terrorisme

  • L'Homme qui voyait à travers les visages : Roman

    Pin it!

    EES, L'homme qui voyait à travers les visages, Charleroi

    "L'attelage homme - animaux progresse, paisible, synchrone, radieux sous les ciel que nettoie le vent du sud."

    Mozart, Molière, Bach, Diderot, Charleroi, Dieu, Charles de  Foucauld, Milarepa, ... Tous sont la. Colette aussi. 

    Dans cet ouvrage magnifique d'intelligence, Eric - Emmanuel Schmitt, nous convie chez lui, ou plutôt Augustin. Il se révèle aussi dans sa demeure de Guermanty...  Allez découvrir ce qu'il y a entre ceci et cela, entre une synthèse brève et concise ci - après et la fin du livre.

    Allez y, allez y ! 

     

    Lire la suite

  • Propos scandaleux contre mesures scandaleuses

    Pin it!

    87e73ff1fd919c743560032157ff241e-1422530411.jpgSa Majesté le Roi Philippe a présenté ses Voeux 2015 au peuple devant les Corps Constitués du Royaume. Cette cérémonie se tenait au Palais Royal. 

    Insistant sur les valeurs fondamentales de notre société, Le Roi dit entre autres, que "Notre société s'est sentie ébranlée par les attentats." Et de poursuivre sur la nécessité de trouver le juste équilibre. (Image  @MonarchieBe ) 

     

     

    Quant à Rudi vervoort ...  tient des propos scandaleux contre des mesures scandaleuses 

    Rudi Vervoort La veille, Le Ministre Président de la Région Bruxelloise, le P.S. Rudi Vervoort, n'y allait pas par le dos de la cuillère, en comparant les mesures prévues pour la réforme qui est en discussion  à l'encontre des personnes qui ont, ou qui sont mêlées de près ou de loin à des actes terroristes.

    Image : LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

     

     

    Oubliant que les "Juifs" ont été tués, massacrés et déchus de leur nationalité

    par le Reich de Adolph Hitler, "parce qu'ils étaient juifs", et non pas, parce

    qu'ils avaient commis des actes délictueux ou des crimes. Leur seul crime

    était d'être "Juif".

     

    Oubliant aussi, ses propres principes. 

    Rudi Vervoort, donc, fait un raccourcis malheureux. Un raccourcis scandaleux. 

     

    La déchéance de Nationalité tel est le débat 

    Monsieur Vervoort  tente de se racheter en livrant maintes explications qui ne 

    tiennent pas la route, l'une plus que l'autre. Navrant.

     

    Car, personne ne s'y trompe, ici la déchéance de la Nationalité belge qui est

    proposée concerne des personnes qui ont participé à des actes criminels, des

    actes terroristes, des actes mêlés au terrorisme. Ca ne veut pas dire que 

    nous sommes pour, mais, nous ne basculons pas dans de la démagogie au 

    raz des égouts. 

     

    Il ne s'agit nullement dans ce qui est en discussion, de déchoir de leur nationalité

    belge, des personnes pour leur appartenance sociale, raciale, religieuse, ou encore

    philosophique  ou autre(s), justement en dehors des actes cités ci - avant.

     

    Le M.R. s'engouffre et copie mal le voisin

    outre-Quiévrain, pour nos voisins non plus,  la déchéance de la nationalité française

    n'est pas autrement prévue que celle pratiquée en Belgique. N'en déplaise au M.R. ce

    n'est pas en France qu'il faut aller chercher force arguments dans ce sens pour 

    justifier une position qui reste quoi qu'on en pense difficile, dangereuses et qui 

    pourrait porter atteinte au droits et devoirs de chacun.

     

    Une question, une réflexion ... 

    Comment va t - on justifier devant la Loi, la différence de traitement d'une personne

    belge, de première, seconde ou troisième génération, des autres ? Le Droit s'applique 

    à tous ou ne s'applique pas. 

     

    Un(e) belge qui commet ces délits de terrorisme, va s'entraîner dans les camps 

    des milices Djihadistes, sera t-il jugé différemment qu'un belge d'origine étrangère ?

     

    L'origine devient ici discriminatoire. L'origine ne garantit pas la Nationalité. Je ne suis

    pas magistrat ni avocat, mais cette différence de traitement à mon avis devient de

    la discrimination. 

