segolene royal

  • Primaires : François Fillon en marche

    Pin it!

    La Droite Libérale décomplexée et ses conséquances 

    Ça ne sera possible qu'avec une Gauche Complexée, démobilisée, aveuglée par les sarcasmes

    anti Présidentiels, par ce mauvais vaudeville organisé et planifié par tout le monde sans autre

    indignation que celle de quelques artistes, et personnes de la Culture qui s'offusquent et nous 

    disent. Assez ! Stop ! 

     

    4 Millions de personnes ont voté démocratiquement, hier en France pour la suppression de

    500 000 emplois publiques, pour une France Libérale dure. Pour une fracture Sociale qui

    va aller en se durcissant. C'est le choix. C'est un choix. Les élections de 2017 sont lancées. 

     

    Ils ont voté et ils étaient nombreux, plus de 4 millions de votants, de Droite et du Centre,

    peut être même aussi d'ailleurs. 

     

    Nicolas Sarkozy tire les leçons et se prononce pour son Ex- Premier Ministre. L'écoutant ce soir à la Télé, je n'ai pu m'empêcher de penser à Vladimir Poutine et à son Premier Ministre,  "Un jour, l'un, un jour l'autre." 

    Sauf, qu'en France c'est 10% du corps électoral, 10% du peuple en âge de voter qui a fait

    son choix, hier. Ce n'est pas encore la France. 

     

    Résultats à 11,45 heures ce 21 novembre 2016 :

     

    primaires,francois fillon,alain juppé,francois hollande,julie gaillet,ségolène royal,nkm,copé,lemaire,udi,françois bayrou,jean luc mélanchon

     

     

    Lire la suite

  • Ségolène Royal, c’est maintenant

    Pin it!

    "Que le bon surgisse de ce clair-obscur dans lequel notre Monde est  plongé."

     

    Introduction :

    A contre courant de se qui se dit, de ce qui fait l'actualité politique française. A contre courant d'une "Nouvelle Elite" à Gauche , qui se cherche tellement qu'elle se perd. A contre courant de la "Grande Marche" du fils parricide. Et ne me dites pas que pour se faire, il faudrait qu'il y ait eu un "César"...  

    A contre courant d'un sauve qui peut, d'un "Non Elu". A contre courant de la mode qui voudrait qu'un "Homme Providentiel" serait né. Jeune, aux idées larges, débordant d'idées... 

    Et je dois dire, dans un courant qui rappel, que si c'était lui et pas un autre, Emmanuel Macron, vous l'avez compris, est à la tête de l'Etat , avec les Président depuis 4 ans.

    C'est cette politique qui a été mise en place. C'est cette Politique qui noie François Hollande et qui le rend plus impopulaire et mal aimé à la fois des siens et des français en général. Si Emmanuel Macron était "L'Homme Providentiel" çà se serait vu aux réalisation du Gouvernement et lors de cette législature. Non ? 

    Impopularité de François Hollande : Ça n'a rien à voir avec l'homme, le Président et sa probité. C'est le ressenti du Peuple. Ça ne passe pas. Le fil est cassé. Injuste mais vrai ! 

     

    Le peuple de Gauche se sent trahis. Nous pouvons le comparer aux peuple de certains états américains, qui se sont sentis abandonnés sur le bord de la route. Ce sont les gens des usines, des ateliers, des campagnes, qui ne comprennent pas les délocalisations, le fermetures, les prix d'achats des produits  agricoles, lait, légumes, fruits, céréales,   en dessous des coûts de productions, qui ont peur. Le peuple à peur.

    Ils ne comprennent pas la sous-traitance qui vient de l'étranger. Ils en font un ennemis, leur tête de Turc comme disait Günter Wallraff. Alors que l'ennemi n'est pas la. Il est le même.  

    Il est le même, celui qui délocalise. Il est celui qui emploie des gens d'ailleurs pour augmenter ses marges bénéficiaires. Et tant pis pour la Paix Sociale, tant pis pour les autres. L'argent est roi dans un monde de plus en plus sot et idiot. Un monde dangereux. A cause des marges bénéficiaires. 

