rtbf

  • L'Homme qui voyait à travers les visages : Roman

    Pin it!

    EES, L'homme qui voyait à travers les visages, Charleroi

    "L'attelage homme - animaux progresse, paisible, synchrone, radieux sous les ciel que nettoie le vent du sud."

    Mozart, Molière, Bach, Diderot, Charleroi, Dieu, Charles de  Foucauld, Milarepa, ... Tous sont la. Colette aussi. 

    Dans cet ouvrage magnifique d'intelligence, Eric - Emmanuel Schmitt, nous convie chez lui, ou plutôt Augustin. Il se révèle aussi dans sa demeure de Guermanty...  Allez découvrir ce qu'il y a entre ceci et cela, entre une synthèse brève et concise ci - après et la fin du livre.

    Allez y, allez y ! 

     

    Lire la suite

  • "Empire State Of Mind : Alicia Keys Ft Kenny West"

    Pin it!

    La Musique pour

    Mémoire

    Tout droit(s) réservé(s) ©DanyMasson

    Crédit Photo : @DanyMassonn / Shadow Dancer  

     

    Lire la suite

  • "2ème Concerto pour Piano : Chostakovitch"

    Pin it!

     

    La Musique pour

    Mémoire

    Tout droit(s) réservé(s) ©DanyMasson

    Crédit Photo : @DanyMasson / Passion 

    Lire la suite

  • Le jardin Extraordinaire au Congo

    Pin it!

    Le Congo différemment, donné à voir et à comprendre dans un reportage réalisé par l'équipe du Jardin Extraordinaire , dans la Région du Bas Congo, de Zongo, de Muanda le long de la côté Atlantique, et le Fleuve Congo. Mythique s'il en est. Le Fleuve de Conrad et de "Au Bout des Ténèbres". 

    L'émission  sera diffusée  Le 20 septembre 2015, en T.V.  sur la Une - R.T.B.F. à ou vers 20,15 heures de Belgique 

     

    Lire la suite

  • Sans Chichis : Johnny et Joelle

    Pin it!

    Johnny, Joëlle Scoriels, 69 minutes, C'était en "Prime" sur La Deux R.T.B.F. Joëlle Scoriels à reçu Johnny Hallyday    pour sa rentrée 2015. Décor : Monaco. La quatrième saison de « 69 Minutes Sans Chichis » démarre sur les chapeaux de roues. 

    Joëlle Scoriels égale à elle même.

    Sans Chichis, sans complexe. Excellente. ! 

     

    Johnny ;

    Personnellement, j'aurais aimé que Johnny enlève ses lunettes. 

    Mais bon. Avec ou sans lunettes, j'ai passé un bon moment. 

    Vous aussi, j' espère ? 

     

    Peut on parler de "Confidences" ?

    Sur ce point. Un peux. Pas trop. On savait déjà pas mal. Au 

    sujet du "Tôlier" comme l'appellent les autres artistes français.

     

    Johnny en Belgique : YES !  Le Grand Jacques "Rocker" !

    Ce qu'en disait Joelle Scories avant la télédiffusion ... 

     " Johnny Hallyday a pris le temps de parler de cette tournée,

     mais aussi des liens qu’il a avec la Belgique. son admiration

    pour Jacques Brel." 

     

    Une critique

    La partie la plus faible à mon sens , fut le témoignage des amis

    du King Français du Rock'n Roll. Sauf, celui de France Brel.

     

    "Les Yeux d'Elsa avaient vu Juste". 

    Alors, je vous donne en copie un témoignage écrit en 1964, dans  

    " Les Lettres Françaises" excusez du peu, par Elsa Triolet, qui n'

    autre que la femme et égérie de Louis Aragon. 

     

    2gqslqqz.png

     Voici le texte HISTORIQUE 

    "Je voudrais déjà être à demain pour savoir ce qui va sortir de ce magnifique phénomène...

    "Elsa Triolet"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     



    ELSA TRIOLET fut la première écrivain à défendre "Johnny". Elle s’en expliquait dans un texte écrit pour les "Lettres françaises" (le 13 février 1964), à l’issue d’un concert de la star naissante à l’Olympia :

    "Il ne laissait pas le temps à la salle d’applaudir, il excitait ses musiciens comme un cocher ses chevaux : "Plus fort ! Plus fort !..." C’est le galop à mort, le délire de la vitesse, de la musique, de la danse... Il semblait connaître chaque spectateur dans la salle, s’amuser avec elle, follement et, soudain, confier son désespoir à tout ce monde, comme mortellement blessé, souffrant à la mesure de sa taille, de sa force et non pas à celle des mauviettes qu’il avait devant lui : "Pas cette chanson..." ou "Serre la main d’un fou..." du récital précédent, cette main que personne ne veut serrer. Un tigre souffre, lui aussi, et un adolescent donc !

