podemos

  • Alexis Tsipras sera à Paris, "La relance collective de l'Europe ?"

    Pin it!

    syriza,podemos,francois hollandeIl est à parier qu'à Paris ce mercedi, la France se place en médiateur entre  la position "dure" de l'UE, actuelle et la position "dure" du  parti Syriza, qui a gagné les élections grecques avec un programme anti - austérité. 

    Ce vote souverain du peuple Grec est à la fois un exemple dans sa formule  d'alternance du Pouvoir et est en soit une bonne chose pour l'Europe, ses traditions et surtout son avenir.  (Crédit Photo : BockoPix on Flickr https://www.flickr.com/photos/bocko-m/)

     

     

    Pourquoi la France et François Hollande ? 

    Lors de son élection à la Présidence française, François Hollande n'était pas 

    dans la lignée allemande de la Chancelière Angela Merkel. L'ambiance de l'

    époque, l'environnement économique et la pression internationale ont eu 

    raison, trop vite peut être, des idées et des objectifs de Francois Hollande. 

     

    Avec le vote à Gauche, la remise en cause des politiques d'Austérité, les 

    manifestations en Espagne de PODEMOS, des idées nouvelles, des espoirs 

    nouveaux peuvent peut être éclosent ? De plus, n'oublions pas que les pays

    européens doivent faire face au terrorisme, que le malaise est profond. On ne

    peut promettre la relance à tout prix et en faire payer le prix uniquement par 

    les populations la plus démunies sans retour sur investissements. 

     

    Que ce soit pour Syriza ou le PS français, ou encore d'autres pays de l'

    espace européen, l'écart entre les promesses et les actes est toujours 

    marquant. Sinon c'est le clash. 

     

    Personne ne voudra ici perdre la face, mais soulignons tout de même que

    l'UE avait dit non à 

    - L'union bancaire parce que l'Allemagne n'en voulait pas et qu'elle est la 

    - Ne voulait pas des "Facilités Quantitatives" de la Banque Centrale Euro-

    -éenne, çà a été accepté avec pour argument objectifs de "Déflation". 

     

    syriza,podemos,francois hollandeLa relance collective de l'Europe  ... 

    François Hollande à une carte en mains, celle d'une petite longueur d'avance sur la Chancelière, et celle de la "Possible" avancée des idées qui vont faire évoluer l'Europe vers une intégration, comme le disait déjà DSK en 2011, 

    et donc plus de Solidarité, chère aux partis de la gauche européenne allant  des partis Socialistes aux partis de la gauche plus radicale. Que çà plaise ou non à l'Allemagne, il y a des avancées dans ce sens. (Crédit Photo ©DanyMasson) 

     

     Réfléchir dans le sens Grec n'est pas renoncer à l'analyse 

     

    Le peuple Grec doit il pâtir des gabegies et de la grande corruption  qui 

    ont eu lieu durant les années où la Grèce était mal gérée par Caramanlis, ou

    Papandréou ?

    L'Allemagne et les pays qui sont avec elle ont raisons dans  cette analyse, et 

    de l'errance des capitaux,  de la fuites de capitaux, d'un manque de gestion,

    de dépenses totalement injustifiées, de dépenses pour les jeux qui ont profité

    aux amis des amis, et non au peuple. Des impôts non collectés, des distributions

    de terres non cadastrées, puisque le cadastre est quasi absent. 

     

    Peut-on assimiler le peuple et la collectivité à ces actes délictueux qui ont mené

    le pays à la faillite ? La est une partie de la question posée aujourd'hui par Syriza.

     

    L'Allemagne aussi ... 

    Le négociateur Yanis Varoufakis et Alexi Tsipras ne s'y trompent pas. Ils rappellent

    que l'Allemagne dans son histoire, et durant les cents dernières années à reçue 

    elle aussi des allégements voir des annulations de la dette sur des arguments qui 

    étaient très peux éloignés de ceux des grecs actuellement. Aides sur bases de la

    Solidarité ou d'ordre morale. 

     

    Effet dominos .. 

    François Hollande ne s'y trompe pas. D'autres pays que la France pensent comme la 

    France.

    Et ils ont payés eux aussi pour la dette Grecque tout en pratiquant une politique 

    d'Austérité pour répondre aux objectifs de Maastricht. Ils peuvent dès lors aussi en 

    retour d' "Ombudsman" , obtenir de jouer les prolongations quant au timing et aux 

    efforts douloureux pour les populations des pays que sont l'Italie, l'Espagne et la Belgique,

    entre autres. 

     

    Les Pays comme la France, l'Italie, l'Espagne ou la Belgique pourraient  obtenir dès lors 

    sait on jamais des "Dépenses hors déficits"... Militaires, Nucléaire,

    Le Vote Grec c'est peut être "La relance collective de l'Europe ?" 

     

    Belle et Bonne Journée, Belles et bonnes lectures, Aussi ! 

    Et aujourd'hui, et toujours, "Je suis Charlie"