tintinophiles

  • Tintin au Congo et le hyper politiquement correct

    Pin it!

    Plainte en Grande Bretagne, plainte en Belgique,  retrait

    des rayons pour enfants aux States. Tintin au Congo

    continue depuis les années « 30 » à faire couler

    l’encre et est encore et toujours aussi médiatique

    et controversé.

    On se souvient aussi de la levée de boucliers venant au

    courant des années « 70 » du parti Communiste français

    sur le même thème et sur les mêmes effets et causes.

    Seulement à ce moment c’était le PC et donc pas de réelles

    suites à çà. Marchais était plus comique pour certains que

    les BD vendues dans l’hexagone.


    Qu’en pensent les congolais ?

     

    "Je n’ais pas fait de sondage d’opinions."

     

    Ici à Kinshasa, si la BD ne se vend pas, (il n’y a pas de

    librairies achalandées en bons livres), les artistes en

    font leur business et font le commerce sur fond de

    dérision. Ils tournent la farce à leur avantage et de

     manière magistrale. C’est çà aussi le Congo. Cette

    faculté de prendre les choses au troisième degré et se

    dire que la vie continue. Tintin y compris.  Le propos est

    de présenter comme à l’identique la première de couverture

    et d’y remplacer « Tintin au Congo » par  " (son nom) au Congo"

     

    Que dire des artisans et des petites voitures faites en réduction.

    A l’identique ?

     

    Pas convenable mais historiquement éducatif.

     

    Ce n’est pas, loin de la, ce que l’on peut attendre d’une

    bande dessinée pour enfants d’aujourd’hui et d’avant

    d’ailleurs. Il y a pourtant, une part de naïveté par rapport

    à la situation de l’époque qui saute aux yeux.

     

    C’est aux parents de pendre leur rôle et d’expliquer au

    rejetons tintinophiles, que ce n’est pas juste et que c’est

    une fiction d’un autre âge. Qu’un monsieur réactionnaire

    à un jour écrite. Parce qu’il faut bien le dire, Hergé était  

    un réactionnaire. Mais son œuvre est la et fait partie du patimoine.

     

    C’est une vision paternaliste et colonialiste véhiculée à l’époque.

    Injuste !

     

    Céline était collaborateur et a été censuré. Son style d’écrivain, est à ce jour étudié,

    pour son oeuvre qui fait partie du patrimoine

    des arts littéraires et de talent.

    "Différencier l’homme de son œuvre

    n’est pas chose aisée."

     

    J’ai lu il y a bien longtemps, Tintin au Congo. Çà ne m’a

    pas empêché de lutter contre le racisme et la

    xénophobie, ou d’arborer il y de cela longtemps

    déjà mon pin’s « Touche pas à mon pote » de SOS racismes.

    Mais je parle la d’une époque que les moins

    de vingt ans ne peuvent pas connaître.

    D’un temps de discutions,  de débats, de

    bouillonnement des idées

     d’une époque riche en différences et en revendications solidaires

    et non de "revendications à buts lucratifs ".

    N’a-t-ont pas d’autres agressions racistes de par le

    monde à ce jour contre lesquels il serait bien plus

    rentable collectivement De se lever ?

     

    Sous toutes les latitudes, d’ailleurs. Le racisme hélas n’étant

    pas univoque mais multinational aussi.

     

    Mais bon, ce n’est pas hyper politiquement correct

    peut être que dire cela ?

    Photos :

    Tableau vendu et dessiner à Kinshasa par

    des artistes congolais

                   Voiture de Tintin reproduite par les artisans kinois

             La main de touche pas à mon pote

     

     

    IMG_2328

     

     

                                                                                           

    Touche ^pas à mon pote
     
     

     

    IMG_2329