rwand

  • L'actualité de la guerre reprend le dessus

    Pin it!

    Dans un climat d'attente d'un nouveau Premier Mnistre,

    et sur fond de bruits de bottes à l'Est de la République,

    le Président J. Kabila s'est adressé à la population

    ce jeudi. Le message est clair. Les congolais doivent

    se serrés les coudes, et être conscients que la situation

    est de plus en plus grave dans l'Est du pays. Il appelle le

    Rwanda voisin à rester neutre dans les affrontements 

    qui ont repris depuis quelques semaines dans le Nord

    Kivu.

     

    La Communauté Internationale, elle, se voit saisie au

    niveau de ses instances onusiennes et de son Conseil

    de Sécurité pour s'engager d'avantage dans un processus

    de paix. De garantie du processus de paix devrait ont dire.

     

    La MONUC, Mission Onusienne au Congo, forte de 17 000

    militaires, réclame de nouvelles forces. A ce stade des 

    questions se posent...


    Les forces armées onusiennes sont elles les bonnes ?

     

    Il faut savoir que se sont en majorité des militaires qui 

    proviennent de l'Inde et du Pakistan qui sont au front à 

    ce jour. Ce n'est pas un grief contre ces nations, mais 

    un simple constat, que de dire, que se ne sont peut être

    pas les nations les mieux outillées pour intervenir dans 

    un pareil conflit. Outillées, historiquement et militairement.

     

    La Communauté Internationale, ne devrait elle pas

    prendre les devants du  drame humain, (plus d'un 

    million deux cents mille réfugiés), et envoyer des forces qui

    connaissent  le Congo, sa problématique et celle du

    Rwanda voisin ?

     

    Référence à l'Opération Artémis qui en trois mois avait

    permis de calmer les troupes en guerre. Référence à l'EUFOR

    qui durant la période pré-électorale avait bénéficié d'une

    renommée à la hauteur de ses actions. De sensibilisation, 

    d'information et de rapidité d'intervention en cas de problème.


    Comme nous l'avons déjà écrit ici, sur cette toile, le fait de

    garder sur le sol congolais des "génocidaires rwandais"

    pourri d'avantage  la situation.

     

    Le Rwanda ne se sent pas en sécurié et il a raison. Il en a

    payé le prix depuis ces dernières années. Les populations

    congolaises de l'Est le savent aussi et payent chaque jours, 

    au travers des malheurs qu'elles subissent,  pilllages, violent des

    femmes, la famine des  population et le déplacement massif, 

    l'éxode...

     

    Sans donner une quelconque légitimité au chef militaire

    Nkunda, et à fortiori au vu de ses dernières déclarations, 

    contre le Gouvernement légitime de Kinshasa.

     

    Il n'en reste pas moins vrai que l'on doit se poser la question

    de l'avenir des populations d'origine "Tutsi" au Congo, dans 

    l'éventualité du départ des troupes rebelles et sans un

    règlement de la présence des ex "Interahamwes" dans

    cette région ? 

     

    Les deux pays voisins sont en reconstruction l'un et l'autre.

    Des éléctions démocratiques ont eu lieu, et des choses

    bougent du point de vue éconimique dans la région des

    grands lacs africains. 

     

    La solution reste dans un espoir de pacification.

     

    La solution n'est probablement pas que, congolaise

    ou rwandaise, elle est fort probablement  internationale.

     

    N'en déplaise. Pas envie de terminer avec une autre

    image que celle d'un Kivu paradisiaque, aux eaux riches

    en poissons, d'un lac si près du ciel.


     

    Lac Kivu