matonge

  • R.D.C. : Privilégier le Dialogue, Eviter le sang

    Pin it!

    Crédit Photo @DanyMasson 2011 Dans quelle direction ? 

     

    Comme sombrent les nations ….

    Quand la Vengeance écoute la requête du Fou

    Quand la Haine annule l'analyse et la Raison

     

     

    Losque j’ai commencé à rédiger cet article, les événéments qui ont fait des morts à Kinshasa, les 19 septembre 2016 et le 20 septembre 2016, lors de manifestations organisées par l’Opposition et qui ont été reprimées par la Polce (PN)  n’avaient pas encore eu lieu.

    Nous sommes entré dans un engrenage de la violence qui était prévisible, tant les positions défendues par les deux parties, Opposition et Majortié Présidentielle (MP) sont opposées.

    Je regrette, vivement ce qui se passe. Je me suis fait entendre via Twitter, sur Facebook et dans ce blog. “Chronique d'un carnage annoncé”. “Descente aux enfers”.

    Je suis outré de la manière utilisée par l’oppositon pour instrumentaliser la population avec des propos “Populistes”, “Ethniques” ou “Nationalistes”. Je suis déçu du silence du Président quant à ce qu’il entand et attend de ces semaines et mois à venir.

    Je me sent agressé, chaque jour sur les "réseaux Sociaux" tant la haine est perceptible, l'appel au sang y est criant. Sous couvert d'anonymes, sous couvert de l'appel à la Démocratie, c'est de vindicte dont il est question. J'appel les intellectuels à se mobiliser pour prendre leur plume et appeler de leurs voeux que le sang ne coule plus. Que le dialogue est nécessaire.

    Comme disait Mitterand, "Donnons le temps au Temps !" 

    Pour l’Opposition, à quelques Leaders près, “C’est tout, tout, tout ”, même le Chao, et le Néant SAUF Joseph Kabila. Sauf, le Dialogue afin d’arriver à un concensus sur une date “possible” à laquelle, les élections pourront se tenir. Etant donné le budget nécessaire. Les données nécessaires au bon déroulement de celles - ci.

    Cette note, n’a nul autre objectif que donner un avis quant à la situation actuelle d’une part et dire ce que je pense du déroullement de la campagne dans les jours et semaines à venir, en vue des élections en République Démocratique du Congo, d’autre part.

     

     

    Lire la suite

  • Ye Te Oh : Papa Wemba

    Pin it!

     


     

     

    Lire la suite

  • Parler comme à Kinshasa

    Pin it!

    Une sagesse bantoue dit que la langue ressemble à un cours d'eau, qui s'écoule 

    qui se densifie au fur et à mesure, et qui s'enrichit des alluvions  ramassées  au

    au passage ainsi que de ses confluents et affluents.

    André Yoka Lye Mudala : Préface Le Parler Kinois

    Le Cri / Buku

     

    Et, si parler le lingala ou la swahili est une preuve d'intégration congolaise, il 

    en est tout autant du Parler Kinois, qui authentifie directement de Matonge à 

    Bruxelles, à Matonge Kinshasa , que ceux - ci ou celles- la, sont bien de Kin 

    la Belle et de nulle part ailleurs. Le parler Kinois, c'est en quelques sorte une

    marque de fabrique, un AOC, une Appellation d'Origine Contrôlée. 

     

    Crédit Photo : @DanyMasson / De Matonge à Matonge BCDC Kin.

     

     

    Lire la suite

  • Entre Culture(s) et Génération(s), L'Amitié

    Pin it!

    Extrait de  "La  Musique pour Mémoire" 

    Dany Masson 

     

    You Are the First, the Last, My Everything,

    Barry White …

     

    2727009391_f1dedcfea1.jpgAmbiance. Il est sous les Tropiques, de temps à autres en boite de nuit dans un petit patelin, une  petite commune, une petite boite. Ils sont à cinq.

    Cinq copains.

     

    Crédit Photo : HJARTA / Flick 

     

    Lire la suite

  • Kinshasa, l'an nouveau renvois directement à l'histoire

    Pin it!

    Le 4 janvier, à peine les fêtes terminées, même si elles

    ont été moins festives qu'à l'habitude sur l'ensemble de 

    la Capitale. Le 4 donc, c'est la commémoration de ceux 

    qui ont lutté pour l'indépendance du pays. Les Martyrs de

    la République. Le 4 janvier  est un jour chômé, un jour de

    mémoire, un jour férié. 


    A ne pas confondre avec les Martyrs commémorés par  

    le Stade. L'ex Stade Kamanyola fut rebaptisé Stade des

    Martyrs. Ce stade  érigé, entre 1988 et 1993 à l'époque

    où le Congo était Zaïre, à l'époque d'un accord entre les

    Chinois et le Zaïre signé en 1987. Inauguré en 1994. 


    Il faut dire que ce 51ème anniversaire ne fut pas non plus

    un de ces jours dont on se souvient. A croire que le devoir

    de mémoire ne concerne qu'une élite et pas les autres. Une

    certaine apathie qui ne plaît pas à tout le monde et pour 

    causes. Pourquoi  cet état des choses ?


    Elikya Mbokolo condamne cette passivité des congolais d'

    aujourd'hui. Il tient à rappeler que les événements du 4

    janvier 1959 ont fait que tout aille très vite pour aller vers

    un changement. Pour aller vers l'indépendance.  


    Ce 51ème anniversaire est bien la commémoration de ce

    qui fait de cette année 2010 au Congo, une année de Jubilé

    d'Or, le cinquantième anniversaire de l'Indépendance du

    Congo.


    Mais comme l'écrit aussi Colette Braeckman à propos des

    fêtes de fin d'année. Le coeur s'il y est, la bourse ne suit

    pas, pire, elle est vide. Difficile de concilier, tout çà dans

    une période économiquement et socialement tourmentée.

    Les esprits sont ailleurs. Au quotidien du comment gagner

    son pain. Ce sera pour demain. 

     

    Ci-dessous la carte des événements, Matonge, Quartier

    Mythique, Quartier historique, YMCA, Victoire, l'histoire

    s'y est écrite en lettres de sang il n'y a pas si longtemps.

     

     

    Martyrs_Matonge


    Sous d'autres cieux et latitudes, c'était ce 4 janvier 2010,

    l'anniversaire de la mort d'Albert Camus. Ecrivain français

    né en Algérie. Camus, c'est "l'Etranger", "La peste", "la Chute"

    un de ses plus beaux livres, c'est aussi, une mort absurde

    un accident de voiture qu'il ne conduisait même pas. Albert

    Camus, c'est le "non" au totalitarisme, le non aux terrorismes,

    Albert Camus c'est un jeune français né en Algérie, dans une

    famille de travailleurs. Camus c'est la volonté d'écrire pour

    les autres, pas pour lui, pas pour être vu. 

     

    camus1


    Allez vers l'histoire, ici ou la bas c'est aller vers son identité.

    C'est tenté comprendre les autres de se comprendre.  


    Bonne journée et bonne lecture !