kivu

  • Réflexions autour d’un Coquelicot

    Pin it!

    Bruxelles, Paris, Texas, le rouge est mis et pas que dans les près d été. Meme maussade. Des vitres qui pleurent des larmes de pluie et de sang chaque semaine. L’une après l’autre les grandes villes et les capitales écrivent des plages de notre histoires commune, des plus terribles de ce début de siècle.

     

    Crédit Photo : @DanyMasson (à mentionné si utilisé)

     

    Lire la suite

  • Kivu Stop au Massacre

    Pin it!

     

    Stop à l'indifférence, Stop ! 

     

     

    Qui pourra dire qu'il ne savait pas ?

    L'ONU ? La Communauté Internationale ? 

    Qui ? 

    Le ventre des femme et de la terre versent

    des larmes  de sang 

     

    Qui peut dire qu'il ne sait pas ? 

    Qui ? 

     

     

     

     

     

    Lire la suite

  • La Musique Pour Mémoire : Manuscrit complet

    Pin it!

    Alors que le soleil se couche sur le Fleuve au dessus du  Pool. Qu’il n’est ni tard, ni tôt. Alors que les paons chantent leur symphonie avant et en s’envolant  dans les arbres qui les abritent, mais aussi,  l’art des artistes, sculpteurs, peintres, potiers, céramistes qui viennent ici, dans ce havre de Paix au milieu de la ville, se ressourcer, méditer, élever leur esprit à l’œuvre qu’ils veulent modeler, peindre, tailler.

     

    Alors que les restaurants de la ville se remplissent de vie. Les fourneaux pré chauffés à blanc, les plats préparés pour la cuisson attendent le coup de feu.

     

    Dans quelques minutes, le ballet des gens de salles commencera. Les vas et viens entre les tables et les cuisines  reprendra comme à l’habitude. Ici, ou ailleurs, dans cette ville, ou dans une autre, il en est de même. Au centre de l’Afrique, au bords des rives du fleuve Congo. En bord de Meuse ou à l’embouchure de l’Escaut. Entre les gratte-ciels de San – Francisco, ou à la sortie d’une usine ou du Conservatoire  de Saint – Petersburg, dans un quartier populaire de Paris ou dans une des rues de l’île Saint-Louis. Partout, même sur un sampan flottant sur  les eaux du Yang Sée Qiang. A la lumière couchante, les tables se font l’endroit de rencontre. L’endroit du repos et des rites. Rituel humain. Rites sociaux.

     

     

    ....... voir la suite dans le PDF associé 

     

    Laissez des commentaires svp.... 

    Si vous aimez, n'aimez pas,

    ce que vous pensez,

    sans pudeur, sans retenue, ... 

    Lire la suite

  • L’aigle Noir. Barbara

    Pin it!

    La Musique pour

    Mémoire

     

    Tout droit(s) réservé(s) ©DanyMasson

    Crédit Photo :  @DanyMasson / Kivu La Nuit Sera Longue 

    Lire la suite

  • La Musique pour Mémoire : "The Power Of Love"

    Pin it!

    La Musique pour

    Mémoire

     

    Tout droit(s) réservé(s) ©DanyMasson

    Image : pochette du CD de Céline Dion 

     

    Lire la suite

  • Incertitudes : Quand R.D.C. rime avec Danger(s)

    Pin it!

    Avis, 

    Cette note part dans tout les sens, peut être parce que l'auteur n'a pas les idées suffisamment claires, qu'il ne sait pas exprimer ce qu'il ressent, et peut être aussi, parce que la situation est tellement fouillée, complexe, manipulée, tendancieuse, qu'il est difficile en une note de tenir un fil rouge. Si ce n'est  celui de  la pacification. Celui du dialogue. Celui de l'abandon des haines ethniques, tribales ou nationales. Revenir à l'essentiel. 

     

    Le cadre actuel, rappel de faits récents 

    Déliquescence : de la Majorité Présidentielle (M.P.), des dissidents regroupés sous la Plate - Forme   "G7" , l'UDPS, (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) de Monsieur Etienne Tshisekedi, enregistre à partir de Bruxelles des décisions de destitution du Président Historique et Charismatique de l'UDPS. Le Parti contre attaque. Il y a cinq semaines une lettre de Bruxelles, à nouveau, mais cette fois du Président. rdc,kinshsa,kivu,kamerhe,kobler,katumbi,kabila,tshisekedi,udps,mp,pprd,katanga,onu,monusco,commissaire,province,kamitatu,ceni,ngoy mulunda,démocratie,démission,défection,trublions,g7,congoUne lettre qui  exclu  certains "trublions" du parti. Chaque semaine amène son lot d'incertitudes quant à la tenue d'élections démocratiques sans heurts et malheurs pour les populations. Monsieur Moïse Katumbi a lui aussi de fait sécession avec le P.P.R.D. (Parti de la Majorité). Chaque jour amène sa nouvelle sensationnelle. Chaque jour, c'est comme si on voulait faire monter la fièvre dans les rues du Pays. 

    Plus que jamais, ou une fois de plus, la R.D.C. est à un des tournants important de son histoire.  

     

    Crédit Photo : @DanyMasson2011 Raïs_Un_Tournant / Mat. iPhone

    Lire la suite

  • Denis Mukwege aura - t - il le Prix ?

    Pin it!

    Le Prix Nobel de la Paix au Docteur Mukwege serait

    une reconnaissance pour les Populations du Kivu.

    dénis mukwege,prix nobel,kivu,femmes,viols,viol,guerre,est,congo,kinshasa,kigali,rwanda,burundiPour ces femmes, ces hommes, ces enfants, qui vivent depuis plus de 20 années dans des guerres sans fin, plus criminelles et plus horribles, les unes que les autres. 

     

    Crédit Photo : blog de Panzi 

     

     

     

     

     

    Lire la suite

  • La censure frappe les femmes

    Pin it!

    L'homme qui répare les femmes, Kivu, Thierry Michel, Colette BraeckmanCensurez, c'est ainsi que les mythes se créent. Ce qui est censuré est recherché,

    est lu, est vu, entendu, copié. Visotsky était censuré en URSS, il était le poète -chanteur le plus lu et écouté. Elvis Presley a été censuré pour ses déhanchements

    langoureux évocateurs. Il est devenu le King et un Mythe. Aldous Huxley a étécensuré. Steinbeck, Baudelaire, Vian, Orwell, Flaubert, James Joyce et même Lewis Caroll, et .... la Bible et le Nouveau Testatment sous le Renaissance ......

    Vous connaissez non ? Voltaire disait " C'est le propre de la censure violente d' accréditer les opinions qu'elle attaque"

    Et la liste est tellement longue, ce ne sont que des exemples parmi des milliers d'autres.  

     

    DanyMasson

     

     

     

     

     Lisons plutôt le Docteur Mukwege et sa réaction quant à la censure 

     

    Réaction du docteur Denis MUKWEGE à l’occasion de l’interdiction de diffusion en RDC du film documentaire de Thierry Michel et Colette Braeckman « L’homme qui répare les femmes. La colère d’Hippocrate » 

    C’est avec un grand regret que nous avons été informés de l’interdiction de diffusion en RDC du film documentaire de Thierry Michel et Colette Braeckman. 

    Nous avons assisté aux premières du film à La Haye, à Bruxelles, à Paris, et nous avions hâte que nos compatriotes puissent le voir dans leur pays. Ce film a été fait pour eux. Ce film leur appartient. 
    Sa censure met en évidence la volonté du gouvernement de refuser au peuple congolais son droit d’accès à l’information. Son histoire et son droit à la mémoire collective et à la vérité lui sont niés dans le but de mieux le manipuler et le contrôler. 

    En effet, nous vivons en RD Congo dans un climat d’oppression, de dégradation de la situation des droits humains et de rétrécissement de l’espace des libertés fondamentales. 

    Cette énième censure vient allonger la liste d’autres censures dont nous avons été victimes. 
    En 2008, alors que les Nations Unies venaient de décerner au peuple congolais, par notre entremise, le Prix des Droits de l’Homme en reconnaissance de sa lutte contre les violations de ses droits, il n’a jamais été informé de cette récompense. Les radios et les télévisions congolaises n’avaient pas été autorisées à présenter ni le prix, ni son lauréat. 

    Tout récemment, plus de 700 députés du Parlement européen et représentant les 28 Etats membres de l’Union Européenne ont, par un vote unanime, décerné le Prix Sakharov, par notre truchement, aux femmes congolaises victimes de violences sexuelles et basées sur le genre. Ce prix a reçu une résonance médiatique importante dans le monde entier, à l’exception de la RD Congo, où seules quelques personnes avisées en étaient informées. 
    Chacun garde également le souvenir des évènements de janvier 2015 qui avaient suivi les manifestations populaires contre la révision constitutionnelle, où une répression sanglante s’accompagnait du musèlement de la presse libre, de la coupure délibérée de l’Internet, du blocage des réseaux sociaux, du brouillage des faisceaux des radios et des télévisions tels que RFI. 

    Ces mesures liberticides n’honorent en rien les responsables qui les ont prises, pas plus qu’elles ne contribuent à l’amélioration de l’image du pays. 

    Aujourd’hui, il nous apparait incompréhensible que les témoignages des femmes et des acteurs de la société civile retraçant dans ce film documentaire la dure réalité vécue par des dizaines de milliers de femmes ces vingt dernières années, mais aussi leur faculté à retrouver la force de vivre avec dignité, puissent inquiéter outre mesure les autorités qui ont pris la décision de l’interdire. 

    Jésus a dit : « Vous connaitrez la vérité et la vérité vous rendra libres. » Gageons que cette mesure d’interdiction soit temporaire, car la vérité, même si elle dérange certains, a toujours vocation à voir le jour. 

    Docteur Denis MUKWEGE

     

     

    Belle et Bonne Journée

    Belle(s) et Bonne(s) Lecture(s)

    Aussi !

     

     

     

  • Discours du Président Yuma de la FEC... pour ses voeux 2013

    Pin it!

    Le 28 janvier 2013, le Président de la Fédération des Entreprises du Congo (F.E.C.), s'adressait à l'ensemble de la population et des corps constitués. Remise des voeux, occasion de faire un bilan. Nous épinglons ici quelques moments forts de ce discours. Un complément à cet article est à la rédaction. Il reprendra la problématique entre autres, des PME, de l'industrie en général et de l'économie informelle. ....

     

    Albert Yuma, Président de la FECAlbert Yuma, Président de la FEC. Comme vous le savez, notre pays est en proie à une guerre injustifiée qui nous est imposée dans sa partie Est. Devant les pertes en vies humaines, les indicibles souffrances endurées par nos frères et sœurs ainsi que l’héroïsme de nos forces combattantes pour que la paix règne à nouveau dans cette partie du territoire national, l’heure n’est donc pas aux discours ni aux réjouissances. Cependant, en dépit de ces épreuves et de la gravité du moment, j’ai foi en l’avenir. Oui, j’ai foi en l’avenir de la RDC sous le leadership de Son Excellence Monsieur Joseph KABILA, Président de la République... .... Plusieurs personnes qui nous étaient chères ont été arrachées à notre affection en 2012. Je pense d’abord, avec un énorme pincement au cœur à mon frère et meilleur ami, Augustin KATUMBA MWANKE. Sa disparition a été une perte inestimable pour notre pays et aujourd’hui encore les congolais s’en rendent amèrement compte. Je pense aussi particulièrement à notre regretté Administrateur Délégué, feu Jean KALALA MUKONGO, aux opérateurs économiques de notre pays lâchement assassinés à l’Est et aux nombreux membres de notre Fédération qui sont décédés l’année passée...

    Il retrace ensuite les faits saillants de l'année 2012...

