nimy nzonga

  • Dictionnaire de la musique congolaise moderne...

    Pin it!

    Chose promise, chose due. Voici un incontournable

    pour les amateurs de musique africaine et congolaise

    en particulier.

    Son titre : "Dictionnaire des immortels de le Musique

    Congolaise Moderne."

     

    L’auteur n’est pas le premier venu. Jean-

    Pierre François Nimy Nzonga, après ses études en

    Belgique évolue déjà dans les milieux de la musique

    congolaise et fonde l’orchestre Yéyé National.

    après de belles études, il sera ensuite, ministre de son

    beaux et grand pays.

    Musicien dans l’âme. Jean-Pierre François Nimy Nzonga,

    constitue  tout au long de longues années un catalogue

    unique et quasi exhaustif de la Musique Congolaise.

    Comme le dit la dernière de couverture. …Ce dictionnaire

    présente un intérêt historique, Sociologique et Pédagogique

    Important d’autant qu’il explique l’engouement que connait

    la musique congolaise principalement en Afrique Noire, en

    Europe, aux Caraïbes et au Japon.
     

    Qui dit dictionnaire, dit renseignements. Ici, c’est de l’utile, de

    l’agréable, du vivant, de la musque mise en beaux mots et

    agrémentée de belles phrases anecdotiques.
     

    « La musique adoucit les mœurs » dit la sagesse des nations.

    ainsi commence la préface d’Antoine Ndinga Oba, (Membre du

    Conseil Exécutif de l’Unesco et ex Ministre des Affaires Etrangères

    Et de l’Education Nationale).

     ….ce que la politique n’est pas encore parvenue à réaliser, la

    musique l’a fait. Elle a établi des passerelles pour qu’une symbiose

    s’opère entre les styles, les rythmes et les mélodies, renvoyant aux

    populations kinoises et brazzavilloises, comme dans un miroir,

    l’image nette de leur identité commune…(poursuit Ndinga) …

    Les musiciens des deux rives, …. Expriment cette quête

    existentielle. A l’égard de celle-ci, le Maestro, Kalléjeef

    chante, « Ebale ya Congo ezali lopango te, ezali nde nzela »

    ce qui se traduit en Français,  « Le Fleuve Congo n’est pas

    une barrière. Ils sert de pont entre deux pays, lesquels

    en réalité constituent les deux faces d’une même médaille. »

    On le comprend, pas question ici de différencier les deux Congo,

    elle est rassembleuse et constitue une source unitaire

    des deux Congo.

    La Postface est laissée à Mirko Popovitch, Directeur du

    Centre culturel « La Vérité » (Bruxelles) et coréalisateur avec

                       Kwami Nzinga « Tango ya ba Wendo ».                                   
     

    Victoire l’histoire de la musique congolaise est sauvée !

    La mémoire de la culture contemporaine de la République Démocratique 

    du Congo à enfin trouvé en chantre à sa mesure.

    Et Popovitch de terminer en ces mots…  Ainsi de descriptions en anecdotes,

    de réflexions en analyses, Jean-Pierre Nimy

    Nzonga, nous plonge dans les antres de la Rumba

    congolaise. Il avait raison de le faire, ce mouvement culturel

    a aujourd’hui envahi l’ensemble du continent africain

    et depuis deux décennies déborde sur les radios,

    festivals et discothèques du monde.

    En Afrique, ces effets sont comparables à ceux produits par

    le rock anglo- saxon dons nos contrées. Le puissant

    tempo congolais n’en a pas fini de faire bouger les

    peuples, au propre comme au figuré.
     

    « Dessin de couverture : Frédéric Möller »

    Dessin de couverture musique congolaise

     Couverture du livre...

     

     couverture musique congolaise

      

     Couverture arrière...

     

    couverture arrière dictionnaire musique congolaise