    Du Prolétariat plonger dans le lumpenprolétariat, le peuple de Gauche a peur de se retrouver dans la rue, SDF, ont encore un toit mais sont au bout du bout. Ils se tournent vers les prometteurs de beaux jours, vers la radicalisation extrême. ils vont au F.N. parce qu'il ont un ennemi désigné. N'ont plus à se poser de question(s). Et tant pis si çà tourne mal. L'ennemi est l'autre. 

     

    Le peuple de Gauche à peur et se sent trahis ! 

      

    Ségolène c’est maintenant, m'est venu après l’émission sur France 2, animée par David Pujadas et Léa Salamé de ce jeudi 10 novembre 2016. Des attitudes d’Emmanuel Macron et de son Mouvement « En Marche ». Du résultat des élections aux Etats – Unis.

    De l’évidence, à mon sens, depuis 2008. Que c’est elle, et personne d’autre qui est capable de défendre au mieux une Gauche dynamique, proche des citoyens, qui a la rigueur nécessaire et voulue pour la fonction.

     

    J'entends pourtant déjà les commentaires dès le début de cette lecture,  "Mais n'a t-il pas entendu, Ségolène Royal, nous dire elle - même, comme une injure, "je me suis déjà sacrifiée une fois" ? 

    Que pouvait elle répondre de plus sincère ? Etant bloquée de toutes part, par l'agenda du président, par l'indécision, par les non-dits, les hésitations. 

    Emmanuel Macron n’est pas de Gauche. Il est peut être l’intellectuel dont la Gauche à besoin pour avancer de nouvelles idées, mais il ne fera pas le pas de dire qu'il est à Gauche parce qu'il sait qu'il n'est pas de ce monde la. Que s'il le dit ? Il est mort dans les fonctions privées au niveau des grands groupes et des multi - nationales. 

    François Hollande a le mensonge qui plane autour de lui, comme l’aigle Royal au dessus des cimes alpines. Il n’est pas mauvais. Nous avons (on lui a fait) une mauvaise image de lui et çà lui colle à la peau.

    Il n’est pas aimé. Pas mauvais, mais un mal aimé. Même ses actes paraissent des hésitations. Le moral des troupes d’aujourd’hui, nous verrons çà plus loin dans cette tentative d’analyse succincte, ne permet pas ce genre d’homme à la tête de l’Etat.

    Et puis, il n’a plus son meilleur ennemi. Nicolas Sarkozy de 2017 n'est pas ou plus celui de 2012. On a voté contre. Et pas Pour.

    Jean – Luc Mélanchon trublions, trop érudit. Il fait peur aux Cocos, aux Socialos, au Centre. Il aurait pu être le PODEMOS ou le CIRISA à la Française, mais çà ne le fera pas.

    Arnaud Montebourg apparaît à Gauche comme a droite et ne parlons pas de la France profonde, celle du labeur, des champs et des ateliers, comme le Dandy de la politique française. Celui, qu’il faudrait inventer s’il n’existait pas. Parce qu’il est un lanceur d’idées. Un idéaliste aux allures chevaleresques au look charmant et charmeur. 

    Manuel Vals « c’est compliqué » comme on le mentionne dans une relation « amoureuse » sur une page d’un réseau social. C’est compliqué, parce qu’il a les atouts pour être un homme d’Etat, mais ne le sera pas. C’est comme la copie de… alors pourquoi prendre une copie lorsque les originaux sont la. C’est un bosseur. C’est un homme de principe et de paroles.

    Ségolène Royal, c’est Emmanuel Macron avec de l’éthique et du sens. C’est une vie liée à la gauche qui ne stagne pas comme l’eau dans une marre étroite et glauque dans laquelle se prélassent les idées courtes, et germent les complots assassins.  

     

     

    Lire la suite

  • Quand Hollande continue de se tromper

    Pin it!

     

     

    Putain, ce que la population attend, ce que le gens attendent de Hollande 

    C'est que pour une fois çà ne sonne pas faux. 

     

     

    Lire la suite

  • Ils ont votés...