    Ainsi, notre propos de ce jour sera centré autour de quatre axes principaux suivants :

     l’analyse de la situation socio-économique de la RDC en 2012 ;

    l’état de nos relations avec le Gouvernement et nos principaux partenaires ;

     un rapide survol des principales activités de notre Fédération et enfin

     quelques perspectives pour cette année 2013.

    Les données de la Banque Centrale du Congo de fin décembre 2012 indiquent que le cadrage macroéconomique tel que prévu dans le Programme Economique du Gouvernement pour l’année 2012 a été réalisé voire parfois dépassé. En effet : le taux de croissance du PIB a été de 7,2% alors que les prévisions l’estimaient à 6%. Pour rappel, ce taux a été de 7% en 2011 ; l’inflation s’est située à 2,73% c’est-à-dire bien en dessous de la projection initiale de 9,9%. Ce taux a été de 15,4% en 2011 ; le taux moyen de change s’est fixé à 918,18 francs congolais par rapport au dollar américain alors qu’il était de 910.64 fin 2011 ; le niveau des réserves de change de la Banque Centrale a atteint 1,68 milliard de dollars, fin décembre 2012, soit 9,4 semaines d’importations des biens et services ....

    Un bémol ....

    Cependant, comme nous ne cessons de le faire remarquer, cette croissance économique n’est soutenue que par l’industrie extractive, le bâtiment, les travaux publics et les télécommunications; secteurs dominés par des capitaux étrangers et ne valorisant pas l’industrie manufacturière locale et la formation d’une classe moyenne congolaise, vecteurs les plus puissants pour créer et diffuser une valeur ajoutée locale....

    Le Climat des Affaires : Le Président de la FEC poursuit -,

    A ce sujet, nous ne pouvons nous empêcher d’épingler l’augmentation des prix de certains produits de base et de la pression fiscale consécutive respectivement à l’entrée en vigueur de la TVA et à l’augmentation des droits d’accises. Et que l’on me comprenne bien, nous le disons, non par esprit de contradiction mais par la volonté réelle de chercher ensemble avec le Gouvernement une solution pour le pouvoir d’achat et donc le bien-être de nos populations qui sont nos clients sans lesquels nos affaires ne peuvent prospérer, et en conséquence, pas non plus les recettes de l’Etat pour réaliser ses actions de développement économique et social. Nous avions prédit cette situation et proposé des pistes de solution mais, notre voix n’avait pas été entendue. Nous y reviendrons car je sais heureusement qu’aujourd’hui le Gouvernement a couvert la porte au dialogue avec la FEC. Pour clore ce chapitre, revenons un peu sur les efforts pour l’amélioration du climat des affaires, pour déplorer le fait que l’élan positif pris en 2011 avec la prise d’au moins dix mesures, se soit estompé en 2012. En effet, deux mesures seulement ont été prises l’année dernière relatives notamment au dépôt des instruments de ratification du traité OHADA et à l’institution du guichet unique pour la création des entreprises.

    La FEC avait mis beaucoup d’espoir dans le travail du Comité pour l’amélioration du climat des affaires, dont elle attend plus de fermeté dans le suivi de l’application de mesures sur le terrain par les administrations concernées. En tout état de cause, beaucoup de choses restent encore à faire. Nous pensons notamment à la création de la centrale des risques, aux réformes indispensables dans le domaine foncier et de l’urbanisme, à la simplification des procédures de paiement de l’impôt etc....

    A ce sujet, nous exhortons le Gouvernement à poursuivre la mise en œuvre des mesures figurant dans sa feuille de route. L’année passée, le pays a perdu 4 places dans le rapport Doing Business chutant de la 176 à la 181ème place sur 185 pays. Ces chiffres ne font pas plaisir à la FEC et elle ne les utilise pas pour stigmatiser le Gouvernement.

    Nous sommes les premiers pénalisés par les pertes de partenaires, investisseurs potentiels et par de plus grandes difficultés d’accès aux financements bancaires.

    Le Gouvernement et la FEC doivent mener ensemble le combat pour l’amélioration du climat des affaires. Il y va du bien-être de nos populations.

    Et de poursuivre au sujet du partenariat accru entre la FEC et les institutions ... entre autres le Président dit ;

    Par ailleurs nous avons renforcé notre partenariat avec les autres institutions du pays notamment l’Assemblée Nationale en 2012. Au cours d’une audience que l’Honorable Président de l’Assemblée Nationale a bien voulu nous accorder, nous lui avons suggéré l’inscription à l’ordre du jour de la session de la Chambre basse du Parlement de plusieurs préoccupations de la Fédération en matière législative. Il s’agit notamment :

    1) du projet de loi fixant les règles relatives aux conditions et modalités de sauvetage de l’industrie nationale vitale en péril, déposée à l’Assemblée Nationale le 26 novembre 2009 pour examen et adoption ainsi que la prise d’une loi spécifique pour encourager la création de micro, petites et moyennes industries nationales, la promotion de la classe moyenne congolaise ainsi que de la femme entrepreneur. A ce propos, le plaidoyer de la FEC a consisté à demander le renforcement des capacités des industries locales, l’assignation des contrats programmes par des lois sectorielles, la prise des mesures incitatives, particulièrement en faveur de l’entrepreneuriat féminin et l’allègement de la fiscalité pour le PME congolaises.

    2) de la promotion de l’agriculture par l’amendement de la loi n°11/022 portant principes fondamentaux relatifs à l’agriculture, notamment en ses articles 16, 21, 82 et 84 qui ne sécurisent pas les investissements étrangers dans le secteur ;Les propositions de révision de cette loi devraient prendre en compte les impératifs d’attrait des investissements étrangers par la sécurisation des capitaux, la distinction entre les exploitations agricoles existantes et nouvelles, la réduction de la fiscalité qui frappe le secteur, car toutes les plus values sont taxées à 40%.En outre, la loi actuelle ne prévoit aucune mesure de facilitation pour les petites exploitations agricoles détenues par les opérateurs économiques congolais et crée plusieurs cadastres autonomes au lieu d’en garder un seul avec des sous secteurs intégrés. Je voudrais rappeler au Législateur que l’agriculture, plus que les mines, sera demain le facteur de développement de la RDC. Il faut donc des textes qui attirent le plus d’investisseurs car il s’agit d’investissements lourds pour des rendements à long terme.

    3) La loi sur la libéralisation du secteur des assurances dont le projet a pourtant été finalisé depuis 2005;La libéralisation des assurances offre plusieurs avantages pour le développement économique car les assureurs peuvent sécuriser les capitaux investis. Ce qui va avoir des effets d’entraînement dans tous les secteurs économiques. Le législateur a tout intérêt à examiner ce projet de loi dont les travaux d’harmonisation avaient été faits par tous les partenaires

    4) La promotion de nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC);Le secteur des télécommunications est un secteur multidimensionnel. La promotion de ce secteur permettra un meilleur développement de nouvelles technologies de l’information et de communication avec effets d’entraînement à tous les autres secteurs (médecine, éducation, mines, médias etc...). La RDC avec sa faible densité d’une ligne pour 10.000 habitants est encore loin d’atteindre l’objectif d’accès universel aux TIC qui se situe à une ligne pour 1.000 habitants. L’Etat doit renforcer son caractère de facilitateur et assouplir la fiscalité qui grève le secteur ; il est à noter que 40% du chiffre d’affaires des entreprises de télécommunications sont payés à l’Etat.

    5) La mauvaise application de la loi portant code de la navigation maritime par la mise à la chaîne des navires par le Ministère des Transports et Voies de Communication ;Il s’agit principalement de l’exigence faite par le Ministère de Transport et Voies de communication aux navires battant pavillon étranger de détenir une « Lettre de mer » délivrée par la RDC. Or la lettre de mer c’est l’identité du navire qui est délivrée par son pays d’origine. Cette tracasserie, qui entraîne des frais énormes aux armateurs, fait détourner les navires vers Pointe Noire ou d’autres ports environnants en Afrique et expose le pays à une pénurie des produits importés.Un second dossier à charge de ce Ministère, c’est le monopole qu’il vient d’accorder à AMI Congo à traiter tous les navires pétroliers en violation de la loi sur la libéralisation économique dans le secteur. Heureusement, nous espérons une issue heureuse à ce dossier dans le cadre des ateliers qui ont commencé avec le Gouvernement depuis le 24 de ce mois.

    6) La nécessité d’amender la loi portant réforme des entreprises publiques ; le moratoire de 36 mois accordé à ces dernières ayant expiré le 07 juillet 2011, il nécessite d’être prorogé jusqu’à 72 mois, faute de quoi elles seront toutes déclarées en faillite dès l’entrée en vigueur du Traité de l’OHADA ;

    7) La préparation d’un projet de loi sur le fonctionnement de la Banque Centrale du Congo afin de l’engager à la réalisation des objectifs de croissance et de financement de l’économie, en mettant l’accent sur l’émergence d’une classe moyenne congolaise, en plus de sa mission première de conduite de la politique monétaire.

    Des exemples réussis existent dans d’autres pays aujourd’hui appelés émergeants.Les avantages qu’offrirait la promulgation de cette loi vont de pair avec la libéralisation des assurances car elle offre aux banques commerciales la possibilité de mobiliser les dépôts.

    8) La révision des recommandations n°003 et 006/CAB/P/AN/EB/2010 de l’Assemblée Nationale concernant les dossiers des travailleurs licenciés à la suite des pillages de 1991 et 1993 et d’autres subséquents, la position de la FEC étant de faire respecter les procédures légales en matière de différends de travail, car les pillages ou les différentes crises qui ont émaillé l’économie congolaise, à la base des décisions des licenciements, ne relèvent pas de la responsabilité des entreprises, mais plutôt de celle de l’Etat congolais ........

    Après avoir fait le point sur d'autres relations bilatérales avec des partenaires Nationaux et Internationaux, le Président poursuit ..

    C’est l’occasion de saluer la bonne collaboration des syndicats des travailleurs qui se sont montrés disponibles à partager avec notre Fédération leurs points de vue sur les problèmes économiques et sociaux du monde du travail. C’est le cas des concertations que nous avons eues ensemble pour harmoniser nos positions à l’occasion de la tenue de la 30ème session du Conseil National du Travail qui a été consacrée essentiellement à l’examen du projet de loi portant révision du Code de sécurité sociale.

    Toutefois, la FEC a continué à déplorer l’acharnement de certains services du Ministère de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale et du Ministère de la Justice, ainsi que certains services de sécurité sur les entreprises aux fins de chercher à imposer aux employeurs des décisions sur les conflits de travail au mépris des dispositions légales et règlementaires.

    Parmi ces cas de tracasseries, nous pouvons citer le dossier des anciens travailleurs licenciés des entreprises pour cas de force majeure à la suite des pillages de 1991 et 1993 et autres dossiers subséquents. La position de notre Fédération reconfirmée auprès de toutes les autorités du pays consiste à respecter strictement les lois et règlements du pays en la matière.

    Nous ne cesserons de le répéter, l’Assemblée Nationale devrait se dessaisir de cette question dont la procédure de règlement est définie par la loi 015/2002 du 16 octobre 2002 portant Code du Travail.

    Nous espérons que l’acte posé par le Premier Ministre en juin 2012 en prenant un décret portant dissolution du Cadre Permanent de Dialogue Social (CPDS), qui s’était détourné de sa mission, constitue le retour définitif à légalité.

    ....

    2013 et croissance ; Des questions

    Par ailleurs, notre Fédération recommande qu’après l’es élections présidentielles et législatives le processus électoral aille à son terme en mettant en place toutes les autres institutions tant provinciales que nationales. Quant aux prévisions du cadre macroéconomique pour l’année 2013, les estimations de la Banque Centrale du Congo font état de ce que : la croissance économique de la RDC devrait s’accélérer pour s’établir à 8,2% cette année ; le taux d’inflation sera maintenu à un chiffre et se situera autour de 5,8% ; le taux moyen de change du franc congolais est projeté à 930,03 pour un dollar américain.

