tension

  • Kinshasa, jeudi annoncé sous tension

    Pin it!

    Il semble que la tension qui prévaut à Kinshasa ne va pas baisser ce 22 janvier 2015. D'après des experts et les Chancelleries qui sont en place, ce jeudi n'augure rien d'apaisant.

    C'est en effet, cet après - midi que l'Assemblée Nationale doit délibérer sur le sujet de SUBORDONNER ou non les prochaines élections présidentielles à un recensement national. Ce qui reporterait d'au moins un an lesdites élections et prolongerait de fait, le mandant du Président Joseph Kabila, de 2016 à 2017.

    Prudence est le maître mot de cette journée encore. La ville semble dormir. Des patrouilles de la  Police sillonnent les rues et et Avenues de Kinshasa. 

    Quant aux communications internet, elles ne sont toujours pas rétablies à cette heure. C'est le black-out total de ce côté. 

    Je reviendrai avec une plus longue analyse de la situation qui prévaut depuis samedi 17 janvier 2015 en République Démocratique du Congo. 

    Aux amis et connaissances, à la famille. Mes pensées sont avec vous tous et toutes. 

     

    Belle et Bonne journée. Belles et Bonnes lectures aussi.

     

     

  • On ne sait pas tout, on ne sait rien...

    Pin it!

    kinshasa,rdc,kabila,tshisekedi,peur,tension,calme,police,industrie congolaise,développement durable au congoLa rumeur, laissez parler les gens, comme dit la chanson, sauf qu'ici çà fait monter la tension. La rumeur c'est comme qui dirait, "on joue à se faire peur et ça fait monter l’adrénaline". On nous promet des lendemains qui chantent ou qui déchantent. On nous promet des jours de bonheur et des malheurs, la tension monte, c'est tout. La CENI dévoile les résultats, de part et d'autres on fête la victoire, la pluie continue de tomber, Kinshasa vit au ralenti mais elle vit. Les bars ferment tôt, les restaurants ferment tôt, les entreprises vivent au ralentit pour ne pas dire moins encore.

    La R.D.C. à un nouveau tournant ? Il faudra attendre le 6 décembre 2011 et l'annonce des résulltats quasis définitifs pour savoir enfin comment se passeront les choses. Il sera difficile aux candidats de dénoncer le déroulement du scrutin. Plus d'un démi million d'observateurs d'ici et d'ailleurs ont suivi les déroulement des votes. Ils ont fait des rapports, ils ont écrit les manquements, ils ont dénoncé ci et la des irrégularités mais il n'ont pas parlé de scrutin raté, ou à invalider. Les Observateurs de la SADEC (Communauté de Développement de l'Afrique Australe)  ont d'ailleurs parlé les premiers, lundi de la semaine dernière.

    On ne sait pas tout, on ne nous dit peut être pas tout, donc on ne sait rien. Si on allait prendre un verre entre potes et refaire le monde sans casser, sans se déchirer, sans se haïre. 

    Belle et bonne journée et bonnes lectures !

  • Kin-La-Belle, au bord de la crise de nerfs...

    Pin it!

    Seconde journée écourtée et tension accrue.

    Depuis hier, les magasins ferment vers 15 heures. La population veut rentrer chez
    elle en toute tranquilité et sans attendre les taxis durant des heures sur les axes
    routiers.

    D'après les informations reçues de ci et delà,
    la CEI doit annoncer les
    résultats en sa possession ce mercredi vers 20 heures. Personne n'a envie de
    traîner en ville entre temps.

    D'un côté le camp de J.P. Bemba
    qui fait savoir que les résultats sont manipulés
    et que c'est le candidat UN (Union Nationale)
    qui gagne avec 52 % des voix.

    De l'autre, l'UMP, (Union pour la Majorité Présidentielle),
    avec la CEI (Commission
    Electorale Indépendante), disent que les résultats, donnent
    Monsieur Joseph Kabila
    vainqueur des élections  avec plus ou moins 58,5 % des suffrages.

