socialistes francais

  • Ils ont votés...

    Pin it!

    « Et puis après » chantait Léo Ferré. Mais par les temps qui
    courent c’est un salut respectueux vis-à-vis des citoyens
    qui s’impose. Un taux de participation record dans un pays
    qui n’oblige pas la population de voter, c’est magnifique.

    Pourtant, dans ce carnet de notes, c’est plutôt à la candidate
    Ségolène Royal qu’allait la sympathie voire plus. Donc, vous
    pouvez être surpris de ce « magnifique citoyens ».

    Reste à tenter de comprendre ce qui s’est passé. Ce qui a fonctionné
    et n’a pas fonctionné dans la campagne « La France Présidente.

    C’est peut être un des éléments de réponses d’ailleurs que le
    leitmotiv de cette campagne.

    Qui de cette participation record ? Acte citoyen ou rejet de la
    politique participative ? Acte de responsabilisation ou vote
    massif pour quelqu’un qui a les réponses sur tout, pour le Chef.

    C’est un peux de çà et d’autre choses aussi, certainement. La
    Position ambiguë des « ténor » socialistes, Fabius, le NON à
    L’Europe, Dominique Strauss Khan le OUI à l’Europe, le OUI
    au Centre, les pieds lourds des deux en tout cas dans la campagne.

    Pas facile d’être candidate d’un parti contre le Parti. Pas évident de
    donner un coup de pied dans la fourmilière et de faire sauter ainsi
    les « baronnies » des dits « Eléphants.

    S. Royal aura eu le mérite et l’a encore d’ailleurs d’avoir fait le
    ménage dans les idées véhiculées et faites de passé certes glorieux
    mais l’avenir est l’avenir.

    Faire le ménage ne veut pas nécessairement dire renier. Mais çà,
    c’est encore à comprendre par quelques uns et unes.

    Cette campagne du fait de la qualité de ces deux derniers concurrents
    fut probablement une des campagnes les plus captivante en tout sens.

    Il n’est pas moins vrai que le clavier sous mes doigts se demande encore
    Quid du grand écart que M. le Président Nicolas Sarkozy devra faire pour
    à la fois satisfaire ses amis, ceux de la France profonde et ceux de chez
    Lepen qui croient dure comme fer qu’il fera le ménage contre l’immigration,
    dans les banlieues, dans les entreprises contre les délocalisations économiques
    ou encore de faire travailler plus les français… Il y a eu de son côté, il faut le
    quelques propos poujadistes ou populistes en dessous de la ceinture pour un
    homme d’une telle envergure, (ne voyez la aucune ironie de notre part.) Mais
    les voies çà se pêchent. N’est pas ?

    Ils ont votés et puis… d’autres voteront dans un autre contexte plus au nord,
    donc plus froid dans les débats, non plus sobres. Plus loin de la belle parole
    bien prononcée dans un français policé, moins grandiloquent et surtout moins
    nombriliste que celui d’outre Quiévrain. Il s’agit des élections belges qui se
    profilent au 10 juin de cette année.

    Le débat est lancé depuis un certain temps déjà. Quid du futur Premier Ministre ?
    francophone ou néerlandophone ? Ouf quelle chute ! Mais pour les belges c’est
    aussi important. Le dernier francophone qui fut Premier en Belgique remonte à
    1961 avec Edmond Leburton. Le temps de l’indépendance du Congo.

    Trèves de plaisanteries, il ne s’agira pas que de çà mais ce sera un des enjeux de
    ce scrutin belge, avec comme partout ailleurs, le travail, l’immigration, les
    impôts…

    On ne se soucie pas trop sur la participation puisque le vote est obligatoire mais,
    les votes blancs, les votes vers l’extrême droite qui avait connu un recul et qui
    repointe le bout de ses idées faciles et démagogiques.

    p>Ils voteront avec toutefois des échos et des relents de la campagne victorieuse de
    M. Sarkozy, il suffit d’écouter la radio et lire les journaux pour s’en apercevoir.
    Ils ont votés et ils feront sans doute des petits au nord ou alors les belges ont une
    idée de la politique. Comme par exemple la main mise par les français sur la
    Constitution européenne par Giscard, alors que Dehaene, et je n’ai pas d’affinité
    spéciales avec ce Monsieur en est la cheville ouvrière. Mais bon c’est une autre
    histoire et je mélange tout. Un carnet de notes n’est pas fait pour çà ? Tout mélanger
    et puis trier, relire, élaguer, jeter, garder. Acteur et spectateur au sens propre du terme
    sans calculs ni prétentions que celle de partager.

    A vous de dire ce que vous pensez !

    Segosphère

    Sarkozy de biais