    Pin it!

    « Et puis après » chantait Léo Ferré. Mais par les temps qui
    courent c’est un salut respectueux vis-à-vis des citoyens
    qui s’impose. Un taux de participation record dans un pays
    qui n’oblige pas la population de voter, c’est magnifique.

    Pourtant, dans ce carnet de notes, c’est plutôt à la candidate
    Ségolène Royal qu’allait la sympathie voire plus. Donc, vous
    pouvez être surpris de ce « magnifique citoyens ».

    Reste à tenter de comprendre ce qui s’est passé. Ce qui a fonctionné
    et n’a pas fonctionné dans la campagne « La France Présidente.

    C’est peut être un des éléments de réponses d’ailleurs que le
    leitmotiv de cette campagne.

    Qui de cette participation record ? Acte citoyen ou rejet de la
    politique participative ? Acte de responsabilisation ou vote
    massif pour quelqu’un qui a les réponses sur tout, pour le Chef.

    C’est un peux de çà et d’autre choses aussi, certainement. La
    Position ambiguë des « ténor » socialistes, Fabius, le NON à
    L’Europe, Dominique Strauss Khan le OUI à l’Europe, le OUI
    au Centre, les pieds lourds des deux en tout cas dans la campagne.

    Pas facile d’être candidate d’un parti contre le Parti. Pas évident de
    donner un coup de pied dans la fourmilière et de faire sauter ainsi
    les « baronnies » des dits « Eléphants.

    S. Royal aura eu le mérite et l’a encore d’ailleurs d’avoir fait le
    ménage dans les idées véhiculées et faites de passé certes glorieux
    mais l’avenir est l’avenir.

    Faire le ménage ne veut pas nécessairement dire renier. Mais çà,
    c’est encore à comprendre par quelques uns et unes.

    Cette campagne du fait de la qualité de ces deux derniers concurrents
    fut probablement une des campagnes les plus captivante en tout sens.

    Il n’est pas moins vrai que le clavier sous mes doigts se demande encore
    Quid du grand écart que M. le Président Nicolas Sarkozy devra faire pour
    à la fois satisfaire ses amis, ceux de la France profonde et ceux de chez
    Lepen qui croient dure comme fer qu’il fera le ménage contre l’immigration,
    dans les banlieues, dans les entreprises contre les délocalisations économiques
    ou encore de faire travailler plus les français… Il y a eu de son côté, il faut le
    quelques propos poujadistes ou populistes en dessous de la ceinture pour un
    homme d’une telle envergure, (ne voyez la aucune ironie de notre part.) Mais
    les voies çà se pêchent. N’est pas ?

    Ils ont votés et puis… d’autres voteront dans un autre contexte plus au nord,
    donc plus froid dans les débats, non plus sobres. Plus loin de la belle parole
    bien prononcée dans un français policé, moins grandiloquent et surtout moins
    nombriliste que celui d’outre Quiévrain. Il s’agit des élections belges qui se
    profilent au 10 juin de cette année.

    Le débat est lancé depuis un certain temps déjà. Quid du futur Premier Ministre ?
    francophone ou néerlandophone ? Ouf quelle chute ! Mais pour les belges c’est
    aussi important. Le dernier francophone qui fut Premier en Belgique remonte à
    1961 avec Edmond Leburton. Le temps de l’indépendance du Congo.

    Trèves de plaisanteries, il ne s’agira pas que de çà mais ce sera un des enjeux de
    ce scrutin belge, avec comme partout ailleurs, le travail, l’immigration, les
    impôts…

    On ne se soucie pas trop sur la participation puisque le vote est obligatoire mais,
    les votes blancs, les votes vers l’extrême droite qui avait connu un recul et qui
    repointe le bout de ses idées faciles et démagogiques.

    p>Ils voteront avec toutefois des échos et des relents de la campagne victorieuse de
    M. Sarkozy, il suffit d’écouter la radio et lire les journaux pour s’en apercevoir.
    Ils ont votés et ils feront sans doute des petits au nord ou alors les belges ont une
    idée de la politique. Comme par exemple la main mise par les français sur la
    Constitution européenne par Giscard, alors que Dehaene, et je n’ai pas d’affinité
    spéciales avec ce Monsieur en est la cheville ouvrière. Mais bon c’est une autre
    histoire et je mélange tout. Un carnet de notes n’est pas fait pour çà ? Tout mélanger
    et puis trier, relire, élaguer, jeter, garder. Acteur et spectateur au sens propre du terme
    sans calculs ni prétentions que celle de partager.