    Toutefois, l’autorité monétaire prévient que ces chiffres encourageants réclament au préalable une politique budgétaire et monétaire orthodoxe.Ici,

    Distingués Invités, je suis obligé de m’interroger sur nos statistiques comparées à celles que donnent d’autres sources, notamment le FMI encore, qui publie des statistiques où les projections de croissance des pays africains de 2011 à 2015 reprennent l’Ethiopie avec 8,1%, le Mozambique 7,7%, la Tanzanie 7,2%, le Congo Brazza 7,0%, le Ghana 7,0%, la Zambie 6,9%.

    Je me demande où se situe donc la RDC dans les projections du FMI. Conformément aux instructions du Chef de l’Etat et fidèle à sa ligne de conduite, notre Fédération se tient à la disposition du Gouvernement pour lui apporter la contribution nécessaire en vue du développement économique et social de la RDC.

    Aussi et à cette fin, la FEC met-elle la dernière main à son Livre Blanc ; document qui fait un état des lieux succinct tant sur l’environnement institutionnel et règlementaire des affaires que sur les secteurs prioritaires, relève les contraintes majeures à l’activité économique et propose des solutions pour la relance des différents secteurs d’activités économiques.

    Hommages ...

    C’est le moment maintenant pour moi de rendre hommage, mais alors un hommage vibrant, à l’homme qui symbolise à lui tout seul la FEC, la réussite dans les affaires dans le respect de l’éthique, et une contribution exemplaire au développement du pays. C’est dans le bureau de cet homme, qu’en 2005, un groupe d’administrateurs m’avait proposé la présidence de la FEC, en succession à Pascal KINDUELO. Cet homme qui est à la FEC depuis sa création en 1960, a décidé aujourd’hui de se retirer des affaires et de céder le commandement à son fils, cet homme pour qui la RDC est son seul et vrai pays, cet homme qui a mérité 100 fois la nationalité congolaise, cet homme qui a gardé la FEC debout au moment de la turbulence de l’arrivée de l’AFDL à Kinshasa, cet homme que je vous demande d’applaudir debout, Mesdames et Messieurs, cet homme, c’est WILLIAM DAMSEAUX. Mr. William Damseaux, Dirigeant de Orgaman. Mr. William Damseaux, Dirigeant de Orgaman. William, comme nous avons eu à te le dire, tu ne quitteras jamais le Comité de Direction et le Conseil d’Administration de la FEC tant que Dieu te gardera en vie. La RDC et la FEC ont besoin d’un modèle comme toi devant eux. William, si nous avons fait cette fois une cérémonie de vœux accompagné d’un diner, c’est pour te rendre à toi, devant tous tes amis du monde des affaires et du monde politique, tous les honneurs que tu mérites pour les bons et loyaux services rendus à la FEC, mais je crois surtout à la RDC. Qui sait, par exemple, que c’est toi qui es le promoteur touristique du parc de VIRUNGA dès 1963 que tu as décidé de garder comme seule activité sous ton contrôle ? Merci William, merci pour tout.

    William Damseaux, Orgaman

    Belle et bonne journée, bonnes lectures aussi.

  • Au coeur de l'Afrique ...

    Pin it!

    Masisi, Kivu, Goma, RDC, Kinhasa, Paul Kagamé, Joseph Kabila, Réfigués, Agression, Viols, Guerre, Barly Baruti,

     

    Dessin de Barly Baruti, texte de Dany Masson

    A Goma, terre noire, terre chaude, terre de cendres et  de vies. A Goma, ma sœur, A Goma, Au Nord Kivu dans la tourmente. Aux femmes, aux Enfants, Aux hommes, a Nos Frères et à Nos Soeurs qui fuient. A cette humanité abandonnée.  A Goma ville sœur, ville de transit, ville de commerces. A Goma, ville d’eau, ville plurielle. A Goma, ville de cris et de larmes.  A Goma où le son des canons ont remplacés le Chant des Tambours, Goma, Ô Ngoma !

    Il était en Virunga, des girafes, des vaches, des Gorilles, de Grands singes blancs aussi, de hauts eucalyptus, de grands baobabs et des bambous à perte de vue,  mille et une sortes qui faisaient la faune et la flore de nos grands espaces de nos hautes cimes accrochées au ciel bleu de nos aïeux.

    Nous pouvions lire aux lignes dessinées sur les pelages, comme aux lignes dessinées sur la paume des mains des hommes. L’avenir, la vie, la mort, l’amour, la chance et bien d’autres voies encore.

    Aujourd’hui, un ciel fauve, reflet du grand lac de feu éternel du Nyiragongo à la lave éternelle comme les neiges au dessus du Kilimandjaro. Le ciel fauve éclaire mes os qui dessinent des lignes de mort tout au long de mon long cou. Dans le Rift africain, dans les veines du parc de la Virunga, je suis lasse de cet ouragan de feu qui sèche les pluies de mon enfance.

    Le matin, là haut, au dessus des nuages, je tourne le cou à gauche, à droite ou au centre, les yeux vides se tournent vers la misère et la pauvreté  et des nuées pour linceuls. Ô  nature notre mère qui fit de nous des êtres et des hommes, où es tu ?

    Les balles et le cri des femmes, la recherche de l’Or noir, le sang de la terre, l’exploitation de la misère, ont remplacés dans le grand parc les longues cornes au lait de miel dont la vallée se réputait. Les vaches paissaient où maintenant les hommes et les êtres trépassent. Le pétrole remplace le caoutchouc sur l’autel de nos peines séculaires.

    Où sont les anges de nos ancêtres, les amulettes, les statuettes ?  Où est partie notre sagesse ? Où sont les anges, nos ancêtres ? Mes os ont froid sous ce ciel aux couleurs si chaudes. Sous ce ciel aux couleurs de sang les hommes sont comme des volcans.

    Comme le magma, les hommes s’infiltrent dans les fissures, éclatent  nos vies, écartent nos proches. Les lèvres de nos femmes ainsi percées s’ouvrent, tandis que les cris retentissent, sous le ciel de feu, le ciel de sang qui fait des hommes, des volcans.

    L’Okapi, mon frère, ne viendra pas en Virunga. Car ses yeux et son cœur pleurent au son des balles des lâches.

    Il était en Virunga, des paysans courageux, des femmes fières, belles, aux jambes longues et fines comme celles des gazelles. Il était en Virunga des girafes charpentées comme des tréteaux hauts marchant la tête vers le haut. Il était en Virunga la vie de notre beau pays et le Masisi pour grenier.

    Aux larmes citoyens succèderont les charmes retrouvés de nos mères. Pays, à mi chemin entre ère nouvelle au milieu de nulle part, nous émergerons par ton fleuve, par tes lacs et tes chemins, jeunes et vieux, nous te ferons beau, comme sur le pétrin, des ses mains, l’homme fait sont pain. Ô mon Congo, Ô Congo de nos aïeux.

  • La vérité rien que la vérité ! De la sérénité aussi !

    Pin it!

    Rare,  mais  l'exception  confirme  la règle,  la publication

    en  entier  d'un  article à propos de la Région des Grands

    Lacs  Africains.  Cet article de Colette Braeckman auquel

    ce  blog et l'auteur souscrivent. Les mêmes questions, les

    même  inquiétudes.  Pourquoi maintenant ?  La fuite,  ses

    origines ne  devraient pas trop étonner ceux et celles  qui

    suivent assiduments la situation de cette région.Qui mieux

    que Colette Braeckman pour faire une synthèse, avoir une

    lecture de terrain ? Nous avons eu la chance de nous croisé

    sur certains. Ici, la tension monte. C'est regrettable. Rien ne

    sert aux uns et aux autres de surenchérir.

     

    Cette actualité,  est à suivre  de  près. Ce  qui  est ou sera

     publié et avalisé par l'ONU ne sera pas ce rapport tel quel.

    Quoi qu'il en soit, il  ne  doit pas laisser une  porte ouverte

     supplémentaire aux négationniste du Génocide de 1994.

     

    A tout prendre il sera peut être une monnaie d'échange qu'

    utilisera la France qui est de nouveau devant le dilemme de

    faire ou ne pas faire de commission sur le Rwanda et les

    événements de 1994.

     

     

    Bonne lecture et Bonne journée !

     

    colette.jpg

    Colette Braeckman : Crédit Photo Le Soir


     

    La  vérité due  aux  morts  et  les  intérêts  des   vivants


    Il n’y a pas de bonnes et de mauvaises victimes. Si l’on  veut

    que   la région des Grands  Lacs connaisse  un jour une  paix

    durable,  il faudrait que la lumière soit faite sur tous les crimes

    qui y ont été perpétrés, par les uns et par les autres,   que tous

    les morts, quel que soit leur groupe ethnique ou leur nationalité,

    puissent être pleurés sans contrainte et reposer en paix.   Mais

    il n’y a pas non plus de bonne et de mauvaise vérité et si l’ONU

    entend prendre la tête de l’exercice, elle doit aussi rappeler ses

    propres responsabilités :   l’abandon du   Rwanda, la protection

    humanitaire accordée à   des génocidaires en armes confondus

    avec les réfugiés,  l’incapacité de régler le  problème sécuritaire

    que leur présence représentait tant pour le Rwanda que pour les

    populations congolaises. Et, de nos jours encore, il faut déplorer

      l’incurie  des Casques bleus qui,   à Luvungi, n’ont pas  réussi, et

    peut-être pas tenté, de protéger 200 femmes congolaises violées

    systématiquement par des rebelles dont  la présence,   il importe

    de s’en souvenir, découle directement des évènements  de 1994

    et de la guerre de 1996-1998…


    Cela étant, à condition qu’elle aborde les causes autant que les

     conséquences, l’investigation menée au Congo est légitime, car

    elle  rend justice à ces millions de  Congolais qui ont été, à des

     titres  divers, victimes d’une guerre qui n’était pas la leur.  Mais

    elle est aussi explosive, car la publication du rapport risque de

     bousculer plusieurs gouvernements de la région : des éléments

    des forces armées rwandaises sont directement visés, mais des

     Burundais, des Ougandais, ainsi que des officiers congolais, hier

      membres des groupes rebelles, pourraient également être mis

    en cause.


    Pour être complet, le rapport devrait aussi mentionner les appuis

     internationaux dont bénéficièrent à l’époque les forces de l’AFDL

    ainsi que leurs adversaires. En effet, au moment des massacres

    de Tingi Tingi, des mercenaires serbes se trouvaient à Kisangani,

    recrutés  par  les Français et ils s’apprêtaient à faire leur jonction

    avec  les  combattants hutus qui   se servaient des  réfugiés civils

    comme de boucliers humains.


    En  outre,  les attaques  sur les  camps et la traque  des réfugiés à

    travers le Congo furent rendues possibles par des photos aériennes

     fournies par les Américains, tandis que les Canadiens faisaient tout

    pour décourager, au début de la guerre,  une intervention plus vaste

    de l’ONU.


    Autrement dit, il serait totalement injuste de charger uniquement

    les  gouvernements africains de la région, comme si  les Nations

    Unies et surtout les grandes puissances membres du Conseil de

    sécurité   n’avaient   pas été   activement  impliquées   dans   ces

    événements,   évènements   dont les peuples   de   la région des

    Grands Lacs allaient payer le prix durant des décennies.


    Après  quinze  années de  silence  obligé et   de  triomphe de la

    raison d’Etat, ce rapport, dont la fuite, inévitable mais   peut-être

    pas   fortuite,  apparaît  comme un pavé dans la mare, alors que

    les  gouvernements de la région commençaient enfin à se parler,

    à collaborer, à s’engager dans la reconstruction. Les intérêts des

    vivants, qui   aspirent à  la paix,   au développement,   pourraient

     entrer en collision avec la vérité due aux morts…


  • L'échevin des produits wallons dans les ananas

    Pin it!