    "Un métier à se demander s’il y a pour lui une coupure entre la vie quotidienne et la scène, tant il est chez lui dans la lumière des projecteurs, le public, comme des convives qu’il veut combler, l’exhibition comme un amusement délirant. Pour l’acquérir, ce métier, il faut qu’il ne l’abandonne jamais, qu’il s’exerce sans arrêt, que ce qu’il fait en scène, il le continue dans la rue et en mangeant, et en dormant... Une image que cela, car à ce rythme, et aussi jeune animal joueur que l’on soit, il y aurait de quoi mourir cent fois d’une rupture du coeur !

    "Il fait un de ces potins, un tintamarre, un fracas énorme ! On se trouve à l’Olympia comme à l’intérieur d’une cloche qu’on est en train de sonner... Insoutenable, insupportable, on en a le tympan enfoncé, la tête vous en éclate. Pourquoi je m’extasie, dans ces conditions ? Mais parce que c’est une question de réglage des moyens de Johnny autant que de la sonorisation excessive de la salle Ä il faut bien dire que les autres, avant lui, semblaient hurler, eux aussi ! Ä et qu’il suffirait après tout de baisser le son pour que cela soit gagné.

    "A cause de ce fortissimo ininterrompu, vous êtes assourdis au point que le meilleur se perd, et pas seulement de Johnny : il a avec lui un batteur sensationnel dont il est difficile d’apprécier les prouesses folles, les crescendo et l’accélération étant rendus inaudibles dans ce perpétuel bruit de Niagara qui s’abat sur vous dès le premier moment de l’apparition de Johnny. Fureur ! fureur de vivre, ô James Dean...

    "Le malheur d’être trop bien servi par les dieux... De quoi lui en veut-on à ce splendide garçon, la santé, la gaieté, la jeunesse mêmes ? De sa splendeur ? De la qualité de ses dons et de son métier acquis, de sa sottise de jeune poulain ? Des foules qui le suivent irrésistiblement ? C’est la même haine que pour Brigitte Bardot. Et lorsqu’on leur tombe dessus, je reconnais en moi cette colère qui me prenait au temps où l’on essayait d’abattre Maïakovski, et d’autres fois, d’autres poètes... comme le soir où l’on a sifflé "Hernani" au Français, en 1952, pour le cent cinquantenaire de Victor Hugo. Cette volonté de détruire ce qui est trop bien, trop beau, trop gigantesque... La réputation que l’on fait à ceux que l’on veut détruire, Dieu sait pourquoi !
    "Je suis tombée l’autre jour au beau milieu d’une émission du Mouvement des jeunesses agricoles catholiques. Le moniteur, ou cela peut-il bien s’appeler ?, s’expliquait... "Et si, demande l’interviewer, un voyou voulait adhérer au mouvement ?" (Je cite, bien sûr, de mémoire.) "Eh bien, dit le moniteur, c’est surtout sur ceux-là que nous espérons agir." "Et si un gars aime Johnny Hallyday ?" Je dois dire à l’honneur du moniteur qu’il ne comprit même pas que, pour l’interviewer, cela semblait être aussi grave que la voyoucratie et qu’il répondit simplement que là où le mouvement avait un local les jeunes catholiques agricoles formaient des orchestres pour twister...

    "Dans quel piège pourrait-il tomber. Ce Johnny, cette "bête de music-hall" comme on a coutume de s’exprimer, sur son chemin ascendant ? Que, devenu homme mûr, il s’alourdisse, se vulgarise ? Qu’il continue sans changer, se mettre à piétiner ? Qu’à la caserne on le fasse trop baver, or baver est une gymnastique malsaine ; qu’on y veuille lui faire les pieds, le briser ? Qu’il se détruise lui-même comme James Dean, adorant la fureur plus que son métier ?

