victoire

  • Kinshasa prend des couleurs

    Pin it!

    Hier, en rentrant, on pouvait voir des drapeaux

    aux couleurs   du  Congo  floter au  vent calme

    des deux côtés du Boulevard Colonel Mondjiba.

     

    Le  30  juin  se rapproche  et le décompte  des

    jours. La tension est de plus en plus perceptible.

    Une tension saine. Une tension, de celles qui

    précèdent les fêtes.

     

    On  parle,  on écrit, on éditorialise.  La RDC

    fait parler d'elle, de Kin à Bruxelles.


    On dénigre, on encence, on critique, on débat,

    on analyse, on promet, on ordonne, on boit, on

    danse, on crie, on s'organise.

     

    La République Démocratique va  fêter,  et  oui,

    son 50 ème anniveraire et elle le fait savoir. Elle

    se montre. Kiin-La-Belle, devenue sombre au fil 

    d'années d'incurie, Kin-La-Poubelle. Kin change

    de visage, se drappe, s'ouvre, se montre.

     

    La tension monte et les files d'embouteillages s'

    alllongent. Il faut être prêt. On ferme les Avenues,

    on bloque les routes de partout. Il faut être prêt. Le

    Bd du 30 juin, le Bd Lumumba, les éclairages, et

    à Sendwe, et le Bd Triomphal et les ronds points

    qui mènent à Victoire. La Route de l'UPN vers la

    Commune de Selembao. Il faut être prêt. Même

    improvisé, même désorganisé, même. Il faut être

    prêt.

     

    Jours et nuits, les hommes et les machines sont

    en mouvement. Jours et nuits des tranchées, des

    poteaux  électriques, du bitume, des gravas  sont

    creusées, érigés, coulé, répendus. Réglé, ou dans

    le désodre, peux importe la ville se transforme.

    La femme sera le moteur de l'économie. Il faut

    être prêt.

     

    Kinshasa se veut à la hauteur de l'événement.

    Kinshasa veut affirmer son indépendance et son

    virage à 180° par rapport à  un héritage qui est si

    lourd encore. Kinshasa se veut l'hôte de ses pairs

    et de ceux qui reviennent ou qui y viennent.

     

    On rentre tard, très tard. Qui sait çà en vaut peut

    être la chandelle de rentrer avec 4 heures de plus

    de retard à la maison, si c'est pour  changer aussi

    le quotidien de tous  ?

     

    Le 26, une voix qui s'est tue sera ensevelie

    dans la terre des ses ancètres.


    Le deuil et la fête. Le Congo des ambiances

    à double clés.

     

    En attendant le 30 juin, on marche le long des

    avenues pour aller plus vite. On patiente dans

    les autos avec la radio pour seule compagne et

    on se dit, que çà ira mieux demain.

     

    Après le 30 Juin.

     

    Bonne journée et bonne lecture !


  • Ils sont chez eux.

    Pin it!

    Enfin des nouvelles, il est 22 heures, le téléphone sonne, "nous sommes à la maison, ce sont les militaires tunisiens de la MONUC qui nous ont raccompagnés". Les amis qui étaient bloqués au Cercle de Kinshasa sont chez eux, environ 30 personnes adultes et enfants. L'EUFOR aurait pris position à cet endroit afin de sécuriser d'avantage le périmètre. 22,10 heures, autre coup de fil, "les tirs ont repris, est-ce que vos amis sont toujours la ou non " ? Je donne les infos que je possède et je reprends le fil de ma rédaction. Rien de certain donc. Mardi ne s'annonce pas être très différent. L'EUFOR tente pourtant de faire prendre conscience aux uns et aux autres que la force déployée n'est pas au Congo pour faire de la figuration mais bien pour assurer coute que coute le processus entamé qui devrait mené vers l'élection au second tour du futur Président de la République Démocratique du Congo. Pourtant, les événements de ces dernières heures ne laissent pas pointer un optilisme béat quant à cet objectif, c'est comme si quelque chose devait se passer avant le 29 octobre 2006. Kinshasa fait la fière, elle ne se laisse pas conquérir comme la première venue. Il faut la séduire, la convaincre, l'amadouer. Kin-la-Belle, se rappelle au bon souvenir de tous et fait rejaillir sa réputation de difficile et d'exigente. A quel prix ? Je lisait ce matin, "grande victoire pour la démoctaie" etc. oui, 70 % des inscrits ont votés mais force est de constater que la démocratie est encore à gagner.