    Luc Toussaint, c'est une personnalité, des slogans,

    des idées qui font mouches et des projets qui se

    concrétisent.


    clip_image001

    Crédit Photo : Luc Toussaint.


    C'est peut être une aubaine qu'il jette son dévolu

    sur ce coin de terre, à l'Est de la R.D.C. en bordure

    du Lac Kivu ? Parce qu'il s'installe notre Luc. 


    clip_image003

    Crédit Photo : Luc Toussaint.

     


    L'homme des slogans... "Je fais du Liège vitrine", 

    "Je vais au marché" ou "Passe par Liège on à le

    coeur sur la Meuse", le rendent populaire mais au

    delà, il capte les initiatives et les entreprises qui

    veulent investir dans le renouveau de la région de

    Liège. Un des ses hauts faits, l'abattoir public de

    Liège et la création de 700 emplois et la réalisation

    de plus de 200 millions d'Euros de chiffre d'affaires.


    clip_image004

    Crédit Photo : Luc Toussaint.

     


    Affaires économiques et culture ont toujours été ses

    moteurs de vie. "Du Rock et du boulot". Et il s'y

    tiendra à ses promesses.


    Il ne serait pas inattendu qu'il nous sorte un de

    ses jours, un beau mot pour la culture des ananas,

    du manioc, ou de la patate douce.


    Luc Toussaint, un type à l'air de Dandy, la barbe

    grise au menton, un chapeau à la Indiana Jones, 

    ne vous fiez pas à son look, écoutez le plutôt.


    clip_image005

    Crédit Photo : Luc Toussaint.

     


    En une année, il fait parler de 3Tamis, de l'agence

    Espérance, de la vie des villageois, de la vie des

    petites gens et des communautés de pêcheurs, d'

    agriculteurs, d'éleveurs. Du commerce équitable, 

    de l'Ecotourisme. Un regard neuf, mais pas naïf,

    il donne à voir une autre réalité dans les Kivu que

    celle qu'on nous donne à voir dans les médias.


    Il positive sans transfigurer la réalité. Pas dupe

    il sait qu'il ne suffit pas d'avoir du bagout et un

    beau chapeau pour réussir. il sait que l'exotique,

    c'est lui,ici, dans cette région, dans ce pays.  

    Il donne un coup de main à une association de 

    plus de 250 cultivateurs, qui travaillent sur 150 Ha

    de terre. S'il s'investit ce sera ... 

     

    A Suivre ! 

     

    Ananas_image002

    Crédit Photo : Luc Toussaint.

     


    Bonne journée et Bonne lecture. 

     

  • Ecotourisme dans les Kivu et ...

    Pin it!

    Dans la région du Lac Kivu et des autres Grands lacs à

    l'Est de la R.Dém. du Congo, l'Agence Espérance ouvre

    un nouvel espace pour un tourisme intelligent. Agence

    de promotion d'un écotourisme "Solidaire", un tourisme

    humain.

    Cliquez sur les images ou sur le lien d'Agence Espérance


    Agence Espérence_2471_femmes


    Promotion de la nature, des paysages féeriques, promotion

    de la culture,  promotion  de la cuisine,  promotion et aussi

    échanges des expériences humaines. 


    Agence Espérance_oignonsRouges

     

    Protection de l'environnement, tourisme durable, équitable

    sont les maîtres mots de cette initiative pour un tourisme

    implanté dans une région délaissée par les marchands

    d'exotisme.


    L'agence Espérance n'est pas un "voyagiste" c'est un lien

    entre ceux qui sont des passionnés de découvertes et de

    recherches d'expériences humaines, pour à terme peut

    être, déboucher sur des initiatives de développement et

    de nouvelles espérances pour le monde rural.

     

    Le site est convivial et facile a utiliser. Il dispose déjà de

    la rubrique "Bons plans" qui explique le milieu, la faune,

    les distances, le mode de vie, enfin qui donne les bases

    des conseils pratiques si vous voulez vous rendre dans 

    le Kivu ou dans la Région des Grands Lacs. D'autres

    onglets, "Bonnes nouvelles" et "Bons plats".


    Agence Espérance_riviere

    Cliquez droit sur les images pour les avoir en talle réelle.

     

     

    Bonne journée et Bonne lecture !

     

  • Sud Kivu : Projet Solange

    Pin it!

    Louisette Libert, une amie, me fait part de l'action mise

    en place à Saint Ghislain d'aide en faveur  du  Projet

     Solange initié par Mme Claudine Druez, il y a plus de

    trois ans. 


    Voici l'affiche, pour ceux qui peuvent se rendre à l'endroit

    de la brocante en faveur de l'hôpital que soutient Claudine

    Druez, au Sud Kivu.  Cette infirmière juste retraitée qui part

     en mission chaque année pour une durée  de quatre mois

     au moins. Les missions consistent entre autres, à aider le

    personnel soignant mais aussi  au renforcement durable

    des capacités en milieux hospitalier à partir des moyens

    existants sur place. 


    Le projet Solange comporte une vingtaine de bénévoles.

    Mme Druez, ne compte pas en rester la. Elle tente après

    chacune de ses missions de mobiliser et de susciter des

    vocations parmi le personnel médical et soignant de sa

    région. 

     

    Ci dessous un lien qui permet de suivre un mini reportage

    au Sud Kivu. Vous pouvez aussi l'atteindre  d'un simple

    clic sur l'affiche.


    http://www.telemb.be/content/view/5769/166/



    16932_1349905783203_1098107201_31063476_8551_n

    Bonne journée et Bonne lecture !

     

  • Le petit bout de la lorgnette

    Pin it!

    Par souci d'objectivité quant au discours du Président de

    la République. Voici un lien ci-dessous qui permet de se

    le télécharger en versin PDF. Ce lien a été mis en ligne

    par l'Ambassade de la R.D.C. à Bruxelles. 


    C'est donc de l'information directe qui permet de se faire

    son opinion sans passer par le petit bout de la lorgnette

    et les commentaires. 


    http://www.ambardc.eu/index.php?option=com_

    content&view=article&id=93:le-president-de-la-

    republique-a-prononce-son-discours-sur-letat-de-la

    -nation&catid=42:rokstories



    Bonne journée et bonne lecture !

     

  • Etat Critique : La situation dans le Kivu

    Pin it!

    MSF est entrain de faire une nouvelle campagne de 

    sensibilisation à propos de la situation qui prévaut 

    encore et toujours dans le Kivu, à l'Est de la R.D.C.

    mais aussi dans la Province Orientale.

     

    Malgré des avancées significatives pour tenter d'

    enrayer cette situation entre d'une part le pouvoir

    en R.D.C et celui du Rwanda, voir les actions sur

    le terrain menées conjointement par les ennemis

    d"hier. Les populations sont décimées encore et

    toujours dans l'incertitude du lendemain.

     

    La campagne s'intitule : "Etat Critique, les mots de la

    guerre dans l'Est du Congo" et cette fois, elle  est plus

    axée sur les "blessures" qu'engendrent la guerre. Celle

    - ci faut il le rappeler dure depuis plus de dix ans. Avec 

    de plus en plus de troupes incontrôlées et surtout les

    ex interahamwes (génocidaires rwandais). 

     

    Laissez vos témoignages. Comme à l'habitude, l'ONG

    MSF ne perd pas le nord en matière de communication.

    Vous pouvez laisser vos témoignages sur le site mais

    aussi parler, envoyer des messages via Twitter, l'oiseau

    de bonne ou de mauvais augure, c'est selon, qui permet

    de relayer les témoignages de sympathie, ou autres

    à partir de vos ordinateurs de bureau ou de poche, les

    GSM entre autres.

     

    Le site est bien présenté, ludique. D'un clic on accède

    à des  vidéos témoignages. Coté droit, la carte  et

    la possibilité de laisser un témoignage à telle région

    ou autre. Celle ou vous avez des connaissances, des

    amis, des parents peut être, ou tout simplement par celle

    dont vous vous sentez le plus proche.

     

    Ce qui est certain, c'est que nous sommes tous plus

    ou moins directement concernés par la situation dans

    le Kivu. Par cette misère qui n'a pas de nom. Par ce

    besoin d'humanité dont ils ont plus que jamais et

    encore besoin.

     

    Un message, un soutien.

     

    "Lisez les autres messages. regardez les vidéos pour

    connaître l'histoire de personnes qui luttent pour leur 

    survie. Découvrez le site pour en savoir plus sur la

    situation dans l'Est du Congo et parlez-en

    autour de vous".

     

    Leurs blessures, se sont aussi celles de l'humanité.

    Donc, les nôtres.

     

    Vous pouvez acccéder au site par un simple clic

    sur l'image ci-dessous.

     

    Bonne journée et bonne lecture !

     

     

    Etat Critique MSF Kivu

     

     

  • La question du moment

    Pin it!

    Nombre de personnes passent par Kinshasa. Hommes

    d'affaires, onusiens, ONGiens, touristes, volontaires en

    milieux sociaux etc...


    Une question revient à chaque fois : "Que pensez vous

    de l'évolution du pays ?"


    Afrique Magazine ne s'y est pas trompé avec un slogan

    fort. Il s'affirme comme le magazine pluraliste et ouvert

    celui qui ouvre l'espace de la réflexion. "Une autre Afrique"

    Une autre Afrique, pas que guerre et désolation !

    C'est un peux la logique et le fil rouge de la réponse.

     


    Que dites vous, que répondez vous à cette question ?


    Tout d'abord qu'il est difficile de balayer d'un tour de main

    l'objet même de la question et qu'il y a tant à dire.


    D'emblée, çà va mieux. Il existe des indices qui nous

    laissent à penser que nous sommes dans la bonne voie.


    Impensable, il y a moins d'un an, de voir des opérations

    conjointes militaires en vue de pacifier le Kivu et l'Est du

    pays entre  l'A.P.R., (armée rwandaise) et les FARDC, Force

    Armée de la République Démocratique du Congo.  FARDC

    et APR ensemble à la chasse des FDLR et autres renégats

    qui sévissent dans la région. 


    La rencontre de Goma des présidents congolais et rwandais

    est un autre signe. Les "deux K", M. Kabila et Kagamé se

    sont vus en terre congolaise. Les "deux K". Cà nous rappelle

    la rencontre Kennedy - Kroutchev. Autres "deux K", autre lieux

    autre problème à résoudre. L'enjeux, à y regarder de plus

    prêt, n'est pas aussi différent. Une rencontre pour apaiser

    une région et le monde. 


    Cette rencontre sonne comme un cri. Ou plutôt l'échos à un

    cri de désespoir. Celui  des réfugiés, de ceux qui sont privés

    de leur terre, des ventres des femmes meurtris, des enfants

    sans repères, des hommes aux regards errants comme le

    lot de leur vie.

     

    Dans les ventre des gens de l'Est,  comme de ceux des

    autres régions congolaises, qui subissent la guerre.

    Il y a un cri. Il y a l'attente. Il y a un Lac qui s'assèche, les

    tam - tam qui appellent à la paix. Dans le ventre des gens

    de l'Est et des autres régions, le long du Fleuve Congo,

    il y à l'espoir !

     

    VéloTransport
    Photo : Luc Toussaint (à mentionner)


    Les travaux, les rencontres, les réunions internationales sont

    autant de signes positifs qui font croire, qui donnent à croire

    que le pays peut s'en sortir.

     

    L'opération "Tolérance Zéro" annoncée le 30 juin 2009

    par le Chef de l'Etat et ses effets au coeur d' un des piliers

    de l'Etat de droit, qui reste l'objectif clé,  "l'appareil juridique"

    mais ailleurs aussi  dans les fonctions des entreprises de

    l'Etat. 