    "Je voudrais déjà être à demain pour savoir ce qui va sortir de ce magnifique phénomène... Saura-t-il se prendre par la main lui-même ? Ne lui faudrait-il pas un guide sagace, quelqu’un comme Maurice Chevalier peut-être, ou comme l’a été pour tant d’artistes Jean Cocteau ? Pour donner toute sa mesure, à l’échelle de son talent, de son physique, de son emprise actuelle sur les salles. S’il continuait sans encombres, cela ferait un autre Chevalier, un autre celui-ci ou celui-là et, surtout, un autre lui-même. Il lui est tant donné, il a déjà tant fait dans le domaine du music-hall qu’on n’imagine guère pour lui autre chose qu’un développement extraordinaire de ses facultés de chanteur, danseur et, étrangement, de tragédien.

    "Le soir de la première, l’Olympia était bourrée à ras bord, bien entendu. Je me demandais tout d’abord pourquoi tous les hommes étaient si petits, on aurait dit une race humaine particulière : c’est que ces hommes n’avaient pas fini de grandir, des gosses ! D’ailleurs, ils se ressemblaient étonnamment, comme se ressemblent pour nous des Chinois. La salle était agitée, le rideau tardait à s’ouvrir d’en haut, de tout en haut venaient des sifflets stridents, des cris, un tapage qui montait, pieds, mains... Mais à peine sur la scène apparut l’orchestre avec la silhouette familière de son chef, Daniel Janin, se trémoussant dans son costume gris, que le bruit s’arrêta net, comme s’arrête de brailler un nourrisson à qui on a fourré dans la bouche son biberon... Enfin !

    "Ensuite, ils ont été sages, et même, me semble-t-il, dépassés par le bruit de Johnny qui ne leur laissait pas le temps de s’exprimer... Il se peut qu’un soir de première, Johnny soit lui-même dépassé par sa propre furie.

    "Je suis, comme vous le voyez, des "fans" de Johnny Hallyday. Vous trouvez cela grotesque ? Vous avez tort, je suis à l’âge où, si on n’est pas un monstre, on aime ce qui est en devenir. Je ne peux pas attendre l’an 2000 quand on invitera un Johnny de cinquante-six ans, si mon compte est bon, à la Maison-Blanche..."

    ELSA TRIOLET.

     

     

    Belle et Bonne Journée 

    Belle(s) et Bonn(s) Lecture(s)

    Aussi ! 

     

     

  • Bono (U2) : Ce sont des réfugiés

    Pin it!

    Je partage 

    Source du texte : Site Classic 21 / RTBF Radio

     

    bono,u2,classic 21,rtbf,milan,exposition,concert rock,réfugiés,migrants,europe,droits,homme,humanité,humanitaire,identité,criseInvité à l'exposition universelle de Milan aux côtés du président du conseil italien Matteo Renzi, Bono a expliqué que les "migrants" devraient être appelés "réfugiés".

    "Migrant est un mot politique pour enlever le vrai statut de ces personnes. Ce sont des réfugiés car ils fuient la guerre", a expliqué le chanteur devant l'audience.

    De plus, lors du concert de U2 à Turin, Bono en a aussi profité pour revenir sur le sujet: "Nous ne connaissons pas la solution à cette crise qui touche l'Europe, mais ce que nous savons, c'est que si nous ne nous rendons pas compte de la situation, l'Europe qui est une belle idée, ne le sera plus".

    L'Irlandais a demandé à ce que tout le monde travaille ensemble pour répondre au problème de cette crise: "Comme disait Nelson Mandela: "Cela semble toujours impossible, jusqu'à ce qu'on le fasse"".

    Pendant le concert à Turin, U2 a aussi changé les paroles de "Pride (In The Name Of Love)" en chantant "One boy washed up on an empty beach" (en référence à la photo de Aylan Ku

     

     

    Belle et Bonne Journée 

    Belle(s) et Bonne(s) lecture(s)

    Aussi ! 

     

  • On ne s'emporte que pour ce qui importe...

    Pin it!

    Lettre ouverte aux Membres du Conseil d’Administration

    de la RTBF.
    La RTBF doit rester   un service   public indépendant  et

    intelligent.

    Quatre-vingt-quatre ans que ça dure. Quatre-vingt-quatre

    ans que nous, auditeurs, nous suivons les informations par

    le biais du Journal Parlé Radio, JPR, et que des voix nous

    sont restées familières, d’autres au gré du temps le sont

    devenues.