    Si l'on ajoute à ces informations diverses, la volonté de faire quitter de la Capitale,
    six cents militaires attachés à Monsieur Bemba, on comprend mieux la tension qui
    règne à Kinshasa en ce moment.

    A ce propos, les négociations n'ont pas l'air d'avancer. Plus encore, ces soldats
    se seraient volatilisés dans la ville et le Gouvernement  dit vouloir  agir  pour garantir
    plus de sécurité à Kinshasa.

    La République Démocratique du Congo, dans un contexte historique sans égal
    pour cette nation, est entrain  de s'enfoncer dans un dialogue de sourds.
    C'est comme si les uns disent en face ce que l'autre veut entendre sans penser
    un traître mot à l'engagement pris.

    Difficile de se faire sa propre opinion. Si ce n'est celle, que la situation ne s'
    améliore pas et qu'elle s'enlise de jour en jour.

    Dans les états majors des diffétentes composantes à la négociation, on semble
    pourtant serain.

    C'est comme si la parole donnée était celle aussi de toute une population.
    C'est comme si les cris de la cité n'atteingnent pas les oreilles des responsables.

    Responsables de la sécurité de l'ensemble des personnes physiques qui
    vivent au Congo. Responsables aussi de décider de ce qui doit être fait, être
    décidé en pareille situation. Peux de gens croient actuellement le discours qui
    tend à rassurer quant à l'issue de cette période tendue.

    Samedi, ils ont surgits de nulle part. Et demain ?

    Le discours est simple. Dans les cités de la capitale qui ont votés pour Monsieur
    Bemba, "Bemba a gagné ici, à Kin. avec plus de 60 %, il est le Président".

    Comment faire comprendre que ce n'est pas ainsi ?
    Comment faire comprendre que Kinshasa n'est pas la R.D.C. ?
    Comment faire comprendre que les taux d'abstentions et votes nuls ont
    profités pour l'un et l'autre candidat selon la  Province où çà se passait ?
    Comment dire que lors d'élections, partout dans le monde, il y des plaintes ?.

    Comment faire convaincre, si la volonté politique de le faire, ne s'affirme pas ?

    Dernière nouvelle, ce soir, la promulgation ne se fera peut être  pas. 
    Appels au calme de toute parts.

    Kin-la-Belle se réserve encore !







  • Et le fil conducteur la dedans ?

    Pin it!

    Envie de dire autre chose, de parler d'un coup de coeur.
    Changer d'univers, l'espace d'un post.

    Pendant que les rumeurs continuent de circuler. Que les gens
    cherchent à s'extirper de Kinshasa. Qui vers Brazza. Qui vers
    Nairobi ou ailleurs.

    Kinshasa attend toujours la proclamation des résultats.

    Kisnhasa attend de savoir si oui ou non,
    il y a accord entre Gouvernement, Monsieur Jean - Pierre Bemba
    et la MONUC pour le déplacement des 600 militaires attachés à
    M. Bemba vers Maluku.

    Kinshasa est sous une tension extrême.

    Alors, oui, envie de quitter le fil rouge de ce carnet
    de notes et de donner à voir et à lire
    quelque chose de beaux. Nous avons tous besoin de
    quelque chose de beaux. Ce superflux qui fait du
    bien au sens et à notre âme. La culture
    en fait partie.

    Photos de Monica Belluci et extrait de son interview sur
    Evene, par Mélanie Carpentier.

    Avant cet extrait un proverbe de la culture africaine, si
    dense et si belle.

    "le soleil n'oublie jamais un village, même s'il est petit".

    Extrait choisi, interview de Monica Belluci.

    Malraux a dit “La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert”…

    C’est vrai qu’il faut conquérir la culture. C’est un
    engagement humain personnel. Quand on aborde un livre religieux,
    par exemple, il faut toujours avoir une base culturelle
    solide derrière pour ne pas prendre la chose au premier degré.
    C’est très dangereux et risqué. La culture fait de nous
    des humains. Personnellement, parce que je suis comédienne, j’ai facilement
    accès à la culture mais je ne me considère pas comme
    une intellectuelle. Je suis quelqu’un de très lié à la vie.
    J’aime les leçons de la vie. J’adore ce que
    m’apporte l’existence. La vie est un livre merveilleux.

