moïse ilunga

  • Washiba & les En-Chanteurs ... Michael Jackson revisité

    Pin it!

    washiba,paix,en-chanteurs,mutuashi,dombolo,michael jackson,tshiluba,lingala,swahili,mutuashi r n' b,moïse ilungaC'est devant un parterre de monde, une foule muticolore, d'âges différents et en délire que s'est produit le groupe Washiba  (avec les En-Chanteurs),  samedi dernier (19 novembre 11) , à L'institut Français, Halle de la Gombe. Un spectacle original et ambitieux, haut en couleurs, en émotions aussi. Michael Jackson revisité par les "Washiba" dans les différentes langues du pays. On a pu entendre des titres, comme "One day in your life", "We are the world" « Na bomoko tokolonga ». , "Earth Song", "The Lost Children" ou encore "Heal the World",  en Gikongo, Swahili, Lingala, Tshiluba ... Beat it sur un mutuashi endiablé, chacun, chacune se pressant pour aller communier sa joie sur la scène et dans la salle, par la danse avec le groupe. Ensemble on est plus fort !

    Collaboration intelligente. Pour donner du corps aux harmonies, "la Chorale les En-Chanteurs", pour les danses et la chorégraphie, "les finalistes du concours de danse Vodacom", en guest stars pour le final, Jean Goublad, Fiston Mbuyi, Yannick Ntumba, Djabi, Noemi Ebonda, Ekila, Sarah Kalume, entre autres 

    Le Groupe "Washiba" (deux années et demi d'existence) fidèle à son univers musical, "Mutuashi R'n'B", donne à voir et surtout à entendre une redécouverte  partielle du répertoire du Roi de la Pop, auto proclamé. L'intention est annoncée d'entrée de jeux. "Nous avons un message de paix, dans cette période de débats électoraux, nous avons besoin de ce message de paix, Michael Jackson est une évidence pour nous..." c'est en quelque sorte l'intro du spectacle.

    Avec Washiba la musique congolaise gagne en particularité et en diversité. Elle s'assure un bel avenir. Les particularités, sont les rythmes régionaux, le puits sans fonds de la musique dans les traditions du Congo, et du kasaï en particulier, en diversité, par l'importation de rythmes d'ailleurs, de sons différents, par le mélange des genres. A force de travail, (se sont des bosseurs) avec Washiba la communauté des musiciens apparait comme une évidence universelle.

    S'accepter selon les différences. La paix au centre de la scène, dans la salle entière, au centre du spectacle. Moise Ilunga un des leaders du groupe scotch littéralement l'assemblée par sa verve, sa présence et ses "mots" ... "tant qu'il y aura des peuples dans le pays, il y aura des différences d'opinions... il y aura diversité entre nous...  les hommes sont en train de s’entredéchirer... ensemble nous sommes plus forts, mettons l'accent sur ce qui nous rassemble.  Gouverner, c’est maintenir le balance de la justice ». Et la musique reprend le dessus  avec « Eart song », avec Washiba çà devient ceci ...  « tolembi kotanga batu bakufi na bitumba. Tosengi kimia na Congo,… Nzambe tozo kende wapi ? » ; « On en a marre de compter les morts de guerre au Congo. Nous ne demandons que la paix,… Bon Dieu où allons-nous ? ».

    Un très beau spectacle qui gagne à être vu et écouté. Faites du bruit, on en reparlera. 

    Bonne et belle journée, bonne lecture aussi.