    On se retrouve ainsi, des milliers à la même tranche d’heure

    pour écouter, apprendre, s’émouvoir, s’énerver, jamais indifférents

    et pourtant si différents. On ne peut s’empêcher de rendre hommage

    à ceux et celles qui font ce boulot au Service du Public. Sans filet.

    C’est du direct.



    Quid du Service public et de la RTBF Radio ?


    Quid de ce que nous préparent les Administrateurs ? Ceux qui

    pensent à nous, et peut être un peu trop POUR nous !



    Dans le journal « Le Soir », du 10 juillet 2010, en page « Eco »,

    Monsieur Goffin nous parle. Profitant peut-être de la saison estivale

    pour faire passer des coupes sombres, entre autres.



    Sur Matin Première RTBF Radio, 6 heures et 20 minutes, en ce

    moment sous les Tropiques et 7 heures et 20 minutes dans le

    Plat Pays, en général, une voix dissonante nous parle. Uneplume

    acerbe et des sujets traités avec un humour décalé sans jamais

    être en dehors du verbe et des mots justes.



    C'est ce qui nous fait apprécier Paul Hermant et sa Chronique. Qu'elle

    soit Sédentaire ou Nomade, dans sa chronique, il pose la question

    centrale de la position de l'homme face au système et inversement. Qu'il

    soit d'ici ou d'ailleurs.

    Alors que l'été est là et la chaleur aussi, alors que l'on parle de Paul

    "Le Poulpe" qu'il faut sauver de son aquarium pour ses prédictions

    pour la Mannschaft.

    Ce fait, peut paraître anodin à côté des problèmes rencontrés ci et là

    et par delà les latitudes. Il est pourtant l’indicateur factuel qui nous permet

    de craindre le pire pour le service public.

    La RTBF EST un Service Public et nous pouvons dire ce que nous

    aimons et n'aimons pas. Nous pouvons faire "Causes communes"

    pour ne pas sombrer dans la caricature dune critique politiquement

    correcte ou à la mode de ceux qui préfèrent faire parler d’eux que

    parler des autres.

    Que veulent, ou qu’ont décidés pour nous, les Administrateurs en ce

    mois de juillet ?

    D’autres que nous, ont dit ce qu’ils avaient à dire. Rappelez-vous, dans un

    livre préfacé par Marc Moulin, « Il faut sauver la RTBF », la question « de la

    place de l’auditeur ou du téléspectateur » face à ce géant de l’info, de la

    culture, des sports et de la musique est posée, elle est centrale.



    Au travers de Paul Hermant et de sa chronique, visée, nous avons u

    n indicateur objectivement vérifiable de ce que voudraient certaines

    personnes à la tête de Reyers.

    Vider nos cervelles des gens de référence qui tirent vers le haut les

    auditeurs que nous sommes. Prendre soin de ne pas révéler, si ce

    n’est en boutades qui ne font rirent qu’un temps, les problèmes rencontrés

    par les gens, par nous.

    Pourtant, la RTBF se donne pour missions entre autres :


    • d’assurer la diversité des programmes offerts au public, et proposer

    notamment des émissions d’information, de développement culturel,

    d’éducation permanente, de divertissement et des émissions destinées

    à la jeunesse. Cette offre de programmes doit présenter des œuvres

    culturelles en provenance de la Communauté française;


    • de rassembler les publics les plus larges possibles tout en répondant

    aux attentes des minorités socioculturelles, et refléter sans discrimination

    les courants d’idées présents dans la société ;


    • de favoriser la réalisation de productions originales qui valorise

    le patrimoine de la Communauté française et les spécificités

    régionales …..



    Ici, par cette lettre ouverte aux Membres du Conseil d’Administration de

    la RTBF, nous voulons dire que nous voulons continuer à vivre ces moments

    forts, et de perpétuer des souvenirs dans nos têtes de nos enregistreurs

    humains ou magnétiques, mémoires d'émissions de toutes origines, de

    toutes cultures, de toutes sensibilités.

    Que la Radio reste dans la lignée de personnalités aussi fortes et aussi

    présentes que des Luc Varenne, Armand Bachelier, Nicole Cauchie,

    Jean-Pierre Jaqmin, Gérard Valet, Soda, Marc Moulin, Jean- Pierre Hautier,

    Jacques Mercier, Chantal Istas, Jules Smet, Hugues Lepaige, Marc Isaïe ….

    et biens d’autres encore, la liste est longue, n’est ce pas Claude Cédric

    et Michel Delacroix ?


