lingala

  • Washiba & les En-Chanteurs ... Michael Jackson revisité

    Pin it!

    washiba,paix,en-chanteurs,mutuashi,dombolo,michael jackson,tshiluba,lingala,swahili,mutuashi r n' b,moïse ilungaC'est devant un parterre de monde, une foule muticolore, d'âges différents et en délire que s'est produit le groupe Washiba  (avec les En-Chanteurs),  samedi dernier (19 novembre 11) , à L'institut Français, Halle de la Gombe. Un spectacle original et ambitieux, haut en couleurs, en émotions aussi. Michael Jackson revisité par les "Washiba" dans les différentes langues du pays. On a pu entendre des titres, comme "One day in your life", "We are the world" « Na bomoko tokolonga ». , "Earth Song", "The Lost Children" ou encore "Heal the World",  en Gikongo, Swahili, Lingala, Tshiluba ... Beat it sur un mutuashi endiablé, chacun, chacune se pressant pour aller communier sa joie sur la scène et dans la salle, par la danse avec le groupe. Ensemble on est plus fort !

    Collaboration intelligente. Pour donner du corps aux harmonies, "la Chorale les En-Chanteurs", pour les danses et la chorégraphie, "les finalistes du concours de danse Vodacom", en guest stars pour le final, Jean Goublad, Fiston Mbuyi, Yannick Ntumba, Djabi, Noemi Ebonda, Ekila, Sarah Kalume, entre autres 

    Le Groupe "Washiba" (deux années et demi d'existence) fidèle à son univers musical, "Mutuashi R'n'B", donne à voir et surtout à entendre une redécouverte  partielle du répertoire du Roi de la Pop, auto proclamé. L'intention est annoncée d'entrée de jeux. "Nous avons un message de paix, dans cette période de débats électoraux, nous avons besoin de ce message de paix, Michael Jackson est une évidence pour nous..." c'est en quelque sorte l'intro du spectacle.

    Avec Washiba la musique congolaise gagne en particularité et en diversité. Elle s'assure un bel avenir. Les particularités, sont les rythmes régionaux, le puits sans fonds de la musique dans les traditions du Congo, et du kasaï en particulier, en diversité, par l'importation de rythmes d'ailleurs, de sons différents, par le mélange des genres. A force de travail, (se sont des bosseurs) avec Washiba la communauté des musiciens apparait comme une évidence universelle.

    S'accepter selon les différences. La paix au centre de la scène, dans la salle entière, au centre du spectacle. Moise Ilunga un des leaders du groupe scotch littéralement l'assemblée par sa verve, sa présence et ses "mots" ... "tant qu'il y aura des peuples dans le pays, il y aura des différences d'opinions... il y aura diversité entre nous...  les hommes sont en train de s’entredéchirer... ensemble nous sommes plus forts, mettons l'accent sur ce qui nous rassemble.  Gouverner, c’est maintenir le balance de la justice ». Et la musique reprend le dessus  avec « Eart song », avec Washiba çà devient ceci ...  « tolembi kotanga batu bakufi na bitumba. Tosengi kimia na Congo,… Nzambe tozo kende wapi ? » ; « On en a marre de compter les morts de guerre au Congo. Nous ne demandons que la paix,… Bon Dieu où allons-nous ? ».

    Un très beau spectacle qui gagne à être vu et écouté. Faites du bruit, on en reparlera. 

    Bonne et belle journée, bonne lecture aussi.

  • Expressions congolaises (suite)

    Pin it!

    Voilà , je reviens aux expressions congolaises et je viens
    de trouver une définition pour l’expression « Londoniennes »
    qui comme je l’avais exprimé ci avant, désigne des filles
    de petites vertus, les prostituées.

    Londonienne, en lingala, « Londe », signifie « ronde »,
    Dans le sens de « une fille fait la ronde ». Aucune référence
    Aux filles de Londres.

    - « Khadafi » vendeurs d’essence au marché noir.

    (voir photo en dessous de cette note)

    - « Américain » personne originale

    - « Ligne 11 » aller à pieds.

    - « article 15 » se débrouiller, la débrouille

    - « Anti-nuit » lunettes de soleil que portent les « sapeur »
    la nuit

    - « Sapeurs » personnes qui aiment s’habiller qui aiment se
    saper de façon souvent excentrique ou très chic.

    - « Casser le bic » arrêter les études

    - « Être éprouvé » être en deuil

    - « Parisien » un sapeur qui aime les beaux vêtements

    - « Mario » « Poussin » Gigolo

    - « Sœur » titre qui marque le respect

    - « Sape » Société des ambianceurs et de personnes
    élégantes dont les membres sont des sapeurs.

    - « Tétanos » vieux taxi déglingué, vieux bus.

    - « Yankee » un aventurier, qui se mêle des affaires des autres,
    peut se dire de quelqu’un de drôle, s’adapter aux rappeurs

    - « En tout cas » locution pour dire, son admiration, sa surprise
    mais encore sa stupéfaction, souvent accompagné de
    « en tout cas, vraiment »

    Voilà pour cette fois. Si un lecteur a une locution à proposer
    c’est avec plaisir que cet espace vous est ouvert dans les commentaires

    Et ne vous arrêtez pas, ou ne vous limitez pas, au Congo Kinshasa
    l’Afrique est riche d’expressions formidables
    qui ne demandent qu'à être connues.

    Khadafi

  • Petites phrases et autres citations enrichissantes, venues du Congo

    Pin it!

    Nous avions vu une expression « insolite » s’il en est, parmi d’autres.
    Alors, lançons-nous dans cet enrichissement de la langue française, fait de
    phrases et de mots tous plus expressifs les uns que les autres.