    La crise financière d'octobre 2008, tombe mal.  Et dès le

    mois de novembre de cette année là, les entreprises minières

    ferment leurs portes. Et pour causes. Le cours des minérais

    s'effondrent, la Chine elle même est déboussolée. Dans les

    régions minières, la désolation. Une de plus.  L'offre devient

    plus importante que la demande. Le monde paye les pots

    cassés des spéculateurs. L'Afrique et la RDC n'y échappent

    pas.  


    En ce mois de septembre 2009, si on ne peut encore dire 

    que les voyants sont au vert. Les cours du cuivre et du

    nickel sont entrain de remonter. Une embellie sur les

    cours, qui se prolongerait équivaudrait à une plus grande

    accalmie financière dont le Congo à grandement besoin.

    Des  sources de revenus assurées pour l'Etat. Rappelons

    que la RDC compte 10% des réserves mondiales de cuivre

    et quasi 40% de Cobalt. 

     

    Vu sous cet angle, vous direz c'est très optimiste !

     

    N'occultons pas les problèmes rencontrés chaque 

    jour par les congolais. La lutte pour la vie, comme on

    dit ici. On continue de chercher la vie ! Sa propre vie,

    ses propres ressources pour le ménage, pour les études,

    pour la formation. 

     

    L'indice qui pose problème, en ce moment et qui ne fait

    que croître au fil des années. Le manque de formation.

    Les manques de l'éducation. Le manque au niveau de la

    recherche. Il y a eu déperdition ces 20 dernières années.

    Un gouffre à combler au plus vite.

     

    Cette question du moment reste tout de même avec

    un grand point d'interrogation et l'espoir.

     

    Bonne journée et bonne lecture !

     


  • 3Tamis Festival de Bukavu

    Pin it!

    Le Festival de Bukavu est entrain de se mettre en place

    et est dans sa dernière ligne droite avant l'ouverture des

    rideaux.


    4ème édition et comme le disent les organisateurs, un

    projet un peux fou, issu d'une synergie entre différentes

    associations d'orizons divers.


    "Fou, parce qu'aussi, c'est dans un moment où à nouveau

    des femmes, des enfants, des hommes sont soumis à la

    tortures de l'inacceptable violence sous toutes ses formes"

    ....

    "Le FestBuk est la volonté réaffirmée qu'au delà de la

    guerre et malgré les crimes, des personnes croient,

    espèrent en des jours meilleurs, plus encore,

    dénoncent et proposent une autre manière de

    construire la société..."

     

    C'est à toutes les personnes qui dans l'ombre

    ou publiquement, risquent «leur vie pour la Vie»

    que ce 4ème Festival de Bukavu est dédié...

     


    Pour plus d'informations, contactez :

    Luc Toussaint
    Directeur Communication et Média

    +243 99 59 14 139 -

    festbuk@yahoo.fr

    Une organisation 3TAMIS ASBL


    Franck Mweze, Coordinateur 3TAMIS


    Protais Cherubala, Directeur du FestBuk

    3Tamis

     

    Bonne journée et bonne lecture !


  • Luc Toussaint, Carnet de voyage, suite 6

    Pin it!

    Luc_Classe

     

    Carnets de voyage au Pays des Grands Lacs 2009 .

     

    Bukavu:


    Bukavu, grande ville de 800 000 habitants, est construite

    sur les bords du lac Kivu et particulièrement sur les 5

    promontoires ou presqu’îles et les multiples collines et

    pentes du massif qui s’élève jusqu’à 2000 m. Elle est ville

    frontalière avec le Rwanda et le Burundi et donc un centre

    d’échanges et de commerce important.

     

    Bord du Lac Kivu

     

    L’ancienne ville coloniale est évidemment construite sur

    les bords du lac, de nombreux immeubles subsistent un

    peu partout : villas, hôtels, écoles, casernes, palais de justice,

    bâtiments communaux, PTT, prisons et des édifices religieux

    catholiques dont  des églises, lycées, écoles techniques,

    monastères et le splendide site des Pères jésuites d’Amani à

    la pointe de la plus belle des presqu’îles, juste en face des

    vertes collines du Rwanda. Bukavu compte également une

    mosquée et de nombreux temples évangélistes…..

     

    Mosquée Bukavu

     

    La Compagnie de distribution d’eau a 18 000 abonnés ou

    compteurs, ce qui représente vraisemblablement une population

    de 150 à 200 000 habitants desservis en eau alimentaire de

    façon discontinue (plusieurs coupures et chutes de pression

    importante chaque jour). Il s’agit d’une eau de ruissellement

    traitée dans une station d’épuration située à 5 km du centre

    ville. Selon les informations recueillies auprès d’un membre

    de la Coopération belge spécialiste de  l’eau, les montagnes

    qui bordent la ville disposent d’énormes nappes aquifères

    d’une eau d’excellente qualité ! Bukavu ne manquera jamais

    d’eau alimentaire pour peu que l’on exploite ses richesses.

     Place de Bukavu


    En ce qui concerne l’électricité, la situation présente n’est pas

    plus favorable. Les privilégiés disposent de groupes électrogènes

    fonctionnant au fuel (pollutions sonore et atmosphérique) et

    peuvent ainsi ne pas trop souffrir des coupures de fourniture

    d’électricité (très nuisibles pour les ordinateurs et autres matériels

    sophistiqués). Exemple ce vendredi matin dans un quartier très

    privilégié: électricité à 6 h 30 puis coupure à 8 heures, pas de

    pression dans l’eau alimentaire suffisante pour la douche !

     

    La température en journée varie entre 24 et 28 degrés la journée

    (rarement 32 !) et il faut être à 2 000 m d’altitude par temps de

    pluies pour connaître 19 degrés. Le soir, il faut se couvrir

    légèrement, petit vent et 21 degrés.

     

    Vélos Tshukudu Goma
     

     

     

    La prison générale de Bukavu :

     

    Le bâtiment construit à 100 m du grand carrefour de l’Indépendance

    (actuellement en travaux avec des buldozers et engins de chantiers

    conduits par des Chinois) est imposant comme toute prison. Dès

    que l’on se trouve à l’intérieur, la situation est toute différente !

    Plus rien ne s’impose sinon les cris et interpellations des prisonniers

    dans la cour centrale. Il faut dire que les 840 prisonniers présents

    lors de notre visite sont livrés à eux-mêmes. J’accompagne le

    responsable de la Division Droits de l’Homme de la Monuc, mon

    ami Luc Henkinbrant, juriste verviétois, ancien Directeur d’Amnesty

    International Belgique et expert ONU depuis de nombreuses années

    en RDC. Le directeur de la prison dira lors de notre réunion de

    travail que lorsqu’il doit se rendre à l’intérieur de l’établissement

    pénitentiaire, il lui arrive d’uriner dans son pantalon (texto). En

    effet, des 8 gardiens et militaires chargés de la sécurité, aucun

    n’entre dans la prison. Les prisonniers sont donc totalement livrés

    à eux-mêmes et les plus forts font la loi ! De plus, il n’y a pas de

    cuisine centrale équipée et pas de service repas. La plupart du temps,

    ce sont les familles qui viennent porter nourriture au détenu,

    cependant fréquemment, la population carcérale connaît la diète,

    faute de livraison de nourriture par les autorités. Le directeur nous

    demandera d’être son porte-parole auprès des autorités supérieures

    afin d’améliorer cette situation qui génère des mutineries et des

    évasions parfois massives telle celle du 18 avril 2008 : 184 évadés

    dont des condamnés pour meurtres et violences sexuelles.

     

    La visite d’un responsable de la Monuc  a pour objectif d’informer

    le ministre de la Justice de la situation et particulièrement du fait

    que des condamnés dangereux et des délinquants sexuels s’évadent

    trop souvent, ce qui augmente aux yeux de la population, et des

    intéressés eux-mêmes, le degré d’impunité, augmentant d’autant

    l’insécurité des populations et particulièrement des femmes

    victimes de violences sexuelles.

    Prison
     


    Parmi les nombreuses propositions présentées par la Monuc pour

    améliorer la situation, il faut mentionner l’ouverture de «  fermes

    pénitentières » afin d’occuper et nourrir correctement les détenus.

    Hélas, toutes les propositions ne sont pas suivies d’effet, sauf

    peut-être pour celle de Kabare. Nous nous y rendons le jour même.

     

     

    La prison de Kabare dans la commune de Bagira :

     

    Bagira est une des 3 communes qui composent Bukavu, elle

    est construite sur les versants montagneux dominant le lac.

    Les urbanistes et architectes de l’époque coloniale ont

    parfaitement aménagé l’espace montagneux et construit de

    sorte que la vue sur le lac ou les montagnes environnantes

    soit imprenable. Grande place centrale en carré avec la

    maison communale, le cinéma, le magasin et les maisons

    mitoyennes, serrées les unes contre les autres comme dans

    les cités ouvrières des charbonnages et usines de Wallonie,

    sans oublier les grosses bâtisses des directeurs et autres

    cadres et ingénieurs ! Tout ce bâtit est  très délabré et parfois

    purement et simplement abandonné pour les plus isolés.

     

    Pour atteindre la prison, il faut poursuivre la montée par cette

    route de terre rouge que seul un 4X4 peut parcourir, à la

    condition que la pluie très fréquente ne l’ait pas rendue

    glissante et par conséquent impraticable (la terre argileuse du

    Kivu se transforme en boue savonneuse très glissante à chaque

    pluie).

     

    La prison de Kabare, située en milieu rural, est entourée de

    terres agricoles et dispose de possibilités pour du petit élevage.

    Mais, si la prison a été rénovée récemment avec des moyens

    belges et européens, la mise en pratique de la proposition

    Monuc est au point mort.

     

    La prison a d’ailleurs été réduite de 70 détenus ce matin même

    sans que la direction ne puisse exposer une explication claire.

    Il semble que les autorités policières, qui avaient procédé à

    des rafles de jeunes sur les marchés deux jours avant la visite

    du président Kabila, aient enfin cédé aux pressions d’ONG

    et de la Monuc, les arrestations ne reposant sur aucun fait

    pouvant justifier un emprisonnement. Les personnes arrêtées

    de façon totalement illégale, pour la plupart des jeunes de

    moins de 20 ans, ont séjournés en prison une semaine entière,

    quasiment sans nourriture, les familles concernées n’ayant

    jamais été informées du lieu de détention ! 

     Prison Kabare

    En route pour Goma :

    Et voici un nouveau périple avec déplacements en hélicoptère

    et bateau, visites d’un hôpital soignant des civils blessés par

    balles, d’un camp de 50 000 déplacés et de la ville de Goma

          550 000 habitants - envahie par 5 000 taxis-motos….

     

    Mais bien sûr, va encore falloir que j’explique où est Goma,

    qu’un volcan la domine et l’envahit régulièrement de coulées

    de laves etc…..

    Ok !  Mais comme je suis persuadé que la plupart d’entre vous

    ont ouvert leur atlas, que certains en ont même acheté un

    nouveau et que tous les autres sont allés sur Google Earth et

    qu’ils ont tout vu et tout compris, je vais être très bref (sic).

     

    Vélo Tshukudu chargé

     

    Camp Mugunga Goma

     

     

  • Luc Toussaint, Carnet de voyage, suite 4

    Pin it!

    Luc_Classe

     

     

     

     

     

     

    CARNET DE VOYAGE AU PAYS DES GRANDS LACS 2009

     

    Comme toutes les frontières, le même scénario,

    d’abord dans le décor général il faut des taxis ou

    plus précisément des taxis collectifs ou minibus, les

    seuls transports de personnes qui existent là où il n’y

    a ni trains ni service de bus publics. Mais en plus il faut

    des policiers, quelques militaires et pourquoi pas des

    douaniers et tant qu’on y est d’autres voyageurs….


    Bien vu, c’est exactement ce que j’ai capté en arrivant,

    un 4X4 de la MONUC en plus (Mission ONU au Congo)!