    Tous font partie de notre histoire.

    Après tout, on ne s’emporte que pour ce qui nous importe.

    Et un Service Public indépendant des tendances politiques,

    des modes, nous importe.



    Les membres du Groupe oui aux Chroniques de Paul Hermant sur

    Facebook :

    http://www.facebook.com/group.php?gid=137702369591627


    Pétition : Oui aux Chroniques de Paul Hermant sur la RTBF


    Oui aux Chroniques de Paul Hermant sur la RTBF

     

    Bonne journée et Bonne lecture !

  • Kinshasa Jour J - 2

    Pin it!

    Désormais un porte folio du Cinquantenaire est en

    ligne.

    http://portfolio.lesoir.be/main.php?g2_itemId=519351

     

     

    main

    Une des images du porte folio. Bravo !

     

    Le Boulevard du 30 juin à ses lampadaires, pour

    des nuits de conduite dans la lumière.

     

    Les  journalistes  sont arrivés de partout. Dès  ce

    matin,  la RTBF donnait  le trafic routier des deux

    capitales.  Le  cinquantenaire de la RDC s' inscrit

    en  lettres capitales aussi bien en  Belgique qu'en

    R.D.C.

     

    Les tribunes sur le Bd Triomphale devant  le Palais

    du Peuple sont prêtent pour acceuillir les invités de

    marque, et voir le défilé.

     

    Mardi, Mercredi et Jeudi sont décrêtés chômés. Les

    terrasses,  les Nganda  comme on  dit ici,  sont elles

    aussi décorées et belles pour participer à la fête.

     

     

    Demain, Jour J - 1

     

    Bonne journée et Bonne Lecture !


  • Les En-Chanteurs : Kinshasa à la RTBF et sur Facebook

    Pin it!

    Des nouvelles de la troupe. Enfin sur facebook, une

    vidéo du final de "Je vous souhaite la pluie" avec 

    une interprétation de "Bohemian Rhapsody" tiré de

    l'album mythique "A night at the Opera" de Queen.

    DVD et Vidéo réalisés par Pierre Francotte.

     

     

     

     

     

    clip_image002

    Pierre Francotte, Régisseur, auteur du DVD


    Autre événement à souligner, le reportage de Charline

    Burton sur la RTBF internationle. Disponible sur le Net

    via le Podact de AfriK Hebdo. Adresse ci-dessous.

    Et cliquez sur l'émission du 26 décembre 2009. 

     

    http://podcasting.rtbf.be/montre/index.htm?key=LP-AH&chaine=lapremiere

     


    Photos de l'interview d'Elizabeth Tchoungui par 

    Charline Burton au Tarmac des Auteurs

     

    Elizabeth_Chanline_DMasson2009_2

    Elizabeth Tchoungui et Charline Burton, Photo : Dany Masson

     

    clip_brit_Elizabeth

    Brigitte Capon et Elizabeth en conversation: Photo Dany Masson

     

    Elizabeth_Chaarline_DMasson2009
    Photo : Dany Masson


    Faites vos commentaires. Si vous aimez devenez FAN.


    Bonne journée et bonne lecture !

  • L'anniversaire du chroniqueur

    Pin it!

    Ce matin, le chroniqueur prend un an, une année.

    Une fois n'est pas coutume, le post lui est consacré.

    Oh, j'entends, mais ce n'est pas congolais çà n'a 

    rien à voir avec la RDC, mais si vous l'écoutez le

    matin sur la RTBF Radio dans ses Chroniques, du loin

    matinal, qu'elles soient nomade ou sédentaire, vous 

    vous dites que ce qu'il nous dit de la haut du studio

     de son Nord, il n'a perdu ni le Nord, ni le Sud et  que

    chacun(e) d'entre nous n'en sort pas sans questions

    ou indifférent(e).


    Pourquoi ? Simple. Son humanisme et çà, quand

    on en a le virus c'est grippal HNNNN, çà trançande 

    les ondes, les km, la vitesse, les distances. Il pense

    cet homme après ses actions et ses causes communes

    que " l'enjeux est d'apprendre à vivre ensembe, poser

    les questions " et çà il s'y connait. Pour Paul Hermant

    ".. l'histoire doit être racontée, mais elle ne peut être

    répétée... " un homme d'action et de réflexion, tel est

    le chroniqueur, inventeur d'émissions citoyennes, et

    fondateur d'associations avec pour coeur, le citoyen.

