karel de gucht

  • RDC - Union Européenne

    Pin it!

    De plus en plus difficile de s'y retrouver dans cette

    escalade de propos tenus entre la RDC et l'UE, sur

    base encore une fois, de propos tenus par Monsieur

    Karel de Gucht (KDK) actuel Commissaire européen

    au Développement et ex. Ministre belge des Affaires

    Etrangères.

     

    AFP-karel-degucht

    Karel De Gucht : Ph. AFP, Georges Gobet. 

     

    Plus on en dit et moins la sérénité nécessaire sera

    trouvée pour une solution. A partir de Kinshasa, les

    Affaires Etrangères avaient directement répondus à

    Karel De Gucht par voie diplomatique. La Commision

    de l'Union Européenne faisant bloc derrière KDG, on

    assiste alors à une montée en puissance. Dans les 

    actes comme dans les propos ou la manière de se

    communiquer entre Etat. Le Ministre Lambert Mende,

    Ministre de la Communication allant jusqu'à désigner

    KDG, "persona non grata à Kinshasa".


    Convocation de l"Ambassadeur Congolais à Bruxelles,

    Mr. Mova, par Mme Cath. Ashton Haute Représentante

    aux Affaire Etrangères de l'UE. Motif ? Accusation de

    Kinshasa de propos racistes tenus par Monsieur de

    Gucht.


    A ce propos, l'ex. Ministre belge a encore fait monter

    la sauce en annonçant à la télévision flamande cette

    convocation alors que la note verbale n'était pas encore

    parvenue chez l'Ambassadeur.


    Pourquoi et à quelles fins un tel désamour entre Karel

    De Gucht et la Congo ?


    Qui peut répondre à cette question, sinon l'homme lui

    même ?


    Cet incident, cette incompréhension, n'est pas nouvelle

    on se souvient du long froid diplomatique et de la crise

    entre la Belgique et la RDC.


    Un Ombudsman ?

    Pourquoi pas une personne neutre pour tenter de concilier

    les points de vues ?


    En tant que belge francophone, wallon, vivant au Congo,

    si je puis me permettre une petite fin sur un ton, allez

    disons goguenard ?

     

    23-gucht

    Karel De Gucht : "Difficile de ne pas voir la culture du Scandale au P.S." 

     

    Y a t'il vraiment une grande différence de jugement de

    Monsieur De Gucht lorsqu'il parle du Congo ou du Sud 

    de la Belgique, la Wallonie ?


    Les wallons mauvais gestionnaires, fainéants, ayant

    la culture du scandale et des affaires foireuses, il faut

    entendre pas la, les dessous de tables que toucheraient

    les élus wallons. 


    Alors, Congo - Wallonie exutoires de Monsieur De Gucht ?

    On se console avec ce que l'on peut et calmer le jeux est

    peut être la meilleur des choses. 


    Bonne journée et Bonne lecture ! 

  • Une troyka divisée et l'injure suprême

    Pin it!

    On n'aurait pu penser que les "Affaires Etrangères
    belges" avaient intégré différents paramètres.
     
    La conjoncture mondiale en pleine évolution, le 
    rôle des pays émergeants, la souveraineté des
    états.
     
    Force est de constater que la visite congolaise de
    trois Ministres et non des moindres, était à côté de
    la plaque. En tout cas Monsieur De Gucht, peut être la
    "tête encore dans le guidon", des problèmes Flamands
    - Wallons, et des querelles de cheferies belgos - belges.
     
    Deux poids deux mesures . Ce n'est pas le même
    discours envers la Chine, qu'envers Kinshasa. Encore
    qu'à ce propos il y a matière à discutions. 
     
    Pourtant le rapport de forces ne joue pas en faveur de
    tels éclats qui ne sont utiles qu'à faire parlé de ceux qui
    les font. Tenir des  propos injurieux, en dehors des
    formes diplomatiques ne profite à personne. Ni aux
    Etats réciproques, ni aux populations de ces Etats.
     
    La R.D.C., n'en déplaise, est courtisée. Elle attire, elle
    suscite des vues à courts, moyens et longs termes.
     
    Certains états, du Sud, comme du Nord l'ont compris.
    Que l'Angleterre propose ses services dans une
    triangulaire : RDC - Chine - Royaumes - Unis, montre
    à quel point la vison du "Monsieur Casse Tout" est
    aux antipodes d'une vision économique d'avenir aux
    retombées gagnantes - gagnantes. 
     
    Mais peut être, le problème est-il à chercher ailleurs ?
     Et que nous n'avons encore une fois rien compris.
     
     
    Bonne journée et bonne humeur !
     
     
     
     
     

  • Kinshasa, mercredi 11 avril 2007

    Pin it!

    L’ex Vice-président et Sénateur, Monsieur Jean –Pierre Bemba
    a quitté ce matin très tôt le sol congolais avec sa famille pour le
    Portugal, où il doit recevoir des soins.

    Hier, le Ministre des Affaires Etrangères belge est arrivé à Kinshasa.
    L’arrivée de Monsieur De Gucht ne fut pas inaperçue. En effet, la
    route qui mène de l’aéroport au centre ville était arborée de feuilles
    de palmiers en guise de bienvenue.

    Chose bizarre s’il en est, que cet accueil, les visites précédentes du
    Ministre des Affaires Etrangères, s’étant souvent soldée par des
    « fâcheries » entre Bruxelles et Kinshasa.

    Faut – il voir des causes à effets entre les deux événements ?

    Pas évident et probablement que non. Les négociations pour
    le départ de Monsieur Bemba ayant commencées lors des
    événements des 22 et 23 mars derniers entre toutes les parties congolaises et internationales.

    Hier, se tenait d’ailleurs une séance à la Chambre A ce sujet.

    D’autant, que la rencontre du Chef de la Diplomatie Belge avec
    Le Président M. Joseph Kabila ne se fera probablement pas.

    Si c’est le cas, il s’agit de la seconde fois que le Chef de l’Etat, refuse
    de rencontrer M. De Gucht.

    Lors de son passage en R.D.C., le Ministre a plaidé entre autres, pour
    la mise en place d’un nouveaux Comité d’accompagnement, calqué
    sur celui de la transition mais assouplie, rapide et efficace.

    C’est que les événements armés derniers ont laissés des traces et
    que cet outil permettrait selon M. De Gucht de rétablir le dialogue
    politique entre la R.D.C. et la Communauté Internationale.

    L’idée n’est pas vue d’un bon œil à Kinshasa. La souveraineté en serait
    mise à mal, disent certains.

    Un mercredi chaud sous les tropiques. Un mercredi de plus qui voit le
    temps passer mais qui, comme sœur Anne, ne voit rien venir.