routes stabilisees

  • Comme chiens et chats

    Pin it!

    Après la visite du Ministre des Affaires Etrangères

    belge, Mr. ST. Vanackere. Mme Laurette Onkelinx

    Vice-Première Ministre, Ministre de la Santé  et des

    Affaires Sociales, est venue à Kinshasa et dans le

    Kivu. 


    Laurette  Onkelinx en visite ce n'est jamais inaperçu.

    Des projets, des prises de positions "personnelles",

    bref, c'est direct et çà ne laisse pas indifférent.


    Après le départ de la Ministre, de la Capitale, et du

    pays, nous avons un  débat d'idées (de personnes)

    sur Radio Okapi. La visite ministérielle, les actes, les

    déclarations, les faits et gestes étaient bien au centre

    bien entendu, de l'émission contradictoire que

    Radio Okapi nous proposait.


    Un débat recentré de  belle manière par la journaliste

    laisse les auditeurs (un en tout cas) perplexes. Qui dit

    débat, dit des divergences de vues exprimées. Naturel.

    Ce qui fut dit, prononcé, ces mots qui décrivent encore

    tant de maux, et qui quelquefois sont prononcés avec

    tant de passion ne dépassionnent pas les tensions qui

    pourraient l'être.  

     

    "Honte", "à la botte", "comme toujours les intérêts belges

    d'abord"... arrêtons la.

     

    Honte de quoi ? De parler d'égal à égal avec un pays qui

    a une histoire longue et commune avec la RDC.

     

    A la botte de qui ? Traiter des mutuelles. Echanger sur le

    sort de millions de personnes et à l'accès aux soins de

    santé. Est - ce recevoir des leçons de qui que ce soit ?

    Ou échanger, plutôt.

     

    En matière de mutuelles et de couverture de soins de

    santé, la Belgique échange beaucoup son expérience.

     

    Exemple, les Etats - Unis, lors de la confection du projet

    de refonte du système de Santé, cher au Président Barack

    Obama, remis en cause par la Droite Républicaine depuis

    tant d'années. Le Projet "Médicare" a fait l'objet de travaux

    entre spécialistes américains et belges.  Et bien d'autres

    pays s'inspirent de ce modèle basé sur la solidarité inter

    professionnelle entre autres.

     

    Bref, y a pas de pétrole, mais il y a un vaste champ de

    politiques solidaires en Belgique, qui ont fait écoles et

    qui peuvent servir ailleurs. Qui servent ailleurs. 

     

    En quoi les intérêts belges sont ils privilégiés, lorsque

    les Etats congolais et belges parlent en faveur d'une

    santé accessible au plus grand nombre ?

     

    Bref ! Quelques peux perdu dans les interventions de

    ce soir. De plus sur fond de la célébration du 50 ème

    anniversaire de l'Indépendance. Et, de la venue de plus

    en plus  avérée et souhaitée du Roi des belges. 

     

    Cette question fait aussi parler. Pose questions.

     

    "Folklorique" peut on entendre. 

     

    Les visites de chefs d'Etats se font de plus en plus

    nombreuses en République Démocratique du Congo.

    Sont elle des cérémonies folkloriques ? 

     

    On peut se réjouir ces derniers temps d'un regain d'

    intérêts pour la Capitale congolaise. On parle ici de

    visites d'Etat à Etat dans des relations saines. Des

    visites pouvant déboucher sur des investissements 

    créateurs d'emplois. La note de la FEC et l'intérêt

    porté par l'Exécutif et le  Législatif   en  matière de

    régulation du milieu des Affaires est un signe très

    encourageant parmi d'autres, quant à la feuille de

    route des dirigeants du pays et de ceux qui sont

    les élus, majorité et opposition confondus. 

     

    Et, puis, il y a le hors débat d'idées et médiatique,

    les causeries de la cause de nos maux de têtes au

    quotidien. 


    Le Bd du 30 juin, fait parler. De nids de poules, sur les

    routes hier, recouvertes de bitume. De ces voies d'accès

    au  passé goudronnées, devenues des pistes stabilisées,

     (le temps d'un chantier), mais  qui déstabilisent, essieux,

    freins, carrosseries, rotules des mécaniques même les

    plus robustes.  Déboussolent la vie et la montre, où être à

    l'heure devient une gageure sur laquelle les sociétés de

    jeux devraient se pencher. De cette circulation anarchique

    aux difficultés qu'elle engendre. Des policiers qui sont

    passés maîtres en racket jovial, histoire de rappeler que la

    maréchaussée est bien la, même si, elle,  la chaussée elle

    manque   à l'appel  du drapeau à 7,30 H du mat. , de cette

     ville en pleine reconstruction, de ce vaste chantier. Des cinq

    chantiers, ont parlent.

     

    La critique, le débat seront toujours présents.  Ici et

    ailleurs c'est un des facteurs  de la vie démocratique,

    cela montre l'intérêt porté à tel ou tel autre point de la

    vie en société. N'en faisons pas une cour de disputes,

    une cour on l'ont se battraient comme "chien et chats".

     

    Bonne journée et Bonne lecture !