travail

  • Seconde Chance, Ultime Chance

    Pin it!


    maggie de block,social,emploi,pyramide des âges,obsolète,préjugés,2gamité des chances,ressources humaines,avenir,enfants,retraites,travail,travaille,art,éducation,famille,famille recomposée,famille mono parentale,famille élargieCe que l'on peut entendre comme  lieux communs à propos des hommes et des femmes. A propos du genre humain encore en rapport avec  le monde du travail. Par exemple, à une table de restaurant à côté de la nôtres. Mon fils de 12 ans  et moi entendons ; 

     

     

     

    "Attention de ne pas prendre au delà de 45 ans car il, ou elle est amorti(e)

    35 ans , c'est le Top !

     

    Photo : @DanyMasson (Paris Place Gustave Toudouze)

     

    Amorti : Affaibli, qui ralenti, freiné, remboursé, qui éternue, couvert, épongé, modéré, étouffé, diminué, réduit. 

    Les hommes et les femmes de plus de 45 ans seraient donc comme çà. Amorti. Ils, elles ont remboursés leur dette à la société, épuisé leur carte de potentiel utile, et utilisable. Ils et elles sont absorbée par la société. On n'en veut plus. Allez Passez y a plus rien à faire, plus rien à voir.

    Ou si, regardez comment on fait maintenant. Comment çà évolue.  Allez c'est Fini !  

    Lire la suite

  • Pauvreté et Privilège(s), c'est quoi la pauvreté ; Témoignage

    Pin it!

    dalle.jpg

    C'est en 1992, que les Nations Unies proclament le 17 octobre , comme étant la Journée Mondiale de Lutte contre la Pauvreté. 

     

    Mais qu'est ce que c'est qu'être pauvre en 2015, en Belgique  ?

    Comment vit - ont ? Que fait - ont ? Quelles privations ?

    Et les autres, la vie sociale, comment çà se passe ? 

    Rencontre avec une personne sur le fil. Qui se dit encore privilégiée. Une personne qui se bat. Et pour qui la vie de chaque jour, c'est compter, élever les enfants, avoir peur d'être malade, pousser à étudier, vivre seul et en dehors des autres, et de toute vie sociale. 

    Interview d'une personne au bord de la pauvreté. Avec un passé professionnel de plus de 44 ans en Belgique et ailleurs.  Il a juste de quoi tenir la bouche au dessus de l'eau. Tenir en se privant de tout. 

    Lire la suite

  • Quand on parle d'accord et de remise en question

    Pin it!

    Ce qui est vrai pour certains ne l'est pas pour d'autres, et nous ne le 

    découvrons pas aujourd'hui. La Grèce remet en cause les accords 

    passés avec les Créanciers et entre autres la TROÏKA. C'est avec 

    presqu'une certain unanimité que le monde s'indigne. Y compris des

    gens comme vous et moi qui somme toutes, voient les cigognes qui

    passent mais n'en subissent pas trop les inconvénients.

     

    arcelor,mittal,ferblatilMittal, Ferblatil, Arcelor Mittal, Liège et la Belgique

    Eux aussi, ceux de Liège, ceux de Ferblatil avaient un accord pour

    ceux qui partent et qui subissent le désengagement de Mittal dans 

    le Froid et la Chaud en Belgique mais aussi en France et ailleurs. 

     Une catégorie de travailleurs, avaient un droit légal en Belgique, qui

    est de percevoir en cas de licenciement les "Indemnités de préavis 

    calculés selon la Grille dites Claes" l'arrivée au Gouvernement des Libéraux et de la NVA, l'arrivée de Chris Peeters, à changer la donne. 

     

    Que s'est il passé ? 

    Les travailleurs de 52 et 53 et 54 ans, presque en âge de Pré - retraites

    en échange de laisser tomber la Grille Claes et ces avantages, avaient 

    pu obtenir des Négociateurs, des "Garanties" quant à un statut spécial 

    dans l'attente de l'âge effectif de la Pré retraite, des indemnités sans 

    inquiétudes quant à la chasse aux sorcières (chômeurs qui refusent des

    emplois) puisque licenciés en masse. De plus on bloquait le calcul de

    leurs retraites en fonctions de ce qu'ils perçoivent lors de leur licenciement.