    A vous de dire ce que vous pensez !

    Segosphère

    Sarkozy de biais

  • Bayrou peut il faire autrement ?

    Pin it!

    Les journaux titrent à la une, "Françsois Bayrou, renvois
    dos à dos les deux candidats à l'investiture."

    A t-il vraiment le choix ?

    La pluspart de ses députés sont des personnes de droite,
    ou centre-droite. Au soir du 22 avril, aucun ne s'est avancé
    du côté de Mme Royal. Au contraire, les oreilles se tendaient
    pour écouter Monsieur Rafarin et autres Fillon.

    Par contre, et pour ce qui concerne les électeurs qui ont
    portés le Parti Centriste à son reccord historique ne sont pas
    de cette veine la. Et çà, le leader, du Centre, le sait plus
    que quiconque aujourd`hui.

    Il sait que pour garder ses ouailles au bercail, il doit
    prendre son temps.

    Il sait aussi que sa campagne a ete menee contre M. Sarkozi.

    Ne pas decevoir les deputes et ne pas decevoir l`espoir
    de millions d`electeurs qui se sont prononces en masse pour
    que ca change.

    Le debat du 2 mai sera decisif.

    M. Bayrou peut il faire autrement que decevoir pour gagner
    son statut d`homme du changement ?

    La bipolarisation a l`Americaine avec un Parti Democrate
    et un Parti Republicain. Pourquoi pas ?

    Ce ne sera possible qu`avec les forces traditionnellement
    dites a gauche.

    Voila pourquoi, Mme Segolene Royal sera elue Presidente.

    Parce qu`il faudra continuer de parler juste et vrai aux
    electeurs.

    Uniquement si Monsieur Bayrou fait autrememt.

    bayrou_reflechit

  • Suffisamment important pour être communiqué

    Pin it!

    Ségolène Royal a précisé ne pas avoir eu pour l’instant de
    réponse du candidat centriste, à qui elle a laissé un
    message téléphonique lundi soir.

    Le fait que François Bayrou n’ait pas encore répondu est un
    signe encourageant, “sinon il m’aurait dit non tout de suite”.
    Des “contacts” ont d’ailleurs été pris “entre les proches”,
    a-t-elle souligné.

    “Je souhaite que la réponse soit positive (…) Cela mérite
    d’être tenté”, a estimé la première femme à avoir une chance
    réelle d’accéder à l’Elysée qui reconnaît avoir pris un
    “risque” en sortant des “schémas traditionnels” de la
    politique française.

    “Il y a peu d’occasions dans l’histoire de la politique
    où on peut accomplir des dépassements, des refondations
    qui n’entraînent personne à en rabattre sur ses convictions”,
    a déclaré Ségolène Royal.

    Celle qui se dit régulièrement prête à “actualiser le logiciel
    socialiste” a affirmé qu’elle n’avait pas “senti de
    réticences” au sein du PS après son offre d’ouverture au
    centre, la première depuis la tentative de Michel Rocard,
    à la fin des années 1980.

    Après avoir rencontré dans l’après-midi les parlementaires
    socialistes, elle a expliqué avoir ressenti tout au plus des
    “questionnements”.

    Pendant son discours devant plus de 9.000 personnes réunies
    au Zénith de Montpellier, la candidate n’a pas cité le nom
    de François Bayrou pour ne pas “lui mettre la pression par
    meeting interposé”, comme elle l’a expliqué aux journalistes.
    Elle a souligné avoir été “très explicite” notamment quand
    elle en a appelé à “toutes les couleurs de l’arc-en-ciel”.

    Lu sur le site ....... http://royal2007.fr

    sego2