

    Une messe est prévue au Stade des Martyrs ce samedi
    prochain. Les Obsèques devraient avoir lieu le lundi 15
    janvier 2007.

    En affet, le Président Kabila à décidé qu'un deuil national
    soit décrété le jour des obsèques de l'Archevêque de
    Kinshasa.

    Kinshasa est en deuil et des rumeurs circulent.

    De mauvaises langues parlent d’empoisonnement…
    du Cardinal. Comme si sa disparition ne suffisait pas à la
    peine de millions de congolais, comme si la mort même
    était suspecte et donc la cause de sorts jetés envers le défunt

    Mais laissons la, les rumeurs et les maniganciers de tout
    et que le Cardinal Etsou repose en paix,.

    Toutes religions confondues, ainsi que les laïcs ont une
    pensée émue quant à la disparition ce cet homme engagé
    dans sa foi et pour son pays.

    Qu’il repose en paix.

    Etsou décès à Bruxelles

     

  • La RDC et les superlatifs, reflexion du jour...

    Pin it!

    Décidément on en aura beaucoup dit sur la République
    Démocratique du Congo, au pays des ambianceurs rien n'
    comme ailleurs, vraiment, en tout cas.

    Le congolais qui à les sens de la répartie, de l'ambiance
    l'amusement, de la satire, de la dérision, entre autres
    à cette singulière particularité de se distinguer (dans
    le bon sens du terme) en tout et pour tout.

    Le pays c'est la même chose.

    "Nous avons le plus jeune Président d'Afrique et même du
    Monde et le plus vieux Premier Ministre d'Afrique et du
    Monde."

    Congo eza Congo !

    top_256409

    palu2

  • Quelle année...

    Pin it!

    Les préparatifs des fêtes de fin d'année, Noel et Nouvel-
    an, battent leurs pleins. Kadi cours dans tous les sens, les
    sens en éveil.

    La semaine dernière, confection du sapin à la maison avec les
    p'tits,(photo ce soir du sapin.) Cette semaine, achat des colis
    que nous remettons à chacun de nos travailleurs à Noel et Nouvel
    an. 2 Poulets, des poissons, 5 Kg de Riz, des boites de tomate,
    des assaisonnements divers.

    Vendredi dernier, le boxeur que nous sponsorisons, Kayembe,
    a gagné aux points en six raounds. Très beaux match. Rapidité
    dans les esquives, propres dans les gestes.
    Jamais d'agressivité malsaine ou déplacée. Nous pouvons être
    fiers de notre poulin, qui du haut de ses 21 ans, à ce jour
    est les meilleur poids léger en R.D.C.

    Nous attendons les implications de la nouvelle loi sur les
    importations et les nouveaux contrôles mis en places.
    Impossible à ce jour de dire quelle sera l'implication de
    cette nouvelle mesure sur les prix à la consommation.
    L'application est de vigueur dès le 1er Janvier 2007. Nous
    verrons !

    Quelle année que ce cru 2006, avec les premières élections
    démocratiques qu'ait connu le Congo depuis son indépendance.
    Quelle année mouvementée du point de vue des affaires, justement
    dans ce cadre électoral quelques peux orgageux par moments.
    Quelle année de fierté tout de même, soulignons le, avec
    cet événement que fut la prestation de serment du Président.

    Je reviendrai ce soir sur d'autres sujets, dont celui de l'
    acharnement des médias envers l'Afrique, des nouvelles formes
    de dérapages xhénaphobes et racistes en Europe, et des
    réactions que celà suscite dans l'opinion et dans les médias.

    Mais qu'est ce qui à bien put piquer Pascal Sevran ?
    Quelle année que cette année 2006, la RTBF, ne dira
    pas le contraire.

  • Lendemain des résultats à Kinshasa.

    Pin it!

    Après l'annonce faite par la CEI des résultats des
    élections présidentielles et la victoire de M. Joseph
    Kabila Kabange avec 58,05 % des suffrages exprimés.

    Monsieur Kabila s'est adressé à la Nation via la RTNC,
    Radio Télévision Nationale Congolaise.

    Elu avec des suffrages variables selon les régions, mais
    avec des apports importants de Messsieurs Gizenga et
    Mobutu. Le Président Joseph Kabila, plus jeune
    Président africain, s'est présenté comme le président
    de tous les Congolais, qu'il a invités à "la fraternité et
    la tolérance", "la campagne électorale était terminée".