     

    Entré dans le bureau,  un Européen qui termine les

    formalités me tend la main et se présente, « Je suis de

    la MONUC , je vais à Bujumbura, n’es-tu pas Luc l’ami

    de Luc ? »

     

    Et me voilà déjà repéré !

     

    Deux cents mètres plus loin, entrée en RDC, le même

    scénario sans personne de la MONUC…

     

    Dans le bureau du chef, un grand sourire m’accueille,

    je tends une main franche et directe, yeux dans les

    yeux, le chef m’invite à prendre un siège ! Accueil

    convivial, tampon et poignée de mains en 3 minutes.

    Et voilà, avis aux amateurs……

     

    La barrière se lève, entrée en RDC et la danse

    commence, impossible de rester assis sur le siège,

    la route est tellement défoncée que seuls les 4X4

    peuvent passer sans racler le sol avec le bas de

    caisse.

     

    Pas de bitume, aucune trace d’asphalte, elles ont

    disparu depuis des années ! Ca des nids de poules !

    Mais ce sont des nids d’éléphants ! Des bosses et des

    fosses de 30 à 40 cm, jamais vu cela, ni en Turquie, ni

    en Iran, ni en Afghanistan dans les années 70, jamais vu

    cela dans le Sahara ni en Casamance, au Zimbabwe

    ou au Botswana, nulle part !

     

    En route vers de nouvelles mais prudentes aventures !

    Vitesse de la voiture : 5 à 10 km/h, rarement 15 à

    l’heure, heureusement, 10 km nous séparent

    d’Uvira.


    Sur cette route provinciale d’entrée dans Uvira, des

    centaines de motos-taxis rivalisent d’adresse pour

    évoluer entre les piétons souvent chargés, portant des

    barres de fer ou des régimes de bananes, ou des

    jerrycans et autres récipients en plastic jaune remplis

    d’eau, des vélos eux aussi chargés de sacs de farine

    ou de ciment, de ballots de feuilles de manioc, de bois

    de chauffage etc….La plupart du temps, le cycliste

    marche à côté de son vélo-mulet !

     

    Et dans toute cette circulation, des enfants,

    des chèvres, des ‘mamas’ rentrant de la rivière avec

    la lessive, mais aussi quelques camions,

    camionnettes et jeeps militaires de la Garde

    Présidentielle. C’est vrai, je l’avais oublié celui-là,

    le Président Joseph Kabila  n’est pas loin, mais

    où ?


    Prendra-t-il la parole, s’adressera-t-il aux habitants

    d’Uvira, c’est la question que chacun se pose ?

     

    Après le repas pris en famille chez John, fufu et

    petits poissons fumés, la route s’ouvre à nous vers

    le nord, une des très rares routes asphaltées de

    RDC. Cette route plein nord de 70 Km nous mène

    vers Kamanyola et le poste frontière avec le

    Rwanda de Bugarama.

     

    Tout le long de cette voie, des centaines de

    mamas rentrent du champ portant leur outil et des

    réserves de bois de chauffage, ainsi que quelques

    fruits, choux ou manioc.


    Toutes ces femmes de tous âges marchent sur le bord

    de la route en file indienne, le dos courbé sous le

    poids de la charge (pour en savoir plus

     

    http://www.observatoiredelaparité.org

     


    Peu d’hommes participent aux travaux agricoles,

    moins de 5 % si mon observation est bonne, de

    plus, généralement l’homme a un vélo.

     

    Vie quotidienne_enfants en promenade

     

    Nous traversons des villages disposant d’un ou deux

    puits que l’on repère facilement en voyant la

    concentration de petites filles portant des jerrycans

    jaunes autour et alentours et bien sûr le long de

    la route.

     

    C’est sur cette route qui longe la grande plaine (très

    peu cultivée et exclusivement de façon artisanale

    sans aucun recours aux  bêtes de somme et encore

    moins à des engins mécanisés) que l’on peut

    s’approvisionner en lait, lait caillé, yaourt produits

    à partir des troupeaux qui paissent dans cette

    plaine et dans les collines la bordant.

    Après une heure et demie de route, frontière

    rwandaise, formalités habituelles.

     

    Dès la barrière passée, on est dans un autre

    monde ! Les routes sont parfaites, avec rigoles

    d’évacuation des eaux, marquages au sol,

    panneaux de signalisation routière.


    Si l’habitat est relativement construit avec les

    mêmes matériaux, l’environnement des

    maisons est soigné, nombreuses fleurs

    et « verdurisation » entretenue autour

    et alentour.

     

    De plus, la circulation est structurée et les animaux

    telles les chèvres sont attachées ou tenues en laisse

    par des enfants notamment.

     

    Un autre pays, mais surtout un autre monde !

    La traversée de 50 km se déroule sans encombre,

    photos des enfants et jeunes filles et garçons

    portant des jerrycans d’eau (à première vue, les

    garçons participent au transport de l’eau), photos

    diverses dont les très belles plantations de thé.

     

    Vers 18 heures, arrivée au poste frontière et entrée

    en RDC pour retrouver le pont franchi une route

    défoncée, la vitesse de déplacement chute

    de 60 à 10 km/heure.


    Le Lac Kivu est de moi, une splendeur, des

    lumières incroyables, quel beauté, quelle joie !

     

    Luc_Bateau et drapeaux

     

     

     Route suivie d’Uvira à Bukavu :

     

    Uvira, Bwegera, Kamanyola, frontière de Bugarama…

    transit dans le Rwanda puis arrivée à Bukavu par

    le poste de Ruzizi Premier.

     

    Pêche dans le lac Kivu :

     

    Pêche au filet Maya, petites mailles, en barque

    de bois de 5 m de long avec moteur hors-bord

    classique, pêche à la lampe à pétrole essentiellement

    à la tombée de la nuit ou pendant la nuit.


    Le filet est lancé pour 2 heures, pêche de 5 à 10 kg

    de très petits poissons de 8 à 12 cm (même taille

    que les anchois). Le kilo est vendu par le pêcheur

    1 400 fr congolais le kilo aux mamas, celles-ci les

    font sécher au soleil durant une heure ou deux selon

    la taille puis les transportent et revendent au

    marché 1600 à 1700 francs.


    A Bukavu, la coopérative regroupe 140 pêcheurs,

    54 coopératives pour le lac Kivu côté RDC.


    Pour devenir pêcheur et adhérer à la coopérative,

    il faut acheter un filet et suivre la formation

    organisée par la coopérative. Le pêcheur n’ayant

    pas de barque paie un dollar par semaine au

    propriétaire pour pouvoir jeter un filet chaque jour.

     

    Une autre coopérative regroupe les pêcheurs qui

    utilisent d’autres méthodes pour la pêche du tilapia.

    Ce poisson de plus grande taille a été introduit

    récemment dans le lac Kivu.


    Il faut savoir que le sous-sol du lac contient des

    poches de méthane, exploité à partir de deux

    plates-formes. Mais de ces poches s’échappe

    du gaz dans le lac, ce qui limite très fort la vie

    aquatique : pas de crocodiles ni d’hippopotames,

    ni de poissons de grandes tailles comme le capitaine

    et la perche du Nil que l’on trouve dans le

    Tanganyika voisin.

     

    Activités sur et dans le lac :

     

    Par ailleurs et cela posera problème si l’Autorité

    publique décide de développer le tourisme au bord

    du lac, très peu d’habitants ont appris à nager (pas

    de piscines, très d’accès aisés au lac car pas de

    plage à Bukavu et environs) ce qui engendre

    régulièrement des noyades lorsqu’une barque ou

    un bateau chavire. Les pêcheurs ne savent pas

    nager non plus (sauf très rares exceptions) !

     

     

    Transports à Bukavu :

     

    Pas de transports publics organisés, pas de

    routes bitumées à l’exception d’un tronçon de

    2,5 Km et de 500m en construction depuis

    7 mois !!!!


    Les transports collectifs sont exclusivement

    privés et se décomposent comme suit : 2700

    motos-taxis, 300 voitures-taxis et des minibus,

    principalement des Toyota transformés – les

    sièges sont remplacés par des bancs de bois

    afin d’augmenter le nombre de places - et

    accueillant 24 passagers assis, plus ceux

    qui s’agrippent aux portes !


    Pour le transport des marchandises, camions

    et camionnettes de toutes tailles et en tous genres,

    pas de charrette avec animal de bât. Mais il faut

    mettre en évidence les milliers de femmes qui

    portent tout sur la tête ou sur le dos : bois

    de chauffage, sacs de farine de 50 voire de

    100 kg (n’en croyant pas mon guide, j’ai

    vérifié !), des fruits, légumes, poissons, charbon de

    bois, des briques de construction etc…..

    Les hommes portent peu et utilisent de

    préférence le vélo.

     

     

    A Suivre, les parcs, les Gorilles...

    Bonne journée et bonne lecture !

     

    Luc et gorille

  • Luc Toussaint, Carnets de voyage, suite 3

    Pin it!

    i

    Luc_Classe

     

    CARNET DE VOYAGE AU PAYS DES GRANDS LACS 2009

     


    Située sur le lac Tanganyika, juste en face de

    Bujumbura, la ville d’Uvira, porte d’entrée de

    toutes les rébellions, en ce compris celle qui,

    vit arriver Laurent Désiré Kabila père et l'AFDL

     

    Ma porte d’entrée également. Serais-je encore

    rebelle, libérateur,ou simplement enragé, à

    chacun de voir ? En tout cas mes amis du Collectif

    Liège 2015 peuvent apporter un témoignage

    récent.

     

    A l’écoute de Radio Okapi, j’apprends que le

    Président, Joseph Kabila,  est en visite officielle

    au Sud Kivu et notamment à Uvira !

     

    Celui qui veut suivre et comprendre cette première

    journée de route se doit d’ouvrir – maintenant tout

    de suite – un atlas, s’il veut appréhender la situation

    et voir les deux grands lacs et les trois pays : Burundi,

    RDC et Rwanda.

     

    En résumé et pour situer, la RDC est un  pays immense.

    Pour saisir cette immensité il faut se rappeler que le

    Congo correspond aux territoires des pays d’Europe

    qui s’étendent du Portugal à la Pologne comprise !

     

    Et que la région des Grands Lacs est équivalente à la

    France et l’Espagne mais comprenant des régions et

    pays de petites superficies dont le Kivu ( Est de la RDC )

    , le Burundi et le Rwanda et de grands pays comme

    l’Ouganda et la Tanzanie notamment ! Le lac Tanganika

    est long de 750 Km !

     

    Je suppose que vous avez suivi et que l’atlas est ouvert

    sous vos yeux ébahis et curieux !

     

    Pour les autres yeux tout aussi curieux, Google Earth

    est également instructif !

     

    « En route vers de nouvelles aventures ! », comme disait

    Tintin à Milou……Et oui, il est impossible pour moi de

    voyager ici sans que ne resurgissent de mon enfance les

    images de « Tintin au Congo »….

     

    Mais bien sûr, j’ai aujourd’hui beaucoup d’autres lectures

    et références sur l’Afrique et le Congo et particulièrement

    le livre remarquable du journaliste polonais décédé

    récemment Ryszard Kapuscinski, « Ebène – Aventures

    africaines » en « Pocket » n°11351, à lire et relire

    absolument, en vente dans toute bonne librairie à Liège

    pour 6 €.

     

    Une route de bitume longe le lac Tanganyika à gauche,

    à droite s’étend une plaine de marécages et  végétations

     luxuriantes, à l’horizon des collines et montagnes vertes

     surplombées de nuages m’attirent.