    Allez, commençons par la grivoiserie...

    « Le deuxième bureaux »

    c’est avoir une seconde femme, une maîtresse. « oh, il a plusieurs bureaux
    c’est un boss », ou « celle la c’est pas sa femme,
    il est avec son deuxième bureaux ».

    « Londoniennes »

    Mot utilisé pour désigner au Zaïre, plus tellement de ce jour, les prostituées
    qui sont le long du boulevard du 30 juin ou dans les
    bars. Je n’ai pas trouvé d’où vient cette appellation. Peut être du fait
    que nombre de leurs clients sont des expatriés.
    Je ne sais pas. Mais si vous savez … commentez svp.

    « Bon aller »

    qui veut dire littéralement « Kende Malamu » en lingala une langue du pays.
    Ce qui veut dire : « bon retour » ou « bon voyage ».

    « Faire les pieds »

    du lingala « Kota Mbola na makolo » qui veut dire « faire la route à pied ».
    C’est donc « marcher, être piéton» dans le sens d’aller à pieds d’un point à un autre.

    Une expression magnifique qui me fut dite à une terrasse de bar,
    « Le Saupic » pour ne pas le citer, qui a disparu depuis.
    Dommage, l’ambiance y était bonne avec un très bon orchestre du mardi
    au dimanche soir.
    Je ne résiste pas à transcrire la conversation.

    Une serveuse s’avance et me dit « que désirez-vous », je lui réponds
    « une Primus stp ». elle « avec un verre ou la bouteille seule »,
    moi, « si vous n’avez plus de verres je boirai à la bouteille
    sans problème ». Elle, « ah, vous allez « FAIRE CLAIRON » alors ». Elle, pourquoi
    tu ris…. Moi, non c’est joli comme expression…. Elle, en faisant le
    geste, «ce n’est pas comme çà … J’ai trouvé çà magnifique
    de précision, imagé à souhait et juste. Votre bouteille à la bouche
    et la tête légèrement en arrière.

    Aïe, les puristes vont gronder. Mais avouez que c’est mignon et juste.

    « Bon service »

    pour « bonne journée de ou à votre travail ». Expression qui ne s’emploie
    plus beaucoup ailleurs qu’ici et c’est dommage.

    « Beaux frère »

    du lingala « Bokilo » si vous êtes marié à une femmes congolaise, vous
    êtes le « bokilo » de tous les autres congolais.

    « Oncle »

    du lingala « Noko » même signification, pour les personnes d’origine belge.
    « vous êtes belge, hé c’est notre noko ». Référence à la période du
    Congo belge, à la colonisation et donc la filiation qui s’ensuit.

    « Sango, Sango »

    qui veut dire, prêtre, prêtre. Si vous allez dans les coins reculés
    dans les villages, et que vous êtes blanc, vous êtes assimilé directement
    à un prêtre. C’est dire la prédominance de l’église catholique dans le pays.
    Avant les ONG, les missions de coopérations etc… les blancs qui passaient
    «étaient des prêtres ».

    « Ma tête à dormi »

    Veut dire avoir une panne intellectuelle.

    « J’ai fait une erreur de vitesse »

    veut dire « avoir fait une étourderie » parlé trop vite. Equivalent de « tourner
    sept fois sa langue ».

    « Il ou elle, a les yeux virgules »

    d’une personne qui est atteinte d’un strabisme divergent ou convergent.
    Pas à Kinshasa mais dans les Kivu.

    « Honorable »

    d’une personne qui est député ou Sénateur. Vous dites honorable… Nous n’utilisons
    plus cette expression non plus. C’est à la fois une expression qui
    positionne socialement la personne et de politesse, de reconnaissance.

    D’autres me viendrons encore à l’esprit. Mais si vous en connaissez n’hésitez
    pas à les glisser au travers de vos commentaires. Intéressant, non, de
    pourvoir échanger en général et sur des cultures différentes en particulier.

    Ces mots, ces bouts de phrases, enrichissent le français, c’est à ce
    niveaux aussi que se situe l’élargissement de la francophonie. Des expressions nouvelles,
    imagées, des raccourcis, souvent populaires. Mais n’en est –il pas de même en
    métropole (France) lors de la sortie des nouveaux dictionnaires, nous voyons apparaître
    de nouveaux mots. Ces mots viennent, soit de dérivés de l’anglais ou
    plus souvent de mots utilisés dans la rue, les écoles, certains
    milieux sociaux différents et qui deviennent tellement communs qu’ils sont intégrés
    à la langue officiellement via le dico.

    Ici le langage prend toute sa quintessence. Il permet de communiquer facilement,
    rapidement. Le Québec est un autre exemple que nous connaissons tous.

    Rassurez-vous. Le propos ici n’est pas de mettre à sac la
    langue de Molière. Quoi de plus merveilleux de lire ou assister à
    une pièce de théâtre ou écouter un bon disque avec un phrasé
    recherché, en vers ou en prose, des choses dites rondement, avec des
    mots savoureux.

    La diversité. C’est çà qui nous fait grandir. Audiard avec Gabin, Girardot
    ou Blier nous ont appris cette diversité à leur manière et bien
    d’autres encore.

    Les petites phrases et autres mots du Congo et des congolais(es), participent
    à cette ouverture et enrichissent notre patrimoine commun, la francophonie.

    Illustration :

    Chéri Samba, Peintre congolais (RDC). Observateur de la société dont il aime
    bien soumettre les séquences à la critique, Chéri Samba peint des sujets
    ou des thèmes puisés dans la vie quotidienne.

    cheri_sagessecheri211Celle-ci n'est pas de lui, mais je voulais illustrer aussi les
    citations de façon différente.

    images dents longues