     

    Il faut pourtant trouver des mesures qui soient justes et répressives, sans angélisme

    aucun. 

     

    Le fil est ténu des droits, de la Démocratie, de l'égalité des chances. Il est plus 

    simple de dresser un catalogue de bonnes résolutions lors d'un séminaires que de

    trancher en la matière. 

     

    Une chose est certaine, l'appareil répressif et carcérale vont peut être devoir être 

    revus et renforcés. Sans oublier que ce qui sera fait, va coûter de l'argent et que 

    cet argent, provient de nos impôts. Des impôts que payent tout citoyens belges ou

    travailleurs inscrit. D'où qu'il vienne, quelque soit son sexe, ou sa religion, sa 

    croyance. Pure Blanc Bleu Belge, qu'il soit de sang mêlé, venu de loin ou d'ici ou

    d'ailleurs. Notre héritage des Lumières qui nous différencie des autres démocraties

    en souffrirait beaucoup en allant dans le sens "populiste" avec des mesures indignes

    de notre histoire.  

     

    Belle et bonne soirée, Belles et Bonnes Lectures,  aussi ! 

     

  • 11 septembre 2001, 5 ans après...

    Pin it!

    11 septembre 2001- 11 septembre 2006, cinq années nous séparent de ce choc indescriptible. Deux avions qui ébranlent
    deux toures, deux symboles de la société de consommation, deux symboles aussi de la liberté d'entreprendre,
    mais aussi de liberté tout court. La liberté de travailler, de se faire renvoyer,
    de se faire envoyer en Irak, de réussir ses rêves les plus fous, la liberté de se dire qu'on est libre, et de ne
    pas trop se soucier de ce que coûte l'éducation, la santé. La liberté de vivre sa
    discrimination raciale positivement au travers de, Beyonce, Eddye Murphy, Wil Smith. La liberté d'entreprendre et de réussir.
    Ces symboles là ont été attaqués et nos mémoires aussi. Un virus s'est infiltré dans notre vie.
    Le terrorisme n'est plus seulement l'affaire du Moyen - Orient, il est chez nous. Et avec lui ses réactions, ses idées
    reçues, ses amalgames, ses raccourcis.

    Pour peux nous retournons au temps des croisades.

    Aujourd'hui, cinq ans après, que des questions.
    Pourquoi Ben-Laden est-il encore en liberté ?
    Pourquoi les Talibans reprennent - ils du poil de la bête en Afghanistan ?
    Pourquoi nos politiques sont elles souvent, arrogantes, irrespectueuses et marginalisatrices d'un monde qui a tellement besoin d'autre chose ?
    Est-ce en marginalisant de plus en plus les pays pauvres que l'ont sortira de cette spirale infernale ?

    Pourquoi, les politiques américaines et européennes ne s'harmonisent-elles pas autour d'une plate-forme commune ?
    N'y a t-il que l'hégémonisme américain et les vues de M. Bush, pour le moins manichéennes, comme réponse à ce que nous vivons ?

    Déjà, lors de la guerre froide, l'Europe avait raté pas mal d'occasions de se faire respecter et de donner de la voix.
    Elle ne l'a pas fait. Et çà continue.

    Chaque jour est une vie, dit ont. Moi j'ajouterai, "sans mémoire" pour certains.

    J'écris sans relire, j'écris ce qui me passe par la tête. Je nous revois, à Kinshasa. J'entends le téléphone
    et la voix qui me dit "Dany as tu vu ce qui se passe aux states" ?
    Après, j'appel Peter, le parrain de Naïm, Américain, de San Francisco. Nous allons avec lui, Pierre et Sylvie
    au Grand Hôtel de Kinshasa. Nous regardons les images. Nous sommes abasourdis, choqués. Nous sommes sans
    voix. Et puis ont s'agitent, nous partons en conjectures, en suppositions, avec la certitude que la riposte sera forte.

    Elle l'a été, comme nous en préjugions, pas comme nous le souhaitions. Mais ce ne sont que des paroles.
    Que l'avis de gens qui ne comptent pas dans le cirque des grands, sauf pour en prendre
    plein la figure quand çà tourne mal.

    C'est dans ces moment là, que j'ai envie de dire comme Léo Ferré, "Ils ont votés et puis après...?"
    Ce n'est pas ce que je pense au plus profond mais des fois, je me pose des questions ?