     

    Ils sont des centaines sur la route, vélos chargés comme

    des mulets, motocyclettes à deux ou trois passagers et

    marcheurs portant toutes sortes de charges et d’outils,

    route étroite sans bas-côtés, sans tranchées d’évacuation

    des eaux de ruissellement, avec des nids de poules par-ci

    par-là, mais pas de problème pour la Toyota blanche 4X4

    chassis long dans laquelle je suis installé « comme un Prince »

    « Passe par le Burundi, tu seras comme un Prince » ils disaient

     

    C’est exact, sur le bord de la route que nous parcourons

    à vitesse réduite vu son étroitesse et les très nombreux

     usagers faibles, John au volant, des marchandes de fruits

     et légumes nous invitent : ananas, citrons, oranges, poires,

     avocats trois fois plus gros qu’au Delhaize !

     

    On traverse ensuite la rivière Ruzizi qui réunit le lac

    Kivu au Tanganyika et qui constitue la colonne vertébrale

    de la grande  plaine du même nom séparant Burundi

    du Congo et puis du Rwanda.

     

    Et nous voici déjà à la frontière, nous avons parcouru

    15 Km.

     

    La frontière !

     

    Asuivre ...

     

    Bonne journée et bonne lecture !


    Vie quotidienne_femme au fagot


    Vie quotidienne_le marché

     

  • Luc Toussaint, carnets de voyages N° 1...

    Pin it!

    DSCF1263_2

     

    Présentation...

    çà faisait longtemps que ce RDC Carnet de Notes

    voulait s'ouvrir à d'autres écrits, d'autres carnets.

    Après plusieurs tentatives de partages en directe

    avec d'autres amis. Voilà que c'est chose faites.

    Et quel honneur de commencer avec un ami tel

    que Luc Toussaint.


    Luc Toussaint, photos coin supérieur gauche, à eu

    la gentillesse de confier ses carnets de notes à cet

    espace. Il seront reproduits ici dans la plus stricte

    fidélité de l'auteur, et par suites successives, tenant

    compte de la longueur des "notes africaines de Luc".


    Luc Toussaint, nous nous sommes connus en 1976-

    1977, à Liège, notre ville. Il était journaliste à la

    R.T.B.F. et donnait des cours de formation à la F.A.R.

    Fondation André Renard.


    C'est l'année de la Dentellière, film de Claude Goretta,

    avec Isabelle Huppert, dans un des ses premiers grands

    rôles au cinéma.


    Luc est depuis quelques jours dans le Kivu, à l'Est de la

    R.D. Congo. Il est arrivé par Bujumbura à Bukavu. Il

    s'est rendu à Goma, dans les montagnes de la Virunga,

    à Kigali, Uvira....


    Mais laissons la parole, ou plutôt la plume à Luc et à

    ses récits d'homme cultivé, curieux des autres, sportif,

    et toujours émerveillés par la diversité culturelle, l'une

    des richesses des peuples.

     

    Première partie : dès ce vendredi 3 avril 2009


    Bonne fin de journée et bonne lecture.

     

  • Le point "G"

    Pin it!

    Le ou les Kivu(s) sont au centre de toutes les

    préoccupations du moment, dans pas mal de

    capitales occidentales, comme asiatiques du

    reste.

     

    Linguisitiquement parlant, nous le disions il y

    a quelques jours, les anglos-saxons comme

    les francophones remettent les couverts. Si

    l'on se souvient du sommet de La-Baulle en

    France, François Mittérand avait déjà avertit

    des enjeux à ce sujet. Et,  ce n'est  peut  être

    pas tout à fait un hazard, si certains militaires

    de l'opératrion Turquoise en 1994, au Rwanda

    ont quelques peux fait du zèle en tirant sur les

    forces du F.P.R. qui avançaient sur Kigali.

     

    Ce n'est peut être pas tout à fait un hazard,

    si les troupes rwandaises, rentrèrent avec les

    F.A.R.D.C. au Congo, le jour de l'investiture du

    nouveaux Président des Etats-Unis, Monsieur

    Barack Obama.

     

    Les lenteurs ou les rencoeurs françaises par

    rapport à Kigali, n'ont pas facilités les choses.

    De  manière  pragmatique,  on ne  va  pas se

    plaindre  de la nouvelle politque française, des

    missions de son Ministre des Affaires Etrangères,

    le Dr. Bernard Kouchner et du Président français.

    Car durant ce temps de querelles, le français à

    bel et bien disparu du pays des Mille Collines.


    En lisant les journaux, en écoutant les radios, on

    se dit que ce n'est pas possible que cette région

    soit oubliée. Richesses minière, richesses du point

    de vue alimentaire, (ex grenier du Congo), besoins

    de tout, trop grand, et nous en passons.

     

    C'est comme, quand les hommes et les femmes

    sont à la recherche du point "G" pour le plaisir,

    des sens.  Cette région c'est un peux le point"G"

    de  tout  les phantasmes . Miltaire,  économique,

    linguisitque (et ce n'est pas une nouvelle histoire

    belge), territoriale, (les autre sont petits et ici tout

    est grand), enjeux politique bien sure.

     

    C'est à l'Est que se lève le soleil, mais au Congo,

    c'est souvent de l'Est que se lèvent les frondes

    contre le ou les pouvoirs en place et pas que celui

    de Kinshasa, mais aussi de Kampala, Kigali...

     

    Bref, un point "G" comme "Géostratégique".

     

    Après de telles élucubrations,

     

    Bonne journée et bonne lecture.

     

    Kivu_lake

  • L'armée rwandaise en R.D.C., çà fait parler les gens

    Pin it!

    Après une absence de Kinshasa de quelques

    jours, le Carnet de Notes se rouvre au public

    et au clavier.

     

    Le sujet abordé, ce jour, est un peux réchauffé

    mais le fait est que le Carnet devait en retenir

    quelques notes...

     

    L'entrée des troupes rwandaises en République

    Démocratique du Congo a fait couler beaucoup

    d'encre, et aussi  de salive.Cette coopération qui

    est un tantinet osée, entre la R.D.C. et le Rwanda

    est peut être anonciatrice d'un nouvel élan pour la

    C.P.G.L. Pourquoi pas ?


    Pas une autorité qui n'ai pas son avis, pas un citoyen

    qui n'ai aussi son avis. De l' incompréhensions,

    des questions, de l' irritations, ou  autre indignation.


    Le fait est que la région n'est plus sécurisée depuis

    la fin du génocide rwandais de 1994. Que tant du

    côté des forces armées de maintient de la Paix en

    R.D.C., la MONUC, que du fait des FARDC, l'Armée

    régulière congolaise et ses alliés circonstanciels, n'ont

    pus, trouver des solutions à la problématique des

    Ex-interahamwes et de leurs descendants, ni des

    autres troupes rebelles à l'Ouganda. De même lors

    de l'occupation des troupes rwandaises en 2000 -

    2001.


    D'un coté à l'autre du Lac Kivu et de la chaîne de

    montagnes de la Virunga, çà cause, çà discute,

    çà crache comme un volcan.


    La démocratie aurait été bafouée ! Il faut dire

    ici que les tractations entre les deux capitales,

    Kigali et Kinshasa, se sont déroulées en dehors

    des circuits diplomatiques officiels, nous entendons

    par la, que les Parlements et Chambres hautes

    n'ont pas été consultées.

     

    Lire à ce sujet, l'interview de Monsieur Vital Kamerhe,

    Président de la Chambre des Députés, par Mme

    Colette Braeckman du Soir.

    Liens : Vital Kamerhe n'était pas au courant...


    Occupation, pillages, nouveaux massacres... Dans

    Le Monde, ou plutôt sur un des blogs du journal Le

    Monde, Monsieur André Bonnet, qui y va d'un couplet,

    que ne renieraient les révisionnistes du génocide de 1994,

    titre,  "Nouveaux massacres de masse  prévisibles 

    au Congo Ex-Zaïre" Je vous écrit le liens de ce

    texte, par souci, de pluralisme et d'ouverture.

    N'en déplaise, c'est sur fonds de défense des

    intérêts français et contre une culture anglo-

    saxonne que ce texte est développé.

     

    Vous me direz, mais vous aussi, vous y allez de

    votre petit couplet. C'est vrai, çà me tient trop à

    coeur, pas par intérêts matériel, ou politique, mais

    par rapport à la tragédie que vivent les populations

    du Kivu, depuis tant d'années et l'amour de ce

    pays. Par le fait aussi des massacres perpétrés

    par la L.R.A., rebelles ougandais.

     

    Ce n'est pas non plus l' intérêt, culturel ou linguiste

    qui est le fil rouge de ce propos.  Le temps n'est

    pas à ce genre de discussion. Définir la priorité

    sans rajouter une nouvelle dimension, au drame

    qui est vécu au quotidien dans cette région, par la

    population.

     

    L'histoire des guerres, nous apprend, hélas, ou

    pas, que les issues à celles-ci, ne sont pas

    forcément, la victoire au bout du fusil, mais faites

    de tractations autours d'intérêts économicos

    ou financiers communs aux belligérants. Pas

    toujours joli, donc, mais c'est un fait. Voir

    les décisions lors de la fin de la 2ème guerre

    mondiale, le partage de Yalta entre autres, la

    décision de lancer le Plan Marshall, et autres...


    Pour ce qui est de la recherche d'une solution à

    la sécurisation de la Région. L'entrée des forces

    rwandaises, en concertation avec la R.D.C. n'est

    elle pas la vraie porte de sortie à cette crise

    humaine ? 


    L'accord entre Kigali et Kinshasa, antidémocratique,

    n'est il pas une nécessité  pour l'avenir de cette région ?

    Ils devront s'expliquer c'est certain. Mais en attendant ?

    Que faire ?

    Sinon agir.

    KivuHRW
    Photo : Human Rights Watch

    La problématique des rebelles rwandais réglée,

    il n'y a plus de prétextes à des incursions en R.D.C.


    Reste tout de même, la question des minorités

    qui étaient au début, défendues, par L. Nkunda

    et le CNDP. Le rapatriement des réfugiés congolais

    Baniamulengues ...  La démystification de cette 

    fatalité, ethnique qui est devenue RACISTE, dans

    le courant des années "50 et 60"...


    A ce sujet, l'accord entre les pays, fait qu'à ce jour

    l'Etat congolais récupère son autorité sur la

    totalité des Kivus. L. Nkunda, qui s'est mué

    en rebelle contre l'autorité de Kinshasa et à

    remis en cause des élections démocratiques

    à franchis un pas qu'il ne fallait peut être pas

    franchir, tant pour Kigali, que pour Kinshasa,

    mais aussi pour d'autres intérêts internationaux.


    Ne sommes nous pas, face à une solution  africaine

    , à un problème africain ?


    Si cette dernière réussi, c'est quelques peux faire

    la nique aux spécialistes des conflits et nous

    en passons.


    On parle, donc, on écrit, (la preuve), attendons

    encore, le mois de mars , pour tirer des conclusions

    qui s'imposeront à tous. Dans l'espoir que cette

    initiative se termine de manière positive, dans

    l'intérêt de tous.


    Le réchauffement des relations entre Bruxelles

    et Kinshasa tombent à pique dirons-nous sans

    autres commentaires. Il aura fallu Neuf mois, de

    gestation pour accoucher de cette normalisation

    quelques peux conditionnée.

     

    Enfin, que dire ? Sinon, de rester à l'écoute des

    événements et de se documenter.


    Pas moyen de quitter cette page sans parler de

    la disparition de Mme Alison Des Forges décédée

    dans un accident d'avion de 12 février 2009.

     

    C'est une grande dame qui nous a quitté. Une des

    plus grandes spécialistes du génocide rwandais.

    Une vraie chercheuse. Il n'y avait pas de vérité toute

    faite pour elle. Après l'avoir rencontrée à Kigali en

    1997, j'avais compris çà. Son étude monumentale

    sur les événements de 1994, en est une preuve.

     

    Elle s'est battue dès le début pour que l'on admette

    la véracité et la pertinance du mot génocide contre

    les Tutsis. Parce que dès 1993, elle était intervenue

    pour annoncer l'impensable.