    543_bellucci

    Monica beluci 1

  • C'est triste, Kinshasa sous les balles.

    Pin it!

    Samedi matin calme. Les boutiques s'ouvrent aux heures habituelles. Dès 8 heures,
    la circulation est dense, sur le Boulevard du 30 juin. Je viens
    de prendre mon petit expresso à la "Pâtisserie Nouvelle". Vers 10,30 heures
    des coups fils de partout.

    "Attention, des tirs ont été entendus entre l'INSS et le Rond Point
    Mandela".

    Tout se confirme très vite. Les sms de sécurité des différents organismes,
    ambassade, EUFOR, MONUC, font état des mêmes événements. Très vite, nous fermons
    le magansin et les bureaux. Vers 12,15 heures, en voulant repartir
    vers l'Avenue des Huileries, via Colonel Ebeya, des tirs retentissent. Demi-tour,
    vers l'Hôtel Memling, le lieux le plus sûre dans le coin.

    Les choses semblent se calmer vers 12,30 heures. En partant du
    Memling, j'en profite pour prendre deux photos du Boulevard du 30 Juin. Vide
    ou occupé par les patrouilles de la Monuc, pendant que les hélicoptères
    de l'EUFOR, survolent la ville.

    Aux dernières nouvelles, le Gouvernement, aurait demandé, à Monsieur Bemba de s'adresser
    à la population, pour demander le calme, réclamer la levée de certains barrages.
    A cette heure, le communiqué n'a pas encore été adressé.

    La situation est calme en ce moment, mais reste très tendue.

    La note d'hier relevait de cet état et d'une capitale sous pression.
    La soupape à sauté, en partie. Les fusils et mitraillettes ont crépités,
    les mortiers, et roquettes ont tonnés.

    La poudre à parlé encore une fois.

    Attendre. Rien d'autre, qu'attendre un dénouement à cette tension.

    Avec l'espoir que çà ne se règne pas à la poudre et au canon.

    c'est beaux une ville la nuit. C'est triste, Kinshasa, sous les balles

    Images: Le Bd du 30 Juin Samedi 11 novembre à 15 heures. Patrouille de la MONUC.

    IMG_2357

    IMG_2359

  • Jeudi Soir, après une journée complète de travail

    Pin it!

    Le bilan est lourd. 23 morts et plus d'une quarantaine de blessés. Des maisons pillées dont celle
    de la Croix Rouge Congolaise. Dans quelques heures, la CEI, (Commission Electorale Indépendante) doit révéler les
    résultats des élections législatives, (les députés élus pour le parlement). Impossible de dire quelle sera
    la réaction de la population (poussée par certains partis) après cette nouvelle proclamation de résultats.

    Les employés ont encore quittés la ville avant 17 heures. Certains bureaux et magasins ferment à 16 heures.
    C'est calme, mais comme je le disais hier, une certaine tension est encore perceptible en même temps
    qu'un certain raz-le-bol de ces manoeuvres militaires. La campagne électorale menée sur fond de xhénophobie et de
    racisme, la responsabilité de tout les maux du Congo repportée sur les autres, (Communauté Internationale, MONUC, etc...)
    laisse des traces et laissera des traces plus tard encore. Les gens vivent dans la peur
    et la crainte de nouveaux événements armés. Ce matin trois balles ont été tirée du côté
    du Centre Wallonie-Bruxelles, toute les cités en parlaient, les téléphones crépitaient. Il a falu calmer et raisonner
    autour de nous.

    Ce n'est pas bon pour les affaires, ce n'est pas bon pour la population, ce n'est
    pas bon pour le pays. "Il y a des gens qui veulent les élections
    et d'autres qui ne les veulent pas", cette phrase revient de plus en plus dans
    la bouche de gens que je rencontre. Je vais quitter mes notes avec un leger
    optimisme.

    Rouverture du Beach, lieu de passage entre Kinshasa et Brazzaville, rouverture des vols SN Brussel
    Air Lines (Ex Sabena) et une photo de Kinshasa calme

    .