     

    Bon accord pour tout le monde. Mittal EPARGNE un fond de trésorerie très

    important en évitant ainsi de payer les fameuses indemnités de licenciements

    (pour certains cela tournait au alentours de 240 000 euro Brut soit un net

    poche de plus ou moins 130 000 euro). 

     

    Pour les travailleurs qui n'ont rein  demander à personnes et qui ne font que 

    subir cette situation, des lendemains, s'ils ne sont pas des plus joyeux,

    en tout cas, ils pouvaient limiter la casse sans être trop inquiet.

     

    La signature de la Loi Petters, le 30 décembre 2014, remet tout ceci en

    cause. 

     

    Les travailleurs licenciés, n'ont pas l'indemnité Claes, et ils sont repris 

    comme des chômeurs, sans statut spécial, devant même prouver

    chaque mois au moins 5 recherches d'emplois. Sous peine de se 

    voir exclus des indemnités de remplacement. 

     

    On le voit, les accords, se font, se défont et si l'on est dans l'actualité

    dans la PASSION  du moment on ne passe pas inaperçu comme ceux 

    de Ferblatil à Liège pou d'autres encore ailleurs. 

     

    Un Contre Maître de cette entreprise de Liège est allé au tribunal contre 

    l'accord qui avait été passé entre les négociateurs et il a gagné. La justice

    ne pouvant soustraire des droits à une personnes si elle ne les réclame.

     

    Le Conseil d'administration de Mittal est en Appel contre ce jugement. 

     

    Qui va aller contre la parole volée lors de négociations ? Qui va dire 

    non à la remise en cause des accords passés en 2014 ? 

     

    C'est fou tout de même, comme les paroles, les accords s'envolent ! 

     

    Belle  et Bonne Journée et Belles et Bonnes  Lectures, Aussi ! 

     

  • Exil

    Pin it!

    Extrait du Roman inachevé : "La musique pour mémoire" 

     

    Je suis à nouveau dans le train et ill est 20,35 heures. Dans la voiture numéro 397, je suis seul ce soir avec mes souvenirs, mes espoirs, mes oppressions, mes inquiétudes, mes tristesses, mes promesses de jours meilleurs, comme l'écrivait "Ma Reine" cet après-midi dans un Email réconfortant et rempli d enthousiasme. De celui qui réchauffe les cœurs. 

     
    Je viens de prendre une image d exil. Les caténaires au dessus des lignes de chemins de fer, et en bordure du quai de la gare  que j ai posté sur Flickr. Je vais créer sur Flickr un album qui s intitulera Exil. 
     
    Je parle de l'exil. Mais est ce l'exil ? Je parts, je quitte un pays et des amis. Mais je ne le choisis pas. Il est des exils choisis. Le philosophe se confond sans sa solitude, il prend congé des autres., il se retire des autres pour réfléchir et méditer. Il est dans un exil de conscience. Comme l'écrivain. 
     
    Il est des yeux d hommes et de femmes, d enfants aussi, dans lesquels ont  retrouve cet air de retrait qui n est pas dans le conscient celui ci mais dans le vécu. Des regards silencieux. Des regards que rien n'altère. L autre. Si je vois ceci c est que je regarde l autre et que je ne suis pas seul, mon altère ego, l autre moi. Nous sommes ensemble et chacun est lui. Altère, autre. 
     
    Nous ouvrons des portes et nous en refermons. C est la même dialectique que lorsque l on doit choisir. Choisir c est renoncer. L'exil c est partir en pensées ou physiquement, c est ouvrir une porte et en fermer une autre. Fuir et vivre. 
     
    L exil intérieur n est pas qu aux philosophes ou aux écrivains il est aussi, dans ces regards dont je parle plus haut, de ceux qui subissent cette isolation intérieur pour fuir l oppression. Il n ont pas de Back up, ils n ont nulle part ou aller, ils s exilent alors intérieurement. Dans une forme d autisme social et économique. Aucun autre endroit pour les protéger, aucun ailleurs ou  ils puissent se reconstruire. 
     
    ....  