     

    Elle s'est battue et s'est vue refuser le droit d'entrer

    en territoire rwandais suite à une remise en cause

    de diférents événements, les allégations du juge

    Bruggière en France (qui vont couler NDLR),

    à une remise en cause des tribunaux Gashashas, et

    de son incompréhension devant le jugement de Mr.

    Pasteur Bizimungu, Premier Président après les

    événements de 1994

     

    Elle s'est battue pour ses idées et pour les autres.

    Mais a t'elle vraiment disparu ? Son action en faveur

    des populations africaines des Grands Lacs, restera

    à jamais dans les mémoires de millions de gens

    anonymes ou non.

     

    Alison Des Forges

    Mme Alison Des Forges

     

    Bonne lecture, permettez de vous dire

    bonne journée demain seulement.

     

  • Décembre, mois des trêves, des voeux et des bilans.. de fêtes aussi.

    Pin it!

     

    Décembre, les fêtes, la trêve des confiseurs. Il faut

    dire que ladite trêve vaut surtout là ou rien ne se

    passe, rien n'explose... et tant mieux.


    Affrontements et violences..

    Reprise des hostilités entre Israël et la Palestine. Ce

    qui va relancer en n'en pas douter une nouvelle et

    Longue « Intifada ».

    En R.D.C., à l'Est plus précisément, les informations

    contradictoires circulent. Négociations entre Kigali

    et Kinshasa, d'une part réarmement plus que massif

    des camps de la rébellion et de l'Armée régulière d'une

    autre. Ce qui laisse toute une série de suppositions

    voler, circuler, tarauder les esprits.

    a-    Arrangements entre amis qui se servent sur

    le malheur des populations....

    b-    Absence de solutions de la part des la C.I.

    (Communauté Internationale), dans un conflit dont

    Les coûts sont plus que ce que le monde à jamais

    connu après la seconde guerre mondiale. Tant en

    vies humaines, en détournements de tous genres,

    en pillage des richesses, en dérèglement du bio-

    système,  et nous en passons.....

    kivu_Exode_2008_web

    "Kivu, l'exode. A quand la fin ?"

    L'espoir reste que la paix revienne. Mais c'est sans

    compter avec d'autres forces contraires. Celles de

    La L.R.A., l' « Armée de Résistance du Seigneur »

    Ougandaise,  vient de massacrer à la machette des civils

    dans la zone frontalière entre les deux pays.


    Santé,

    Le Ministre, Monsieur, Auguste  Mupipi Mukulumanya

    vient de confirmer l'épidémie Ebola dans la région du

    Kasaï Occidental, près de Mueka. Les organisations tant

    médicales qu'humanitaires, et gouvernementales, sont

    à pied d'œuvre pour tenter d'endiguer ce nouveau fléau.


    Ebola_Kasaï_CONGO-DEMOCRATIC-EBOLAweb
    "L'action sur le terrain, Ebola, frappe..."


    Justice,

    les hommes d'affaires belges, italiens et libanais,

    ont été relaxés et sont sortis de prison cette semaine. Le

    cas prête à pas mal de commentaires. Ils sont « présumés »

    coupables d'avoir détourné des fonds publics. Ce qui est

    demandé pour l'instant aux autorités, c'est de respecter

    les droits de la personne, les droits humains et retenir la

    présomption d'innocence. Ce qui est réclamé aussi, c'est

    plus de transparence dans la justice. Un état de droits. Ceci

    pour différentes raisons, plus évidentes les unes que les

    autres. La protection des personnes, l'investissement privé,

    la bonne conduite en matière des affaires.


    Culture et fêtes....

    « Les enchanteurs » ont donnés leur traditionnel concert de Noël

    ce 18 décembre à la Halle de la Gombe devant plus de 530

    spectateurs. Ils étaient accompagnés des enfants de l'école

    française de Kinshasa. Spectacle dédié à la Paix, autour d'un

    conte qui a aussi bien enchanté les petits que les grands.


    Ave Mariablog
    "Avé Maria...."

    Papi, les enfants et les beignets....
    "Papi.. raconte les beignets de Noël..."

    IMG_3496web

    IMG_3502web

    Nicolas à la trompette, Francis Chef de choeur au clavier..

    IMG_3594web
    Reuben, contre ténor.... des frissons...

    IMG_3487web
    "Mon beaux sapin..."

    IMG_3611web
    "bons baisers de Kinshasa..."

     

    Décembre, mois de fêtes, de bons vœux, mois des bilans.

    Kinshasa non plus n'échappe pas aux embouteillages dus

    à la fièvre acheteuse des uns et des autres. Capitale oblige.

    Malgré la crise, malgré la guerre, malgré l'incertitude, il faut

    bien vivre et se dire que çà ira mieux demain...


    De nouveaux magasins ont vus le jour. Les femmes se font

    encore plus belles, même dans les quartiers les plus démunis.

    Kinshasa_2008web
    Kinshasa....


    2008 se termine avec une crise économique mondiale dont

    les retombées se font ressentir ici, aussi, à Lubumbashi, à

    Kinshasa, à Matadi, Boma, Kolwezi, Kisangani.


    Pour 2009, nous souhaitons que tous vos vœux se réalisent

    que tout se passent de manière plus juste, que le monde

    arrête de marcher sur la tête.


    Pour 2009, que la santé soit plus abordable à tous et que

    celle-ci soit vôtre.


    Pour 2009, que la paix ne soit pas seulement un slogan,

    un vœux pieux, mais une réalité.


    Bons baisers de Kinshasa... Ici il n'y a pas de neige, ni

    de sapins, mais il y a du soleil, des palmiers et de la

    bonne humeur à partager.


    Bonne année 2009 à tous et toutes.


    Fête_Kinoise_Spectacleweb

    Les couleurs du spectacle...




     

  • Kivu, Sarajevo des temps modernes

    Pin it!

    Le Congo est un pays à part et il en paie les frais.

    Le Congo est convoité. Ses richesses enfuient dans

     son sous-sol sont convoitées.


    Le Congo est riche. Sa population est pauvre.

    Le Congo est grand, et ses habitants prennent

    les chemins de l'exil. Les uns forcés pas la guerre,

    les autres forcés par l'absence d'un avenir tout

    court.

     

    Comme le Congo est grand, c'est dans ce pays

    que la plus grande force onusienne est basée.

    Plus de 17 500 personnes. Combien sont ils à

    l'Est ? La ou le bruit des kalachnikov remplacent

    le bruit paisible des gens qui s'en vont aux champs.

     

    On annonce 3 000 de plus. Ils seront plus de 20 000

    donc, à pacifier le pays.

     

    Les belges en seront-ils et avec quel mandat ?

    La question est discutée dans les hémicycles du

    pouvoir. Les dernières sorties sous le béret bleu

    laissent un goût amer. L'âme des paras belges

    torturés et assassinés à Kigali planent sous les

    voutes du Parlement.

     

    L'environnement et le décor.

    L'environnement économique  mondial désastreux,

    les équilibres de forces géopolitiques remis en

    causes. On est dans un fameux foutoir, permettez

    l’expression.

     

    Il faut intervenir. A ce jour, personne n'en doute.

    Laisser ce bourbier s’enliser pourrait  avoir des

     incidences bien plus grandes si on y regarde à

    deux fois.

     

    Les rebelles, disent non à une intervention européenne.

    L'Etat congolais dit non à un nouveau contingent venu

     de l'Inde. Le Rwanda allier privilégié des USA, dans la

     région avec son voisin, l’Ouganda ne sont pas inactifs.

     

    L'Europe semble divisée quant à ses objectifs avoués,

    du moins. La Chine regarde ses accords remis en cause

     par la Communauté Internationale. C’est dire les implications

     internationales qui sont en place. C’est dire aussi, les implications

     que pourraient avoir les uns et les autres dans une  configuration

     de guerre qui s’enliserait.

     

    Bref, les ingrédients sont la pour servir de prétexte

    à n'importe quel "faucon" de n'importe quel bord, et

    pour hâter une fuite en avant que personne ne peut

    dire où elle mènerait réellement.

     

    Ne manque, qu’un Archiduc en visite dans la région,

    et qui se prend une balle, pour parfaire le tableau. Vous

    direz que des Archiducs, il n’en courent plus tellement

    les rues et les collines, mais bon, Sarajevo, reste tout

    de même un symbole de la connerie humaine. Prenons

    donc les exemples la ou ils sont.

     

    La crise économique et sociale qui commence à faire

    des ravages dans le Katanga, fer de lance de l’industrie

    Minière, en panne, elle aussi, viennent parfaire le décor

    d’un cataclysme aux dommages collatéraux incalculables.

     

    On ne sait pas à ce jour, qui veut quoi. Est-ce la paix ?

    Est-ce une volonté d’en découdre ? Est-ce la voie des

    négociations qui prévaut ?

     

    En attendant, 250 000 réfugiés supplémentaires ont pris

    les chemins incertains de l’exil, vers nulle part, vers d’autres

    déserts, d’autres désastres, d’autres maladies, d’autres décors

    dépouillés de toute humanité, vers le néant d’être né, un jour

    dans le Kivu, plutôt qu’ailleurs.

     

    Tout ce qui est or ne brille pas ! Ceux la le savent mieux

    que quiconque. Sauf, que l’or ici est aussi, Coltan, Zinc,

    Cobalt et autres pierres précieuses en tout genres.

     

    Envie d’aller prendre une Primus à une terrasse et de ne

    plus penser qu’a  savourer l’ambiance musicale et tout

    en couleurs de l’endroit.

     

    L’indifférence, avec ou sans Bécaud. Quelle serait belle

    écartelée, ou crucifiée, l’indifférence. Elle nous tue à petits

    coups, elle détruit le monde. L’indifférence.



     

  • Goma, un symbole

    Pin it!

    Après la chute du camp de Rumangabo au

    Nord Kivu, durant le week-end, la population

    s'en est prise lundi 27 octobre à la Mission 

    Onusienne au Congo.


    Il est vrai que les habitants de Goma n'ont

    pas pour vocation d'être "des martyrs" et

    que dès lors, leur révolte devient compréhensible

    et prend valeur de symbole, face à une totale

    incompréhension de la situation qui entraîne 

    dans son sillage plus de 1 200 000 personnes 

    à se réfugier ailleurs dans des conditions que 

    l'ont peut facilement imaginer.


    Qu'est ce à dire ? La MONUC est une mission de

    Paix destinée à faire respecter les accords passés

    entre les différentes factions et le Gouvernement de

    Kinshasa. La prise du Camp de Rumangabo et les

    véléités d'avancer sur Goma font désordre. C'est le

    moins que l'ont puisse dire.


    Dès lors, des réactions en cascades et non des 

    moindres, prennent valeur de symbole.


    Symbole du raz-le-bol de plus en plus clair des

    populations constament prisent entre deux feux.


    Symbole du raz-le-bol du Général des forces

    militaires de la MONUC, ponctué par sa démission.


    Symbole d'une presque impossibilité à prendre 

    les décisions qui s'imposent.


    Le général espagnol Vicente Diaz de Villegas,

    en présentant  sa démission, semble vouloir

    attirer l'attention de tous face à sa  mission, avec des

    moyens entre autres humains démotivés,  incapables

    de s'engager dans la bagarre, de sécuriser les

    frontières ou de s'engager aux côtés des FARDC,

    lorsque celà est nécessaire. 


    Symbole, peut être, que cette attitude du Général

    qui n'a pas vraiment envie de finir ses jours avec

    les mêmes cauchemards que ceux du Général

    Roméo Dallair à qui on a reproché de na pas

    avoir désobéi aux ordres au moment le plus crucial

    du Génocide perpétrer en 1994 au Rwanda.


    Parions que ces différents actes auront valeurs

    des symboles, de paix et de responsabilités chez

    les décideurs.


    Réfugiés8Goma82008
    Photo : AP in Le soir 

     facebook