    Villages Roumains, Causes Communes entre autres.


    Comme ce matin, je ne l'ais ni entendu, ni lu encore

    j'en profite pour lui souhaiter un très bon et joyeux

    anniversaire et surtout de nous donner à réfléchir

    tout en nous délectant de tant de beaux double jeux

      de  verbe et de mots  précis, ciselé, rchaque matin,

    histoire de nous remettre en phase sinon avec les

    autres, au moins avec la vie de tout les jours et de

    se prendre pour rien d'autre, qu'un(e) citoyen(e) du

    Monde, de ce village déboussolant.

    .

     

     

    Bonne journée et Bonne lecture !


    Cliquez sur l'image pour atteindre les Chroniques de 

    Paul Hermant.

     

    paul_premiere_5.jpg


     

  • Il y a un an, Bye Bye Belgium

    Pin it!

    La R.T.B..F, le 12 décembre 2006, provoquait
    émois et stupeurs dans les chaumières avec
    son éission Bye Bye Belgium.
     
     La réalité à dépassé la fiction suite aux votes
    de juin  dernier.
     
    Bye Bye Belgium, même dans sa forme, hard,
    provocatrice, alarmiste, à donc plus que jamais 
    toute sa légitimité.
     
     Plus d'émissions et de revues de presses des deux
    communautés, plus d'information et d'opinions à
    partir des régions.
     
    Alors, encore une fois bravo à ce coup d'audace
    du 12 décembre 2006.
     
    Dommage que nous ayons face à nous des gens
    qui résonnent en termes racistes et xhénophobes.
    Je pèse mes mots. Mr. Leterme qui insulte de façon
    éhontée la RTBF ces derniers jours, ferait bien de
    revoir ses cours d'histoire politique. Mais tout ceci
    n'est pas fait sans desseins. Tout est calculé et plus
    l'esbrouffe est grande plus il gagne auprès de son
    opinion public. Les fanatiques de tout bords adorent
    les investivent.
     
    Je regrette, mais nous valons mieux que ce Monsieur
    à la tête de notre pays.
     
    By by Belgium

     

  • Quelle année...

    Pin it!

    Les préparatifs des fêtes de fin d'année, Noel et Nouvel-
    an, battent leurs pleins. Kadi cours dans tous les sens, les
    sens en éveil.

    La semaine dernière, confection du sapin à la maison avec les
    p'tits,(photo ce soir du sapin.) Cette semaine, achat des colis
    que nous remettons à chacun de nos travailleurs à Noel et Nouvel
    an. 2 Poulets, des poissons, 5 Kg de Riz, des boites de tomate,
    des assaisonnements divers.

    Vendredi dernier, le boxeur que nous sponsorisons, Kayembe,
    a gagné aux points en six raounds. Très beaux match. Rapidité
    dans les esquives, propres dans les gestes.
    Jamais d'agressivité malsaine ou déplacée. Nous pouvons être
    fiers de notre poulin, qui du haut de ses 21 ans, à ce jour
    est les meilleur poids léger en R.D.C.

    Nous attendons les implications de la nouvelle loi sur les
    importations et les nouveaux contrôles mis en places.
    Impossible à ce jour de dire quelle sera l'implication de
    cette nouvelle mesure sur les prix à la consommation.
    L'application est de vigueur dès le 1er Janvier 2007. Nous
    verrons !

    Quelle année que ce cru 2006, avec les premières élections
    démocratiques qu'ait connu le Congo depuis son indépendance.
    Quelle année mouvementée du point de vue des affaires, justement
    dans ce cadre électoral quelques peux orgageux par moments.
    Quelle année de fierté tout de même, soulignons le, avec
    cet événement que fut la prestation de serment du Président.

    Je reviendrai ce soir sur d'autres sujets, dont celui de l'
    acharnement des médias envers l'Afrique, des nouvelles formes
    de dérapages xhénaphobes et racistes en Europe, et des
    réactions que celà suscite dans l'opinion et dans les médias.

    Mais qu'est ce qui à bien put piquer Pascal Sevran ?
    Quelle année que cette année 2006, la RTBF, ne dira
    pas le contraire.