    Il poursuit ;

    "Il est normal que toutes les Congolaises et tous les
    Congolais aient exprimé différemment leur choix. Tous
    doivent, où qu'ils soient, avoir néanmoins l'assurance
    que j'entends rester le président de tous, sans distinction
    aucune".

    "Avec la publication des résultats provisoires ce jour
    (mercredi), il est clair que la période de la campagne
    électorale, qui est une période qui agite les esprits,
    est terminée. Les quolibets, les propos licencieux doivent
    cesser pour que l'élégance reprenne le dessus", a-t-il
    souligné. "C'est pourquoi, je vous demande ce soir de
    rester unis et de vivre dans la fraternité et la tolérance",
    a-t-il poursuivi, invitant également la population
    "au calme et à la discipline".

    Dicours calme, posé, ferme.

    Ce matin, la ville est calme. Quelques jets de pierres
    ci et là près ed Forestcom et en face de la Maison QG de
    Jean - Pierre Bemba.

    Les taxis ne roullent que très peux nombreux. Les gens de
    Masina, N'Djili et autres ont du mal à se rendre en ville.

    Les magains au moment de cette note ne sont ouverts que de
    façon éparses.

    M. Bemba ne s'est pas encore adressé à la population. Son
    entourage continue de crier au hold -up électoral.

    Quelles solutions vont être prises dans les heures qui suivent ?

    La carte des électeurs définit un clivage Est - Ouest. Par
    son adresse hier à la Nation, M. le Président à fait montre
    de s'en soucier tout en affirmant son atachement
    à l'unité, au travail et aux valeurs de la démocratie.

    Ce que la population attend maintenant, c'est que le candidat
    de l'oppposition au Président se définisse dans cette
    géographie poplitique.

    Kabila vainqueur

  • Kin-La-Belle, au bord de la crise de nerfs...

    Pin it!

    Seconde journée écourtée et tension accrue.

    Depuis hier, les magasins ferment vers 15 heures. La population veut rentrer chez
    elle en toute tranquilité et sans attendre les taxis durant des heures sur les axes
    routiers.

    D'après les informations reçues de ci et delà,
    la CEI doit annoncer les
    résultats en sa possession ce mercredi vers 20 heures. Personne n'a envie de
    traîner en ville entre temps.

    D'un côté le camp de J.P. Bemba
    qui fait savoir que les résultats sont manipulés
    et que c'est le candidat UN (Union Nationale)
    qui gagne avec 52 % des voix.

    De l'autre, l'UMP, (Union pour la Majorité Présidentielle),
    avec la CEI (Commission
    Electorale Indépendante), disent que les résultats, donnent
    Monsieur Joseph Kabila
    vainqueur des élections  avec plus ou moins 58,5 % des suffrages.

    Si l'on ajoute à ces informations diverses, la volonté de faire quitter de la Capitale,
    six cents militaires attachés à Monsieur Bemba, on comprend mieux la tension qui
    règne à Kinshasa en ce moment.

    A ce propos, les négociations n'ont pas l'air d'avancer. Plus encore, ces soldats
    se seraient volatilisés dans la ville et le Gouvernement  dit vouloir  agir  pour garantir
    plus de sécurité à Kinshasa.

    La République Démocratique du Congo, dans un contexte historique sans égal
    pour cette nation, est entrain  de s'enfoncer dans un dialogue de sourds.
    C'est comme si les uns disent en face ce que l'autre veut entendre sans penser
    un traître mot à l'engagement pris.

    Difficile de se faire sa propre opinion. Si ce n'est celle, que la situation ne s'
    améliore pas et qu'elle s'enlise de jour en jour.

    Dans les états majors des diffétentes composantes à la négociation, on semble
    pourtant serain.

    C'est comme si la parole donnée était celle aussi de toute une population.
    C'est comme si les cris de la cité n'atteingnent pas les oreilles des responsables.

    Responsables de la sécurité de l'ensemble des personnes physiques qui
    vivent au Congo. Responsables aussi de décider de ce qui doit être fait, être
    décidé en pareille situation. Peux de gens croient actuellement le discours qui
    tend à rassurer quant à l'issue de cette période tendue.

    Samedi, ils ont surgits de nulle part. Et demain ?

    Le discours est simple. Dans les cités de la capitale qui ont votés pour Monsieur
    Bemba, "Bemba a gagné ici, à Kin. avec plus de 60 %, il est le Président".

