librairies a kinshasa

  • Le livre à Kinshasa...

    Pin it!

    Souvent nous fermons l'article par "bonne journée et bonne

    lecture !". Bonne journée,  à tous et toutes, accessible, juste

    politesse envers les autres. Bonne lecture. C'est une autre 

    paire de manches. 

     

     Alors que la mondialisation ouvre à tous la posibillité

    d'accéder à la radio, à d'autres à la  télévision, à Internet

    à des médias qui véhiculent souvent la même image

    sociétale. Celle de la société de consommation et de l'

    uniformisation. Le livre ouvre l'espace des connaissances,

    l'espace des idées. Ne prenons que le débat sur la planète

    et son réchauffement. La culture coûte cher. Elle n'est pas

    accessible par le plus  grand nombre et encore moins dans

    les pays en voie de développement.


    La R.D.C. frappe le livre de droits d'entrées (taxes) de 35%

    sur le prix des grossistes. Ajouté à cette taxe, le transport et la

    marge à appliquer et faites les comptes.


    La Représentation de la Communauté Française de Belgique 

    en fait son cheval de bataille. Le Centre Wallonie - Bruxelles

    est le porte drapeau d"une action pour des livres accessibles

    et l'ouverture de librairies dans la ville de Kinshasa. Voire d'

    une librairie de référence mise en place par les différents

    acteurs concernés, Ministères, Maisons d'Editions, Privés,

    la distribution. La cheville ouvrière de cette action qui est

    à la fois, économique et culturelle, est Madame Kathryn

    Brahy, Représentante de Wallonie Bruxelles International.

     

    cell01_0132568_matrice

    Cliquez sur l'image pour accéder au site. 


    Quelques chiffres. Entre 6 et 7 millions d'habitants, pas une

    seule librairie dans la ville.  Sans politique du livre, sans une

    législation en la matière de régulation des prix, l'accès  restera

    sans impact et seuls les nantis continueront à lire et avoir un

    accès cher et coûteux à la culture. 


    L'ouverture sur les découvertes et la culture endogène ou

    exogène devrait être une possibilité offerte au  plus grand

    nombre. Parce qu'il existe des écrivain(e)s congolais, et 

    d'autres qui écrivent sur le Congo. Parce qu'il existe des

    maisons d'Editions mais qu'elles sont limités dans leur 

    sphère de rayonnement. Des initiatives sont de plus en 

    plus nécessaires.


    Certes, le pouvoir d'achat ne permet pas aux kinois et kinoises

    d'accéder directement à cette ouverture. Les établissements

    scolaires allant du primaire à l'université pourraient dans d'

    autres conditions avoir accès par des achats groupés et de

    types communautaires. Et favoriser l'éclosion de centres

    bibliothécaires dans des lieux rapprochés et accessibles

    en dehors des Centres de la Gombe, CCF, et autres du 

    même standing et sans renier ce qui est fait à ce jour.

     

    Une culture plus accessible moins élitiste, par le livre. 

     

    Dans les sociétés qui se sont élaborées autour de l'

    écrit, le livre est un compagnon de route, de mémoire,

    un patrimoine qui se véhicule au fil des pages et des

    actes posés par l'humanité.

     

    Le livre est un outils de savoir, de liberté et de lutte

    pour la Paix. Péremptoire ! Peut être ?

     

    Un moyen, pas une solution.

     

    Bonne journée et bonne lecture.

     

     

     


     

    Au rayon des "commentaires", c'est presque un appel.

    Certaines études montrent ou font ressortir quelques

    difficultés du développement de la lecture dans les pays

    Africains et au Congo en particulier. Parmi ceux - ci, il

    y en a quelques uns listés après cette note.

     

    Pouvez vous réagir ? Donnez votre avis.

     

    - Au Congo et en Afrique les parents disent que le livre

    véhicule des  idées permissives.

    - Les jeunes prennent le livre comme un outils qui est

    contraignant, parce qu'ils le connaissent aux études.

    - Le livre serait étranger à la culture Africaine

     

    Ces idées assez réductrices , qu'en pensez vous.

    Pouvez vous mentionner votre âge ?

     

    Merci .