    çà va mieux, non ?

  • Fermeture des magasins...

    Pin it!

    Les informations diverses faisant état du début cet après midi du désarmement des différentes milices, entre autres celle de M. JP Bemba et celle de la garde présidentielle, en dehors de FARDC (Forces de l'Armée de la République Démocratique du Congo),comme le prévoient les accords signés hier, incitent les sociétés à fermer, dont la mienne. Je prends cette mesure après avoir pris le pouls de la situation et au regard des personnes qui sont employées chez moi et qui résident dans la périférie lointaine de la ville. En cas de rupture de transports de passagers, du manque de taxis bus et de taxis, c'est l'horreur d'un retour de plusieurs heures à pieds qui les attendent.Certains grands magasins d'alimentation restent ouverts plus longtemps. Les Sociétés de comunications, Celtel, Oasis, et autres banques ont décidés de renvoyé chez eux leur personnel déjà à partir de midi pour certains d'entre eux et à 14 heures pour les autres.Le Rond Point Mandela proche de la villa assiégée ces derniers jours est quadrillé par des blindés légers de la MONUC. Il y a comme une tension qui se sent. A tord peut être, mais ne dit-ont pas, "un homme avertit en vaut deux", et plutôt que subir il est préférable de s'en tenir à queques peux de prudence.

  • Attente des résultats et moments de tensions en tout genre

    Pin it!

    Selon des chiffres radiodifusés sur des radios locales mais encore très partiels, le Président sortant, M. Joseph Kabila est crédité de plus de 55 % des votes dans plusieurs régions du pays (sur base de moins de 30 % des dépouillements). M. JP Bemba viendrait ensuite avec moins de 30 %. Sont troisème et quatrème, Messieurs Pay Pay ex Gouverneur de la Banque Centrale du Congo et Kashala, Médecin, avec tout deux moins de 3 % des votes. Petit rappel, pour être élu au premier tour, il faut réunir plus de 50 % des votes sur l'ensemble du territoire. Un candidat semble se déttacher et aller vers cet objectif pour éviter un second tour. Et les commentaires d'aller bon train et dans tout les sens. C'est comme au café du commerce, tout le monde y va de sa petite version, de la rumeur qui est, semble t'il la bonne. Des agents de sécurité de certaines agences privées de protections parlent à voix assez haute dans un endroit public de restauration, pour qu'ont les entendent. Ce qu'ils se disent, "les cibles, la CEI en premier (Commission Electorale Indépendante), les Ambassades européennes et surtout belges, françaises, les expatriés isolés et les gens de l'est" (qui ont votés massivement pour le Président sortant)... "Nous avons des hommes pour protéger d'abord les ambassade..."La presse de cette semaine n'y allait pas de mains mortes non plus, dans ses manchettes, en "Une", on pouvait lire, "L'Union Européenne prépare le massacre des congolais", "Complot d'assassinat contre JP Bemba" etc... Le 20 août des résultats encore partiels mais reflétant la tendance du pays tout entier doivent être publiés par la CEI. Kinshasa n'a pas voté comme le reste du pays, M. JP Bemba y remporeraient les suffrages de plus de 60 %, et celà laisse à d'aucun, le loisir de spéculer sur ce qui pourrait se passer dans la capitale du pays à la suite de la communication officielle. Des mécontents voudraient alors s'en prendre à ceux qui sont identifiés comme étant, ceux qui ont manigancés la victoire plus que probable au vu des chiffres, de M. Joseph Kabila. Will see ! On verra. C'est comme si un cataclisme se préparait. La vie continue pourtant pour ceux qui n'ont ni les moyens, ni le temps de pronostiquer, les commerçants font leur commerce, les taxis transportent leurs clients, les shegges (enfants des rues) vendent ce qu'ils peuvents, les pauvres dans les cités sont toujours aussi pauvres, L'EUFOR (Forces européennes), la MONUC (Mission onusienne au Congo) patrouillent en blindés, jeeps avec fusils mitrailleurs, la vie continue. On the road again, in Kinshasa.