    Comment faire comprendre que ce n'est pas ainsi ?
    Comment faire comprendre que Kinshasa n'est pas la R.D.C. ?
    Comment faire comprendre que les taux d'abstentions et votes nuls ont
    profités pour l'un et l'autre candidat selon la  Province où çà se passait ?
    Comment dire que lors d'élections, partout dans le monde, il y des plaintes ?.

    Comment faire convaincre, si la volonté politique de le faire, ne s'affirme pas ?

    Dernière nouvelle, ce soir, la promulgation ne se fera peut être  pas. 
    Appels au calme de toute parts.

    Kin-la-Belle se réserve encore !







  • Rêves, utopies, sufffrages

    Pin it!

    L'écart entre les deux candidats à la Présidence de la République
    Démocratique du Congo se resserre. Il est toutefois certain, sur base de
    résultats encore parciels, que le Président sortant se succédera à lui-même.
    L'écart ? Plus ou moins 6%, probablement.

    Quid du lendemain des proclamations ?

    Kinshasa est sous une tension terrible. Le stress est quasi permanent. Chaque
    mouvement de foule est aussitôt analysé comme étant le début d'incidents.

    Kinshasa ressemble dans l'inconscient à une marmite qui est à ébulition
    et dont la soupape soit sauter !

    Les événements ne sont pas qu'allarmistes pourtant. La rencontre du Président
    sortant et de son challenger, M. Bemba au Palais Présidentiel,
    le 7 novembre, est un signe encourageant. Que se sont ils dits ?
    Rien à filtrer. Le communiqué laconique relate un entretiens fructueux.
    Pas de déclarations directes de la part des deux candidats à la
    conduite des affaires du pays.

    Quelle va être le choix de la nouvelle majorité, sortie des urnes ?
    Va t'on vers une Présidence retranchée sur les acquits du votes ?

    Va t'on vers un Gouvernement d'Union Nationale, dans lequel, le "perdant" se
    verrait attribuer des responsabilités importantes ?

    Aro, crieront les uns. Hourra, crieront les autres.

    Quoi qu'il en soit, la carte représentative divise le pays.
    L'est à voté en masse pour le M. Joseph Kabila, tandis
    que l'Ouest, a voulu remettre son sort entre les mains de M. Bemba.

    L'impacts des alliés, M. Gizenga entre autres, jouant de façon significative
    à Kinshasa et en partie dans la Bandundu, tandis que l'essais
    en faveur de M. Bemba dans le Katanga est nul.

    Autre indice, la participation massive à l'est et une moindre motivation
    des électeurs à l'ouest sont prédominants dans le résultat final. Sans
    compter les deux KasaÎ. Ils se sont mobilisés pour,le second tour
    et pour M. Bemba.

    On ne peut pas vouloir tout et son contraire !

    L'appel à la désertion au rescencement des électeurs dans ces
    deux provinces, le discrédit jeté à l'avance sur ces élections historiques
    avant la match. Et ensuite, demander aux populations de voter, est
    en partie dommageable.

    Comme dans la fâble de Monsieur de Lafontaine, "rien ne sert
    de courir, mieux vaut partir à temps". Avant l'heure, c'est pas l'heure,
    et après l'heure , c'est plus l'heure !

    C'est aux congolais de choisir leur voie.

    Pour ce Congo nouveaux, issu, d'un vote historique et démocratique.
    A eux de décider, comment rêver un congo plus prospère.
    A eux de dévoiler leur utopie quant à l'avenir de
    toute ne nation.

    "L'utopie, c'est la vérité de demain" s'est exclamé Victor Hugo.

    L'utopie, ici, c'est entre autres ;

    Relever l'économie du pays.

    Souder 11 provinces (25 selon la nouvelle Constitution).
    Développer ces mêmes provinces et régions.
    Eduquer. Soigner.
    Relever le PIB (74 $ stat. de 1991).
    Rassembler les ethnies, les langues et les dialectes (5 langues avec
    le Français).
    Désarmer les groupes incontrôlés.
    Unifier l'armée.

    Et la liste est longue encore.

    Les douze travaux d'Hercule à côté de çà ...

    Alors, au delàs du suffrage, si l'utopie d'aujourd'hui devenait la réalité
    de demain !

    Photo : Poignée de mains. / Digital Congo.

    kabila_bemba_main