    Un clic sur l'image vers l'album  

    Bierges,Jazz,Cuba,Che,Carte,Prix,Blouson,Rock,Café,Exil,exil,exclu,exclusion,étranger

     Hard Jazz Café ©DanyMasson

     

    Belle et Bonne journée, belles et bonnes lectures

     

     

  • Histoire des gens : Les Graviers de Nsiamfumu

    Pin it!

    muanda,océan,rdc,graviers,economie informelle,eau,construction,travail,piere,sable,atlantiqueSavent ils les « Graviers » qu’ils sont bénits ? Dans la tradition africaine en général, l’Océan est bénit. Aller à l’Océan sans revenir avec une bouteille de cette eau salée, bénite entre toutes les eaux, quel affront.

    Une manière aussi de dire que l’eau bénite venue de Rome, et qui remplaça la matière sacramentelle qu’utilisait le lignage Kinsaku, entre autres,  pour  honorer de grands événements on y croit, mais !.

    De plus, dans ce territoire de Muanda, Nsiamfumu a vécu, la traite des esclaves, le commerce des Africains, à partir d’une de ses   plages. Ce qu’amenaient les hommes venus d’ailleurs. (Image ©Danymasson)


    n’étaient pas en adéquation avec les évangiles. Les agissements souvent inhumains et dégradants des missionnaires contredisent leurs bonnes proses, leurs paraboles, leurs versets, leur morale.

    « Les Graviers » autrement dit, les hommes qui extraient le gravier de l’Océan dans des petits paniers d’osier, du volume d’un sceau. Ils s’emploient à leur labeur dès le levé du jour, vers 5,30 heures, pour s’arrêter dès que la tâche du jour est atteinte.

    Economie informelle. Travail qui permet l'élévation de maisons des gens qui viennent de Kisnhasa, et d'ailleurs. des gens simples, des gens qui vous disent se qu'ils pensent, des gens qui savent ce que c'est que travailler veut dire. Nourrir la famille, payer le miinerval. Pour celà, remplir des fûts de 200 litres de ce garvier si précieux. Réponse à la demande. Débrouille. Article 15.  

     Avant le fin de la journée….


     

    muanda,océan,rdc,graviers,economie informelle,eau,construction,travail,piere,sable,atlantique

    ©Danymasson Fin de journée, les tas de

    graviersont remonté en haut de la falaise


    Ils ramènent ainsi l’équivalent de 5 à 10 fût de 200 litres par jour de gravier. Ce dernier,  est d’abord ramassé pour être déposé sur la plage au bas des falaises. Ensuite, en fin de journée, les petits tas sont remonté en haut, sur la terre ferme par tout le monde. Enfants y compris.

    Le gravier sera ensuite acheminé vers la ville de Muanda pour y être utilisé pour le béton de construction. La ville de sable se remplit de maisons nouvelles. Si le pundu n’est pas cultivé, si la salade manque, les habitations poussent à coup de billets verts venus de la capital. Venus de Kinshasa.

    C’est un travail dur, mal rémunéré, mal organisé, c’est l’article 15 encore une fois qui prime sur le reste. Il faut manger, payer le minerval, il faut vivre. Le fut de 200 litres est vendu entre 5 et 12000 francs congolais de 5 à 15 $ US. Pêcheurs, arrières petits fils et fils de pêcheurs, ils se recyclent. C’est que le poisson manque. Ou plutôt, que les moyens manquent à une exploitation de  pêche organisée.

    Au large, les chalutiers Angolais, mais aussi Coréens pêchent dans les eaux congolaises. C’est donc avec des pirogues que les pêcheurs s’en vont au delà de l’horizon. Pour plusieurs jours quelquefois. Quelquefois, la pêche est détournée et les bateaux au loin approvisionnés de trafics divers du poisson fruit du troc. Troc en tout genre.


     

    muanda,océan,rdc,graviers,economie informelle,eau,construction,travail,piere,sable,atlantique

    ©Danymasson 

    Il faut porter, porter encore…


    muanda,océan,rdc,graviers,economie informelle,eau,construction,travail,piere,sable,atlantique

          
















    ©Danymasson  l'Océan ne donne pas que des poissons



    muanda,océan,rdc,graviers,economie informelle,eau,construction,travail,piere,sable,atlantique

     

    Belle et bonne journée. De belles lectures aussi !