mbeng

  • Je vous souhaite la pluie...

    Pin it!

    Un coup de coeur, pour un livre parru en

    2006, aux Editions Plon. L'écrivaine n'est

    pas une inconnue du grand public, elle

    a entre autres, présenté le journal sur

    TV 5 durant plusieurs années.


    Mais le livre...

    "Je vous souhaite la pluie"... une écriture

    ciselée, fluide, pertinante. Nombre de gens

    se reconnaîtront dans Ngazan, la "gazelle"

    Camerounaise, ou dans le portrait de son

    amoureux, "un white", et des autres aussi,

    de la vie parisienne, celle de la nuit, et de

    ceux des villages africains, des traditions,

    de ce qui n'est pas discutable, de ce qui

    l'est.


    Ngazan, on a envie de la prendre dans ses

    bras. Un véritable conte de fée venu de

    sous les tropiques. La dote, les palabres,

    son combat pour être publiée, Ngazan,

    écrit des poèmes depuis toujours et elle

    rêve d'être un jour reconnue pour ce qu'elle

    est, une fille honnête, besogneuse, et puis

    surtout cultivée. "Ce n'est pas parce qu'on

    est vendeuses dans la rue à une petite table

    qu'on à rien dans la tête". On découvre de

    nombreuses expressions, camerounaises,

    qui pimentent et ajoutent du piquant à cette

    belle histoire.


    De sa capitale, en passant par son village elle

    arrive à "Mbeng", labas, c'est une autre jungle.

    Je vous recommande donc, de lire cette belle

    histoire, de "la plus belle chute de reins du

    quartier Essos". Ce n'est pas qu'un livre c'est

    un bonbon, sucré-amer.

     

    Je vous donne l'eau à la bouche ?

    "La fleur de la forêt s'étiolait sur le bitume humide, loin

    de la terre dans laquelle elle puisait son énergie".......

    "Ngazan remercie Dieu de l'avoir faite noire, si elle avait

    été blanche elle aurait rougi comme le derrière d'un

    macaque"..... "Le quartier, l'horizon modèle réduit de

    Ngazan. Les journées s'y écoulaient dans les remugles

    de graillon et de latrines, monotones et rudes. Une de

    plus commençait, un lever difficile, après une nuit passée

    à s'agiter sur une paillasse coriace sans trouver le sommeil.

    Minuit, Dieu qu'il fait chaud, son pagne colle aux moindres

    replis de son corps. Une heure, un nourrisson diarrhéique

    hurle dans la case voisine. Deux heures, les chiens.........."

     

     

    Allez "Pestouille de Zambèze ! Bonne journée

    et surtout bonne lecture.


    Tchounguiamina2

    Elizabeth Tchoungui...


    tchoungui_jevoussouhaitelapluie

    Couverture du livre aux

    Editoins Plon, 2006.