pembe didace

  • Ecologie, rapports hommes nature et idées reçues

    Pin it!

    De plus en plus de qualicots en travers des avenues

    de la Capitale et d'affiches sur panneaux géants font

    étalage d'une nouvelle force politique en R.D.C., le

    Parti Ecologique Congolais, le PECO, de Monsieur

    Didace Pembe.

     


    pembe   PECO


    Au programme, entre autres, "veiller aux intérêts des

    congolais quant à la situation de la R.D.C. qui est, ou

    serait au coeur de l'équilibre écologique de la planète".

     

    Que vive le PECO et que les idées germent au fil de

    la réflexion, de l'esprit critique fécond des membres.

     

     

    Les verts ont le vent en poupe que ce soit au Nord ou

    au Sud de l'hémisphère. Il suffit de jeter un oeil sur les

    dernières élections européennes, pour se rendre compte

    de l'avancée des partis écologistes.


    Si la vague verte est incontestable, c'est probablement

    du point de vue strictement politique, le résultat d'une

    perte de vitesse des partis de gauches en général et du

    manque de politique au Centre. Ce "centre" dont on ne

    sait jamais s'il est plus à droite qu'à gauche. Sans parler,

    sauf en Belgique, d'un abstentionnisme reccord. Les

    résultats sont la. Ils ne mentent pas.

     

    L'analyse est une autre affaire que la vogue.


    Sans compter la polémique autour du films de Yann Arthus

    Bertrand, "HOME",  diffusé le 5 juin sur toute la planète,

    deux jours avant que les européens ne se rendent aux urnes.


    "On allait tout de même pas déplacer la journée mondiale

    de l'environnement pour des raisons électorales."

     

    Revenons au Congo et a l'écologie. Dans sa "Newsleter

    CTB en R.D.C. (CTB Coopération Technique de Belgique)

    vient de paraître un article très intéressant et instructif. Qui

    va à l'encontre des poncifs actuels. Quoi Que ?

     

    Se poser la question : Ou sont les grandes forêts ?

    dans l'article paru sous le titre "La RDC et les

    Changements climatiques", tient du bon sens et de

    l'honnêteté intellectuelle. Celle du chercheur.

     

     

    Des questions  fondamentales sont entrain de poindre

    dans les différents symposiums et conférences sur les

    changements climatiques, les rapports homme nature,

    les rapports économiques liés à l'environnement, le 

    "développement durable et le social", l'origine et la 

    nature même des mouvements écologiques ainsi que

    des questions aussi par rapport à une médiatisation de

    "l'apocalypse" écologique annoncée. Des questions

    quant aux arguments avancés sur les "poumons" de

    la planète. Les seuls qui seraient à même de sauver

    la terre de ses démons, le Bassin du Congo, et

    l'Amazonie...

     

    FAO_Forest_MAP_Web

    Carte des Forêts mondiale : Source F.A.O.


    L'écologie draine avec elle des enjeux financiers qui 

    sont de plus en plus importants. Différents Projets,

    vers les pays en voie de développement entre autres.


    Elle draîne aussi, sans le vouloir, un nouveau système

    de pensée unique, une sorte de nouvelle bible avec ses

    dogmes, ses thèses "professorales" auquelles on peut

    de moins en moins en  contredire la synthèses sous

    peine de se voir excommunier de la grande fraternité

    verte.

     

    Les pères de la défense sociale dans les entreprises,

    les premièrs comités de sécurité et d'hygiène obtenus

    après de nombreuses années de revendications, les

    négociations qui s'en sont suivies sont à la base d'un

    "changement des mentalités et du rapport des hommes à

    la nature et à l'économie en passant par leur propre

    hygiène et leur santé propre ".

     

    On peut dire que c'était primaire ! Aujourd'hui peut être ?

    Mais à l'époque des mines en sous sols, des travaux durs

    dans les ateliers, du travail des enfants, des 12 heures et

    de l'absence de congés, ce n'était pas primaire !


    C'était lié des revendications sociales, à l'hygiène, à la

    propreté des lieux de travail, à un rêve d'une vie plus 

    "poétique" dirons nous. Le rapport de l'homme à la

    nature ne tient pas uniquement de la lutte contre les

    OGM, des changements climatiques ou des points

    carbones que l'on tésorise ci et là.

     

    Une relecture de notre histoire, au Nord comme

    au Sud permettrait peut être de mieux connaître et

    reconnaître, les enjeux tels qu'ils se présentaient avant

    et à ce jour.

     

    De même au Sud, dans les pays dits en voie de

    développement, le paysannat comme parrtout ailleurs

    n'a pas eu besoin de grands messes écologiques pour

    tirer la sonnette d'alarme, pour adapter les cultures, ou

    pour s'adapter aux changements climatiques.


    Le principe même du paysannat, d'ou qu'il soit, étant de

    produire pour vivre d'abord et vendre ensuite. A ce jour

    dans les pays du Sud, la déforestation à ses causes qui

    sont liées à la vie des gens. Un mode de vie sans courant

    et du besoin de bois "Makala" pour chauffer l'eau ou les

    aliments. Le trop grand écart entre la solution "Sociale",

    "environnementale" et "économiquequ" persiste. 

     

    A part, quelques projets, de ceux dont on a déjà parlé ici,

    entre autres, celui des "Batékés".

     

    Ne doit on pas, en responsables, se poser des questions

    quant aux idées de plus en plus reçues ?

     

    Doit on perdre tout esprit critique vis - à - vis de l'avenir

    de la planète et des politiques qui se réclament de ce

    mouvement ?

     

    Pour le Congo,


    "Plantons pour le Congo et pour les Congolais ? "

     

    Ne setait il pas plus judicieux et honnête de reprendre

    ce slogan ?

     

    Parce que, quoi qu'on en dise ?  La forêt congolaise produit

    peut être plus de carbone qu'elle n'est un puit au bénéfice de

    l'humanité.

    (Flory Fraipont : in Newsletter CTB en R.D.C.)

     

     

    C'est peut être aller à contre courant de la vague actuelle,

    mais çà à le mérite de poser le débat. Parce que c'est à

    l'évidence un constat qui est fait sur base du mode de vie

    et des réalités rencontrées sur le terrain.

     


    Bonne Journée et Bonne lecture !